Nigeria : comment le gouvernement poursuit sa lutte contre Boko Haram

Il y a un an, Muhammadu Buhari remportait l’élection présidentielle au Nigeria. Un évènement démocratique important dans l’histoire du pays. L’ancien militaire à la retraite avait notamment promis d’éradiquer, d’ici décembre 2015, l’insurrection armée du groupe Etat islamique en Afrique de l’Ouest (Boko Haram), qui déstabilise aussi le Niger, le Tchad et le Cameroun.
Le gouvernement du Nigeria est optimiste, parce que Boko Haram ne contrôle plus de grandes villes dans le pays. A l’été 2014, les insurgés de ce groupe jihadiste avaient proclamé un califat à Gwoza. Or, l’armée affirme les avoir totalement délogés des principales villes des Etats de l’Adamawa, de Borno et de Yobe. Il n’y a officiellement pas d’attaques « frontales » avec l’armée, comme l’indique Femi Adesina, l’un des conseillers du président Muhammadu Buhari.

« Lorsque le président a été investi en mai 2015, pas moins de 14 gouvernements locaux étaient encore entre les mains de Boko Haram. Les insurgés avaient planté leurs drapeaux, proclamé des califats, et ils avaient totalement administré ces lieux. Aujourd’hui, au moment où je vous parle, ils ne contrôlent plus un seul gouvernement local. Cela démontre que les forces armées ont vraiment beaucoup agi, sous l’administration de Muhammadu Buhari, pour renverser la tendance et les choses ne peuvent qu’aller dans ce sens maintenant », a-t-il déclaré.

La direction des forces armées remaniée

Dès son arrivée au pouvoir, Muhammadu Buhari a renouvelé l’ensemble de l’encadrement des forces armées, dont la gestion de la crise avait été largement décriée. Autre mesure importante : le transfert du centre de commandement des opérations militaires d’Abuja, la capitale fédérale du pays, vers Maiduguri, dans l’Etat de Borno. Cela a permis de mieux coordonner les opérations militaires, explique Nnamdi Obasi, chercheur à l’International Crisis Group -ICG).

« On observe des améliorations sur le plan tactique. Des contingents de l’armée de terre et de l’air ont été déplacés près des sites où Boko Haram est présent. Le nouveau chef d’état-major des armées tente réellement de transformer les mentalités des soldats. Ces derniers ont été plus offensifs sur le terrain, notamment parce qu’ils ont reçu de meilleurs équipements. Ils reçoivent régulièrement leur solde, leur alimentation a été améliorée et le moral est meilleur », note-t-il.

Certains obstacles demeurent

Parmi les obstacles rencontrés dans cette lutte contre Boko Haram, il y a d’abord la configuration géographique du Nigeria. Boko Haram contrôle encore plusieurs parties de la forêt de Sambisa, un terrain hostile qui borde la frontière camerounaise. A cela s’ajoutent les divers pièges posés par les insurgés.

« Les militaires avec lesquels je me suis entretenu racontent qu’ils tombent régulièrement sur des mines. Ces zones sont infestées d’engins explosifs improvisés. Ils doivent se déplacer prudemment, car ils n’ont pas suffisemment d’équipement pour déminer. Or le territoire ciblé est très vaste », explique encore Nnamdi Obasi.

Les déplacés gardent l’espoir de rentrer chez eux

Les familles des camps provisoires proches d’Abuja vivent dans l’espoir de pouvoir retrouver leurs villages. Bala Youssouf est un jeune diplômé, venant d’une localité proche de Gwoza. Réfugié avec sa famille dans la périphérie d’Abuja, ce jeune émet une seule condition à son retour à Gwoza : l’assurance d’un environnement sécurisé. Les conditions ne lui semblent pour le moment pas réunies.

« Mon village est occupé. C’est difficile de dire aux gens de rentrer. Rien que la semaine dernière, on a reçu des informations selon lesquelles des éléments de Boko Haram ont attaqué l’armée dans notre village et des lieux aux alentours. C’est le genre de choses qui nous décourage. Nous pensons en permanence à la manière de rentrer, de retrouver un lieu sûr, où on pourrait de nouveau mener des activités agricoles. Un lieu avec des hôpitaux, des écoles et surtout, un endroit où la sécurité est assurée. Nous voulons rentrer chez nous », observe-t-il.

Au-delà des questions militaires, à moyen terme, c’est la reconstruction de toute une région qu’il faut envisager ; remettre en route les services publics de base, les écoles, reconstruire les infrastructures. Afin de permettre un retour dans de bonnes conditions. JEUNE AFRIQUE




AFRIQUE-MONDE

logo article

Yahya met le cap sur Malabo : le film des trois heures d’escale de l’ex-président gambien à Conakry comme si vous y étiez !

22/01/2017 par :

Il est 20 heures à l’aéroport de Conakry ce vendredi 21 janvier 2017. Un petit groupe de badauds (...)

logo article

Gambie : les forces ouest-africaines suspendent leur intervention militaire pour une dernière tentative de médiation

20/01/2017 par :

Le président de la commission de la Cédéao Marcel Alain de Souza a déclaré lors d’une conférence de (...)

logo article

Mali : Al-Mourabitoune dévoile l’auteur de l’attaque de Gao

19/01/2017 par :

ALAKHBAR (Nouakchott)- Abdel Hadi Al-Foulani de la Katiba Al-Mourabitoune relevant d’Al-Qaïda au (...)

logo article

AFRIQUE : La Gambie suspendue à l’investiture d’Adama Barrow

19/01/2017 par :

La Gambie est suspendue à la cérémonie d’investiture du président élu, Adama Barrow, prévue ce jeudi (...)

logo article

AFRIQUE : Des troupes sénégalaises "prêtes à intervenir" à la frontière gambienne

18/01/2017 par :

Des troupes sénégalaises sont positionnées à la frontière gambienne et se disent prêtes à intervenir (...)

logo article

Gambie : Yahya Jammeh décrète l’état d’urgence à deux jours de l’investiture d’Adama Barrow

17/01/2017 par :

À deux jours de l’investiture du nouveau président Adama Barrow, Yahya Jammeh a déclaré l’état (...)

logo article

À compter du 19 janvier, Yahya Jammeh ne sera plus reconnu par l’UA comme président légitime de la Gambie

13/01/2017 par :

Le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine a indiqué vendredi qu’à partir du 19 janvier (...)

logo article

Côte d’Ivoire : après le mouvement d’humeur des militaires, des têtes tombent au sein des forces de défense

09/01/2017 par :

Trois jours après le mouvement de contestation au sein de l’armée, le chef d’état-major de l’armée, (...)

logo article

Côte d’Ivoire : Daniel Kablan Duncan a remis la démission de son gouvernement à Alassane Ouattara

09/01/2017 par :

Le Premier ministre Daniel Kablan Duncan a présenté la démission de son gouvernement au président (...)

logo article

Côte d’Ivoire : mouvement d’humeur d’hommes en armes à Bouaké, Daloa et Korhogo

06/01/2017 par :

Des tirs ont été entendus dans la nuit de jeudi à vendredi à Bouaké. Ce vendredi, des hommes en (...)

logo article

Bien mal acquis : le procès de Teodorín Obiang est reporté

04/01/2017 par :

Le procès du fils du président de Guinée équatoriale, soupçonné de s’être frauduleusement bâti un (...)

DEPECHES

20 janvier 2017

DEPECHE : Le président de la commission de la Cédéao Marcel Alain de Souza a déclaré lors d’une conférence de presse à Dakar qu’une dernière tentative de médiation avec Yahya Jammeh allait être menée ce vendredi 20 janvier par le président guinéen Alpha Condé. Le président a jusqu’à demain midi pour accepter de quitter le pouvoir, sans quoi les militaires ouest-africains feront usage de la force, a précisé Marcel Alain de Souza. En attendant, l’intervention militaire ouest-africaine est suspendue.

19 janvier 2017

AFRIQUE : La cérémonie d’investiture du président gambien, élu à l’issue du scrutin présidentiel du 1er décembre, Adama Barrow, aura lieu jeudi 19 janvier, à 16h GMT, selon les déclarations du porte-parole du président élu recueillies par l’AFP.

9 janvier 2017

Côte d’Ivoire : Guillaume Soro largement réélu président de l’Assemblée nationale

9 janvier 2017

Gambie : Yahya Jammeh limoge 12 ambassadeurs ayant réclamé son départ

1er janvier 2017

Turquie : au moins 35 morts dans "l’attaque terroriste" contre la discothèque d’Istanbul

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES