OPINION : Lettre ouverte à Macky Sall, Président de la République du Sénégal

Monsieur Le Président,
En regardant rétrospectivement 4 ans de votre mandat à la tête de notre pays, en tant que quatrième président de la République du Sénégal, je ne peux m’empêcher de penser à cette journée du 31 janvier 2012 qui a vu la mort de Mamadou Diop, venu comme de nombreux patriotes défendre notre constitution ; venu, comme vous et moi, à ce rassemblement historique organisé par la coalition M-23 à la place de l’obélisque.
Monsieur Le Président,
Les enjeux, lesquels à l’époque, nous ont amené à nous asseoir vous et moi côte à côte à Colobane, dans les rangs de l’opposition, sont toujours d’actualité : La Constitution rien que la constitution. Aujourd’hui je suis toujours dans l’opposition et vous vous incarnez le pouvoir. Les concertations pour la revue du code électoral (16 juin-3 aout 2016) ont montré de profondes divergences entre vous et nous. Il n’est pas question pour moi de toutes les mentionner en détails ici. Je voudrais juste rappeler quelques principes qui me semblent fondamentaux et donner rapidement mon point de vue concernant quelques points de notre code électoral.
D’abord, nous sommes convaincus que le bulletin unique est à adopter. Comme de nombreux observateurs et acteurs politiques, je considère que celui-ci allègerait le scrutin et encouragerait l’électeur qui n’aurait pas à être à la merci des acheteurs de conscience qui lui demanderaient des preuves de vote contre de l’argent. Nous demandons également la nomination d’une personne neutre et consensuelle pour l’organisation des élections en dehors et dissocier le ministère des élections du ministère de l’intérieur comme cela a déjà été dans le passé avec notamment Cheikh Guèye sous Abdoulaye Wade ou plus loin la nomination du Général Cissé avec Abdou Diouf. Cela aiderait à un apaisement du climat politique en vue d’élections régulières et transparentes. En outre le ministre de l’intérieur ne peut être habilité, en aucun cas, à proclamer les résultats. Ensuite la loi sur la bi nationalité n’a pas besoin d’être changée. Le rajout d’un alinéa à l’article 114 du code électoral selon lequel, le candidat à la présidentielle possédant une double nationalité doit renoncer à la nationalité autre que celle sénégalaise 5 ans avant le jour de la présidentielle n’apporterait aucune amélioration aux dispositions déjà existantes en la matière. Nous considérons que le simple abandon de la nationalité autre avant le dépôt de sa candidature suffit. Dans un autre ordre d’idée, le Président de la République et le ministre de la Justice ne doivent pas siéger au Conseil Supérieur de la Magistrature comme successivement Président et Vice-Président tel que recommandé par de nombreux acteurs et experts dont le juge Babacar N’gom. En plus d’un pouvoir de gestion financière, d’ordonnateur et de nomination des magistrats ce nouveau Conseil de la Magistrature aiderait à renforcer la séparation des pouvoirs et à avoir une justice pleinement indépendante. Cette réforme aiderait par conséquent à l’organisation d’élections plus transparentes avec des juges plus indépendants. De même, nous vous demandons de démissionner de votre rôle de dirigeant d’un parti politique car un Président de la République doit se situer au dessus des considérations partisanes et se consacrer entièrement aux affaires de l’Etat. Enfin pour ce qui est de la refonte partielle du fichier électoral, nous sommes d’accord sur le principe. Mais nous ne pouvons être en phase avec la stratégie consistant à la radiation automatique des électeurs qui ne se signaleront pas pendant la refonte avec toutes les possibilités de fraude quelle ouvre. En revanche nous demandons un audit du fichier, une mise à jour à partir des registres de décès issus des structures habilitées et sa publication en ligne pour que chaque citoyen puisse y avoir accès et en faire la vérification à n’importe quel moment.

Monsieur le Président,
Voici les points qu’ils nous tenaient à cœur, le Rassemblement Démocratique des Républicains et moi même, de porter à votre connaissance pour l’organisation d’élections libres, justes et transparentes. Merci d’en prendre compte et de les verser au débat.

Elhadji Malick Badji
Secrétaire General du Rassemblement Démocratique des Républicains
(RDR)




AFRIQUE-MONDE

logo article

AFRIQUE : Le Président de l’Assemblée des Etats Parties se félicite de la décision de la Gambie de ne pas se retirer du Statut de Rome de la CPI

17/02/2017 par :

PAPA MEO DIOUF : Le 10 novembre 2016, la République islamique de Gambie a notifié sa décision de (...)

logo article

Tchad : Comment a été créée la garde présidentielle

15/02/2017 par :

Les exercices sont répétés en conditions réelles à N’Djamena. "L’entraînement est gourmand en (...)

logo article

Mali : l’opération Barkhane annonce avoir déjoué un projet d’attentat à Kidal

15/02/2017 par :

Informée par la population d’une attaque terroriste en préparation à Kidal, une trentaine de (...)

logo article

Sortie du Franc CFA : pour les panafricains, une autre monnaie est possible

13/02/2017 par :

PAR PAPA MEO DIOUF : Dakar, le 13 février 2017 - La nouvelle journée de mobilisation du Front (...)

logo article

RAPPORT : UN DÉPUTÉ FRANÇAIS ÉVOQUE LA "MALADIE" DU ROI DU MAROC, MOHAMMED VI

11/02/2017 par :

A l’occasion de la remise d’un rapport sur les relations entre l’Europe et le Maghreb, Jean (...)

logo article

Félix Tshisekedi : « Mon père appartient au patrimoine national de la RD Congo »

10/02/2017 par :

La mêlée politique congolaise ne connait pas de trêve. Depuis le décès d’Étienne Tshisekedi, et (...)

logo article

Exclusif – Présidence Commission africaine : Toute la vérité sur l’échec cuisant des adversaires du Tchadien, Moussa Faki Mahamat ?

08/02/2017 par :

Après plusieurs mois de campagne intense, les candidats au prestigieux poste de Président de la (...)

logo article

AFRIQUE : LE SPECTRE DE LA GUERRE PLANE DE NOUVEAU SUR LE MAGHREB

06/02/2017 par :

Après le sérieux revers qu’il vient d’essuyer suite à la validation du retour du Maroc au sein de (...)

logo article

Idriss Déby Itno : « Au lieu de nous donner des leçons, l’Occident devrait écouter notre avis »

06/02/2017 par :

Chaos en Libye, enjeux sécuritaires autour du lac Tchad, crise pétrolière ou encore franc CFA. Le (...)

logo article

USA : Obama dénonce à son tour le décret Trump et encourage les manifestants

30/01/2017 par :

L’ex-président américain ne s’est pas exprimé depuis qu’il a quitté la Maison-Blanche il y a dix (...)

logo article

28e sommet de l’UA : le Guinéen Alpha Condé prend la présidence tournante

30/01/2017 par :

A Addis-Abeba, la cérémonie d’ouverture du 28e sommet de l’Union africaine a démarré. Les dossiers (...)

DEPECHES

30 janvier 2017

AFRIQUE : Le Maroc réintègre l’Union africaine (officiel)

30 janvier 2017

Sommet de l’UA : le Tchadien Moussa Faki Mahamat élu à la tête de la Commission de l’Union africaine Il succède donc à la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma.

27 janvier 2017

POLITIQUE : La Conférence des leaders de Mànkoo Wattu Senegaal s’est réunie ce jeudi 26 janvier 2017 à la Permanence Nelson Mandela du Grand Parti. Examinant la question relative à l’invitation du Ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda DIALLO à participer « aux discussions sur le processus électoral » prévues avec le Président de la République, vendredi 27 janvier 2017 « au Palais présidentiel », le FDS / Mankoo Wattu demande à ses membres de ne pas prendre part à cette rencontre. Dans ce cadre, le FDS/ Mankoo Wattu invite la presse nationale et internationale à un point de presse qu’il tiendra vendredi 27 janvier 2017 à 15h30mn au siège du Grand Parti.

20 janvier 2017

DEPECHE : Le président de la commission de la Cédéao Marcel Alain de Souza a déclaré lors d’une conférence de presse à Dakar qu’une dernière tentative de médiation avec Yahya Jammeh allait être menée ce vendredi 20 janvier par le président guinéen Alpha Condé. Le président a jusqu’à demain midi pour accepter de quitter le pouvoir, sans quoi les militaires ouest-africains feront usage de la force, a précisé Marcel Alain de Souza. En attendant, l’intervention militaire ouest-africaine est suspendue.

19 janvier 2017

AFRIQUE : La cérémonie d’investiture du président gambien, élu à l’issue du scrutin présidentiel du 1er décembre, Adama Barrow, aura lieu jeudi 19 janvier, à 16h GMT, selon les déclarations du porte-parole du président élu recueillies par l’AFP.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES