Mady Bouaré, professeur de droit pénal à l’Université Gaston Berger : « La décision de la Justice française va forcément lier le Sénégal dans l’affaire Karim Wade, mais… »

L’OBS – La bataille pour la libération de Karim Wade « détenu arbitrairement », selon le Groupe de travail des Nations Unies, risque de s’intensifier davantage au plan international, suite à la décision de ses avocats de traîner le Sénégal devant les juridictions françaises. Mady Bouaré, professeur de Droit pénal à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis, apporte des éclairages précis sur ce que l’on peut attendre de cette affaire.
Compétence de la justice française. « La justice française peut se déclarer compétente dans l’affaire Karim Wade. Dès l’instant où le procès qui a été fait à son encontre n’a pas respecté les exigences d’un procès équitable, selon le Groupe de travail des Nations Unies, Karim Wade est bien fondé à saisir les juridictions françaises, puisqu’il est aussi citoyen français. C’est la même chose si on fait le parallèle avec l’affaire du bateau « Le Joola », où il y avait des victimes françaises. Dans cette affaire, la justice sénégalaise avait rendu une décision qui n’en était pas une, puisque le Procureur avait déclaré l’action publique éteinte. En conséquence, les familles des victimes françaises avaient saisi la justice française. Mais dans cette affaire, le résultat escompté n’avait pas été obtenu, le Sénégal ne s’est pas exécuté. C’est la même chose dans l’affaire Massata Diack, où la justice française a lancé un mandat d’arrêt international contre lui.
Jusqu’à présent, ce mandat d’arrêt n’a pas été exécuté. L’Etat du Sénégal reste dans sa souveraineté pénale, jugeant de l’opportunité de s’exécuter ou de ne pas s’exécuter. Maintenant, est-ce que la décision de la juridiction française va lier la justice sénégalaise ? Forcément. La décision du tribunal français dans l’affaire Karim Wade peut lier le Sénégal, mais il peut ne pas s’exécuter, en relevant le principe de sa souveraineté pénale. Le principe qui demeure, c’est la souveraineté pénale des Etats. Chaque Etat est indépendant, relativement à une certaine souveraineté pénale. Donc, on ne peut pas aller au-delà. Mais si la juridiction française reconnaît que Karim Wade est bien victime au Sénégal par rapport à l’affaire de l’enrichissement illicite, il va falloir saisir alors la Cour européenne des droits de l’Homme. Cela, pour avoir une dimension beaucoup plus internationale de l’affaire. L’Etat du Sénégal peut être lié par l’avis de la justice française. Les décisions rendues par les juridictions sénégalaises peuvent être exécutées en France, comme les décisions rendues par les juridictions pénales françaises peuvent être exécutées au Sénégal dans le cadre de la coopération judiciaire. Si tel n’est pas le cas, ont peut utiliser des mandats d’arrêt internationaux. »
moyens de pression de la France sur le Sénégal. « Si la justice sénégalaise venait à refuser d’appliquer la décision qui serait rendue par la France dans l’affaire Karim Wade, il y a des moyens de coercition possibles contre le Sénégal. Car dans le cadre des négociations internationales et des rapports entre les deux pays (France et Sénégal), il y a des moyens de contrainte. La France peut utiliser beaucoup d’autres moyens de pression (sur le plan politique) pour amener le Sénégal à s’exécuter. Le Sénégal doit s’exécuter, pour l’intérêt de la gouvernance de ses affaires publiques judiciaires, le respect de ses citoyens et des citoyens étrangers sur son territoire. Sur le plan politique, l’Etat de droit du Sénégal risque d’être écorné. Donc, il doit respecter ses obligations internationales. On a bien vu que le Sénégal ne le fait pas. Sur le plan international, on peut parler d’un « Etat bandit » qui ne respecte pas ses obligations internationales, tant en ce qui concerne la Cour de justice de la Cedeao et que le Groupe de travail des Nations Unies, etc. On peut faire aussi une jonction avec l’affaire Hissène Habré, où on a vu que le Sénégal n’a pas respecté ses obligations internationales tendant à dire qu’il fallait juger ou libérer M. Habré. Il y a trois affaires dans lesquelles le Sénégal n’a pas respecté ses obligations internationales. Il faudrait que le Sénégal commence à restaurer l’image de son Etat de droit. »
Ce que risquent les personnes visées par Karim. « Si des personnes nommément désignées dans l’histoire de l’enrichissement illicite ont contribué à une détention arbitraire de Karim Wade et que cela est reconnu par la justice française, ces personnes ne pourront plus sortir du territoire sénégalais. Car la justice française n’hésitera pas à utiliser les instruments sur le plan du droit international, à savoir, la coopération judiciaire entre le Sénégal et la France. Et si le Sénégal ne s’exécute pas, des mandats d’arrêt internationaux pourront être lancés. Si ces personnes sortent du territoire sénégalais, elles pourront être arrêtées et transmises aux autorités françaises. Mais ce qu’il faut noter dans ce cas, c’est que ce ne sont pas des personnes en tant que telle, c’est l’institution étatique. Cela, parce que ces personnes, au niveau de la justice, ont agi sous le couvert de l’Etat. Donc c’est la responsabilité de l’Etat en matière judiciaire qui est engagée. Les magistrats engagent la responsabilité de l’Etat pour mauvais fonctionnement de la justice. C’est l’Etat du Sénégal qui, en termes de réparation, devrait d’une part libérer Karim Wade pour mettre fin à sa détention arbitraire, et d’autre part, il doit réparer le préjudice, qui peut être moral, économique ou financier. »
La décision de la cour suprême ne peut être définitive. « La Cour Suprême du Sénégal, qui a déjà rendu sa décision, aurait dû prendre en considération le fait qu’il y a une violation du délai d’instruction en la matière. Quand le Groupe de travail des Nations Unies dit que la détention de Karim est arbitraire, le résultat attendu, c’est la réparation du préjudice et la libération de Wade-fils. On ne peut pas dire que la juridiction sénégalaise (Cour Suprême) a déjà rendu une décision définitive. La détention arbitraire continue à courir, jusqu’au prononcé de la décision de la Cour Suprême. C’est rétroactivement qu’il faut prendre la question de cette détention, jugée arbitraire par le Groupe de travail des Nations Unies. »
MATHIEU BACALY




AFRIQUE-MONDE

logo article

Présidentielle au Ghana : Nana Akufo-Addo proclamé vainqueur face au sortant John Mahama

09/12/2016 par :

Le chef de l’opposition ghanéenne Nana Akufo-Addo a remporté l’élection présidentielle avec plus de (...)

logo article

Rapport McLaren : le sport russe sous le signe du dopage

09/12/2016 par :

Près de cinq mois après les premières révélations du rapport McLaren sur le « système de dopage (...)

logo article

À Ceuta, 400 migrants forcent la frontière entre le Maroc et l’Espagne

09/12/2016 par :

La barrière entourant l’enclave autonome espagnole de Ceuta, à la frontière marocaine, a été forcée (...)

logo article

Gabon : Ali Bongo Ondimba en visite d’État en Chine

07/12/2016 par :

Six ans après sa dernière visite, le président du Gabon est en République populaire de Chine du 6 (...)

logo article

Élection présidentielle au Ghana : forte affluence des électeurs dans les bureaux de vote

07/12/2016 par :

Un peu plus de 15 millions de Ghanéens se sont rendus ce mercredi aux urnes pour élire leur (...)

logo article

SECURITE : L’armée libyenne reprend la ville de Syrte à l’EI

05/12/2016 par :

Le gouvernement d’union nationale a annoncé lundi la reprise totale de la ville de Syrte. (...)

logo article

Mali : les partisans de Sanogo venus en masse au premier jour de son procès

01/12/2016 par :

Les partisans d’Amadou Haya Sanogo ont pris leurs quartiers à Sikasso, où a débuté mercredi le (...)

logo article

De Rabat à Madagascar, comment Mohammed VI étend l’influence du Maroc sur tout le continent africain

29/11/2016 par :

Rwanda, Tanzanie, Sénégal, Éthiopie, Madagascar, et bientôt Nigeria et Zambie. Jamais Mohammed VI (...)

logo article

Burundi : le conseiller du président Nkurunziza, Willy Nyamitwe, aurait échappé à une tentative d’assassinat

29/11/2016 par :

Willy Nyamitwe, conseiller en communication du président burundais Pierre Nkurunziza aurait été (...)

logo article

Sommet de Madagascar : l’Arabie saoudite devra patienter avant d’adhérer à la Francophonie

26/11/2016 par :

Malgré le plaidoyer de certains chefs d’États africains en faveur d’une adhésion de l’Arabie (...)

logo article

AFRIQUE : Les 5 questions que vous vous posez sur le sommet de la francophonie à Madagascar

25/11/2016 par :

Une trentaine de chefs d’État et de gouvernement sont attendus à Antananarivo pour le XVIe sommet (...)

DEPECHES

9 décembre 2016

Ghana : le président Mahama reconnaît sa défaite auprès du chef de l’opposition Akufo-Addo

7 décembre 2016

DEPECHE : Une forte délégation du Parti Démocratique Sénégalais (PDS) se rend ce jeudi 8 décembre 2016 à 15 heures à Tiouaouane. La délégation sera dirigée par le Secrétaire Général National Adjoint, Oumar SARR. Elle sera composée de membres du Comité Directeur et de la fédération PDS du département de Tiouaouane. A travers le porte parole, Serigne Abdoul Aziz SY Al Amine, la direction du parti transmettra un chaleureux message d’amitié et de fraternité du Président Abdoulaye WADE et de l’ensemble des militants à la famille de Seydi Elhadji Malick SY ainsi qu’à toute la Oumah islamique du Sénégal.

5 décembre 2016

GAMBIE : En Gambie, l’opposant Ousseynou Darboe sera bientôt libre. Son procès en appel a pris une dimension particulière après la victoire inattendue d’Adama Barrow à la présidentielle. Le leader du Parti démocratique unifié était l’un des principaux opposants au régime de Yahya Jammeh. Il avait été condamné en juillet à trois ans de détention, notamment pour manifestation illégale et son procès en appel s’est ouvert ce lundi. Les juges de la cour d’appel viennent d’annoncer sa remise en liberté provisoire

29 novembre 2016

URGENT : Un avion qui transportait une équipe de football brésilienne s’est écrasé près de la ville colombienne de Medellin. La police colombiennes annonce 76 morts

29 novembre 2016

HAITI : Jovenel Moïse a été déclaré vainqueur de la présidentielle haïtienne dès le premier tour, selon les résultats préliminaires annoncés ce mardi 29 novembre par le Conseil électoral provisoire (CEP). Le nouveau président a appelé les Haïtiens à s’unir pour relever le pays.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES