OPINION : Macky Sall, Monsieur Propre aux mains sales

Au terme de 4 ans d’exercice du pouvoir, Macky Sall a considérablement abîmé les fondements de la démocratie sénégalaise, mis l’économie en banqueroute, et placé les institutions dans une situation d’affaissement sans précédent.

Les arrestations arbitraires pour motifs fallacieux d’offense au chef de l’état, et d’atteinte à la sûreté de l’état sont toujours d’actualité en dépit de la libération de l’honorable député Oumar Sarr. Le pouvoir abuse et instrumentalise à l’excès, la menace « terroriste » mêlée à toutes les sauces, puisque que demain un simple vendeur de cacahuètes pourra être qualifié de « terroriste » ou de « djihadiste ». Actuellement, des centaines de sénégalais croupissent dans les geôles du régime de Macky Sall, victimes d’accusations montées de toutes pièces, sans qu’aucune preuve de leur culpabilité ne soit apportée. Il n’y a pas longtemps, le 27 juillet 2015, un journaliste proche des cercles du pouvoir (Madiambal DIAGNE) révélait qu’en plein conseil des ministres, le Ministre de l’Intérieur, Abdoulaye Daouda Diallo, avait quasiment interrompu la séance pour fournir au Président, une information sensible, qui s’est avérée par la suite totalement fausse. Le Sénégal de 2016 est méconnaissable : les manifestations sont interdites, les étudiants sont brimés, les journalistes libres et indépendants sont intimidés, dans un contexte de restriction des libertés individuelles et collectives jamais égalé. Des maires, élus et bénéficiaires des suffrages de nos compatriotes, sont gazés, sans aucun ménagement par des forces de l’ordre qui agissent en toute illégalité, méconnaissant le sens premier de leurs missions. De fait, depuis l’avènement de Macky Sall au pouvoir, le Sénégal est placé dans une situation d’état d’urgence qui ne dit pas son nom. Désavoué par l’écrasante majorité des sénégalais, Macky Sall installe un régime de terreur pour tenir le peuple en respect et lui imposer le silence.

Pendant ce temps (alors que le peuple crève de faim et de soif, et que les jeunes réclament des emplois), le pillage des ressources par les tenants du régime atteint une vitesse de croisière : l’affaire MITTAL met à nu des pratiques hautement prédatrices ; la nébuleuse PETROTIM associe le Président et son frère Aliou Sall dans un énorme scandale de népotisme, de favoritisme et de délit d’initié ; les centaines de millions de F CFA allouées illégalement à M’Baye N’Diaye et Moustapha Cissé Lô, dans une transaction qualifiée d’indemnisation constituent un vol de deniers publics ; les dizaines de milliards soustraits des caisses de l’état par le boulimique Ministre de l’économie et des finances Amadou Ba dans le cadre de remises gracieuses, en violation totale des règles fiscales et de la loi doivent lui valoir une traduction immédiate devant la Haute Cour de justice de la République. Régulièrement, des scandales extrêmement graves sont révélés au grand jour, prouvant que le Sénégal est dirigé par une bande d’affairistes et d’incompétents, aux mains SALES. L’énorme scandale concernant l’affaire des billets de Mecque offerts au Ministre des affaires étrangères, Mankeur N’Diaye est assimilable à un racket et jette le discrédit sur la diplomatie sénégalaise, portée jadis au pinacle par une génération de hauts fonctionnaires chevronnés.

Après avoir érigé le « NEDOUKOBANDOUM » en mode de gestion du pouvoir et de nomination (que des militants de l’APR fustigent en hexagone), l’ignoble débat relatif à la nationalité de Karim Wade nous rappelle les sombres heures de la Radio Mille Collines (radio de propagande) qui a amplement contribué à légitimer le génocide Rwandais. Le FPDR France précise que depuis son accession à l’indépendance en 1960, le Sénégal a été épargné par des conflits à relent ethnique. Le FPDR France met en garde contre toute tentative visant à porter atteinte à la cohésion nationale, tient Macky Sall pour principal responsable de toute dérive sur le sujet, et prend d’ores et déjà à témoin la communauté internationale.

Pour le FPDR France, la déclaration de Macky Sall dans les colonnes du journal l’Express, courcircuitant le Conseil Constitutionnel, avec la confirmation que les élections présidentielles se dérouleront en 2017, démontre le mépris total du chef de l’APR à l’endroit des institutions de la République, des journalistes sénégalais et du peuple.

Le FPDR France invite les Professeurs Malick N’Diaye, Amsatou Sow Sidibé, ainsi que tous les intellectuels et journalistes à rejoindre le camp du peuple, car les jours de Macky Sall à la tête du Sénégal sont comptés.

Enfin, le FPDR France remercie chaleureusement toutes les Institutions Internationales saisies dans le cadre de l’affaire Oumar Sarr.

Fait à Paris, le 12 février 2016

M.Sidy Fall, Coordonnateur du FPDR France




AFRIQUE-MONDE

logo article

Infographie : comment se porte le commerce des armes en Afrique ?

21/02/2017 par :

Selon les données du Stockholm International Peace Research Institute (Sipri) portant sur ces (...)

logo article

Bénin : l’Etat récupère ses hôtels

21/02/2017 par :

Le gouvernement béninois a prononcé ce mercredi 16 février, la résolution des conventions de (...)

logo article

AFRIQUE : Le Président de l’Assemblée des Etats Parties se félicite de la décision de la Gambie de ne pas se retirer du Statut de Rome de la CPI

17/02/2017 par :

PAPA MEO DIOUF : Le 10 novembre 2016, la République islamique de Gambie a notifié sa décision de (...)

logo article

Tchad : Comment a été créée la garde présidentielle

15/02/2017 par :

Les exercices sont répétés en conditions réelles à N’Djamena. "L’entraînement est gourmand en (...)

logo article

Mali : l’opération Barkhane annonce avoir déjoué un projet d’attentat à Kidal

15/02/2017 par :

Informée par la population d’une attaque terroriste en préparation à Kidal, une trentaine de (...)

logo article

Sortie du Franc CFA : pour les panafricains, une autre monnaie est possible

13/02/2017 par :

PAR PAPA MEO DIOUF : Dakar, le 13 février 2017 - La nouvelle journée de mobilisation du Front (...)

logo article

RAPPORT : UN DÉPUTÉ FRANÇAIS ÉVOQUE LA "MALADIE" DU ROI DU MAROC, MOHAMMED VI

11/02/2017 par :

A l’occasion de la remise d’un rapport sur les relations entre l’Europe et le Maghreb, Jean (...)

logo article

Félix Tshisekedi : « Mon père appartient au patrimoine national de la RD Congo »

10/02/2017 par :

La mêlée politique congolaise ne connait pas de trêve. Depuis le décès d’Étienne Tshisekedi, et (...)

logo article

Exclusif – Présidence Commission africaine : Toute la vérité sur l’échec cuisant des adversaires du Tchadien, Moussa Faki Mahamat ?

08/02/2017 par :

Après plusieurs mois de campagne intense, les candidats au prestigieux poste de Président de la (...)

logo article

AFRIQUE : LE SPECTRE DE LA GUERRE PLANE DE NOUVEAU SUR LE MAGHREB

06/02/2017 par :

Après le sérieux revers qu’il vient d’essuyer suite à la validation du retour du Maroc au sein de (...)

logo article

Idriss Déby Itno : « Au lieu de nous donner des leçons, l’Occident devrait écouter notre avis »

06/02/2017 par :

Chaos en Libye, enjeux sécuritaires autour du lac Tchad, crise pétrolière ou encore franc CFA. Le (...)

DEPECHES

21 février 2017

FRANCE : Le siège du Front national à Nanterre a été perquisitionné, lundi, pour la seconde fois dans le cadre de l’affaire des soupçons d’emplois fictifs d’assistants au Parlement européen, a annoncé le FN, dénonçant "une opération médiatique".

21 février 2017

USA : Donald Trump a annoncé, lundi, la nomination du général H.R. McMaster comme nouveau conseiller à la sécurité nationale, en remplacement de Michael Flynn, au terme d’une difficile recherche qui a tenu Washington en haleine.

30 janvier 2017

AFRIQUE : Le Maroc réintègre l’Union africaine (officiel)

30 janvier 2017

Sommet de l’UA : le Tchadien Moussa Faki Mahamat élu à la tête de la Commission de l’Union africaine Il succède donc à la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma.

27 janvier 2017

POLITIQUE : La Conférence des leaders de Mànkoo Wattu Senegaal s’est réunie ce jeudi 26 janvier 2017 à la Permanence Nelson Mandela du Grand Parti. Examinant la question relative à l’invitation du Ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda DIALLO à participer « aux discussions sur le processus électoral » prévues avec le Président de la République, vendredi 27 janvier 2017 « au Palais présidentiel », le FDS / Mankoo Wattu demande à ses membres de ne pas prendre part à cette rencontre. Dans ce cadre, le FDS/ Mankoo Wattu invite la presse nationale et internationale à un point de presse qu’il tiendra vendredi 27 janvier 2017 à 15h30mn au siège du Grand Parti.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES