OPINION : Nous avons remplacé un « cheval borgne » par un « cheval aveugle »

Certes la démocratie est rythmée par les alternances politiques, mais cela ne garantit guère le bien-être et la souveraineté au peuple. En remplaçant Wade par Macky les Sénégalais croyaient bien faire, mais la réalité politique ne permet plus le moindre doute : le choix de Macky était davantage guidé par l’émotion que par la raison. Les abus politiques que l’on dénonçait sous Wade sont devenus tellement monnaie courante qu’ils sont quasiment inscrits dans le registre de la normalité.

Macky Sall croyait pouvoir tromper les Sénégalais avec sa fameuse histoire de dialogue national : c’était tout juste pour lui une façon de détourner le regard inquisiteur des citoyens et patriotes sur les scandales qui rythment sa gestion. Comment peut-on appeler à un dialogue national sans que la question de la découverte de pétrole et de gaz ne soit inscrite en bonne place dans l’agenda de ce dialogue ?

Macky Sall n’a pas l’aptitude à dialogue sérieux, contradictoire et inclusif : sa psychologie (souvent trahie par son discours) est antinomique à l’altérité. Il sait très bien qu’il n’y a pas de question plus essentielle que celle concernant le pétrole, car elle engage le destin de plusieurs générations. Si Macky Sall était préoccupé par la transparence et la bonne gouvernance, il aurait eu l’amabilité et la clairvoyance d’inviter ses compatriotes à un large consensus sur le pétrole. Il semble que sa véritable motivation était ailleurs : il voulait divertir le peuple et l’empêcher de voir clair dans ses manœuvres.

Macky Sall nous avait promis de rationnaliser les dépenses de l’État, mais ça ne l’a empêché de créer cet aspirateur de poussière politique pompeusement appelé HCCT. Les Sénégalais de bonne foi savent qu’on ne peut pas dissoudre un Sénat, ériger un Conseil économique social et environnemental, puis un HCCT et continuer à parler de gestion sobre et vertueuse. Macky a fait une série de parjures dans toute sa trajectoire politique : il n’y a pas de raison qu’il ne gouverne pas par le parjure !

Macky Sall n’est pas l’homme qu’il faut au Sénégal, notre pays mérite mieux que d’être gouverné par un conglomérat de journalistes, d’affairistes lugubres et de politiciens vampires. Le cartel qui est pouvoir doit, pour l’intérêt du pays, rendre le tablier : plus ils vont persister à vouloir gouverner le peuple par l’obscurantisme et le mensonge médiatique, davantage ils vont rendre la tâche des prochains dirigeant difficile.

Macky Sall n’a jamais été préoccupé par la transparence et la bonne gouvernance. Que fait la CREI depuis le jugement expéditif de Karim Wade ? Qu’a-t-on entendu de la bouche du Premier ministre à propos de l’affaire Lamine Diack ? « Le Sénégal ne va brûler ses stars » disait-il ! Comment un gouvernement préoccupé par la probité et l’image de son pays peut-il avoir une telle position face à un scandale aussi honteux que celui de l’IAAF ? Où en est-on avec l’affaire de la drogue dans la police ? Les dossiers chauds de l’Ofnac ont-ils servi à autre chose qu’à maquiller le vice par les dehors de la vertu ? Que fait Macky Sall avec les décisions de justice qui ne l’arrangent pas ? On l’a vu ignorer la décision de la cour suprême à propos des élèves-maitres radiés par le ministre de l’éducation.

Macky ne dit rien quand Ousmane Sonko révèle que des biens retirés à Karim Wade ont été gracieusement donnés à des proches du régime, mais il le radie de la fonction publique pour le motif qu’il aurait divulgué des secrets que l’État lui-même a bien publiés ! Alors que des biens revendiqués par d’autres avec des titres de propriété légalement établis ont été attribués à Karim Wade dans le seul but de l’envoyer en prison, le régime de Macky Sall veut nous empêcher de lire le nom d’Aliou Sall sur des titres de sociétés constituées par Aliou Sall en personne ! Comment peut-on prétendre vouloir lutter contre l’enrichissement illicite et laisser son frère opérer dans le pétrole comme un ovni ? Comment peut-on créer les ASP, confier cette agence qui étouffe le privé à un compagnon de lutte, et parler de bonne gouvernance ?

Certains moralistes et guides religieux avaient l’habitude dire que Wade a construit des infrastructures, mais il a, au même moment, détruit les conduites vertueuses des Sénégalais. J’aurais aimé les entendre sur les scandales à répétition sous le règne de Macky Sall. Car, pire que ce qu’aurait fait Wade, Macky a avili les belles âmes là où son prédécesseur est suspecté d’avoir « seulement » détruit les belles conduites.

Alassane K. KITANE, professeur au Lycée Serigne Ahmadou Ndack Seck, de Thiès.




AFRIQUE-MONDE

logo article

En intégrant le Maroc, la CEDEAO deviendrait la 16e puissance mondiale devant la Turquie

26/02/2017 par :

(Agence Ecofin) - Le Maroc a présenté à Ellen Johnson Sirleaf, présidente en exercice de la CEDEAO, (...)

logo article

Infographie : comment se porte le commerce des armes en Afrique ?

21/02/2017 par :

Selon les données du Stockholm International Peace Research Institute (Sipri) portant sur ces (...)

logo article

Bénin : l’Etat récupère ses hôtels

21/02/2017 par :

Le gouvernement béninois a prononcé ce mercredi 16 février, la résolution des conventions de (...)

logo article

AFRIQUE : Le Président de l’Assemblée des Etats Parties se félicite de la décision de la Gambie de ne pas se retirer du Statut de Rome de la CPI

17/02/2017 par :

PAPA MEO DIOUF : Le 10 novembre 2016, la République islamique de Gambie a notifié sa décision de (...)

logo article

Tchad : Comment a été créée la garde présidentielle

15/02/2017 par :

Les exercices sont répétés en conditions réelles à N’Djamena. "L’entraînement est gourmand en (...)

logo article

Mali : l’opération Barkhane annonce avoir déjoué un projet d’attentat à Kidal

15/02/2017 par :

Informée par la population d’une attaque terroriste en préparation à Kidal, une trentaine de (...)

logo article

Sortie du Franc CFA : pour les panafricains, une autre monnaie est possible

13/02/2017 par :

PAR PAPA MEO DIOUF : Dakar, le 13 février 2017 - La nouvelle journée de mobilisation du Front (...)

logo article

RAPPORT : UN DÉPUTÉ FRANÇAIS ÉVOQUE LA "MALADIE" DU ROI DU MAROC, MOHAMMED VI

11/02/2017 par :

A l’occasion de la remise d’un rapport sur les relations entre l’Europe et le Maghreb, Jean (...)

logo article

Félix Tshisekedi : « Mon père appartient au patrimoine national de la RD Congo »

10/02/2017 par :

La mêlée politique congolaise ne connait pas de trêve. Depuis le décès d’Étienne Tshisekedi, et (...)

logo article

Exclusif – Présidence Commission africaine : Toute la vérité sur l’échec cuisant des adversaires du Tchadien, Moussa Faki Mahamat ?

08/02/2017 par :

Après plusieurs mois de campagne intense, les candidats au prestigieux poste de Président de la (...)

logo article

AFRIQUE : LE SPECTRE DE LA GUERRE PLANE DE NOUVEAU SUR LE MAGHREB

06/02/2017 par :

Après le sérieux revers qu’il vient d’essuyer suite à la validation du retour du Maroc au sein de (...)

DEPECHES

21 février 2017

FRANCE : Le siège du Front national à Nanterre a été perquisitionné, lundi, pour la seconde fois dans le cadre de l’affaire des soupçons d’emplois fictifs d’assistants au Parlement européen, a annoncé le FN, dénonçant "une opération médiatique".

21 février 2017

USA : Donald Trump a annoncé, lundi, la nomination du général H.R. McMaster comme nouveau conseiller à la sécurité nationale, en remplacement de Michael Flynn, au terme d’une difficile recherche qui a tenu Washington en haleine.

30 janvier 2017

AFRIQUE : Le Maroc réintègre l’Union africaine (officiel)

30 janvier 2017

Sommet de l’UA : le Tchadien Moussa Faki Mahamat élu à la tête de la Commission de l’Union africaine Il succède donc à la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma.

27 janvier 2017

POLITIQUE : La Conférence des leaders de Mànkoo Wattu Senegaal s’est réunie ce jeudi 26 janvier 2017 à la Permanence Nelson Mandela du Grand Parti. Examinant la question relative à l’invitation du Ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda DIALLO à participer « aux discussions sur le processus électoral » prévues avec le Président de la République, vendredi 27 janvier 2017 « au Palais présidentiel », le FDS / Mankoo Wattu demande à ses membres de ne pas prendre part à cette rencontre. Dans ce cadre, le FDS/ Mankoo Wattu invite la presse nationale et internationale à un point de presse qu’il tiendra vendredi 27 janvier 2017 à 15h30mn au siège du Grand Parti.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES