OPINION : Droit de savoir,Devoir d’informer.

« L’accueil » fait aux deux ex-détenus de Guantanamo, pour « des raisons humanitaires », n’a pas manqué de faire s’interroger les Sénégalais. Ce qui apparemment, n’a pas eu l’heur de plaire à Monsieur Mankeur Ndiaye, le ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’Extérieur. N’est-il pas légitime de se poser des questions sur la sécurité de notre pays ? Pour Monsieur Ndiaye, non. Ce ne sont que « confusion et amalgame » que les Sénégalais ont exprimé. Pourtant, le Président de la République lui-même n’a-t-il pas appelé à plus de vigilance et demandé de signaler toute personne suspecte ou ayant un comportement douteux ? En ces temps d’attaques terroristes ne doit-on pas s’interroger sur la destinée de notre pays, surtout en matière d’orientation sécuritaire ?
Donc, en quoi il y a t–il « confusion et amalgame » quand le peuple s’interroge sur le transfert de deux ex détenus lybiens de Guantanamo ? En réalité la confusion et l’amalgame sont nés après les sorties triangulaires mais non convaincantes parce que vagues des ministres chargés de la Justice, de l’Intérieur et des Affaires étrangères.
Il est utile de rappeler que dans la réforme constitutionnelle qui a été adoptée par le peuple le 20 mars 2016, il est clairement mentionné que « tout citoyen a le devoir de défendre la patrie contre toute agression et de contribuer à la lutte contre la corruption et la concussion ». Par conséquent, depuis cette date, la défense du Sénégal devient une obligation constitutionnelle pour tout citoyen. A cet effet, acceptons donc de consolider notre démocratie comme le Président de la République nous l’a demandé durant la campagne référendaire, en écoutant les avis et les opinions des uns et des autres dans le cadre du respect des lois de la République. Nulle part dans la Constitution, il n’est écrit que la souveraineté appartient à ceux qui sont nommés par décret mais plutôt au peuple.
Les profils plus qu’inquiétants des deux ex-détenus (parmi d’autres envoyés ailleurs dans d’autres pays) qu’on vient de nous forcer à héberger, ont amené Barack Obama à dire que la prison de Guantanamo est néfaste pour la « sécurité nationale » des Etats Unis et contraire aux valeurs de l’Amérique (lemonde.fr du 23 février 2016).
Si cette prison est néfaste pour la grande puissance militaire mondiale que dire du Sénégal. N’était-il pas plus responsable de faire preuve de transparence avec les sénégalais au lieu de produire un communiqué à l’allure martiale ?
Fermer la prison de Guantanamo et transférer les détenus sur le sol américain a été une promesse électorale de Barack Obama. Mais les Démocrates, dont il est partie avaient soulevé quelque inquiétude. Cette inquiétude a été alimentée par le camp des Républicains américains qui ne cessaient de critiquer cette promesse électorale. Il est arrivé un moment où 65% des américains se sont opposés à la fermeture de la prison de Guantanamo. C’est ainsi que le 20 mai 2009, le Congrès américain a refusé d’accorder au Président Obama les 80 millions de dollars nécessaires pour l’achat d’un centre pénitentiaire dans l’Illinois. En décembre 2010, le Congrès américain refusait de voter la loi interdisant le transfert des prisonniers de Guantanamo sur le sol américain et durcissait les conditions de transfert des détenus vers des pays étrangers.
Le refus par le Congrès américain de fermer la prison de Guantanamo a été réitéré en mai 2014. Malgré la présentation du nouveau plan de fermeture de Guantanamo proposé par Obama, le 23 février 2016 devant le Congrès, la problématique sur la sécurité nationale des Etats Unis a continué d’alimenter le débat. Le plan de Obama a été qualifié de « vague » par le sénateur John Mc CAIN à travers une déclaration publiée le même jour sur son site officiel.
Aux Etats Unis, les représentants du peuple et des Etats fédérés font leur travail. Qu’attendent les parlementaires sénégalais pour entendre le Ministre chargé des Affaires Etrangères à l’Assemblée nationale pour qu’il explique clairement et exhaustivement devant la représentation nationale une question qui concerne notre sécurité nationale ? Il a le devoir de nous informer entre autres questions, sur le profil des ex détenus présentés comme des non djihadistes par les autorités sénégalaises. Nous avons le droit de savoir. Car ils ne sont pas présentés comme tels dans les rapports des amiraux américains Thomas Jr et de Mark Buzby. Le ministre doit aussi éclairer notre lanterne sur le fait que le Sénégal, Etat de droit, accepte sur son territoire des individus qui ont étaient détenus pendant 14 ans sans être jugés ni condamnés et subitement relâchés. Sommes-nous complices des conditions inhumaines et dégradantes de la prison de Guantanamo souvent dénoncées par les organisations des Droits de l’Homme ? Les ex détenus ont-ils été réellement transférés le 3 avril 2016 ? A quelles conditions ? Autrement dit y a –t-il eu une contrepartie car selon lemonde.fr, le coût global pour le transfert des détenus sur les 13 sites identifiés sur le sol américain se situe dans la fourchette de 290 à 475 millions de dollars. Comme disait l’autre il y a quelque qui se passe dans ce pays !
Birahime SECK, membre du Conseil d’administration du Forum Civil.




AFRIQUE-MONDE

logo article

AFRIQUE : Le Président de l’Assemblée des Etats Parties se félicite de la décision de la Gambie de ne pas se retirer du Statut de Rome de la CPI

17/02/2017 par :

PAPA MEO DIOUF : Le 10 novembre 2016, la République islamique de Gambie a notifié sa décision de (...)

logo article

Tchad : Comment a été créée la garde présidentielle

15/02/2017 par :

Les exercices sont répétés en conditions réelles à N’Djamena. "L’entraînement est gourmand en (...)

logo article

Mali : l’opération Barkhane annonce avoir déjoué un projet d’attentat à Kidal

15/02/2017 par :

Informée par la population d’une attaque terroriste en préparation à Kidal, une trentaine de (...)

logo article

Sortie du Franc CFA : pour les panafricains, une autre monnaie est possible

13/02/2017 par :

PAR PAPA MEO DIOUF : Dakar, le 13 février 2017 - La nouvelle journée de mobilisation du Front (...)

logo article

RAPPORT : UN DÉPUTÉ FRANÇAIS ÉVOQUE LA "MALADIE" DU ROI DU MAROC, MOHAMMED VI

11/02/2017 par :

A l’occasion de la remise d’un rapport sur les relations entre l’Europe et le Maghreb, Jean (...)

logo article

Félix Tshisekedi : « Mon père appartient au patrimoine national de la RD Congo »

10/02/2017 par :

La mêlée politique congolaise ne connait pas de trêve. Depuis le décès d’Étienne Tshisekedi, et (...)

logo article

Exclusif – Présidence Commission africaine : Toute la vérité sur l’échec cuisant des adversaires du Tchadien, Moussa Faki Mahamat ?

08/02/2017 par :

Après plusieurs mois de campagne intense, les candidats au prestigieux poste de Président de la (...)

logo article

AFRIQUE : LE SPECTRE DE LA GUERRE PLANE DE NOUVEAU SUR LE MAGHREB

06/02/2017 par :

Après le sérieux revers qu’il vient d’essuyer suite à la validation du retour du Maroc au sein de (...)

logo article

Idriss Déby Itno : « Au lieu de nous donner des leçons, l’Occident devrait écouter notre avis »

06/02/2017 par :

Chaos en Libye, enjeux sécuritaires autour du lac Tchad, crise pétrolière ou encore franc CFA. Le (...)

logo article

USA : Obama dénonce à son tour le décret Trump et encourage les manifestants

30/01/2017 par :

L’ex-président américain ne s’est pas exprimé depuis qu’il a quitté la Maison-Blanche il y a dix (...)

logo article

28e sommet de l’UA : le Guinéen Alpha Condé prend la présidence tournante

30/01/2017 par :

A Addis-Abeba, la cérémonie d’ouverture du 28e sommet de l’Union africaine a démarré. Les dossiers (...)

DEPECHES

30 janvier 2017

AFRIQUE : Le Maroc réintègre l’Union africaine (officiel)

30 janvier 2017

Sommet de l’UA : le Tchadien Moussa Faki Mahamat élu à la tête de la Commission de l’Union africaine Il succède donc à la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma.

27 janvier 2017

POLITIQUE : La Conférence des leaders de Mànkoo Wattu Senegaal s’est réunie ce jeudi 26 janvier 2017 à la Permanence Nelson Mandela du Grand Parti. Examinant la question relative à l’invitation du Ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda DIALLO à participer « aux discussions sur le processus électoral » prévues avec le Président de la République, vendredi 27 janvier 2017 « au Palais présidentiel », le FDS / Mankoo Wattu demande à ses membres de ne pas prendre part à cette rencontre. Dans ce cadre, le FDS/ Mankoo Wattu invite la presse nationale et internationale à un point de presse qu’il tiendra vendredi 27 janvier 2017 à 15h30mn au siège du Grand Parti.

20 janvier 2017

DEPECHE : Le président de la commission de la Cédéao Marcel Alain de Souza a déclaré lors d’une conférence de presse à Dakar qu’une dernière tentative de médiation avec Yahya Jammeh allait être menée ce vendredi 20 janvier par le président guinéen Alpha Condé. Le président a jusqu’à demain midi pour accepter de quitter le pouvoir, sans quoi les militaires ouest-africains feront usage de la force, a précisé Marcel Alain de Souza. En attendant, l’intervention militaire ouest-africaine est suspendue.

19 janvier 2017

AFRIQUE : La cérémonie d’investiture du président gambien, élu à l’issue du scrutin présidentiel du 1er décembre, Adama Barrow, aura lieu jeudi 19 janvier, à 16h GMT, selon les déclarations du porte-parole du président élu recueillies par l’AFP.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES