OPINION : Le deal de Doha, le bal des contempteurs et la marche vers le palais

Ces derniers jours, les sénégalais auront tout entendu. Les attaques verbales d’une rare violence contre Idrissa Seck sont allées crescendo provenant autant du côté du pouvoir que de ses nombreux alliés de circonstance. À la suite de la libération du fils de l’ancien Président, Karim Wade, les populations sénégalaises, la société civile et tous les partis politiques de bonne volonté se sont interrogés sur les tenants et les aboutissants d’un tel acte
Au milieu de ces interrogations légitimes, une voix et non des moindres s’est élevée, celle d’Idrissa Seck, le leader du parti Rewmi. Il dénonça un deal orchestré depuis le Qatar, où Karim Wade s’est envolé quelques heures après sa libération. « Je trouve sa libération scandaleuse, parce que résultat d’un deal. Le Qatar est intervenu (…). Ce deal enlève au président de la République toute légitimité pour poursuivre qui que ce soit. Le président Macky Sall a perdu toute légitimité pour parler de traque de biens mal acquis parce que cette traque autour de Karim Wade a tenu en haleine le peuple sénégalais pendant quatre ans et accouche d’une souris, souligne-t-il. Ce que je trouve ignoble, c’est que le président Macky Sall ait voulu couvrir ce deal en l’anoblissant au moyen d’un prétendu dialogue national qui comme vous avez pu le constater n’a porté sur aucun des intérêts vitaux du Sénégal ».
Cette phrase fut le signal à l’ouverture du bal des chasseurs de primes, des précheurs de malheur et des disciples présidentiels de la dernière heure. La bête immonde est lâchée : les invectives envers l’ancien premier ministre pleuvent, la mémoire, un temps perdu, est recouvrée pour proclamer, avec certitude, èa tout vent, que le protocole de Rebeuss, cet éléphant blanc des dix dernières années de la scène politique sénégalaise, existerait bel et bien. Le sommet des inepties est atteint par Samuel Sarr, qui, sur trois questions qui lui étaient posées a réussi l’exploit de placer une vingtaine d’injures publiques. Maître Ousmane Sèye, qui, en 2008 prétendait ne pas connaitre le Protocole de Rebeuss, confirme le 10 juillet dernier, l’existence du document. Voilà où en sont les accusateurs. Pourtant à l’issue d’une détention aussi longue qu’arbitraire d’Idrissa Seck de juillet 2005 à février 2006, les chantiers de Thiès s’étaient révélés vierges de toute irrégularité d’où la délivrance d’un quitus de non lieu total par le juge chargé de l’instruction.
Mais la réalité est là : que valent la Justice sénégalaise et l’État de droit sous la présidence de Macky Sall ? Avons-nous effectivement une justice à deux vitesses ? Quelles sont les conditions de la libération de Karim Wade ? Sommes-nous habilités à croire aux promesses d’un Président qui a trahi l’une de ses promesses-phare, à savoir, la réduction de son mandat ?
Une chose est sûre. Ce gouvernement a renoncé à s’occuper des préoccupations socio-économiques des sénégalais pour lesquelles il a été élu. Le niveau de chômage-notamment chez les jeunes, continue plus que jamais à atteindre des sommets tandis que la santé, l’éducation, l’agriculture et l’industrie demeurent dans un état de délabrement avancé, alors que la pauvreté est le lot de la majorité des familles dans les villes comme dans les campagnes.
Cependant la posture d’Idrissa Seck est claire depuis le départ. Il n’a jamais été contre la libération de Karim Wade mais, attaché à l’État de droit et à la souveraineté de notre pays, il a dénoncé l’intervention du Qatar dans nos affaires intérieures qui traduit une vassalisation du Sénégal à un pays tiers. Par ailleurs M. Seck ne peut être envieux à l’endroit ni de son jeune frère Karim, ni de Macky Sall puisque c’est son combat pour hisser Abdoulaye Wade à la plus haute fonction de notre pays qui a conduit ces deux derniers à occuper des postes au sein de l’État. Aussi, ce qu’il a fait pour Wade et sa famille aucun des libéraux et des néo-défenseurs du Wadisme ne l’a fait. Mais pour lui l’intérêt suprême du Sénégal et sa sauvegarde doivent être placés au-dessus de tout intérêt partisan.
Maintenant pour que nul n’en ignore, nous attirons l’attention de l’opinion nationale et celle des amis du Sénégal que nous nous opposerons à toute tentative d’écarter le candidat Idrissa Seck pour la prochaine élection présidentielle et si Dieu le veut nous vaincrons.

Elhadji Malick BADJI
Secrétaire Général du RDR




AFRIQUE-MONDE

logo article

En intégrant le Maroc, la CEDEAO deviendrait la 16e puissance mondiale devant la Turquie

26/02/2017 par :

(Agence Ecofin) - Le Maroc a présenté à Ellen Johnson Sirleaf, présidente en exercice de la CEDEAO, (...)

logo article

Infographie : comment se porte le commerce des armes en Afrique ?

21/02/2017 par :

Selon les données du Stockholm International Peace Research Institute (Sipri) portant sur ces (...)

logo article

Bénin : l’Etat récupère ses hôtels

21/02/2017 par :

Le gouvernement béninois a prononcé ce mercredi 16 février, la résolution des conventions de (...)

logo article

AFRIQUE : Le Président de l’Assemblée des Etats Parties se félicite de la décision de la Gambie de ne pas se retirer du Statut de Rome de la CPI

17/02/2017 par :

PAPA MEO DIOUF : Le 10 novembre 2016, la République islamique de Gambie a notifié sa décision de (...)

logo article

Tchad : Comment a été créée la garde présidentielle

15/02/2017 par :

Les exercices sont répétés en conditions réelles à N’Djamena. "L’entraînement est gourmand en (...)

logo article

Mali : l’opération Barkhane annonce avoir déjoué un projet d’attentat à Kidal

15/02/2017 par :

Informée par la population d’une attaque terroriste en préparation à Kidal, une trentaine de (...)

logo article

Sortie du Franc CFA : pour les panafricains, une autre monnaie est possible

13/02/2017 par :

PAR PAPA MEO DIOUF : Dakar, le 13 février 2017 - La nouvelle journée de mobilisation du Front (...)

logo article

RAPPORT : UN DÉPUTÉ FRANÇAIS ÉVOQUE LA "MALADIE" DU ROI DU MAROC, MOHAMMED VI

11/02/2017 par :

A l’occasion de la remise d’un rapport sur les relations entre l’Europe et le Maghreb, Jean (...)

logo article

Félix Tshisekedi : « Mon père appartient au patrimoine national de la RD Congo »

10/02/2017 par :

La mêlée politique congolaise ne connait pas de trêve. Depuis le décès d’Étienne Tshisekedi, et (...)

logo article

Exclusif – Présidence Commission africaine : Toute la vérité sur l’échec cuisant des adversaires du Tchadien, Moussa Faki Mahamat ?

08/02/2017 par :

Après plusieurs mois de campagne intense, les candidats au prestigieux poste de Président de la (...)

logo article

AFRIQUE : LE SPECTRE DE LA GUERRE PLANE DE NOUVEAU SUR LE MAGHREB

06/02/2017 par :

Après le sérieux revers qu’il vient d’essuyer suite à la validation du retour du Maroc au sein de (...)

DEPECHES

21 février 2017

FRANCE : Le siège du Front national à Nanterre a été perquisitionné, lundi, pour la seconde fois dans le cadre de l’affaire des soupçons d’emplois fictifs d’assistants au Parlement européen, a annoncé le FN, dénonçant "une opération médiatique".

21 février 2017

USA : Donald Trump a annoncé, lundi, la nomination du général H.R. McMaster comme nouveau conseiller à la sécurité nationale, en remplacement de Michael Flynn, au terme d’une difficile recherche qui a tenu Washington en haleine.

30 janvier 2017

AFRIQUE : Le Maroc réintègre l’Union africaine (officiel)

30 janvier 2017

Sommet de l’UA : le Tchadien Moussa Faki Mahamat élu à la tête de la Commission de l’Union africaine Il succède donc à la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma.

27 janvier 2017

POLITIQUE : La Conférence des leaders de Mànkoo Wattu Senegaal s’est réunie ce jeudi 26 janvier 2017 à la Permanence Nelson Mandela du Grand Parti. Examinant la question relative à l’invitation du Ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda DIALLO à participer « aux discussions sur le processus électoral » prévues avec le Président de la République, vendredi 27 janvier 2017 « au Palais présidentiel », le FDS / Mankoo Wattu demande à ses membres de ne pas prendre part à cette rencontre. Dans ce cadre, le FDS/ Mankoo Wattu invite la presse nationale et internationale à un point de presse qu’il tiendra vendredi 27 janvier 2017 à 15h30mn au siège du Grand Parti.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES