OPINION : De la proposition du Conseil Suprême de la République et du dialogue politique

“Tout l’art du dialogue politique consiste à parler tout seul à tour de rôle.” André Frossard

Il y a quelques jours Idrissa Seck, fidèle à son rôle d’homme politique et de citoyen lançait une contribution personnelle au débat politique en proposant La mise sur pied d’un conseil suprême de la république (CSR) au Sénégal. Cette proposition aura eu le mérite de soulever le débat en suscitant des réactions diverses même si celles-ci ne furent pas toujours à la hauteur de l’enjeu que l’on devrait en attendre.
En résumé, il s’agit de créer d’une institution nationale permanente, inclusive et pluridisciplinaire regroupant toutes les forces vives de la nation, chargée d’aider le président de la République dans la formulation de la politique nationale notamment en identifiant les priorités nationales et en hiérarchisant les intérêts nationaux suivant une classification qu’elle aura établie au préalable. M. Seck complète sa proposition en fixant les missions de ce Conseil et en en donnant la composition.
Sa proposition loin d’être exhaustive, jette les bases d’une réflexion qui, nous le croyons, mérite évidemment d’être débattue, sondée, retournée, réappropriée et enfin complétée pour l’intérêt suprême du Sénégal.
La mise sur pied d’un Conseil Suprême de la République recèle de nombreux avantages. Tout d’abord, l’auteur l’explique lui-même, cet organe aura pour mission de rendre plus lisible pour l’exécutif des enjeux et situations nationaux et internationaux rendus de plus en plus complexes par le contexte de mondialisation actuel en utilisant la diversité des talents et des expériences que compte ce pays et non plus seulement les acteurs de l’appareil d’État : pouvoir, opposition, syndicats, secteur privé, milieux académiques, société civile dont les organisations de droits de l’homme, presse.
De même, nous le pensons, le CSR aidera, par son caractère inclusif et pérenne à la consolidation de la démocratie sénégalaise en dépersonnalisant les institutions, en baissant la pression autour du chef de l’État et en dépassionnant le débat sur la question essentielle des intérêts nationaux puisque ceux-ci seront clairement identifiés et hiérarchisés dans une liste que tous auront contribués à établir. De même, un tel organe aura pour fonction de mettre fin à la centralisation étatique héritée à la fois du senghorisme et du jacobinisme français qui aboutit au Sénégal à une forme de monarchie républicaine sénégalaise où le Président réfléchit souvent seul et se trompe, hélas, seul la plupart du temps. Ces conseillers servant malheureusement de decorum. Dans les grandes démocraties, où l’on sait regarder au-delà des résultats électoraux et du poids arithmétique des uns et des autres, toutes les voix comptent. Plus les enjeux sont importants, plus la notion de consensus et d’horizontalité du processus de formulation de la politique nationale qu’apportera le C.S.R, est importante.
Le Conseil Suprême de la République n’est pas une obsession personnelle de M » Seck envers les États-Unis, ni une institution de transition pour pays entrant en démocratie, ni un organe de plus, qui soi-disant, serait coûteux, conflictuel et dicterait des ordres au Président de la République et encore moins une institution pour État à modèle fédéral. Il s’inscrit dans un caractère collégial de l’exercice du pouvoir propre au pouvoir dans les anciens royaumes du Sénégal, des origines au XVIIIe siècle. Ce système qui dénote un caractère collégial de l’exercice de la souveraineté et de la maîtrise de l’appareil d’État a prédominé. Les tâches qui incombaient aux autorités se rapportaient principalement à l’administration de l’État et aux services de gestion(…). L’administration de l’État était très décentralisée. Au demeurant, l’avènement d’un régime monarchique centralisateur, autoritaire et répressif opéra négativement sur la garantie des droits dans cette société politique africaine. Du pouvoir dans les anciens royaumes wolof du Sénégal, des origines au XVIIIe siècle, Intervention de Mamadou BADJI au colloque IRG/ARGA de Bamako (Mali), janvier 2007
Le Conseil Suprême de la République, loin d’être un organe étranger à notre histoire, apporterait de l’efficacité et de la solidité à nos institutions et permettrait de mettre en place d’ambitieux plans économiques à long terme consensuels et indépendants du sort des présidents. “Le plus difficile dans l’art du dialogue, ce n’est pas de parler, c’est d’apprendre à écouter” (Jean-Marie Petitclerc) À l’heure où le camp présidentiel appelle à un dialogue, il devrait commencer par écouter la voix du sage Pythagore car “qui parle sème mais qui écoute récolte”.
El Hadji Malick BADJI
Secrétaire général du RDR (Sénégal)




AFRIQUE-MONDE

logo article

En intégrant le Maroc, la CEDEAO deviendrait la 16e puissance mondiale devant la Turquie

26/02/2017 par :

(Agence Ecofin) - Le Maroc a présenté à Ellen Johnson Sirleaf, présidente en exercice de la CEDEAO, (...)

logo article

Infographie : comment se porte le commerce des armes en Afrique ?

21/02/2017 par :

Selon les données du Stockholm International Peace Research Institute (Sipri) portant sur ces (...)

logo article

Bénin : l’Etat récupère ses hôtels

21/02/2017 par :

Le gouvernement béninois a prononcé ce mercredi 16 février, la résolution des conventions de (...)

logo article

AFRIQUE : Le Président de l’Assemblée des Etats Parties se félicite de la décision de la Gambie de ne pas se retirer du Statut de Rome de la CPI

17/02/2017 par :

PAPA MEO DIOUF : Le 10 novembre 2016, la République islamique de Gambie a notifié sa décision de (...)

logo article

Tchad : Comment a été créée la garde présidentielle

15/02/2017 par :

Les exercices sont répétés en conditions réelles à N’Djamena. "L’entraînement est gourmand en (...)

logo article

Mali : l’opération Barkhane annonce avoir déjoué un projet d’attentat à Kidal

15/02/2017 par :

Informée par la population d’une attaque terroriste en préparation à Kidal, une trentaine de (...)

logo article

Sortie du Franc CFA : pour les panafricains, une autre monnaie est possible

13/02/2017 par :

PAR PAPA MEO DIOUF : Dakar, le 13 février 2017 - La nouvelle journée de mobilisation du Front (...)

logo article

RAPPORT : UN DÉPUTÉ FRANÇAIS ÉVOQUE LA "MALADIE" DU ROI DU MAROC, MOHAMMED VI

11/02/2017 par :

A l’occasion de la remise d’un rapport sur les relations entre l’Europe et le Maghreb, Jean (...)

logo article

Félix Tshisekedi : « Mon père appartient au patrimoine national de la RD Congo »

10/02/2017 par :

La mêlée politique congolaise ne connait pas de trêve. Depuis le décès d’Étienne Tshisekedi, et (...)

logo article

Exclusif – Présidence Commission africaine : Toute la vérité sur l’échec cuisant des adversaires du Tchadien, Moussa Faki Mahamat ?

08/02/2017 par :

Après plusieurs mois de campagne intense, les candidats au prestigieux poste de Président de la (...)

logo article

AFRIQUE : LE SPECTRE DE LA GUERRE PLANE DE NOUVEAU SUR LE MAGHREB

06/02/2017 par :

Après le sérieux revers qu’il vient d’essuyer suite à la validation du retour du Maroc au sein de (...)

DEPECHES

21 février 2017

FRANCE : Le siège du Front national à Nanterre a été perquisitionné, lundi, pour la seconde fois dans le cadre de l’affaire des soupçons d’emplois fictifs d’assistants au Parlement européen, a annoncé le FN, dénonçant "une opération médiatique".

21 février 2017

USA : Donald Trump a annoncé, lundi, la nomination du général H.R. McMaster comme nouveau conseiller à la sécurité nationale, en remplacement de Michael Flynn, au terme d’une difficile recherche qui a tenu Washington en haleine.

30 janvier 2017

AFRIQUE : Le Maroc réintègre l’Union africaine (officiel)

30 janvier 2017

Sommet de l’UA : le Tchadien Moussa Faki Mahamat élu à la tête de la Commission de l’Union africaine Il succède donc à la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma.

27 janvier 2017

POLITIQUE : La Conférence des leaders de Mànkoo Wattu Senegaal s’est réunie ce jeudi 26 janvier 2017 à la Permanence Nelson Mandela du Grand Parti. Examinant la question relative à l’invitation du Ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda DIALLO à participer « aux discussions sur le processus électoral » prévues avec le Président de la République, vendredi 27 janvier 2017 « au Palais présidentiel », le FDS / Mankoo Wattu demande à ses membres de ne pas prendre part à cette rencontre. Dans ce cadre, le FDS/ Mankoo Wattu invite la presse nationale et internationale à un point de presse qu’il tiendra vendredi 27 janvier 2017 à 15h30mn au siège du Grand Parti.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES