Nigeria : Hollande arrivé à Abuja pour un sommet consacré à Boko Haram

Le président français, François Hollande, est arrivé vendredi soir à Abuja, à la veille d’un sommet régional consacré à la lutte contre le groupe islamiste armé Boko Haram.

À Abuja, M. Hollande sera le seul président non africain à participer samedi au sommet. Un premier sommet avait été organisé à Paris le 17 mai 2014.

Lors de cette rencontre seront aussi représentés le Cameroun, le Tchad et le Niger ainsi que la Grande-Bretagne et les Etats-Unis.

Les attaques du groupe islamiste, qui sévit depuis 2009 dans le nord-est du Nigeria, ont fait plus de 20.000 morts, selon la Banque mondiale, empiétant au-delà des frontières, au Niger, Cameroun et Tchad.

Depuis deux ans, la coopération régionale s’est renforcée, avec la mise en place d’une force multinationale mixte (FMM) de 8.500 hommes. L’emprise territoriale des jihadistes a régressé mais les attentats meurtriers se sont multipliés.

Le président a auparavant passé quelques heures en Centrafrique, où il s’est entretenu avec le nouveau président Faustin Archange Touadéra du désengagement des troupes françaises et à la reconstruction d’un pays ruiné.

« L’opération Sangaris se termine »

« Aujourd’hui, l’opération Sangaris se termine », a déclaré M. Hollande.

« Je l’avais décidée au tout début de décembre 2013 parce que le chaos avait hélas saisi la Centrafrique et parce que des massacres s’y produisait », a-t-il rappelé, avant de saluer « le courage exemplaire » des soldats. « Sangaris est une opération parfaitement réussie », a-t-il jugé.

L’opération doit se terminer en décembre, au terme d’un désengagement progressif. De plus de 2.500 militaires au plus fort de la crise, Sangaris n’en compte déjà plus que 650, selon l’entourage de M. Hollande.

« Nos armées sont appelées sur d’autres fronts, toujours la zone du Sahel », mais aussi « la Syrie et l’Irak », a-t-il expliqué : en outre, « la France est toujours sous la menace terroriste ».

« Mais la France est et sera toujours là » dans le cadre de la force de l’ONU (Minusca) et de la mission européenne, a-t-il assuré à son homologue centrafricain.

M. Hollande s’était rendu dans la capitale de l’ex-colonie française à deux reprises, en décembre 2013 et février 2014, alors que l’opération Sangaris venait de se déployer pour stopper des violences intercommunautaires.

Aujourd’hui, « je reviens alors que la transition a réussi, la stabilité a été retrouvée », a affirmé Hollande, ajoutant que désormais « la France veut prendre la tête d’un groupe de bailleurs pour la Centrafrique », car « il n’y aura de sécurité que par le développement et il n’y aura de développement que par la sécurité ».

M. Touadéra a remercié son hôte pour son action en faveur de la Centrafrique, soulignant que de son côté, il s’attachait à relever « les défis du moment, que sont la paix, la sécurité, la réconciliation nationale, l’assainissement des finances publiques » dans un pays rongé par la corruption.

« Pas d’impunité’ pour les abus sexuels

M. Hollande s’est ensuite rendu – entouré d’un important dispositif de sécurité et acclamé par la foule – dans le quartier du PK5, où il s’était déjà allé en février 2014.

A l’époque, cette enclave musulmane de Bangui était au coeur d’affrontements sanglants entre milices majoritairement chrétiennes anti-balaka et ex-rebelles à dominante musulmane de la Séléka

« Le quartier était quasi désert, la tension extrême », s’est-il souvenu. « Aujourd’hui c’était très différent, avec cette liesse, avec tous les représentants des musulmans, des chrétiens qui étaient là ensemble, les commerçants aussi. C’était une belle image par rapport à ce qui s’est produit ».

Sa visite est également intervenue alors que des soldats français et des Casques bleus engagés en Centrafrique sont soupçonnés d’abus sexuels pour lesquels trois enquêtes judiciaires ont été ouvertes à Paris. « S’il y a des responsabilités, il n’y aura pas d’impunité », a-t-il répété.

Le chef de l’Etat a par ailleurs été sollicité par l’organisation Reporters sans frontières et la mère de la photojournaliste française Camille Lepage, tuée le 12 mai 2014 dans une embuscade dans l’ouest de la RCA, qui estiment que l’enquête sur les circonstances de sa mort « piétine ».

« Nous avons convenu que la justice devait passer, que nous devions tout savoir, a-t-il assuré. JEUNE ARIQUE




AFRIQUE-MONDE

logo article

Gambie : les forces ouest-africaines suspendent leur intervention militaire pour une dernière tentative de médiation

20/01/2017 par :

Le président de la commission de la Cédéao Marcel Alain de Souza a déclaré lors d’une conférence de (...)

logo article

Mali : Al-Mourabitoune dévoile l’auteur de l’attaque de Gao

19/01/2017 par :

ALAKHBAR (Nouakchott)- Abdel Hadi Al-Foulani de la Katiba Al-Mourabitoune relevant d’Al-Qaïda au (...)

logo article

AFRIQUE : La Gambie suspendue à l’investiture d’Adama Barrow

19/01/2017 par :

La Gambie est suspendue à la cérémonie d’investiture du président élu, Adama Barrow, prévue ce jeudi (...)

logo article

AFRIQUE : Des troupes sénégalaises "prêtes à intervenir" à la frontière gambienne

18/01/2017 par :

Des troupes sénégalaises sont positionnées à la frontière gambienne et se disent prêtes à intervenir (...)

logo article

Gambie : Yahya Jammeh décrète l’état d’urgence à deux jours de l’investiture d’Adama Barrow

17/01/2017 par :

À deux jours de l’investiture du nouveau président Adama Barrow, Yahya Jammeh a déclaré l’état (...)

logo article

À compter du 19 janvier, Yahya Jammeh ne sera plus reconnu par l’UA comme président légitime de la Gambie

13/01/2017 par :

Le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine a indiqué vendredi qu’à partir du 19 janvier (...)

logo article

Côte d’Ivoire : après le mouvement d’humeur des militaires, des têtes tombent au sein des forces de défense

09/01/2017 par :

Trois jours après le mouvement de contestation au sein de l’armée, le chef d’état-major de l’armée, (...)

logo article

Côte d’Ivoire : Daniel Kablan Duncan a remis la démission de son gouvernement à Alassane Ouattara

09/01/2017 par :

Le Premier ministre Daniel Kablan Duncan a présenté la démission de son gouvernement au président (...)

logo article

Côte d’Ivoire : mouvement d’humeur d’hommes en armes à Bouaké, Daloa et Korhogo

06/01/2017 par :

Des tirs ont été entendus dans la nuit de jeudi à vendredi à Bouaké. Ce vendredi, des hommes en (...)

logo article

Bien mal acquis : le procès de Teodorín Obiang est reporté

04/01/2017 par :

Le procès du fils du président de Guinée équatoriale, soupçonné de s’être frauduleusement bâti un (...)

logo article

RD Congo : l’accord politique global et inclusif enfin adopté et signé à Kinshasa

01/01/2017 par :

Sous l’égide des évêques catholiques, les pourparlers directs entre les signataires de l’accord du (...)

DEPECHES

20 janvier 2017

DEPECHE : Le président de la commission de la Cédéao Marcel Alain de Souza a déclaré lors d’une conférence de presse à Dakar qu’une dernière tentative de médiation avec Yahya Jammeh allait être menée ce vendredi 20 janvier par le président guinéen Alpha Condé. Le président a jusqu’à demain midi pour accepter de quitter le pouvoir, sans quoi les militaires ouest-africains feront usage de la force, a précisé Marcel Alain de Souza. En attendant, l’intervention militaire ouest-africaine est suspendue.

19 janvier 2017

AFRIQUE : La cérémonie d’investiture du président gambien, élu à l’issue du scrutin présidentiel du 1er décembre, Adama Barrow, aura lieu jeudi 19 janvier, à 16h GMT, selon les déclarations du porte-parole du président élu recueillies par l’AFP.

9 janvier 2017

Côte d’Ivoire : Guillaume Soro largement réélu président de l’Assemblée nationale

9 janvier 2017

Gambie : Yahya Jammeh limoge 12 ambassadeurs ayant réclamé son départ

1er janvier 2017

Turquie : au moins 35 morts dans "l’attaque terroriste" contre la discothèque d’Istanbul

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES