OPINION : IL FAUT ARRETER MACKY SALL, AVANT QU’IL SOIT TROP TARD POUR LE SENEGAL !

Macky est en train de décimer l’opposition par une subversion rédhibitoire de nos valeurs reposant sur un achat éhonté des consciences, surtout que la majorité de la presse, corrompue et acquise à sa cause lui ferme ses portes. La nouvelle opposition, qui est porteuse de principes et d’un discours potentiellement déstabilisateurs pour Macky est particulièrement victime de cet ostracisme de mauvais aloi, orchestré par une Presse des Cent dont il faut définitivement désespérer.
Les combines de Macky, aux antipodes de ses principes galvaudés de gouvernance sobre et vertueuse sont chaque jour plus révoltantes encore aux yeux d’une population de plus en plus frustrée, indignée et dont le ressentiment se généralise inexorablement.
Nafi Ngom Keïta n’est pas de l’opposition certes, mais elle a un parti : celui de la Loi, que nul n’est censé ignorer, au point de pouvoir se prévaloir impunément de sa propre turpitude, à commencer par Macky ! Elle est donc engagée, pour la défense des intérêts de l’Etat, au même titre que les hommes politiques « nouveaux » sont engagés pour la défense de la Démocratie et de l’Etat de droit.
Elle fait peur à Macky.
Macky a peur, en effet. Il est tourmenté. Car, aujourd’hui Nafi Ngom Keïta remontée à bloc a crânement indiqué quelle sera sa posture envers Macky et son régime. Macky qui se moque des textes et les viole allégrement est confronté à ces mêmes textes par une citoyenne teigneuse qui croit fermement que nul n’est au dessus de la loi.
Elle a marqué une défiance désarmante vis-à-vis de lui, en démontant par une tournure aussi belle que pertinente l’argument massue sur lequel comptaient jouer les sous fifres de Macky pour la contraindre au silence, et à l’inaction. En effet, « secret d’Etat » ne signifie pas « secrets contre l’Etat » et, en l’espèce, Macky n’est pas l’Etat !
Elle ne renoncera pas à son engagement pour la défense de l’Etat ; elle rejoint par là la grande bataille que nous comptons remporter, pour sauver le Sénégal d’un basculement vers l’anomie où semble le plonger Macky, qui est prêt à tout pour rester au pouvoir.
Les ingrédients d’une révolution démocratique sont en train d’être réunis, surtout que les élites intellectuelles sont de plus en plus nombreuses à prendre leurs responsabilités désormais, pour mettre fin aux errements d’un Macky dont chaque jour étale davantage l’incompétence, et l’incurie du régime.
Les mafieux qui évoluent dans la corruption sont dangereux, et surtout puissants. Ces fossoyeurs de la République, pour notre malheur, se sont invités au festin de notre table nationale, servi par un Macky obséquieux qui fait office de chef de gang.
Pour s’en convaincre, il n’y a qu’à évoquer le grand deal du pétrole, au cœur duquel nous retrouvons Aliou Sall, et Baba Diao qui fait office de conseiller de Macky dans ce domaine. « Baba Diao lorgne le contrat d’approvisionnement en kérosène du nouvel aéroport Aibd », m’a-t-on dit, et il en a fait une obsession qui le fait saliver d’avance. D’où son activisme d’enfer ces temps-ci, au point que la majorité des observateurs se demande qu’est-ce qu’il mijotait.
Avec le pétrole, nous sommes en plein dans l’un des plus énormes scandales du règne de Macky, sur fond de conflit d’intérêt, où Macky utilise sa position, et ses prérogatives pour s’arroger avec ses proches nos richesses nationales. Aliou Sall est au premier plan.
Pisté par l’Ofnac, il est au centre d’un scandale qui ne s’éteindra pas avec le limogeage de Nafi Ngom Keïta : l’Affaire Petrotim. Un de ses camarades du régime me rapportait dernièrement que « le comité scientifique du colloque de l’Ams se réunissait parfois dans ses bureaux aux Almadies, et qu’il y avait les plans des côtes sénégalaises à l’effigie de Petrotim, crânement affichés, et bien visibles. »
Nous n’oublions pas non plus, l’Affaire du montage de la Banque la plus énigmatique de Dakar, la fameuse BDK !

Cela s’appelle Banditisme d’État.
Pour moins que ça, la présidente du Brésil a été destituée, avec le scandale Petrobras.

Macky est en train de faire pire, en commettant un crime économique hideux et indigne, forcément passible de la Haute Cour de Justice où il devra être jugé pour haute trahison, ainsi que tous les membres de sa famille, et leurs complices dans le pillage en règle et sans retenue de notre patrimoine national !

Certains parmi leurs plus grands complices, qui ont subitement pris peur en se rendant compte de l’énormité des sommes qu’ils auront dérobées, et de leur degré de complicité active dans ce pillage en règle du patrimoine national, alors qu’ils ne sont protégés que par la présence de Macky au pouvoir, ont discrètement commencé à opérer un retrait stratégique.
Abdoulaye Sylla, "l’argentier de Maréme" principalement !
Cet ancien vendeur de seringues, reconverti dans une vie récente en vendeur de véhicules d’occasion, presqu’analphabète aura ainsi géré une société hautement spécialisée dans le domaine aéroportuaire, sans que personne n’ose ciller, par crainte des représailles terribles de la belliqueuse Maréme Faye Sall !
Voilà l’homme qui aura réussi à transformer un fleuron de notre économie aéroportuaire en une immense ruche butinée par sa famille, la famille de Cheikh Ndiaye, leurs proches, et Maréme Faye, à travers sa fondation. Une entreprise méthodiquement pillée, et laissée à elle-même, dont le matériel d’exploitation est si vétuste qu’il en est devenu dangereux au point que les cadres qui ont fait recruter leurs proches dans la boîte les font travailler au fret, pour éviter tout contact aux conséquences imprévisibles avec les avions. AHS est devenu, un danger pour la sécurité aéroportuaire elle-même !
Tout le monde connait le Directeur de AHS installé par Abdoulaye Sylla dont il est le sherpa : Cheikh Ndiaye, un ancien de Menzies qui en fut licencié pour des raisons inavouables connues de tous, avant d’être réhabilité par Abdoulaye Sylla parce que témoin à charge contre Karim Wade, à la CREI.
Son père, un ancien agent d’Air Afrique et sa deuxième femme supervisent les agents de la société chargée de la sécurité à AHS, Argos, et gèrent les intérimaires d’AHS aussi, à travers une société dénommée Pact, localisée à Ouest foire.
C’est bon de travailler en famille !
Le marché du nettoyage des cabines, géré antérieurement par une entreprise dénommée Senka, lui aurait été arraché ; il aurait été confié directement à une société créée pour la circonstance par nos larrons et qui sert de pourvoyeuse d’emplois mis à la disposition de la Fondation Servir le Sénégal, qui y affecterait directement le personnel. Un personnel qui passe contractuel directement, alors que les intérimaires de plus de trois ans y végètent toujours.
Dans le cas où ces intérimaires sont contractualisés, au moment de l’embauche, ils sont libérés directement, en violation flagrante des dispositions en vigueur.
Tout le monde se rappelle le licenciement abusif des agents contractuels d’AHS invalidé par l’inspecteur régional du travail de l’époque, que Mansour Sy avait relevé sans état d’âme, pour faire plaisir à Abdoulaye Sylla, et servir galamment Maréme Faye Sall !

Aujourd’hui qu’Abdoulaye Sylla est parti, tous les autres membres de sa famille qu’il avait associés au pillage en règle de AHS ont discrètement démissionné, lorsqu’il a quitté son poste ! L’une de ses proches parents était notamment la comptable d’AHS, poste qu’elle a abandonné, dès le départ de Sylla.
Maintenant, Sylla aurait été assigné à une autre tâche ; coacher l’entrée en affaires du fils présidentiel, à défaut d’une carrière politique.
N’empêche, ils seront débusqués du fin fond du trou où ils se cacheront comme Saddam Hussein l’a été, pour être traduits à la CREI, et jugés !
« S’attaquer à des fraudeurs milliardaires, c’est engager une lutte contre des hommes puissants, des décideurs, des hommes très influents. Les corrupteurs, de leurs côtés, combattent la lutte contre la corruption. C’est à dire, qu’ils utilisent les milliards volés afin de combattre ceux qui luttent contre la corruption », a alerté Nafi Ngom Keïta. Rien de plus vrai, malheureusement pour notre pauvre Sénégal.
Contre ces gens, il nous faut nous inspirer de la stratégie des fourmis qui, en bande organisée, tuent une proie bien plus grosse qu’elles, la découpent en petits morceaux pour la ramener au nid, manger à leur faim et se constituer une réserve : tout un chacun peut se mobiliser et doit se mobiliser, et mettre à contribution son réseau d’influence pour que force reste à la Loi, et que le Sénégal soit le seul vainqueur !
Ce n’est que par l’union, et la mobilisation déterminée que nous sauverons notre pays des griffes de ces prédateurs sans retenue. De vraies hyènes. Les pires opportunistes au pouvoir que le Sénégal n’aura connus !

Les menaces, et autres intimidations, ça ne marchera pas.

Démarche républicaine, et posture patriotique : encourager ce qui est bien, indiquer ce qui est mieux, prévenir ce qui est mal, condamner ce qui est indigne, et combattre ce qui injuste, voilà la mission que nous nous sommes assignés.
Cissé Kane NDAO
Président A.DE.R




AFRIQUE-MONDE

logo article

Infographie : comment se porte le commerce des armes en Afrique ?

21/02/2017 par :

Selon les données du Stockholm International Peace Research Institute (Sipri) portant sur ces (...)

logo article

Bénin : l’Etat récupère ses hôtels

21/02/2017 par :

Le gouvernement béninois a prononcé ce mercredi 16 février, la résolution des conventions de (...)

logo article

AFRIQUE : Le Président de l’Assemblée des Etats Parties se félicite de la décision de la Gambie de ne pas se retirer du Statut de Rome de la CPI

17/02/2017 par :

PAPA MEO DIOUF : Le 10 novembre 2016, la République islamique de Gambie a notifié sa décision de (...)

logo article

Tchad : Comment a été créée la garde présidentielle

15/02/2017 par :

Les exercices sont répétés en conditions réelles à N’Djamena. "L’entraînement est gourmand en (...)

logo article

Mali : l’opération Barkhane annonce avoir déjoué un projet d’attentat à Kidal

15/02/2017 par :

Informée par la population d’une attaque terroriste en préparation à Kidal, une trentaine de (...)

logo article

Sortie du Franc CFA : pour les panafricains, une autre monnaie est possible

13/02/2017 par :

PAR PAPA MEO DIOUF : Dakar, le 13 février 2017 - La nouvelle journée de mobilisation du Front (...)

logo article

RAPPORT : UN DÉPUTÉ FRANÇAIS ÉVOQUE LA "MALADIE" DU ROI DU MAROC, MOHAMMED VI

11/02/2017 par :

A l’occasion de la remise d’un rapport sur les relations entre l’Europe et le Maghreb, Jean (...)

logo article

Félix Tshisekedi : « Mon père appartient au patrimoine national de la RD Congo »

10/02/2017 par :

La mêlée politique congolaise ne connait pas de trêve. Depuis le décès d’Étienne Tshisekedi, et (...)

logo article

Exclusif – Présidence Commission africaine : Toute la vérité sur l’échec cuisant des adversaires du Tchadien, Moussa Faki Mahamat ?

08/02/2017 par :

Après plusieurs mois de campagne intense, les candidats au prestigieux poste de Président de la (...)

logo article

AFRIQUE : LE SPECTRE DE LA GUERRE PLANE DE NOUVEAU SUR LE MAGHREB

06/02/2017 par :

Après le sérieux revers qu’il vient d’essuyer suite à la validation du retour du Maroc au sein de (...)

logo article

Idriss Déby Itno : « Au lieu de nous donner des leçons, l’Occident devrait écouter notre avis »

06/02/2017 par :

Chaos en Libye, enjeux sécuritaires autour du lac Tchad, crise pétrolière ou encore franc CFA. Le (...)

DEPECHES

21 février 2017

FRANCE : Le siège du Front national à Nanterre a été perquisitionné, lundi, pour la seconde fois dans le cadre de l’affaire des soupçons d’emplois fictifs d’assistants au Parlement européen, a annoncé le FN, dénonçant "une opération médiatique".

21 février 2017

USA : Donald Trump a annoncé, lundi, la nomination du général H.R. McMaster comme nouveau conseiller à la sécurité nationale, en remplacement de Michael Flynn, au terme d’une difficile recherche qui a tenu Washington en haleine.

30 janvier 2017

AFRIQUE : Le Maroc réintègre l’Union africaine (officiel)

30 janvier 2017

Sommet de l’UA : le Tchadien Moussa Faki Mahamat élu à la tête de la Commission de l’Union africaine Il succède donc à la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma.

27 janvier 2017

POLITIQUE : La Conférence des leaders de Mànkoo Wattu Senegaal s’est réunie ce jeudi 26 janvier 2017 à la Permanence Nelson Mandela du Grand Parti. Examinant la question relative à l’invitation du Ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda DIALLO à participer « aux discussions sur le processus électoral » prévues avec le Président de la République, vendredi 27 janvier 2017 « au Palais présidentiel », le FDS / Mankoo Wattu demande à ses membres de ne pas prendre part à cette rencontre. Dans ce cadre, le FDS/ Mankoo Wattu invite la presse nationale et internationale à un point de presse qu’il tiendra vendredi 27 janvier 2017 à 15h30mn au siège du Grand Parti.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES