OPINION : Misère de la politique ! (Amadou Tidiane WONE)

« Sur notre continent, il ne nous a pas fallu longtemps pour découvrir que la lutte contre le colonialisme ne prend pas fin lorsqu’on a réalisé l’indépendance nationale. Cette indépendance n’est que le prélude d’un combat nouveau et plus complexe pour la conquête du droit de diriger nous-mêmes nos questions économiques et sociales, en dehors des entraves écrasantes et humiliantes de la domination et de l’intervention néo-colonialiste. »

Extrait du Discours de Kwame NKRUMAH, Président du GHANA
A l’occasion du Sommet Fondateur de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA)
le 24 Mai 1963 à Addis Abeba (ETHIOPIE)
C’était en 1963 ! Un constat d’une lucidité qui nous accuse après cinquante-cinq ans « d’indépendance » qu’il va falloir, de plus en plus, mettre entre guillemets pour retrouver la lucidité des pères fondateurs.
Notre pays, le Sénégal, n’est pas indépendant ! La plupart des pays africains, pour ne pas dire tous, non plus. Même, la tragi-comédie des célébrations annuelles, couteuses et inutiles, n’attire plus les foules. En tous cas l’enthousiasme des premières années des « indépendances » n’y est plus. Notre incapacité à définir nos politiques, notamment économiques, sans la tutelle d’institutions financières internationales, ou carrément sous la « dictée » d’assistants techniques souvent en service militaire, est dramatique. Au fond, il y’a comme une rupture émotionnelle entre le Peuple et ses élites dirigeantes. Un fossé se creuse lentement, profondément. Inexorablement ? Le temps est venu de se le demander.
Il s’agit de réfléchir, gravement, à ce processus de putréfaction des ambitions légitimes nourries au lever du « soleil des indépendances ». Il faut se demander pourquoi cinquante-cinq après le constat d’échec est quasi général, à de rares exceptions près, et dans des limites convenues comme étant satisfaisantes pour les africains. Et pourtant le Continent africain est riche, le Continent africain est jeune, le Continent africain est créatif…. Alors qu’est ce qui manque à l’Afrique pour jouer dans la cour des grands ?
A mon avis, il ne faut plus se voiler la face : L’Afrique est malade de ses élites, notamment politiques. Un manque cruel de leadership inspiré, depuis les premières heures des « indépendances », nous a conduit à faire fausse route. Comme fascinés, ou éblouis, par les dorures des pouvoirs et privilèges hérités de la colonisation, nous avons négligé de déconstruire son projet. Les premières générations de dirigeants africains formés à l’école coloniale (Génération ENFOM) étaient en fait plus des administrateurs coloniaux que les inspirateurs d’un nouveau destin. En face d’eux, des opposants embourbés dans les idéologies toujours d’inspiration occidentale (Marxisme-léninisme et compagnie) ont installé nos pays dans le cercle infernal de bavardages sans lendemains. Et on tourne en rond depuis, sous le regard paternaliste des ex-puissances coloniales ravies de contrôler nos politiques sans se salir les mains ! A chaque crise risquant de mettre en cause les intérêts majeurs de ces grandes puissances, leurs officines concoctent des prêt-à-penser relayés par des élites, aujourd’hui appelées « société civile « , lourdement financées et intellectuellement formatées pour répéter des mots-clés et brouiller l’entendement populaire. Arrivent alors les technocrates pour administrer des posologies standard qui ont ceci de commun qu’elles n’ont fait leurs preuves nulle part ! A chaque échec retentissant d’un modèle, pourtant présenté comme la panacée, des « experts », endollardés de sottise, aurait dit Aimé Césaire débarquent et débitent de nouvelles formules sous le regard apathique de fonctionnaires désabusés, conscients qu’ils sont que tout est déjà joué au-dessus de leurs têtes et qu’il vaut mieux se taire et encaisser perdiems et frais de mission pour achever le chantier de la maison si difficilement acquise ! En effet, les fonctionnaires africains ont baissé les bras depuis si longtemps qu’ils ne s’en souviennent même plus. En fait, c’est le modèle de l’Etat néocolonial qu’il serve mécaniquement qu’il faut aujourd’hui interroger et réformer profondément. Il s’agit pour les élites africaines, et sénégalaises pour ce qui nous concerne ici, de développer une introspection qui va au-delà des clivages politiciens importés et construire de nouveaux paradigmes. Il faut concevoir un projet de société qui prenne racine sur notre patrimoine culturel, nos valeurs de civilisation et nos aspirations spirituelles. L’indépendance, c’est démolir quatre siècles de domination culturelle, économique et politique. C’est entreprendre résolument la reconstruction d’un système éducatif et social qui puisse générer une élite dirigeante décomplexée, visionnaire et conquérante ! Avons-nous pris ce chemin ? Je crois que non. Il va falloir auparavant se convaincre que les crises violentes qui secouent notre système éducatif sont structurelles. Aucune réparation partielle n’en viendra à bout. Il va falloir aller au fond des choses.
Les aspirations des jeunes africains sont pressantes. Elles s’expriment à travers les crises cycliques qui traversent le Continent. Pays par pays. Les ainés ont la lourde responsabilité de prendre conscience des véritables enjeux au lieu de mettre en avant le confort fragile et factice de la jouissance de « pouvoirs », éphémères par définition, et qui ne valant pas une place de choix dans l’Histoire : Lumumba survit et gagne, chaque jour une place dans le cœur des jeunes africains. Qui se souvient de Mobutu ? Thomas Sankara, de sa tombe, poursuit ses assassins et hante leur sommeil. Cheikh Anta Diop conquiert, chaque jour des cœurs et des esprits. L’Histoire avec un grand H nous invite à mériter le statut de descendants des bâtisseurs de pyramides en lieu et place du destin de mendiants planétaires dans lequel « l’ordre mondial » actuel cherche à nous confiner. Refusons et disons non à la misère de la « politique »qui nous enserre dans des politiques de la misère ! Nous vallons mieux.
Amadou Tidiane WONE
Ancien Ministre
woneamadoutidiane@gmail.com




AFRIQUE-MONDE

logo article

AFRIQUE : Le Président de l’Assemblée des Etats Parties se félicite de la décision de la Gambie de ne pas se retirer du Statut de Rome de la CPI

17/02/2017 par :

PAPA MEO DIOUF : Le 10 novembre 2016, la République islamique de Gambie a notifié sa décision de (...)

logo article

Tchad : Comment a été créée la garde présidentielle

15/02/2017 par :

Les exercices sont répétés en conditions réelles à N’Djamena. "L’entraînement est gourmand en (...)

logo article

Mali : l’opération Barkhane annonce avoir déjoué un projet d’attentat à Kidal

15/02/2017 par :

Informée par la population d’une attaque terroriste en préparation à Kidal, une trentaine de (...)

logo article

Sortie du Franc CFA : pour les panafricains, une autre monnaie est possible

13/02/2017 par :

PAR PAPA MEO DIOUF : Dakar, le 13 février 2017 - La nouvelle journée de mobilisation du Front (...)

logo article

RAPPORT : UN DÉPUTÉ FRANÇAIS ÉVOQUE LA "MALADIE" DU ROI DU MAROC, MOHAMMED VI

11/02/2017 par :

A l’occasion de la remise d’un rapport sur les relations entre l’Europe et le Maghreb, Jean (...)

logo article

Félix Tshisekedi : « Mon père appartient au patrimoine national de la RD Congo »

10/02/2017 par :

La mêlée politique congolaise ne connait pas de trêve. Depuis le décès d’Étienne Tshisekedi, et (...)

logo article

Exclusif – Présidence Commission africaine : Toute la vérité sur l’échec cuisant des adversaires du Tchadien, Moussa Faki Mahamat ?

08/02/2017 par :

Après plusieurs mois de campagne intense, les candidats au prestigieux poste de Président de la (...)

logo article

AFRIQUE : LE SPECTRE DE LA GUERRE PLANE DE NOUVEAU SUR LE MAGHREB

06/02/2017 par :

Après le sérieux revers qu’il vient d’essuyer suite à la validation du retour du Maroc au sein de (...)

logo article

Idriss Déby Itno : « Au lieu de nous donner des leçons, l’Occident devrait écouter notre avis »

06/02/2017 par :

Chaos en Libye, enjeux sécuritaires autour du lac Tchad, crise pétrolière ou encore franc CFA. Le (...)

logo article

USA : Obama dénonce à son tour le décret Trump et encourage les manifestants

30/01/2017 par :

L’ex-président américain ne s’est pas exprimé depuis qu’il a quitté la Maison-Blanche il y a dix (...)

logo article

28e sommet de l’UA : le Guinéen Alpha Condé prend la présidence tournante

30/01/2017 par :

A Addis-Abeba, la cérémonie d’ouverture du 28e sommet de l’Union africaine a démarré. Les dossiers (...)

DEPECHES

30 janvier 2017

AFRIQUE : Le Maroc réintègre l’Union africaine (officiel)

30 janvier 2017

Sommet de l’UA : le Tchadien Moussa Faki Mahamat élu à la tête de la Commission de l’Union africaine Il succède donc à la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma.

27 janvier 2017

POLITIQUE : La Conférence des leaders de Mànkoo Wattu Senegaal s’est réunie ce jeudi 26 janvier 2017 à la Permanence Nelson Mandela du Grand Parti. Examinant la question relative à l’invitation du Ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda DIALLO à participer « aux discussions sur le processus électoral » prévues avec le Président de la République, vendredi 27 janvier 2017 « au Palais présidentiel », le FDS / Mankoo Wattu demande à ses membres de ne pas prendre part à cette rencontre. Dans ce cadre, le FDS/ Mankoo Wattu invite la presse nationale et internationale à un point de presse qu’il tiendra vendredi 27 janvier 2017 à 15h30mn au siège du Grand Parti.

20 janvier 2017

DEPECHE : Le président de la commission de la Cédéao Marcel Alain de Souza a déclaré lors d’une conférence de presse à Dakar qu’une dernière tentative de médiation avec Yahya Jammeh allait être menée ce vendredi 20 janvier par le président guinéen Alpha Condé. Le président a jusqu’à demain midi pour accepter de quitter le pouvoir, sans quoi les militaires ouest-africains feront usage de la force, a précisé Marcel Alain de Souza. En attendant, l’intervention militaire ouest-africaine est suspendue.

19 janvier 2017

AFRIQUE : La cérémonie d’investiture du président gambien, élu à l’issue du scrutin présidentiel du 1er décembre, Adama Barrow, aura lieu jeudi 19 janvier, à 16h GMT, selon les déclarations du porte-parole du président élu recueillies par l’AFP.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES