NIGER : Ali Idrissa, l’anti-souffre-douleur d’Areva

Son nom a fini de faire le tour du monde. Au gré des épreuves, au prix même parfois de sa vie, l’insatiable et inoxydable militant social nigérien Ali Idrissa (40 ans) brille. Sous l’étuve de la chaudière de l’oligarchie politico-industrielle et les cris stridents des couches opprimées, l’homme s’est forgé une solide carapace.

L’enfant prodige de Niamey impose sa marque de fabrique. La quarantaine consumée, le chemin fut long avant de voir le bout du tunnel. Entre une vie austère de moine il y a quelques années passée dans les labyrinthes des faubourgs-quartiers de la capitale nigérienne et son statut actuel de PDG du groupe de médias, RTL (Radio télévision Labari), beaucoup d’eau à coulé sous les ponts. Adepte d’un militantisme « positif » chevillé à son corps depuis sa tendre enfance pour sortir des ténèbres les masses prolétaires et moyennes d’une société qui s’est vu confisquer son désir d’existence, celui que l’on présente comme le José Bové nigérien a construit sa vie, brique par brique. « Il s’est toujours tracé un sillon de combattant acharné pour des causes sociales justes », nous confie un membre influent de la société civile. Pourtant, devenu une des icônes les plus emblématiques de l’Africanisme solidaire et citoyen sur le continent au service de l’éveil des peuples jusque-là opprimés, Ali Idrissa ne prend pas la grosse tête. En quelque sorte, il marche sur des oeufs lézardés. Au gré de ses luttes intermittentes et intempestives contre la confiscation des libertés et droits de la société nigérienne par une oligarchie politico-industrielle, il sait bien que son combat auprès de la société en proie à la famine, à l’analphabétisme et à la corruption n’est pas une sinécure.

A Niamey, son militantisme social écrin et obstiné est plus qu’un livre de chevet à la Ché. Une sorte de troisième voie royale quand l’Etat et les officines politiques n’ont plus la recette magique de changer la physionomie de leurs concitoyens. Ali Idrissa l’utilise comme une arme et carbure à bord de la boîte à équations.

L’homme est réputé pour ses critiques virulentes et positions corsées envers le haut establishment de la firme française Areva, laquelle continue à piller l’uranium nigérien et pomper les caisses de l’Etat. Des centaines de milliards échappent au trésor public. Bientôt plus d’un demi-siècle. Des tripes, il en possède. A la tête du Rotab et du groupe de presse audiovisuel RTL, il déroule sa recette d’anti souffre-douleur. Une cuvée de missiles contre ce dernier rempart de la Françafrique.

« Nous sommes le quatrième producteur mondial d’uranium, comment était-il possible qu’il n’y ait pas d’argent dans les caisses ? Si l’uranium représente 70% de nos exportations, comment se fait-il qu’il ne contribue qu’à 5,8% à notre PIB », peste le héros du mouvement anti-Areva. Ange chez les populations opprimées, certains de ses détracteurs poussent la caricature en le présentant comme un vaudeville trinquart. « Je ne m’occupe pas de ce qu’on pense de moi, mais de ce que je donne aux populations en termes de dividendes de justice, de liberté, de bonne gouvernance et de mieuxêtre social », confesse l’icône autour d’une tasse de thé recevant Les Afriques. Beaucoup ergotent ça et là que ses rapports avec le pouvoir ne sont pas si exécrables autant que certains le pensent. Car, Ali Idrissa qui refuse de passer comme un pyromane est aussi bien connecté dans une frange des officines. Sa récente passe d’armes avec une haute personnalité gouvernementale était plus motivée pour une clarification du jeu politique au-delà des querelles de chapelle.

Son carnet d’adresses bien garni va des allées du Quai d’Orsay à la Tour de Manhattan aux Etats-Unis en passant par les lambris dorés des palais africains.
Ni gourou, ni chambellan, ni correspondant chocolaté, Ali Idrissa, père de 4 enfants, porte à hue et à dia un combat qui s’apparente à celui de Julius Malema, l’intrépide héros des mineurs sud-africains.

ISMAEL AIDARA, ENVOYÉ SPÉCIAL




AFRIQUE-MONDE

logo article

Infographie : comment se porte le commerce des armes en Afrique ?

21/02/2017 par :

Selon les données du Stockholm International Peace Research Institute (Sipri) portant sur ces (...)

logo article

Bénin : l’Etat récupère ses hôtels

21/02/2017 par :

Le gouvernement béninois a prononcé ce mercredi 16 février, la résolution des conventions de (...)

logo article

AFRIQUE : Le Président de l’Assemblée des Etats Parties se félicite de la décision de la Gambie de ne pas se retirer du Statut de Rome de la CPI

17/02/2017 par :

PAPA MEO DIOUF : Le 10 novembre 2016, la République islamique de Gambie a notifié sa décision de (...)

logo article

Tchad : Comment a été créée la garde présidentielle

15/02/2017 par :

Les exercices sont répétés en conditions réelles à N’Djamena. "L’entraînement est gourmand en (...)

logo article

Mali : l’opération Barkhane annonce avoir déjoué un projet d’attentat à Kidal

15/02/2017 par :

Informée par la population d’une attaque terroriste en préparation à Kidal, une trentaine de (...)

logo article

Sortie du Franc CFA : pour les panafricains, une autre monnaie est possible

13/02/2017 par :

PAR PAPA MEO DIOUF : Dakar, le 13 février 2017 - La nouvelle journée de mobilisation du Front (...)

logo article

RAPPORT : UN DÉPUTÉ FRANÇAIS ÉVOQUE LA "MALADIE" DU ROI DU MAROC, MOHAMMED VI

11/02/2017 par :

A l’occasion de la remise d’un rapport sur les relations entre l’Europe et le Maghreb, Jean (...)

logo article

Félix Tshisekedi : « Mon père appartient au patrimoine national de la RD Congo »

10/02/2017 par :

La mêlée politique congolaise ne connait pas de trêve. Depuis le décès d’Étienne Tshisekedi, et (...)

logo article

Exclusif – Présidence Commission africaine : Toute la vérité sur l’échec cuisant des adversaires du Tchadien, Moussa Faki Mahamat ?

08/02/2017 par :

Après plusieurs mois de campagne intense, les candidats au prestigieux poste de Président de la (...)

logo article

AFRIQUE : LE SPECTRE DE LA GUERRE PLANE DE NOUVEAU SUR LE MAGHREB

06/02/2017 par :

Après le sérieux revers qu’il vient d’essuyer suite à la validation du retour du Maroc au sein de (...)

logo article

Idriss Déby Itno : « Au lieu de nous donner des leçons, l’Occident devrait écouter notre avis »

06/02/2017 par :

Chaos en Libye, enjeux sécuritaires autour du lac Tchad, crise pétrolière ou encore franc CFA. Le (...)

DEPECHES

21 février 2017

FRANCE : Le siège du Front national à Nanterre a été perquisitionné, lundi, pour la seconde fois dans le cadre de l’affaire des soupçons d’emplois fictifs d’assistants au Parlement européen, a annoncé le FN, dénonçant "une opération médiatique".

21 février 2017

USA : Donald Trump a annoncé, lundi, la nomination du général H.R. McMaster comme nouveau conseiller à la sécurité nationale, en remplacement de Michael Flynn, au terme d’une difficile recherche qui a tenu Washington en haleine.

30 janvier 2017

AFRIQUE : Le Maroc réintègre l’Union africaine (officiel)

30 janvier 2017

Sommet de l’UA : le Tchadien Moussa Faki Mahamat élu à la tête de la Commission de l’Union africaine Il succède donc à la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma.

27 janvier 2017

POLITIQUE : La Conférence des leaders de Mànkoo Wattu Senegaal s’est réunie ce jeudi 26 janvier 2017 à la Permanence Nelson Mandela du Grand Parti. Examinant la question relative à l’invitation du Ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda DIALLO à participer « aux discussions sur le processus électoral » prévues avec le Président de la République, vendredi 27 janvier 2017 « au Palais présidentiel », le FDS / Mankoo Wattu demande à ses membres de ne pas prendre part à cette rencontre. Dans ce cadre, le FDS/ Mankoo Wattu invite la presse nationale et internationale à un point de presse qu’il tiendra vendredi 27 janvier 2017 à 15h30mn au siège du Grand Parti.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES