Mali : quand les munitions sénégalaises de la Minusma voyagent en car

Un officier de police sénégalais de la Minusma a été intercepté par la douane malienne à bord d’un bus public avec 7 500 munitions qu’il devait remettre à son unité basée à Gao. Un incident qui a rapidement fait polémique.

À LIRE AUSSI

Mali : l’ONU renforce les effectifs et le mandat de la Minusma
Mali : l’ONU renforce les effectifs et le mandat de la Minusma
Jean-Hervé Jezequel : « Augmenter les effectifs de la Minusma n’aura pas nécessairement d’impact » sur la sécurité au Mali
Les douaniers maliens ont d’abord probablement cru à une saisie record. Le 20 août, au poste frontière de Diboli, ils contrôlent un car de transport public comme il en transite chaque jour des dizaines entre le Sénégal et le Mali. Ils mettent alors la main sur 25 caisses contenant 7 500 munitions de guerre. L’homme qui les transporte se présente comme Moussa Ndiaye, un officier de police sénégalais faisant partie de la police de la Minusma, la mission de l’ONU au Mali.

Aux douaniers interloqués, il affirme qu’il est chargé d’acheminer ces munitions à son unité basée à Gao, dans le nord du pays. Dépourvu d’ordre de mission, son bordereau de livraison et sa carte d’identité ne suffiront pas pour qu’il poursuive son trajet.

Escorte jusqu’à Bamako

Le problème sera finalement réglé le temps que la Minusma, prévenue par les autorités maliennes de cet incident, obtienne les pièces justificatives auprès des responsables sénégalais. Quant à Moussa Ndiaye, il finira escorté par la gendarmerie de Kayes jusqu’à Bamako avec son lot de munitions, lequel a ensuite été transféré par avion onusien jusqu’à Gao.

Cette affaire a rapidement soulevé plusieurs questions. Comment se fait-il que l’approvisionnement en munitions des troupes de la Minusma se fasse par des cars de transport public ? Qui est responsable de cet incident, la police sénégalais ou la mission onusienne ? Face à la polémique provoquée par cette histoire, chacun a tenu a apporté ses explications.

« On ne transporte pas des munitions dans un bus »

D’abord la Minusma, qui a pointé du doigt la responsabilité sénégalaise en soulignant dans un communiqué que « les pays contributeurs de police ont la charge de fournir et d’assurer par leurs propres moyens la provision du matériel requis à leurs contingents et éléments déployés dans le cadre des missions de maintien de la paix ». « On ne transporte pas des munitions dans un bus. C’est un incident regrettable dû à la négligence de certains individus », résume Radhia Achouri, porte-parole de la Minusma jointe par Jeune Afrique.

De son côté, le bureau des relations publiques de la police nationale sénégalaise a affirmé qu’il s’agissait « d’un malentendu avec les éléments de la douane malienne, lequel a été géré au plus haut niveau ». Les autorités sénégalaises n’ont en revanche pas précisé si des sanctions avaient été prises contre les responsables de l’incident.




AFRIQUE-MONDE

logo article

En intégrant le Maroc, la CEDEAO deviendrait la 16e puissance mondiale devant la Turquie

26/02/2017 par :

(Agence Ecofin) - Le Maroc a présenté à Ellen Johnson Sirleaf, présidente en exercice de la CEDEAO, (...)

logo article

Infographie : comment se porte le commerce des armes en Afrique ?

21/02/2017 par :

Selon les données du Stockholm International Peace Research Institute (Sipri) portant sur ces (...)

logo article

Bénin : l’Etat récupère ses hôtels

21/02/2017 par :

Le gouvernement béninois a prononcé ce mercredi 16 février, la résolution des conventions de (...)

logo article

AFRIQUE : Le Président de l’Assemblée des Etats Parties se félicite de la décision de la Gambie de ne pas se retirer du Statut de Rome de la CPI

17/02/2017 par :

PAPA MEO DIOUF : Le 10 novembre 2016, la République islamique de Gambie a notifié sa décision de (...)

logo article

Tchad : Comment a été créée la garde présidentielle

15/02/2017 par :

Les exercices sont répétés en conditions réelles à N’Djamena. "L’entraînement est gourmand en (...)

logo article

Mali : l’opération Barkhane annonce avoir déjoué un projet d’attentat à Kidal

15/02/2017 par :

Informée par la population d’une attaque terroriste en préparation à Kidal, une trentaine de (...)

logo article

Sortie du Franc CFA : pour les panafricains, une autre monnaie est possible

13/02/2017 par :

PAR PAPA MEO DIOUF : Dakar, le 13 février 2017 - La nouvelle journée de mobilisation du Front (...)

logo article

RAPPORT : UN DÉPUTÉ FRANÇAIS ÉVOQUE LA "MALADIE" DU ROI DU MAROC, MOHAMMED VI

11/02/2017 par :

A l’occasion de la remise d’un rapport sur les relations entre l’Europe et le Maghreb, Jean (...)

logo article

Félix Tshisekedi : « Mon père appartient au patrimoine national de la RD Congo »

10/02/2017 par :

La mêlée politique congolaise ne connait pas de trêve. Depuis le décès d’Étienne Tshisekedi, et (...)

logo article

Exclusif – Présidence Commission africaine : Toute la vérité sur l’échec cuisant des adversaires du Tchadien, Moussa Faki Mahamat ?

08/02/2017 par :

Après plusieurs mois de campagne intense, les candidats au prestigieux poste de Président de la (...)

logo article

AFRIQUE : LE SPECTRE DE LA GUERRE PLANE DE NOUVEAU SUR LE MAGHREB

06/02/2017 par :

Après le sérieux revers qu’il vient d’essuyer suite à la validation du retour du Maroc au sein de (...)

DEPECHES

21 février 2017

FRANCE : Le siège du Front national à Nanterre a été perquisitionné, lundi, pour la seconde fois dans le cadre de l’affaire des soupçons d’emplois fictifs d’assistants au Parlement européen, a annoncé le FN, dénonçant "une opération médiatique".

21 février 2017

USA : Donald Trump a annoncé, lundi, la nomination du général H.R. McMaster comme nouveau conseiller à la sécurité nationale, en remplacement de Michael Flynn, au terme d’une difficile recherche qui a tenu Washington en haleine.

30 janvier 2017

AFRIQUE : Le Maroc réintègre l’Union africaine (officiel)

30 janvier 2017

Sommet de l’UA : le Tchadien Moussa Faki Mahamat élu à la tête de la Commission de l’Union africaine Il succède donc à la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma.

27 janvier 2017

POLITIQUE : La Conférence des leaders de Mànkoo Wattu Senegaal s’est réunie ce jeudi 26 janvier 2017 à la Permanence Nelson Mandela du Grand Parti. Examinant la question relative à l’invitation du Ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda DIALLO à participer « aux discussions sur le processus électoral » prévues avec le Président de la République, vendredi 27 janvier 2017 « au Palais présidentiel », le FDS / Mankoo Wattu demande à ses membres de ne pas prendre part à cette rencontre. Dans ce cadre, le FDS/ Mankoo Wattu invite la presse nationale et internationale à un point de presse qu’il tiendra vendredi 27 janvier 2017 à 15h30mn au siège du Grand Parti.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES