MOYEN ORIENT : Après la mort d’al-Nimr, crise diplomatique entre Téhéran et Riyad

L’exécution par l’Arabie saoudite du chef religieux chiite Nimr Baqr al-Nimr a provoqué la colère de l’Iran chiite, où des manifestants ont mis le feu à l’ambassade d’Arabie saoudite. Ce dimanche 3 janvier 2016, la première réaction du guide suprême iranien nous est parvenue. L’ayatollah Khamenei considère que « le sang de ce martyr versé injustement portera ses fruits et la main divine le vengera des dirigeants saoudiens ».

L’exécution du cheikh saoudien chiite Nimr al-Nimr a provoqué de vives réactions dans la province orientale d’Arabie saoudite, mais aussi dans toute la région et en particulier en Iran, exacerbant davantage le conflit confessionnel entre chiites et sunnites.

Samedi soir, le ministère des Affaires étrangères iranien a demandé à la police de protéger les bâtiments diplomatiques saoudiens. A Téhéran, des manifestants en colère ont en effet lancé des cocktails Molotov contre l’ambassade saoudienne et l’ont incendiée pour protester contre l’exécution du dignitaire chiite saoudien, rapporte notre correspondant à Téhéran, Siavosh Ghazi.

Le consulat saoudien à Machhad, seconde ville du pays, a également été attaqué et incendié par d’autres manifestants en colère. Mais finalement, la police est intervenue pour reprendre la situation en main, à la fois à Téhéran et à Machhad. Quarante manifestants ont été arrêtés à Téhéran, a-t-on appris dimanche matin auprès du procureur de la capitale.

Si le président iranien Hassan Rohani juge ces attaques contre les représentations saoudiennes « totalement injustifiables », la colère monte néanmoins en Iran, après la mort du cheikh al-Nimr. Dans la journée de samedi, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères avait affirmé que Riyad soutenait le terrorisme et l’extrémisme, et dans le même temps réprimait ses opposants intérieurs. « Le gouvernement saoudien va payer un prix élevé », avait affirmé le porte-parole de la diplomatie iranienne.

Des manifestants en colère contre l’exécution par Riyad du dignitaire chiite Nimr Baqer al-Nimr ont lancé des cocktails Molotov contre l’ambassade d’Arabie à Téhéran, incendiant une partie du bâtiment, le 2 janvier 2016..
AFP PHOTO / ATTA KENARE
L’ambassadeur d’Iran convoqué par les autorités à Riyad

Suite aux déclarations de la diplomatie iranienne, les autorités saoudiennes ont aussitôt convoqué l’ambassadeur iranien, relate notre correspondante à Riyad Clarence Rodriguez. Elles considèrent que ces déclarations sont agressives, injustifiées, et qu’elles sont une flagrante ingérence dans les affaires du royaume.

Plusieurs autres responsables iraniens ont violemment critiqué cette exécution. Dimanche, la réaction du guide suprême lui-même, l’ayatollah Ali Khamenei, nous est parvenue. « Sans aucun doute, le sang de ce martyr versé injustement portera ses fruits et la main divine le vengera des dirigeants saoudiens », a déclaré M. Khamenei.

La République islamique d’Iran, puissance chiite montante, s’oppose depuis plusieurs années à l’Arabie saoudite sunnite au sujet des crises qui sévissent dans la région, en Syrie, en Irak, au Yémen ou encore à Bahreïn et au Liban. Cette affaire va certainement aggraver encore les relations entre les deux pays.

Outre la convocation de l’ambassadeur iranien en Arabie saoudite, le gouvernement saoudien a rejeté les accusations iraniennes survenues samedi, affirmant que Téhéran soutenait lui-même le terrorisme. Une nouvelle manifestations est prévue dans l’après-midi à Téhéran, mais aussi dans plusieurs autres villes iraniennes.

■ Rassemblement prévu à Beyrouth ce dimanche

Au Liban, les milieux chiites et pro-iraniens ont vivement condamné l’exécution par les autorités saoudiennes du dignitaire chiite saoudien. Un « sit-in » de protestation doit être organisé ce dimanche 3 janvier 2016 dans le centre-ville de Beyrouth.

Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

Colère et indignation dans les milieux chiites au Liban, après l’annonce de la mise à mort du principal dignitaire religieux chiite saoudien par les autorités de Riyad. Le Hezbollah a été le plus virulent. Dans un communiqué, le parti pro-iranien a estimé que le seul crime du cheikh al-Nimr est d’avoir défendu la « juste cause d’un peuple victime de la tyrannie et de l’ignorance ».

Le parti chiite fait assumer aux Etats-Unis et à leurs alliés la responsabilité directe et morale de la mort du dignitaire saoudien. Il a dénoncé « la haine » des autorités du royaume, qui ont exécuté Nimr al-Nimr en même temps qu’un groupe de criminels, et a assuré que ce « crime » ne resterait pas impuni.

Le Conseil supérieur chiite, la plus haute instance de cette communauté au Liban, a estimé que la mise à mort du dignitaire saoudien constituait « une erreur grave ». « L’exécution du cheikh Nimr al-Nimr est la mise à mort de la raison, de la modération et du dialogue », peut-on lire dans un communiqué.

Le cheikh sunnite Maher Hammoud, proche de l’Iran, a accusé l’Arabie saoudite de vouloir provoquer une discorde entre sunnites et chiites. Un « sit-in » de protestation doit être organisé ce dimanche, à l’appel du Hezbollah, près du siège des Nations unies dans le centre-ville de Beyrouth. RFI




AFRIQUE-MONDE

logo article

Infographie : comment se porte le commerce des armes en Afrique ?

21/02/2017 par :

Selon les données du Stockholm International Peace Research Institute (Sipri) portant sur ces (...)

logo article

Bénin : l’Etat récupère ses hôtels

21/02/2017 par :

Le gouvernement béninois a prononcé ce mercredi 16 février, la résolution des conventions de (...)

logo article

AFRIQUE : Le Président de l’Assemblée des Etats Parties se félicite de la décision de la Gambie de ne pas se retirer du Statut de Rome de la CPI

17/02/2017 par :

PAPA MEO DIOUF : Le 10 novembre 2016, la République islamique de Gambie a notifié sa décision de (...)

logo article

Tchad : Comment a été créée la garde présidentielle

15/02/2017 par :

Les exercices sont répétés en conditions réelles à N’Djamena. "L’entraînement est gourmand en (...)

logo article

Mali : l’opération Barkhane annonce avoir déjoué un projet d’attentat à Kidal

15/02/2017 par :

Informée par la population d’une attaque terroriste en préparation à Kidal, une trentaine de (...)

logo article

Sortie du Franc CFA : pour les panafricains, une autre monnaie est possible

13/02/2017 par :

PAR PAPA MEO DIOUF : Dakar, le 13 février 2017 - La nouvelle journée de mobilisation du Front (...)

logo article

RAPPORT : UN DÉPUTÉ FRANÇAIS ÉVOQUE LA "MALADIE" DU ROI DU MAROC, MOHAMMED VI

11/02/2017 par :

A l’occasion de la remise d’un rapport sur les relations entre l’Europe et le Maghreb, Jean (...)

logo article

Félix Tshisekedi : « Mon père appartient au patrimoine national de la RD Congo »

10/02/2017 par :

La mêlée politique congolaise ne connait pas de trêve. Depuis le décès d’Étienne Tshisekedi, et (...)

logo article

Exclusif – Présidence Commission africaine : Toute la vérité sur l’échec cuisant des adversaires du Tchadien, Moussa Faki Mahamat ?

08/02/2017 par :

Après plusieurs mois de campagne intense, les candidats au prestigieux poste de Président de la (...)

logo article

AFRIQUE : LE SPECTRE DE LA GUERRE PLANE DE NOUVEAU SUR LE MAGHREB

06/02/2017 par :

Après le sérieux revers qu’il vient d’essuyer suite à la validation du retour du Maroc au sein de (...)

logo article

Idriss Déby Itno : « Au lieu de nous donner des leçons, l’Occident devrait écouter notre avis »

06/02/2017 par :

Chaos en Libye, enjeux sécuritaires autour du lac Tchad, crise pétrolière ou encore franc CFA. Le (...)

DEPECHES

21 février 2017

FRANCE : Le siège du Front national à Nanterre a été perquisitionné, lundi, pour la seconde fois dans le cadre de l’affaire des soupçons d’emplois fictifs d’assistants au Parlement européen, a annoncé le FN, dénonçant "une opération médiatique".

21 février 2017

USA : Donald Trump a annoncé, lundi, la nomination du général H.R. McMaster comme nouveau conseiller à la sécurité nationale, en remplacement de Michael Flynn, au terme d’une difficile recherche qui a tenu Washington en haleine.

30 janvier 2017

AFRIQUE : Le Maroc réintègre l’Union africaine (officiel)

30 janvier 2017

Sommet de l’UA : le Tchadien Moussa Faki Mahamat élu à la tête de la Commission de l’Union africaine Il succède donc à la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma.

27 janvier 2017

POLITIQUE : La Conférence des leaders de Mànkoo Wattu Senegaal s’est réunie ce jeudi 26 janvier 2017 à la Permanence Nelson Mandela du Grand Parti. Examinant la question relative à l’invitation du Ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda DIALLO à participer « aux discussions sur le processus électoral » prévues avec le Président de la République, vendredi 27 janvier 2017 « au Palais présidentiel », le FDS / Mankoo Wattu demande à ses membres de ne pas prendre part à cette rencontre. Dans ce cadre, le FDS/ Mankoo Wattu invite la presse nationale et internationale à un point de presse qu’il tiendra vendredi 27 janvier 2017 à 15h30mn au siège du Grand Parti.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES