Nicole Ameline (députée LR) : Daesh en route vers la Libye future capitale de l’Etat islamique

La Libye pourrait-elle devenir la base de repli des jihadistes du groupe Etat islamique qui se font bombarder à Raqqa en Syrie ? C’est la crainte des députés français qui viennent de publier un rapport d’information sur la Libye à l’Assemblée nationale française. La députée Les Républicains Nicole Ameline a présidé le groupe de travail qui a publié ce rapport. Elle répond aux questions de Chritophe Boisbouvier.

RFI : Pensez-vous, comme le Premier ministre français Manuel Valls, que la Libye est incontestablement le grand dossier des mois qui viennent ?

Nicole Ameline : Peut-être plus encore. C’est une urgence. Je voudrais bien reprendre la phrase de Talleyrand d’ailleurs : « Quand c’est urgent, c’est presque déjà trop tard ». Il y a un phénomène qui est croissant et qui est la montée inexorable de Daech dans cette partie du territoire. Et cette tendance s’accroît à très grande vitesse, en raison du repli stratégique de certains jihadistes de Syrie. J’oserais dire donc que la Libye est devenue aujourd’hui une sorte de base arrière, de back-office du terrorisme le plus aigu du Moyen-Orient.

Depuis un an, les Nations unies essaient de convaincre les deux camps, c’est-à-dire le gouvernement reconnu de Tobrouk et le gouvernement autoproclamé de Tripoli, de se réconcilier et de mettre en place un conseil présidentiel. Mais des deux côtés, les durs bloquent tout accord. Est-ce qu’on est dans l’impasse ?

Il y a les durs de chaque camp qui s’y opposent, mais aujourd’hui tout le monde est d’accord pour dire qu’il nous faut tout de suite un accord. Et quand je dis tout de suite, c’est vraiment maintenant. Nous sommes à un moment de basculement. S’il n’y a pas un accord politique, c’est Daech qui risque de prendre la maîtrise du jeu dans cette partie du monde qui est à 500 kilomètres de nos côtes. Le danger, il est pour l’ensemble de la région, car c’est un risque existentiel sur le terrain sécuritaire pour l’Egypte autant que pour la Tunisie. Donc là, nous sommes sur un épicentre nouveau du terrorisme international qui n’est pas acceptable. Et puis pour ceux qui ne veulent vraiment pas se rallier, il va falloir trouver des solutions, y comprit peut-être des sanctions. Parce qu’on ne peut pas briser une stabilisation à partir d’attitudes pas acceptable. Mais au-delà de cela, nous demandons d’abord une conférence multilatérale extrêmement rapide, avec l’implication très forte de l’Europe. L’Union européenne est prête, mais nous demandons qu’à l’intérieur de l’Europe il y ait quelques pays du Sud, notamment l’Italie, la France, l’Espagne, mais peut-être aussi le Royaume-Uni, qui puissent constituer une task force et qui puissent être un peu à l’avant-garde de ce que pourrait être un partenariat Europe-Libye, élargi d’ailleurs aux autres pays. Parce que vraiment, nous devons absolument stabiliser ce qui est notre frontière Sud.

Quand vous parlez de task force, il s’agit d’une force politique ou militaire ?

Nous envisageons une force politique dans un premier temps. La solution libyenne est d’abord politique. C’est-à-dire que nous ne pouvons pas intervenir. Il y a eu quelques tentatives ou quelques tentations. Mais toute intervention militaire, et surtout occidentale, serait totalement inopportune à ce stade et en tout état de cause non souhaitée. En revanche, c’est aux Libyens, là, de faire la démonstration qu’ils sont d’accord et prêts à créer un accord qui donnera lieu à une feuille de route qui est déjà programmée, bien sûr un gouvernement qui est quasiment nommé, dont la composition est précise, avec après un comité sécuritaire. Et là, naturellement, par le biais des Nations unies, nous pouvons tout à fait engager une sécurisation avec deux idées : d’abord essayer d’intégrer les milices dans une formation nationale et puis faire en sorte que surtout les pays riverains, les pays voisins, soient engagés dans cette restructuration de la sécurité.

Le 13 décembre prochain, le gouvernement italien veut organiser à Rome une grande conférence sur la Libye sur le modèle de celle qui se tient actuellement à Vienne sur la Syrie. Qu’en pensez-vous ?

J’ai demandé expressément à l’Italie, et à Federica Mogherini qui est la haute représentante du service extérieur des Affaires européennes, de monter cette conférence internationale et je pense que nous avons été entendus.

A Syrte, à mi-chemin entre Tripoli et Tobrouk, Daech, le groupe Etat islamique, s’est taillé un fief. Comment s’en débarrasser ?

J’indique dans ce rapport que Syrte pourrait devenir Raqqa. Les Libyens sont capables – ils l’ont démontré, et à Misrata ils l’ont démontré – de combattre Daech. Mais il faut pour cela qu’ils arrêtent de se combattre eux-mêmes. Et je pense que Daech doit être vraiment l’argument qui crée l’unité des Libyens.

Depuis les attentats du 13 novembre à Paris, les bombardements russes et occidentaux se multiplient sur les bases du groupe Etat islamique au Moyen-Orient. Du coup, est-ce que vous ne craignez pas que les chefs de Daech ne se replient sur le fief libyen de Syrte ?

C’est déjà le cas. C’est pour ça que nous voulons leur barrer la route. Cet endroit est devenu effectivement une base arrière. Et une base probablement très puissante, très forte. Donc nous ne laisserons pas faire. La Libye ne doit pas devenir un fief jihadiste à l’image de la Syrie, c’est impossible.

Vous êtes députée des Républicains, le parti que dirige Nicolas Sarkozy. Quand il était président en 2011 c’est lui qui a chassé le colonel Kadhafi du pouvoir. Avec le recul est-ce qu’il n’a pas eu tort ?

Non, il n’a pas eu tort parce que d’abord cette intervention a été faite à la demande des Libyens et de la Ligue arabe. A Benghazi, nous avons clairement évité un massacre. Quand on dit que le jour d’après n’a pas été géré, le jour d’après en l’occurrence ça a été plus d’un an après. Parce qu’il y a eu des élections libres en juillet 2012. Le train a déraillé bien plus tard. Ce que par contre je me reproche d’une certaine façon, à moi en tant que femme politique, c’est que nous n’ayons pas assez insisté pour créer une sorte de partenariat obligatoire avec les Libyens. C’est-à-dire que nous y sommes allés, mais en second lieu les Libyens n’ont pas souhaité qu’il y ait une présence occidentale ou même étrangère sur leur sol. Et nous n’étions pas trop fâchés de partir non plus. Donc, si on doit tirer des leçons, c’est de se dire qu’il faut qu’il y ait un partenariat qui fasse que les étapes prévues soient toutes respectées et que la gouvernance, la sécurisation soient assumées. Il s’agit d’une sorte de partenariat politique, un partenariat serré, pour que jour après jour nous reconstruisions ce pays sur des fondamentaux et sur de l’efficacité. RFI




AFRIQUE-MONDE

logo article

Infographie : comment se porte le commerce des armes en Afrique ?

21/02/2017 par :

Selon les données du Stockholm International Peace Research Institute (Sipri) portant sur ces (...)

logo article

Bénin : l’Etat récupère ses hôtels

21/02/2017 par :

Le gouvernement béninois a prononcé ce mercredi 16 février, la résolution des conventions de (...)

logo article

AFRIQUE : Le Président de l’Assemblée des Etats Parties se félicite de la décision de la Gambie de ne pas se retirer du Statut de Rome de la CPI

17/02/2017 par :

PAPA MEO DIOUF : Le 10 novembre 2016, la République islamique de Gambie a notifié sa décision de (...)

logo article

Tchad : Comment a été créée la garde présidentielle

15/02/2017 par :

Les exercices sont répétés en conditions réelles à N’Djamena. "L’entraînement est gourmand en (...)

logo article

Mali : l’opération Barkhane annonce avoir déjoué un projet d’attentat à Kidal

15/02/2017 par :

Informée par la population d’une attaque terroriste en préparation à Kidal, une trentaine de (...)

logo article

Sortie du Franc CFA : pour les panafricains, une autre monnaie est possible

13/02/2017 par :

PAR PAPA MEO DIOUF : Dakar, le 13 février 2017 - La nouvelle journée de mobilisation du Front (...)

logo article

RAPPORT : UN DÉPUTÉ FRANÇAIS ÉVOQUE LA "MALADIE" DU ROI DU MAROC, MOHAMMED VI

11/02/2017 par :

A l’occasion de la remise d’un rapport sur les relations entre l’Europe et le Maghreb, Jean (...)

logo article

Félix Tshisekedi : « Mon père appartient au patrimoine national de la RD Congo »

10/02/2017 par :

La mêlée politique congolaise ne connait pas de trêve. Depuis le décès d’Étienne Tshisekedi, et (...)

logo article

Exclusif – Présidence Commission africaine : Toute la vérité sur l’échec cuisant des adversaires du Tchadien, Moussa Faki Mahamat ?

08/02/2017 par :

Après plusieurs mois de campagne intense, les candidats au prestigieux poste de Président de la (...)

logo article

AFRIQUE : LE SPECTRE DE LA GUERRE PLANE DE NOUVEAU SUR LE MAGHREB

06/02/2017 par :

Après le sérieux revers qu’il vient d’essuyer suite à la validation du retour du Maroc au sein de (...)

logo article

Idriss Déby Itno : « Au lieu de nous donner des leçons, l’Occident devrait écouter notre avis »

06/02/2017 par :

Chaos en Libye, enjeux sécuritaires autour du lac Tchad, crise pétrolière ou encore franc CFA. Le (...)

DEPECHES

21 février 2017

FRANCE : Le siège du Front national à Nanterre a été perquisitionné, lundi, pour la seconde fois dans le cadre de l’affaire des soupçons d’emplois fictifs d’assistants au Parlement européen, a annoncé le FN, dénonçant "une opération médiatique".

21 février 2017

USA : Donald Trump a annoncé, lundi, la nomination du général H.R. McMaster comme nouveau conseiller à la sécurité nationale, en remplacement de Michael Flynn, au terme d’une difficile recherche qui a tenu Washington en haleine.

30 janvier 2017

AFRIQUE : Le Maroc réintègre l’Union africaine (officiel)

30 janvier 2017

Sommet de l’UA : le Tchadien Moussa Faki Mahamat élu à la tête de la Commission de l’Union africaine Il succède donc à la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma.

27 janvier 2017

POLITIQUE : La Conférence des leaders de Mànkoo Wattu Senegaal s’est réunie ce jeudi 26 janvier 2017 à la Permanence Nelson Mandela du Grand Parti. Examinant la question relative à l’invitation du Ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda DIALLO à participer « aux discussions sur le processus électoral » prévues avec le Président de la République, vendredi 27 janvier 2017 « au Palais présidentiel », le FDS / Mankoo Wattu demande à ses membres de ne pas prendre part à cette rencontre. Dans ce cadre, le FDS/ Mankoo Wattu invite la presse nationale et internationale à un point de presse qu’il tiendra vendredi 27 janvier 2017 à 15h30mn au siège du Grand Parti.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES