OPINION : Meurtres systémiques

Une succession de meurtres répugnants et très médiatisés a récemment mis la population en émoi et instauré sur la place publique un débat sur le retour à la peine de mort comme ultime recours contre le regain de violence. Si on y regarde de plus près ce débat s’est instauré tout simplement parce qu’on aime exprimer nos émotions à haute voix, plutôt que de s’interroger sur les vrais causes d’une réalité atypique et en anticiper la persistance. Si l’on considère les derniers meurtres qui ont fait la une des média ( affaire Ibrahima Samb, affaire Ndiaga Diouf, affaire Pape Ndiaye, Fama Diop Sanchez et aujourd’hui Fatoumata Mactar Ndiaye) dont la motivation est tantôt crapuleuse, tantôt passionnelle, tantôt pécuniaire, l’on ne voit de ce point de vue, ni du point de vue juste social eu égard au statut des différents victimes et auteurs, aucune base commune pour en tirer systématiquement des conclusions et en dériver des solutions.

Ces crimes sont odieux, personne n’en disconvient ; mais faisons attention à l’effet buzz qu’ils ont produit et qui peut conduire à des méprises graves. Il reste à démontrer qu’au regard des statistiques et des caractéristiques des autres crimes perpétrés à longueur d’années, dans l’indifférence des média, ils sont les plus représentatifs pour servir à la recherche de solution globale et durable.
Le meurtre est un crime certes, mais il est surtout l’apogée de la violence. De ce fait il convient pour le traiter d’analyser le processus, de l’instant de son déclenchement à l’atteinte du point critique où des circonstances survenues en ont enjoint la réalisation. Un temps variable balisé de permanentes agressions plus ou moins mineures, généralisées et banalisées.

Nous vivons dans un environnement de déficit comportemental dangereux qui rend la probabilité de telles fatalités élevée. Tuer dans notre univers quasi chaotique n’est pas un accident, mais une conséquence logique d’un damné système auto-contrainte, que par notre insouciance, nous avons bâti et nous y sommes résignés pour tout destin.
Ne rendez-vous pas compte que même nos prêcheurs ne peuvent plus s’imaginer les délices du paradis promis dans les livres saints ? - Pour convaincre les disciples à suivre à la lettre la religion, ils n’ont recours qu’aux affres de l’enfer de l’au-delà. Cela est de l’agression par matraquage de promesses à la damnation. C’est contreproductif par rapport aux autres offres pédagogiques. Les résultats négatifs sont patents mais rien n’y fait. N’aurions-nous plus le droit d’espérer et rêver de mieux, surtout provenant de Dieu ?

Ne pas confondre émotion et solution :
La réponse à ces meurtres décidément n’est pas à trouver dans l’issue à réserver à la peine de mort. Plutôt se poser des questions sur ce que notre société est devenue et là où elle semble s’acheminer, constatant qu’il n’y a plus de sérénité possible dans notre environnement et que toute la population vit en permanence au seuil de l’exaspération. Pourquoi tant de violences quotidiennes entre nous-mêmes, devenues habitudes et banalités, en dépit des valeurs séculaires dont on revendique la paternité ? Comment est-ce que ce phénomène de laxisme et corruption des mœurs tant déploré, prospère sans que les toutes puissantes valeurs ancestrales et religieuses fièrement exhibées ne puissent le freiner, au moins à défaut sonner l’alerte à temps et provoquer un sursaut socio-culturel conservatoire ?
Les agressions de tous genres font légions gratuitement et impunément dans l’espace public, foulant aux pieds les règles e civilité, lois et normes, au passage. Je n’en veux comme exemple que quelques cas suivants :

Entre autres, les tapages nocturnes sous prétexte religieux, phénomène relativement nouveau et réelle torture imposée à une population qui ne sait à quel saint se vouer.

-  Tous les soirs dans nos quartiers des quidams occupent les places publiques pour dresser une petite bâche, accrocher leurs haut-parleurs aux arbres et chanter jusqu’à deux heures du matin. Ce n’est rien d’autre que du terrorisme. Figurez-vous que du temps de la bonne civilisation à Dakar, nous avions droit à un sommeil paisible garanti. Jusqu’aux années 70 je me souviens encore qu’un fameux journaliste de la RTS du nom de Ousseynou Seck, annonçait systématiquement à la radio dès 22h précises : << veuillez diminuer le volume sonore de votre poste radio, il est 22h>>. Et cela suffisait pour que le calme emplisse la ville.
-  Tous les matins des muezzins appellent de mosquées souvent contiguës dès 4h30 du matin pour une prière qui se fait parfois à 6h28. Et ils maintiennent les quartiers environnants éveillés via une agression par excès de décibels jusqu’au matin. Lui muezzin est chômeur, il retourne à son lit, les autres devront être à huit heures à leurs lieux de travail pour ne revenir chez eux que tard.

Quand on est condamné à des nuits autant perturbées et qu’on se réveille dans un décor sordide,
On ne peut qu’avoir les nerfs à fleur de peau et, pour les plus fragilisés d’entre nous, être tentés par la violence. S’y ajoute :
-  L’indécence des transports en commun et la pollution permanente de co2 dans l’atmosphère
-  L’indiscipline effroyable qui règne en toute flagrance sur le paysage sans se heurter à la moindre proscription dirimante
-  L’insalubrité et toute cette jeunesse en désenchantement errant comme des zombies dans les rues, fauchée comme des rats d’églises, l’insolite charretier qui prend tous les sens interdits et arpente même de nuit les grandes artères de la ville etc...
Tout cela est désagréable et notre permissivité à de telles agressions constituent le terreau de la violence.

S’attaquer à la violence à la racine.
On n’éradiquera jamais le meurtre. Se donner un tel objectif est une idée diabolique. Cependant on peut en baisser le ratio à un niveau convenable, si tant est qu’il est prouvé que l’actuel est déraisonnable. Pour ce faire il faut ramener les normes à leur place et veiller à ce qu’elles soient connues de tous dans les détails, ainsi que ce qu’il en coûte de les enfreindre, en même temps que l’on systématise l’application rigoureuse des sanctions respectives édictées.
Il n’y a pas de violence ou agression tolérable parce que légère. En accepter l’idée dans une société, c’est un encouragement donné aux fantasques en son sein, qui aiment à se marginaliser.
Vivre, pour nous êtres humains, c’est être en osmose avec un univers de normes et de conventions qui nous forgent des habitudes et réflexes, nous dispensant ainsi d’avoir à réfléchir et improviser chaque fois que l’on a à agir. C’est pourquoi le travail des autorités devrait consister au renforcement du respect rigoureux des normes et conventions dans l’espace public, sans relâche, ni complaisance, après s’être employées à bien les faire connaître de tous.
Repenser le modèle social Sénégalais, amener les citoyens à ne plus s’insulter les uns les autres, ni s’empoigner dans la rue, à se respecter mutuellement et vénérer l’environnement est le meilleur moyen d’éloigner la violence et les meurtres.

Ibe Niang Ardo



AFRIQUE-MONDE

logo article

Le "New York Times" a recensé tous les mensonges de Trump (et ils sont nombreux)

24/06/2017 par :

DONALD TRUMP - Cette compilation fait froid dans le dos. Deux journalistes américains du New (...)

logo article

Les musulmans de France fêteront la fin du ramadan dimanche

24/06/2017 par :

Les musulmans de France fêteront dimanche l’Aïd el-Fitr, la fête de la rupture du jeûne qui marque (...)

logo article

Ghana : fin des privilèges diplomatiques pour les anciens présidents

24/06/2017 par :

Ce changement de traitement concerne non seulement les anciens chefs d’Etat mais aussi les (...)

logo article

Soudan du Sud : la fête de l’indépendance annulée

24/06/2017 par :

Comme en 2016, la fête nationale ne sera pas célébrée cette année. Le gouvernement sud-soudanais a (...)

logo article

Ryad déjoue une attaque d’envergure contre le premier lieu saint de l’islam

24/06/2017 par :

L’Arabie saoudite a annoncé avoir déjoué un attentat d’envergure contre la Grande mosquée de La (...)

logo article

Jammeh retourne en Gambie

20/06/2017 par :

En Exil en Guinée Equatoriale, Yaya Jammeh n’oublie pas, pour autant, la Gambie. Par le biais (...)

logo article

Zeinab demande le divorce à Jammeh

20/06/2017 par :

Zeinab Suma aurait officiellement demandé le divorce à Yaya Jammeh. L’ex première dame, que les (...)

logo article

Gambie : Un Sénégalais arrêté pour 2 meurtres, 4 viols et 4 incendies

20/06/2017 par :

Dix chefs d’accusations pèsent sur la tête d’un Sénégalais, dont l’identité n’a pas été révélée, en (...)

logo article

Texas : Une Sénégalaise battue à mort par son époux ivoirien

20/06/2017 par :

L’affaire fait les choux gras de la presse en Côte d’Ivoire. Hermann Fulgence Gninia, 41 ans, un (...)

logo article

Aboubacry Ba nommé Dg d’un groupe de presse à Conakry

20/06/2017 par :

Le journaliste Aboubacry Ba, employé de la chaîne Canal Plus, a été nommé à la tête du groupe (...)

logo article

9 morts : Bilan définitif de l’attaque de Bamako

20/06/2017 par :

Le bilan définitif de l’attaque terroriste de dimanche après-midi au campement Kangaba, dans la (...)

DEPECHES

18 juin 2017

Trump tweets : "Je suis enquêté pour avoir tiré le directeur du FBI par l’homme qui m’a dit de déclencher le directeur du FBI. Chasse aux sorcières !"

18 juin 2017

Le Chili bat le Cameroun pour son premier match en Coupe des Confédérations

19 mai 2017

VIOLENT ACCIDENT SUR L’AUTOROUTE : PAS DE MORT ; QUE DES DÉGÂTS MATÉRIELS IMPORTANTS

3 mai 2017

Sénégal : Khalifa Sall et ses co-détenus restent en prison

12 avril 2017

Un élève de Limamoulaye kidnappé et tué

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES