OPINION : Le conseil constitutionnel n’a jamais dit au Président de se dédire !

Quand le Président de la République, Gardien de la constitution affirme ou laisse entendre qu’il renonce au respect de sa parole, celle de réduire son mandat de 7 à 5 ans, sur la base de l’avis recueilli auprès du constitutionnel, je dis, moi que cela ne correspond pas à la vérité des faits.
Jamais le conseil constitutionnel n’a demandé, ni suggéré au Président Macky Sall une pareille forfaiture.
Voilà, in extenso, ce que les 5 sages ont écrit :
« Ainsi, sur l’application de la réduction au mandat en cours du Président de la République, le Conseil constitutionnel considère que cette disposition doit être supprimée, au motif qu’elle n’est conforme ni à l’esprit de la constitution, ni à la pratique constitutionnelle ». Et de poursuivre : « Se fondant sur l’histoire constitutionnelle de notre pays et l’expérience d’autres Etats partageant la même tradition juridique, le Conseil constitutionnel considère que le mandat en cours au moment de l’entrée en vigueur de la loi de révision, dont la durée, préalablement fixée dans le temps, et par essence intangible, est hors de portée de la loi nouvelle ».
En clair, les 5 sages ont dit au Président qu’une loi, fut-elle constitutionnelle, ne saurait violer le principe de la non rétroactivité. Autrement dit, la fin du mandat actuel est, légalement, fixée en 2019.
Ce que les sages ont dit est une vérité universelle.
Pour réduire son mandat et organiser des élections présidentielles, il fallait, au Président, remplir trois conditions : la fin légale du mandat présidentiel (qui n’intervient qu’au bout de 7ans pour le mandat du Président Macky Sall), le décès ou la démission.
Le conseil constitutionnel ayant rejeté, heureusement pour ses membres, le principe de rétroactivité demandé, pernicieusement, par le Président, celui-ci avait, alors, deux possibilités légales : se suicider (le décès est un motif d’élections anticipées) ou démissionner (autre motif d’élections anticipées) pour respecter sa parole.
Le Conseil constitutionnel n’a pas rejeté la rétroactivité pour donner un prétexte au Président de manquer à sa propre parole, mais les sages ont, simplement, rappelé un principe universel de droit ; une loi ne peut pas juger de faits s’étant déroulés avant son adoption.
Le Président Macky Sall ignorait-il, au moment de faire sa promesse que la seule façon de réduire son mandat était sa démission ou son décès ?
Si oui, pourquoi avoir voulu faire accepter aux 5 sages l’inacceptable, à savoir la rétroactivité d’une loi ?
Sinon, pourquoi personne, dans l’entourage du candidat et, plus tard du Président de la République n’a attiré son attention sur les possibilités à lui offertes ?
En tout état de cause, pourquoi le Président et ses partisans veulent-ils continuer à fuir leurs responsabilités, à refuser d’assumer une décision politique en salissant l’image et la réputation des juges du conseil constitutionnel, lui le Gardien de la constitution ?
Pourquoi le Président n’apprend pas, lui et ses conseillers, à dire la vérité au Peuple, à faire face aux conséquences de leurs faits et gestes sans chercher à trouver des boucs émissaires ?.
Les juges du conseil Constitutionnel ont assez souffert des dissensions politiques pour que nous continuons à les tenir responsables de l’incapacité de nos dirigeants à traiter politiquement les problèmes politiques.
Cette souffrance, muette mais réelle, que les magistrats vivent du fait de l’instrumentalisation de leur travail par des politiciens incompétents est de nature à réduire l’efficacité de notre justice.
Je ne cesserai de le dire et de le redire, les problèmes politiques doivent trouver des solutions politiques par le dialogue et le respect mutuel afin d’éviter aux juges, aux policiers ou aux gendarmes de se trouver mêlés à des querelles partisanes et futiles qui ne font que nuire à la cohésion et à l’efficacité de la nation.

Tamba Danfakha
Secrétaire Général
Union Nationale Patriotique -UNP
Tél : 301181299




AFRIQUE-MONDE

logo article

AFRIQUE : La Gambie suspendue à l’investiture d’Adama Barrow

19/01/2017 par :

La Gambie est suspendue à la cérémonie d’investiture du président élu, Adama Barrow, prévue ce jeudi (...)

logo article

AFRIQUE : Des troupes sénégalaises "prêtes à intervenir" à la frontière gambienne

18/01/2017 par :

Des troupes sénégalaises sont positionnées à la frontière gambienne et se disent prêtes à intervenir (...)

logo article

Gambie : Yahya Jammeh décrète l’état d’urgence à deux jours de l’investiture d’Adama Barrow

17/01/2017 par :

À deux jours de l’investiture du nouveau président Adama Barrow, Yahya Jammeh a déclaré l’état (...)

logo article

À compter du 19 janvier, Yahya Jammeh ne sera plus reconnu par l’UA comme président légitime de la Gambie

13/01/2017 par :

Le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine a indiqué vendredi qu’à partir du 19 janvier (...)

logo article

Côte d’Ivoire : après le mouvement d’humeur des militaires, des têtes tombent au sein des forces de défense

09/01/2017 par :

Trois jours après le mouvement de contestation au sein de l’armée, le chef d’état-major de l’armée, (...)

logo article

Côte d’Ivoire : Daniel Kablan Duncan a remis la démission de son gouvernement à Alassane Ouattara

09/01/2017 par :

Le Premier ministre Daniel Kablan Duncan a présenté la démission de son gouvernement au président (...)

logo article

Côte d’Ivoire : mouvement d’humeur d’hommes en armes à Bouaké, Daloa et Korhogo

06/01/2017 par :

Des tirs ont été entendus dans la nuit de jeudi à vendredi à Bouaké. Ce vendredi, des hommes en (...)

logo article

Bien mal acquis : le procès de Teodorín Obiang est reporté

04/01/2017 par :

Le procès du fils du président de Guinée équatoriale, soupçonné de s’être frauduleusement bâti un (...)

logo article

RD Congo : l’accord politique global et inclusif enfin adopté et signé à Kinshasa

01/01/2017 par :

Sous l’égide des évêques catholiques, les pourparlers directs entre les signataires de l’accord du (...)

logo article

OPINION : L’AFFAIRE DJIBRILL BASSOLE, UN CAS D’ACHARNEMENT JUDICIAIRE

01/01/2017 par :

Il est devenu difficile pour tout esprit bien pensant de rester insensible au traitement (...)

logo article

Cemac : les chefs d’État ouvrent la porte à des prêts du FMI mais écartent une dévaluation

23/12/2016 par :

Pris dans une croissance atone, les chefs d’État de la Communauté économique et monétaire des États (...)

DEPECHES

9 janvier 2017

Côte d’Ivoire : Guillaume Soro largement réélu président de l’Assemblée nationale

9 janvier 2017

Gambie : Yahya Jammeh limoge 12 ambassadeurs ayant réclamé son départ

1er janvier 2017

Turquie : au moins 35 morts dans "l’attaque terroriste" contre la discothèque d’Istanbul

20 décembre 2016

TURQUIE : Le Ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’Extérieur, au nom du gouvernement du Sénégal, condamne avec force le lâche assassinat de l’ambassadeur de la Russie à Ankara, Monsieur Andreï Karlov, ce lundi 19 décembre 2016. Il s’agit là d’un acte terroriste. Le gouvernement du Sénégal présente ses condoléances et sa sympathie au gouvernement russe et réaffirme son engagement à renforcer la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent sous toutes leurs formes et manifestations.

9 décembre 2016

Ghana : le président Mahama reconnaît sa défaite auprès du chef de l’opposition Akufo-Addo

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES