OPINION : De la proposition du Conseil Suprême de la République et du dialogue politique

“Tout l’art du dialogue politique consiste à parler tout seul à tour de rôle.” André Frossard

Il y a quelques jours Idrissa Seck, fidèle à son rôle d’homme politique et de citoyen lançait une contribution personnelle au débat politique en proposant La mise sur pied d’un conseil suprême de la république (CSR) au Sénégal. Cette proposition aura eu le mérite de soulever le débat en suscitant des réactions diverses même si celles-ci ne furent pas toujours à la hauteur de l’enjeu que l’on devrait en attendre.
En résumé, il s’agit de créer d’une institution nationale permanente, inclusive et pluridisciplinaire regroupant toutes les forces vives de la nation, chargée d’aider le président de la République dans la formulation de la politique nationale notamment en identifiant les priorités nationales et en hiérarchisant les intérêts nationaux suivant une classification qu’elle aura établie au préalable. M. Seck complète sa proposition en fixant les missions de ce Conseil et en en donnant la composition.
Sa proposition loin d’être exhaustive, jette les bases d’une réflexion qui, nous le croyons, mérite évidemment d’être débattue, sondée, retournée, réappropriée et enfin complétée pour l’intérêt suprême du Sénégal.
La mise sur pied d’un Conseil Suprême de la République recèle de nombreux avantages. Tout d’abord, l’auteur l’explique lui-même, cet organe aura pour mission de rendre plus lisible pour l’exécutif des enjeux et situations nationaux et internationaux rendus de plus en plus complexes par le contexte de mondialisation actuel en utilisant la diversité des talents et des expériences que compte ce pays et non plus seulement les acteurs de l’appareil d’État : pouvoir, opposition, syndicats, secteur privé, milieux académiques, société civile dont les organisations de droits de l’homme, presse.
De même, nous le pensons, le CSR aidera, par son caractère inclusif et pérenne à la consolidation de la démocratie sénégalaise en dépersonnalisant les institutions, en baissant la pression autour du chef de l’État et en dépassionnant le débat sur la question essentielle des intérêts nationaux puisque ceux-ci seront clairement identifiés et hiérarchisés dans une liste que tous auront contribués à établir. De même, un tel organe aura pour fonction de mettre fin à la centralisation étatique héritée à la fois du senghorisme et du jacobinisme français qui aboutit au Sénégal à une forme de monarchie républicaine sénégalaise où le Président réfléchit souvent seul et se trompe, hélas, seul la plupart du temps. Ces conseillers servant malheureusement de decorum. Dans les grandes démocraties, où l’on sait regarder au-delà des résultats électoraux et du poids arithmétique des uns et des autres, toutes les voix comptent. Plus les enjeux sont importants, plus la notion de consensus et d’horizontalité du processus de formulation de la politique nationale qu’apportera le C.S.R, est importante.
Le Conseil Suprême de la République n’est pas une obsession personnelle de M » Seck envers les États-Unis, ni une institution de transition pour pays entrant en démocratie, ni un organe de plus, qui soi-disant, serait coûteux, conflictuel et dicterait des ordres au Président de la République et encore moins une institution pour État à modèle fédéral. Il s’inscrit dans un caractère collégial de l’exercice du pouvoir propre au pouvoir dans les anciens royaumes du Sénégal, des origines au XVIIIe siècle. Ce système qui dénote un caractère collégial de l’exercice de la souveraineté et de la maîtrise de l’appareil d’État a prédominé. Les tâches qui incombaient aux autorités se rapportaient principalement à l’administration de l’État et aux services de gestion(…). L’administration de l’État était très décentralisée. Au demeurant, l’avènement d’un régime monarchique centralisateur, autoritaire et répressif opéra négativement sur la garantie des droits dans cette société politique africaine. Du pouvoir dans les anciens royaumes wolof du Sénégal, des origines au XVIIIe siècle, Intervention de Mamadou BADJI au colloque IRG/ARGA de Bamako (Mali), janvier 2007
Le Conseil Suprême de la République, loin d’être un organe étranger à notre histoire, apporterait de l’efficacité et de la solidité à nos institutions et permettrait de mettre en place d’ambitieux plans économiques à long terme consensuels et indépendants du sort des présidents. “Le plus difficile dans l’art du dialogue, ce n’est pas de parler, c’est d’apprendre à écouter” (Jean-Marie Petitclerc) À l’heure où le camp présidentiel appelle à un dialogue, il devrait commencer par écouter la voix du sage Pythagore car “qui parle sème mais qui écoute récolte”.
El Hadji Malick BADJI
Secrétaire général du RDR (Sénégal)




AFRIQUE-MONDE

logo article

Mali : les partisans de Sanogo venus en masse au premier jour de son procès

01/12/2016 par :

Les partisans d’Amadou Haya Sanogo ont pris leurs quartiers à Sikasso, où a débuté mercredi le (...)

logo article

De Rabat à Madagascar, comment Mohammed VI étend l’influence du Maroc sur tout le continent africain

29/11/2016 par :

Rwanda, Tanzanie, Sénégal, Éthiopie, Madagascar, et bientôt Nigeria et Zambie. Jamais Mohammed VI (...)

logo article

Burundi : le conseiller du président Nkurunziza, Willy Nyamitwe, aurait échappé à une tentative d’assassinat

29/11/2016 par :

Willy Nyamitwe, conseiller en communication du président burundais Pierre Nkurunziza aurait été (...)

logo article

Sommet de Madagascar : l’Arabie saoudite devra patienter avant d’adhérer à la Francophonie

26/11/2016 par :

Malgré le plaidoyer de certains chefs d’États africains en faveur d’une adhésion de l’Arabie (...)

logo article

AFRIQUE : Les 5 questions que vous vous posez sur le sommet de la francophonie à Madagascar

25/11/2016 par :

Une trentaine de chefs d’État et de gouvernement sont attendus à Antananarivo pour le XVIe sommet (...)

logo article

RDC – Interview exclusive de Matata Ponyo : « J’ai navigué dans des eaux infestées de crocodiles »

22/11/2016 par :

Le Premier ministre congolais sortant s’est confié en exclusivité à Jeune Afrique au sujet de ses (...)

logo article

OPINION : Pour une négociation politique tous azimuts au Burkina Faso

22/11/2016 par :

Affirmer qu’il règne une tension politique dans notre pays qui est à l’image de celle qui oppose le (...)

logo article

Pierre-Claver Mbonimpa : « Les présidents africains ont la même maladie »

20/11/2016 par :

De passage à Paris où il a été invité par Human Rights Watch pour recevoir le prix Alison Des Forges (...)

logo article

Maroc – UA : Mohammed VI sollicite l’intervention d’Idriss Déby Itno et reporte sa visite en Éthiopie

16/11/2016 par :

Le roi du Maroc a demandé au président tchadien ce lundi d’intervenir auprès de la présidente de la (...)

logo article

États-Unis : Trump promet d’expulser jusqu’à 3 millions d’immigrés clandestins

13/11/2016 par :

Le nouveau président élu des États-Unis Donald Trump a promis d’expulser jusqu’à 3 millions (...)

logo article

L’état d’urgence « devrait être prolongé jusqu’à l’élection présidentielle »

13/11/2016 par :

LE SCAN POLITIQUE/VIDÉO - Le premier ministre souhaite que les mesures d’exceptions restent en (...)

DEPECHES

29 novembre 2016

URGENT : Un avion qui transportait une équipe de football brésilienne s’est écrasé près de la ville colombienne de Medellin. La police colombiennes annonce 76 morts

29 novembre 2016

HAITI : Jovenel Moïse a été déclaré vainqueur de la présidentielle haïtienne dès le premier tour, selon les résultats préliminaires annoncés ce mardi 29 novembre par le Conseil électoral provisoire (CEP). Le nouveau président a appelé les Haïtiens à s’unir pour relever le pays.

11 novembre 2016

DEPECHE/USA : Des milliers de personnes, pour la plupart des jeunes, ont à nouveau défilé dans la nuit de jeudi à vendredi dans les grandes villes américaines aux cris de « Pas mon président ! ». Des rassemblements parfois émaillés de violences comme à Portland. Trump accuse les média

7 novembre 2016

DEPECHE : Monsieur Macky SALL, Président de la République, et Sa Majesté Mohammed VI Roi du Maroc présideront la signature d’un Protocole d’accord pour la création d’un Centre de Formation dédié à l’Entreprenariat, ce mardi 08 novembre 2016 à 13 heures au Palais de la République. Après cette cérémonie, les deux Chefs d’Etat sont attendus à l’Hôpital Principal de Dakar pour procéder à la remise solennelle de médicaments offerts par la Fondation Mohammed V pour la Solidarité au Ministère de la Santé. Sa Majesté Mohammed VI, Roi du Maroc visitera, à cette occasion, le Pavillon Boufflers (Maladies infectieuses) ainsi que la Maternité de l’Hôpital. Son Excellence Monsieur Macky SALL, Président de la République souhaite la bienvenue et un agréable séjour au Sénégal à son illustre hôte.

29 octobre 2016

ACTUALITE : Monsieur Gorgui Ndong, Spécialiste en Gestion des Ressources humaines, précédemment membre du Collège du Fonds de Développement du Service Universel des Télécommunications (FDSUT), est nommé Ministre délégué auprès du Ministre du Renouveau urbain, de l’Habitat et du Cadre de vie, chargé de la Restructuration et de la Requalification des banlieues, en remplacement de Madame Fatou Tambédou.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES