OPINION : Prémices d’un referendum douteux !

Le Sénégal s’apprête à organiser pour la quatrième fois depuis son indépendance un référendum constitutionnel ce 20 mars 2016. En effet, la particularité de ce référendum est qu’il se tient au moment où notre riche histoire politique vient de subir une profonde blessure à cause du procédé inélégant utilisé par les tenants du pourvoir en place. L’histoire retiendra pour toujours que le pouvoir a agi seul, sans aucune concertation ou implication de l’opposition, sur une question essentielle qui concerne notre charte fondamentale.
Aujourd’hui, la première question que je me pose est la suivante : Est ce qu’Abdoulaye Daouda Diallo maitre d’œuvre de cette élection fera mieux que ses devanciers Amadou Clédor SALL, Abdoulaye Fofana et le Général Mamadou NIANG ; qui ont eu à organiser les referendums de 1963, 1970 et 2001 ?
D’emblée, je répondrai par non. Comment en effet ne pas avoir en tête que c’est l’acteur politique et le Coordonnateur Départemental de l’APR de Podor qui organise sous la dictée du Président de l’APR Macky SALL ?
Le citoyen que je suis, fonde son doute et son scepticisme sur les différents actes que Monsieur Abdoulaye Daouda DIALLO et son patron viennent de poser à la veille d’une consultation aussi importante pour notre devenir.
Tous les observateurs conviennent qu’il existe un vide juridique notoire en matière d’organisation de référendum au Sénégal, mais il est généralement admis par tous qu’un référendum peut être considéré comme une élection générale. Dans ces conditions, les mêmes mécanismes en vigueur pour une élection générale lui sont applicables.
Et, l’un des éléments essentiels de ces mécanismes est la concertation avec l’ensemble des acteurs politiques pour obtenir un minimum de consensus sur les règles du jeu. Malheureusement, pour la première fois depuis notre indépendance, Macky SALL et son régime ont agi seuls du début jusqu’à la fin du processus qui doit nous conduire au scrutin du 20 mars prochain. Cette manière de faire constitue une violation grave du protocole de la CEDEAO sur la démocratie et la bonne gouvernance que notre pays a ratifié en juillet 2004 alors que l’actuel Président était Premier Ministre de Abdoulaye WADE.
Tout le monde se souvient du tôlé soulevé, il y’a quelques mois par le maintien en activité des cadres retraités de la Police Nationale et du Ministère de l‘intérieur que sont les commissaires de police : Mafall FALL, Demba SARR, Abou DIOP, Moustapha Elimane SALL et un certain Ibrahima DIALLO.
En effet mes craintes se sont précisées lorsqu’au cours du conseil des ministres du 19 octobre 2015, vous avez procédé au remplacement de tous ces vaillants cadres pour des retraites bien méritées à l’exception du Commissaire Ibrahima DIALLO toujours à la tête de la très stratégique DAF malgré son statut de retraité. Cette discrimination en faveur du commissaire Diallo intervient dans un contexte pré-électoral, mais aussi et surtout dans un contexte où nos cartes Nationales d’Identités sont arrivées à expiration ?
Non, je ne connais pas le commissaire Diallo, mais l’acteur politique que je suis, se doit de rappeler que cet homme qui bénéficie aujourd’hui de la confiance de Macky SALL chantre de la gouvernance sobre et vertueuse, a été épinglé par le rapport 2009 de la Cour des Comptes pour des faits de gestions très graves. Dans ce rapport toujours accessible, la Cour des Comptes avait même recommandé sa traduction devant les juridictions compétentes ; ce qui avait expliqué son passage à la DIC pour audition.
Je me souviens également qu’il avait été nommé DG de la Police Nationale pour une période de moins de 24 Heures en remplacement de Codé Mbengue. Ibrahima Diallo est aussi présenté comme un proche de l’ancien ministre de l’intérieur Ousmane NGOM, ce qui avait poussé l’opposition d’alors dont Macky SALL a été un des portes parole à réclamer son départ.
Qu’est ce qui a donc subitement changé pour qu’un homme de main d’Ousmane NGOM même à la retraite soit maintenu en fonction ? Pour répondre à cette question, on ne peut ne pas relever que Ousmane NGOM a disparu comme par miracle de la fameuse liste des 25 personnalités traquées par la CREI.
Par la seule volonté de Macky SALL qui a le pouvoir exorbitant de mettre sous le coude des dossiers judiciaires, Il est devenu fréquentable au point d’avoir le privilège de recevoir la visite du Président SALL pour des condoléances à la suite du décès de son frère (paix à son âme).
Pourtant en aout 2012, le même Macky SALL s’était contenté d’un simple coup de fil lorsque Ousmane NGOM avait perdu sa maman ? Il ne faut pas alors s’étonner que Ousmane NGOM qui n’a toujours pas démissionné du PDS soit devenu subitement l’un des chantres du OUI pour le referendum du 20 Mars prochain. Voir ce brillant article des journalistes Barka BA et Daouda MINE paru dans le journal l’obs.du 29 Mars 2011.http://www.seneweb.com/news/Politique/comment-wade-laquo-securise-raquo-la-presidentielle-de-2012_n_43085.html
En outre, en violation de l’esprit du protocole de la CEDEAO sur la démocratie et la bonne gouvernance, Macky SALL, Abdouaye Daouda DIALLO et le pouvoir actuel ont procédé lors des conseils des ministres des 17 et 24 février derniers à des mesures suspectes concernant le commandement territorial avec le remplacement et le changement de 5 gouverneurs de régions, 11 Gouverneurs adjoints et 16 Préfets à moins d’un mois de la tenue du référendum.
Nos craintes sont d’autant plus justifiées qu’en plus de l’absence de concertation, vous refusez de publier le fichier électoral, avez choisi vous-même les couleurs des bulletins et vous êtes les seuls à connaître le nombre de bulletins que vous allez imprimer. La CENA en charge de veiller sur la régularité du scrutin semble être prise de cours, car par faute de moyens et de préparation, elle va s’appuyer sur les ambassades et les consulats que vous avez « peint en marron » pour faire le job à sa place.
Voila autant de raisons qui me font dire que, nous allons vers un référendum douteux à cause des nombreuses intrusions dans le dispositif électoral.
A la classe politique notamment ; l’opposition et à la société civile, je lance un appel à travers ce texte afin de faire bloc pour le départ à la retraite de cet intrus dans le dispositif électoral, mais aussi pour le respect strict du choix des sénégalais que nous sommes au soir du 20 Mars 2016.
Alinard NDIAYE
Coordonnateur National du MLK
Karimiste à vie
boursaloum@gmail.com




AFRIQUE-MONDE

logo article

Gambie : les forces ouest-africaines suspendent leur intervention militaire pour une dernière tentative de médiation

20/01/2017 par :

Le président de la commission de la Cédéao Marcel Alain de Souza a déclaré lors d’une conférence de (...)

logo article

Mali : Al-Mourabitoune dévoile l’auteur de l’attaque de Gao

19/01/2017 par :

ALAKHBAR (Nouakchott)- Abdel Hadi Al-Foulani de la Katiba Al-Mourabitoune relevant d’Al-Qaïda au (...)

logo article

AFRIQUE : La Gambie suspendue à l’investiture d’Adama Barrow

19/01/2017 par :

La Gambie est suspendue à la cérémonie d’investiture du président élu, Adama Barrow, prévue ce jeudi (...)

logo article

AFRIQUE : Des troupes sénégalaises "prêtes à intervenir" à la frontière gambienne

18/01/2017 par :

Des troupes sénégalaises sont positionnées à la frontière gambienne et se disent prêtes à intervenir (...)

logo article

Gambie : Yahya Jammeh décrète l’état d’urgence à deux jours de l’investiture d’Adama Barrow

17/01/2017 par :

À deux jours de l’investiture du nouveau président Adama Barrow, Yahya Jammeh a déclaré l’état (...)

logo article

À compter du 19 janvier, Yahya Jammeh ne sera plus reconnu par l’UA comme président légitime de la Gambie

13/01/2017 par :

Le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine a indiqué vendredi qu’à partir du 19 janvier (...)

logo article

Côte d’Ivoire : après le mouvement d’humeur des militaires, des têtes tombent au sein des forces de défense

09/01/2017 par :

Trois jours après le mouvement de contestation au sein de l’armée, le chef d’état-major de l’armée, (...)

logo article

Côte d’Ivoire : Daniel Kablan Duncan a remis la démission de son gouvernement à Alassane Ouattara

09/01/2017 par :

Le Premier ministre Daniel Kablan Duncan a présenté la démission de son gouvernement au président (...)

logo article

Côte d’Ivoire : mouvement d’humeur d’hommes en armes à Bouaké, Daloa et Korhogo

06/01/2017 par :

Des tirs ont été entendus dans la nuit de jeudi à vendredi à Bouaké. Ce vendredi, des hommes en (...)

logo article

Bien mal acquis : le procès de Teodorín Obiang est reporté

04/01/2017 par :

Le procès du fils du président de Guinée équatoriale, soupçonné de s’être frauduleusement bâti un (...)

logo article

RD Congo : l’accord politique global et inclusif enfin adopté et signé à Kinshasa

01/01/2017 par :

Sous l’égide des évêques catholiques, les pourparlers directs entre les signataires de l’accord du (...)

DEPECHES

20 janvier 2017

DEPECHE : Le président de la commission de la Cédéao Marcel Alain de Souza a déclaré lors d’une conférence de presse à Dakar qu’une dernière tentative de médiation avec Yahya Jammeh allait être menée ce vendredi 20 janvier par le président guinéen Alpha Condé. Le président a jusqu’à demain midi pour accepter de quitter le pouvoir, sans quoi les militaires ouest-africains feront usage de la force, a précisé Marcel Alain de Souza. En attendant, l’intervention militaire ouest-africaine est suspendue.

19 janvier 2017

AFRIQUE : La cérémonie d’investiture du président gambien, élu à l’issue du scrutin présidentiel du 1er décembre, Adama Barrow, aura lieu jeudi 19 janvier, à 16h GMT, selon les déclarations du porte-parole du président élu recueillies par l’AFP.

9 janvier 2017

Côte d’Ivoire : Guillaume Soro largement réélu président de l’Assemblée nationale

9 janvier 2017

Gambie : Yahya Jammeh limoge 12 ambassadeurs ayant réclamé son départ

1er janvier 2017

Turquie : au moins 35 morts dans "l’attaque terroriste" contre la discothèque d’Istanbul

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES