MONDE : L’assassinat d’un prêtre en France ravive le triste souvenir de l’exécution des moines de Tibhirine par le GIA

Le crime abject qui a coûté la vie dans des conditions atroces au prêtre d’une église de Rouen, dans le nord de la France, rappelle l’exécution tout aussi abominable des sept moines de Tibhirine, en 1996, en Algérie. Ce nouveau pas dans l’horreur franchi par les hordes sauvages, au cœur même d’un lieu de culte, augure d’une escalade et d’une diversification aussi bien des cibles que des moyens utilisés par les terroristes islamistes pour semer la terreur et, ainsi, répandre la panique dans toute l’Europe et dans tous les segments de la société. C’est exactement à ce même objectif que répondaient les massacres commis par les groupes islamistes armés en Algérie durant la décennie rouge.
L’enlèvement puis l’exécution lâche des sept moines trappistes de Tibhirine, dans la wilaya de Médéa, par les éléments de Djamel Zitouni, avait un but bien précis. Le chef terroriste voulait négocier avec les autorités françaises une sorte de deal pour court-circuiter toute coopération entre Alger et Paris dans le domaine de la lutte antiterroriste. Un cafouillage au sommet de l’État français avait fait voler en éclats le début d’accord entre les terroristes et les tireurs de ficelles à Paris, et la vie de sept religieux fut ainsi sacrifiée sur l’autel des calculs morbides des décideurs politiques. Le France venait de changer de cap après les attentats du métro Saint-Michel. Le ministre de l’Intérieur de l’époque, Charles Pasqua, avait décidé de frapper d’une main de fer les réseaux dormants qui avaient pu proliférer en France grâce au laxisme des autorités françaises à l’égard des « réfugiés islamistes fuyant une junte militaire au pouvoir à Alger ». Vingt ans plus tard, on se retrouve pratiquement dans le même cas de figure. L’attaque commise par un Syrien en Allemagne et le meurtre du prêtre en France, ce matin, participent du même cheminement qui avait permis, dans les années 1990, aux activistes du FIS de s’installer dans plusieurs capitales occidentales où ils furent tous – sans exception – approchés par les services secrets des pays d’accueil dans le cadre d’un « échange de bons procédés ». C’est ainsi qu’on retrouvera Anouar Haddam aux Etats-Unis, Rabah Kébir en Allemagne, Mourad D’hina en Suisse, etc. Ces mêmes extrémistes religieux qui ont voulu imposer un Etat théocratique par l’intimidation, la manipulation et, enfin, la violence par le biais des nombreux groupes islamistes armés qui ont fini par être décimés les uns après les autres continuent d’être hébergés dans les pays occidentaux qui subissent, désormais de plein fouet, les contrecoups de la politique de terreur que ces hôtes – encombrants ou utiles ? – ont instaurée en Algérie pendant dix longues années et qui visait à remplacer le régime républicain par un califat moyenâgeux.
Observateurs, experts et analystes s’accordent à dire que les mesures envisagées par les gouvernements dans les pays touchés par des attentats ces derniers mois ne seront efficaces que si elles sont appliquées à la lettre et que si la classe politique place la sécurité des citoyens au-dessus des calculs électoralistes et des intérêts politiciens étroits. Les services de sécurité occidentaux devront faire preuve d’une fermeté sans faille face à la menace terroriste qui, si elle n’est pas jugulée en Europe, s’étendra à nouveau vers le sud de la Méditerranée où l’Algérie – et à un degré moindre le Maroc – représente le dernier bastion capable de faire face à Daech, vu l’« expérience irremplaçable » de son armée et de ses services de sécurité, comme l’affirmait récemment l’ambassadeur de France à Alger, Bernard Emié.
Aujourd’hui, c’est en Europe que le terrorisme islamiste doit être combattu. Car c’est là-bas qu’il a ses racines. Les groupes armés qui sévissent en Syrie, en Irak, en Libye, au Mali, au Nigeria et ailleurs ne sont plus des groupuscules terroristes épars, mais des unités paramilitaires dont l’élimination se fera dans le cadre d’une guerre classique.

M. Aït Amara




AFRIQUE-MONDE

logo article

Infographie : comment se porte le commerce des armes en Afrique ?

21/02/2017 par :

Selon les données du Stockholm International Peace Research Institute (Sipri) portant sur ces (...)

logo article

Bénin : l’Etat récupère ses hôtels

21/02/2017 par :

Le gouvernement béninois a prononcé ce mercredi 16 février, la résolution des conventions de (...)

logo article

AFRIQUE : Le Président de l’Assemblée des Etats Parties se félicite de la décision de la Gambie de ne pas se retirer du Statut de Rome de la CPI

17/02/2017 par :

PAPA MEO DIOUF : Le 10 novembre 2016, la République islamique de Gambie a notifié sa décision de (...)

logo article

Tchad : Comment a été créée la garde présidentielle

15/02/2017 par :

Les exercices sont répétés en conditions réelles à N’Djamena. "L’entraînement est gourmand en (...)

logo article

Mali : l’opération Barkhane annonce avoir déjoué un projet d’attentat à Kidal

15/02/2017 par :

Informée par la population d’une attaque terroriste en préparation à Kidal, une trentaine de (...)

logo article

Sortie du Franc CFA : pour les panafricains, une autre monnaie est possible

13/02/2017 par :

PAR PAPA MEO DIOUF : Dakar, le 13 février 2017 - La nouvelle journée de mobilisation du Front (...)

logo article

RAPPORT : UN DÉPUTÉ FRANÇAIS ÉVOQUE LA "MALADIE" DU ROI DU MAROC, MOHAMMED VI

11/02/2017 par :

A l’occasion de la remise d’un rapport sur les relations entre l’Europe et le Maghreb, Jean (...)

logo article

Félix Tshisekedi : « Mon père appartient au patrimoine national de la RD Congo »

10/02/2017 par :

La mêlée politique congolaise ne connait pas de trêve. Depuis le décès d’Étienne Tshisekedi, et (...)

logo article

Exclusif – Présidence Commission africaine : Toute la vérité sur l’échec cuisant des adversaires du Tchadien, Moussa Faki Mahamat ?

08/02/2017 par :

Après plusieurs mois de campagne intense, les candidats au prestigieux poste de Président de la (...)

logo article

AFRIQUE : LE SPECTRE DE LA GUERRE PLANE DE NOUVEAU SUR LE MAGHREB

06/02/2017 par :

Après le sérieux revers qu’il vient d’essuyer suite à la validation du retour du Maroc au sein de (...)

logo article

Idriss Déby Itno : « Au lieu de nous donner des leçons, l’Occident devrait écouter notre avis »

06/02/2017 par :

Chaos en Libye, enjeux sécuritaires autour du lac Tchad, crise pétrolière ou encore franc CFA. Le (...)

DEPECHES

21 février 2017

FRANCE : Le siège du Front national à Nanterre a été perquisitionné, lundi, pour la seconde fois dans le cadre de l’affaire des soupçons d’emplois fictifs d’assistants au Parlement européen, a annoncé le FN, dénonçant "une opération médiatique".

21 février 2017

USA : Donald Trump a annoncé, lundi, la nomination du général H.R. McMaster comme nouveau conseiller à la sécurité nationale, en remplacement de Michael Flynn, au terme d’une difficile recherche qui a tenu Washington en haleine.

30 janvier 2017

AFRIQUE : Le Maroc réintègre l’Union africaine (officiel)

30 janvier 2017

Sommet de l’UA : le Tchadien Moussa Faki Mahamat élu à la tête de la Commission de l’Union africaine Il succède donc à la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma.

27 janvier 2017

POLITIQUE : La Conférence des leaders de Mànkoo Wattu Senegaal s’est réunie ce jeudi 26 janvier 2017 à la Permanence Nelson Mandela du Grand Parti. Examinant la question relative à l’invitation du Ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda DIALLO à participer « aux discussions sur le processus électoral » prévues avec le Président de la République, vendredi 27 janvier 2017 « au Palais présidentiel », le FDS / Mankoo Wattu demande à ses membres de ne pas prendre part à cette rencontre. Dans ce cadre, le FDS/ Mankoo Wattu invite la presse nationale et internationale à un point de presse qu’il tiendra vendredi 27 janvier 2017 à 15h30mn au siège du Grand Parti.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES