OPINION : De la parole sacrée du Chef à la querelle doctrinale du droit

Le respect de la Décision du Conseil Constitutionnel est-il conciliable avec le respect du Président de la République.
L’actualité politique bouillonnante du Sénégal est si complexe qu’il serait abscons de l’envisager sous un angle plat. Or, il me semble que le projet du référendum réduit la question à sa plus simple expression. Si bien que le rendez-vous du 20 Mars 2016 met en opposition souteneurs et pourfendeurs du Président Macky Sall intuite personae.
Cependant pris dans sa globalité, le débat pose la triple problématique de l’éthique, du droit et de la politique.
Quid de l’éthique :
La crise de confiance que suscite la reconsidération de la promesse ferme du Chef de l’Etat de réduire son mandat tient ses racines dans un vieux passé. La parole perfide des responsables politiques en particulier, et le clientélisme pécuniaire des politiciens en général, ont fini par souiller l’image des dirigeants.
En 2012 naquit un nouvel espoir ; que dis-je ? Un rêve. Alors, l’âme de la société s’ébaudissait déjà dans la joie de voir ébavurer cette embrouille à travers l’engagement iconoclaste du Premier citoyen à écourter son mandat. Au bout de compte, c’est la désillusion totale à cause d’une contrainte juridique : il n’en demeure pas moins que l’éthique en fait une exigence persistante.
Il est vrai qu’une République démocratique vaut par son ancrage dans l’option pour un Etat de droit. Dès lors, le Président Macky offre un bon exemple en se conformant à l’acte rendu par le Conseil Constitutionnel, qui porte dans le cas d’espèce la mention décision. C’est un principe d’autorité utile et respectable et sans lequel les sociétés de libertés que nous vivons n’auraient jamais existé.
Admettons que ce fût un simple avis consultatif et que le Chef de l’Etat ne voulût pas en être lié. Le précédent dangereux serait que, dans le futur, un autre eût le loisir de transformer ses désirs en loi quand bien même le désaveu de la plus haute juridiction. Ainsi, l’anarchie s’installerait depuis le plus haut niveau et les institutions tomberaient de charybde en scylla.
Toutefois, si le respect de l’Etat de droit est un sacerdoce, l’observance de la parole d’honneur est tout autant sacrée. A plus forte raison, dans une société de tradition orale et où le respect de la parole donnée est un acte de noblesse et une vertu haut-placée dans la hiérarchie des valeurs de dignité et de vergogne.
C’est pourquoi, les conséquences politiques consécutives au respect d’une exigence au détriment de l’autre sont les mêmes selon qu’on choisit entre la morale et le droit.
Sous ce rapport de l’ambivalence, une autre chance se réserve au Président de la République à la fois garant de l’éthique et gardien de la loi fondamentale. Ces deux attributs demeurent intangibles dans le livre d’or de l’institution présidentielle.
Subséquemment et étant donné que la démission n’est pas prohibée par la loi, le nom du Président Macky restera à jamais gravé dans le panthéon des icônes universelles si et seulement il accepte de renoncer en 2017 à deux années de son pouvoir.
Quant au référendum, dont dépend l’avenir de toute une nation, force est de reconnaître que le moment ne sied pas. L’empressement d’y aller sans concertations préalables avec les forces politiques de tout bord et les forces vives de la nation n’est pas pour apaiser la situation.
A vrai dire, dans ce contexte d’ébullition sociale, la passion risque de l’emporter sur la raison. La philippique du non et l’apologie du oui s’affrontent pour des raisons cryptopersonnelles.
Pourtant, excepté le point qui dispose de l’obligation de savoir lire, parler et écrire le français, les quatorze autres prennent en charge l’intérêt de la nation et celui des citoyens. En revanche, constitutionnaliser la référence à l’étranger pour la Première Institution de la République me semble irresponsable. Car, cela frise la honte et le manque de conviction citoyenne. On devrait plutôt exiger d’elle qu’elle porte au moins une des langues nationales. C’est pourquoi, je lance un appel au Président de la République pour supprimer ce point inconséquent.

Cheikh Elhadji N’diaye, Ancien
Délégué Général de WACCOC
ALTERNANCE




AFRIQUE-MONDE

logo article

Gambie : Yahya Jammeh décrète l’état d’urgence à deux jours de l’investiture d’Adama Barrow

17/01/2017 par :

À deux jours de l’investiture du nouveau président Adama Barrow, Yahya Jammeh a déclaré l’état (...)

logo article

À compter du 19 janvier, Yahya Jammeh ne sera plus reconnu par l’UA comme président légitime de la Gambie

13/01/2017 par :

Le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine a indiqué vendredi qu’à partir du 19 janvier (...)

logo article

Côte d’Ivoire : après le mouvement d’humeur des militaires, des têtes tombent au sein des forces de défense

09/01/2017 par :

Trois jours après le mouvement de contestation au sein de l’armée, le chef d’état-major de l’armée, (...)

logo article

Côte d’Ivoire : Daniel Kablan Duncan a remis la démission de son gouvernement à Alassane Ouattara

09/01/2017 par :

Le Premier ministre Daniel Kablan Duncan a présenté la démission de son gouvernement au président (...)

logo article

Côte d’Ivoire : mouvement d’humeur d’hommes en armes à Bouaké, Daloa et Korhogo

06/01/2017 par :

Des tirs ont été entendus dans la nuit de jeudi à vendredi à Bouaké. Ce vendredi, des hommes en (...)

logo article

Bien mal acquis : le procès de Teodorín Obiang est reporté

04/01/2017 par :

Le procès du fils du président de Guinée équatoriale, soupçonné de s’être frauduleusement bâti un (...)

logo article

RD Congo : l’accord politique global et inclusif enfin adopté et signé à Kinshasa

01/01/2017 par :

Sous l’égide des évêques catholiques, les pourparlers directs entre les signataires de l’accord du (...)

logo article

OPINION : L’AFFAIRE DJIBRILL BASSOLE, UN CAS D’ACHARNEMENT JUDICIAIRE

01/01/2017 par :

Il est devenu difficile pour tout esprit bien pensant de rester insensible au traitement (...)

logo article

Cemac : les chefs d’État ouvrent la porte à des prêts du FMI mais écartent une dévaluation

23/12/2016 par :

Pris dans une croissance atone, les chefs d’État de la Communauté économique et monétaire des États (...)

logo article

Yves Aubin de La Messuzière : « Le malheur arabe se nourrit de conflits qui n’en finissent pas »

18/12/2016 par :

Observateur avisé du Maghreb et du Moyen-Orient depuis quarante ans, l’ex-ambassadeur français (...)

logo article

Du Nigeria à l’Espagne en passant par le Maroc, un projet de gazoduc offshore pharaonique

18/12/2016 par :

Rabat et Abuja vont construire un gazoduc géant qui longera toute la côte ouest-africaine. Un (...)

DEPECHES

9 janvier 2017

Côte d’Ivoire : Guillaume Soro largement réélu président de l’Assemblée nationale

9 janvier 2017

Gambie : Yahya Jammeh limoge 12 ambassadeurs ayant réclamé son départ

1er janvier 2017

Turquie : au moins 35 morts dans "l’attaque terroriste" contre la discothèque d’Istanbul

20 décembre 2016

TURQUIE : Le Ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’Extérieur, au nom du gouvernement du Sénégal, condamne avec force le lâche assassinat de l’ambassadeur de la Russie à Ankara, Monsieur Andreï Karlov, ce lundi 19 décembre 2016. Il s’agit là d’un acte terroriste. Le gouvernement du Sénégal présente ses condoléances et sa sympathie au gouvernement russe et réaffirme son engagement à renforcer la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent sous toutes leurs formes et manifestations.

9 décembre 2016

Ghana : le président Mahama reconnaît sa défaite auprès du chef de l’opposition Akufo-Addo

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES