Niger : Diffa, capitale régionale étranglée par Boko Haram

Deux soldats sont postés devant la grande mosquée de Diffa, dans le sud-est du Niger, leurs armes pointées vers les fidèles qui affluent pour la prière. D’eux-mêmes, ceux-ci soulèvent leurs boubous pour montrer qu’ils n’ont pas de ceinture d’explosifs.

Niger : après l’attaque de Boko Haram, ratissage et déminage en cours à Bosso
Les habitants de la capitale régionale de cette région de 600 000 personnes située tout près du lac Tchad et de la frontière nigériane ont pris l’habitude de vivre sous la menace des islamistes nigérians de Boko Haram, auteurs d’attaques meurtrières et d’attentats suicides.

Le harcèlement permanent et l’insécurité ont fait fuir une partie de la population et pèsent sur une économie qui subit aussi un arsenal de mesures restrictives prises par les autorités pour prévenir les infiltrations de Boko Haram.

En mars 2015, le gouverneur a fait évacuer toutes les populations des îles du lac Tchad (25 000 personnes, dont une partie s’est réfugiée à Diffa), suspendu le commerce des principales richesses locales –le poivron et le poisson– en provenance du lac, interdit purement et simplement les motos -dont Boko Haram se servait pour se déplacer- et instauré un couvre-feu sur la circulation pendant la nuit.

Issouf Sanogo/AFP
« Il n’y a pas de clients. Les gens ont peur ou ils ont fui », se plaint Mamane Nouré Abdou, propriétaire d’une boutique à moitié vide, qui vend arachides et boissons.

« Avant, il y avait la circulation de nairas (la devise nigériane), de francs CFA. Maintenant, il n’y a pas d’argent, pas de boulot, il n’y a pas de champs (cultivés), rien », ajoute-il, précisant que ses recettes ont été divisées par trois par rapport à 2015.

A côté de sa boutique, une « fada », un lieu de rencontres avec des nattes sur le sol. Il y a un an, cette fada était l’atelier de réparation de motos de Mohamed Ali, mécanicien de 22 ans, désormais au chômage.

« On ne fait rien. On est là assis. Je ne suis pas le seul, ça (l’interdiction des motos) touche beaucoup de monde », affirme Mohamed Ali.

« Promotion 2016 »

« J’en veux à Boko Haram, mais la mesure n’a pas été bien réfléchie. Personne ne nous est venu en aide. Il n’y a pas de travail ici », dit Mohamed Ali, confiant que les moteurs « lui manquent énormément ». « Depuis petit, je vais au garage. J’espère retrouver mon travail. Ça va venir avec l’aide de Dieu ».

L’interdiction des motos a fait le bonheur de l’ancien moto-taxi Adama Malamari, 22 ans, qui troqué son guidon pour un volant.

« On s’est débrouillé, on a vendu la moto, d’autres choses, et on a acheté notre taxi », dit-il, avouant mieux gagner sa vie, même s’il estime son travail compliqué par l’état des routes, des contrôles de police et… l’arrivée de milliers de conducteurs inexpérimentés surnommés « promotion 2016 ».

Les transporteurs font partie des principales victimes de la crise. Beaucoup ont abandonné le métier, comme le souligne Sabou Ali, secrétaire général des transporteurs de la région.

« Il y a de l’insécurité sur les routes en raison de Boko Haram, et nous avons perdu toute l’activité dans les zones interdites (îles et territoires évacués). Des routes et marchés sont interdits. La circulation a beaucoup baissé », explique-t-il, soulignant aussi que les frais ont monté.

Les camions roulaient auparavant au gasoil du Nigeria (souvent transporté par bateau sur le lac) à 400 francs CFA le litre (60 centimes d’euro) contre 530 FCFA (80 centimes) aux pompes nigériennes.

La circulation avait lieu 24h sur 24 mais maintenant les véhicules ne circulent plus entre 19h et l’aube.

Autre secteur durement touché, celui du poivron, spécialité de la région.

La plupart des agriculteurs sont aujourd’hui des déplacés internes vivant d’aide internationale. Les acheteurs qui revendent le poivron à Niamey ou Zinder ne travaillent plus.

« Ca fait six mois que je n’ai plus rien acheté. Je vends mes derniers stocks (le poivron est séché pour devenir un piment). Je ne sais pas ce que je vais faire », dit Bra Boulama, un négociant qui estime que le poivron représentait 20 000 emplois et 6 milliards de FCFA (10 millions d’euros) de chiffre d’affaires dans la région.

Tous espèrent, à défaut d’y croire, que la situation générée par Boko Haram va se résorber rapidement.

« Si ca ne va pas, on va quitter Diffa », prévient le boutiquier Mamane.
JEUNE AFFRIQUE




AFRIQUE-MONDE

logo article

Infographie : comment se porte le commerce des armes en Afrique ?

21/02/2017 par :

Selon les données du Stockholm International Peace Research Institute (Sipri) portant sur ces (...)

logo article

Bénin : l’Etat récupère ses hôtels

21/02/2017 par :

Le gouvernement béninois a prononcé ce mercredi 16 février, la résolution des conventions de (...)

logo article

AFRIQUE : Le Président de l’Assemblée des Etats Parties se félicite de la décision de la Gambie de ne pas se retirer du Statut de Rome de la CPI

17/02/2017 par :

PAPA MEO DIOUF : Le 10 novembre 2016, la République islamique de Gambie a notifié sa décision de (...)

logo article

Tchad : Comment a été créée la garde présidentielle

15/02/2017 par :

Les exercices sont répétés en conditions réelles à N’Djamena. "L’entraînement est gourmand en (...)

logo article

Mali : l’opération Barkhane annonce avoir déjoué un projet d’attentat à Kidal

15/02/2017 par :

Informée par la population d’une attaque terroriste en préparation à Kidal, une trentaine de (...)

logo article

Sortie du Franc CFA : pour les panafricains, une autre monnaie est possible

13/02/2017 par :

PAR PAPA MEO DIOUF : Dakar, le 13 février 2017 - La nouvelle journée de mobilisation du Front (...)

logo article

RAPPORT : UN DÉPUTÉ FRANÇAIS ÉVOQUE LA "MALADIE" DU ROI DU MAROC, MOHAMMED VI

11/02/2017 par :

A l’occasion de la remise d’un rapport sur les relations entre l’Europe et le Maghreb, Jean (...)

logo article

Félix Tshisekedi : « Mon père appartient au patrimoine national de la RD Congo »

10/02/2017 par :

La mêlée politique congolaise ne connait pas de trêve. Depuis le décès d’Étienne Tshisekedi, et (...)

logo article

Exclusif – Présidence Commission africaine : Toute la vérité sur l’échec cuisant des adversaires du Tchadien, Moussa Faki Mahamat ?

08/02/2017 par :

Après plusieurs mois de campagne intense, les candidats au prestigieux poste de Président de la (...)

logo article

AFRIQUE : LE SPECTRE DE LA GUERRE PLANE DE NOUVEAU SUR LE MAGHREB

06/02/2017 par :

Après le sérieux revers qu’il vient d’essuyer suite à la validation du retour du Maroc au sein de (...)

logo article

Idriss Déby Itno : « Au lieu de nous donner des leçons, l’Occident devrait écouter notre avis »

06/02/2017 par :

Chaos en Libye, enjeux sécuritaires autour du lac Tchad, crise pétrolière ou encore franc CFA. Le (...)

DEPECHES

21 février 2017

FRANCE : Le siège du Front national à Nanterre a été perquisitionné, lundi, pour la seconde fois dans le cadre de l’affaire des soupçons d’emplois fictifs d’assistants au Parlement européen, a annoncé le FN, dénonçant "une opération médiatique".

21 février 2017

USA : Donald Trump a annoncé, lundi, la nomination du général H.R. McMaster comme nouveau conseiller à la sécurité nationale, en remplacement de Michael Flynn, au terme d’une difficile recherche qui a tenu Washington en haleine.

30 janvier 2017

AFRIQUE : Le Maroc réintègre l’Union africaine (officiel)

30 janvier 2017

Sommet de l’UA : le Tchadien Moussa Faki Mahamat élu à la tête de la Commission de l’Union africaine Il succède donc à la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma.

27 janvier 2017

POLITIQUE : La Conférence des leaders de Mànkoo Wattu Senegaal s’est réunie ce jeudi 26 janvier 2017 à la Permanence Nelson Mandela du Grand Parti. Examinant la question relative à l’invitation du Ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda DIALLO à participer « aux discussions sur le processus électoral » prévues avec le Président de la République, vendredi 27 janvier 2017 « au Palais présidentiel », le FDS / Mankoo Wattu demande à ses membres de ne pas prendre part à cette rencontre. Dans ce cadre, le FDS/ Mankoo Wattu invite la presse nationale et internationale à un point de presse qu’il tiendra vendredi 27 janvier 2017 à 15h30mn au siège du Grand Parti.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES