ME AMADOU SALL AVOCAT OMAR SARR : "On va vers un combat pour que cette injustice cesse »

De Karim Wade à Oumar Sarr, en passant par Samuel Sarr ( 6 mois de prison ), Bara Gaye ( 6 mois de prison) , Aïda N’diongue (plus d’un an en prison), Abdoul Aziz Diop ( plus d’un an en prison), Lamine Massaly ( en attente d’un deuxième jugement), Toussaint Manga ( depuis 9 mois en prison) à Victor Saliou Diouf ( en prison depuis 6 mois ), Cheikh Ahmadou Bamba Bâ ( depuis plus de 6 mois en prison ), Johnny Bâ ( en prison depuis plus de 9 mois) … », Me Amadou Sall a tenté de donner la liste exhaustive des responsables du Pds qui ont été arrêtés sous le régime du Président Macky Sall. De manière religieuse, il donnera aussi la situation de chacun d’entre eux. Certains, dit-il, sont en prison reconnus coupables, ou en attente de jugement, d’autres comme lui sont libérés en attente de jugement, tandis que le reste a été libéré après peine.

L’invité de « Objections » de Sud Fm de signaler d’emblée que ces arrestations sont la résultante d’un règlement de comptes prémédité par le Président Macky Sall. L’avocat de révéler que ce dernier avait, dans une interview accordée à des journalistes aux Etats-Unis, dit qu’ « il avait des comptes personnels à régler avec le Pds ». Mieux, rappelle-t-il, « à Kaffrine, il disait, qu’il allait réduire le Pds à sa plus simple expression. » Le transfèrement d’Oumar Sarr de Rebeuss au Cap Manuel rentre, selon lui, dans ce cadre.
« Notre frère Karim Wade est dans une situation de quasi-isolement. On ne veut pas qu’il rencontre les autres détenus politiques. C’est pourquoi, il a été transféré au Cap Manuel. Moi-même, j’ai passé une journée là-bas ». Me Amadou Sall de confier qu’il faudra, désormais, se préparer à un combat. Mon éducation…quand je reçois un coup de poing, j’en donne deux. Il ( Macky Sall) donne des coups et il en reçoit… Je ne veux pas demain que la République soit entre les mains de personnes qui ont envie de se venger. »
Le libéral de terminer par dire que le régime actuel se singularise par « une incompétence structurelle »...

La sortie du Procureur de la République s’expliquant sur l’arrestation d’Oumar Sarr ne convainc pas Me Amadou Sall. Récemment élargi de prison et en attente de jugement, l’avocat martèle dans l’émission « Objections » que le débat n’est technique mais politique et que Serigne Bassirou Guèye agissait sur ordre du ministre de la justice qui agissait, lui-même, sur commande du président de la République.
« Le procureur de la République ne s’adresse pas à moi, mais au grand public. J’ai dit qu’on ne peut pas violer l’immunité parlementaire. S’il se fonde sur les dispositions relatives au flagrant délit. Pourquoi Oumar Sarr n’est pas jugé en flagrant délit ? Il doit être jugé à la plus prochaine audience. Il ne doit pas aller devant le juge d’instruction. Moi, je ne m’amuse pas. Le communiqué du Pds date d’un vendredi et Oumar Sarr a été cueilli le lendemain. La question n’est pas technique mais politique. S’il y a un délit flagrant, on juge la personne en flagrant délit. Le procureur passe à côté. Si les propos sont outrageants, il doit être poursuivi pour offense au l’Etat, alors qu’il est poursuivi pour diffusion de fausses nouvelles. Il s’agit de manipulations de la justice pour régler des comptes personnelles. »
Pour le responsable libéral, l’on ne devrait point aller chercher loin. « Macky Sall instruit le ministre qui instruit le Procureur de la République qui instruit la Dic pour arrêter Oumar Sarr », s’insurge-t-il avant de promettre qu’ « on va vers un combat pour que cette injustice cesse. »

Me Amadou Sall de déplorer l’arrestation d’Oumar Sarr, expliquant que ce dernier n’a fait que répéter les propos contenus dans un article paru dans le journal « Le Monde ». Ainsi, s’interroge-t-il : « pourquoi poursuivre Oumar Sarr, seul ? Pourquoi ne pas poursuivre ‘’Le Monde’’ ? Qu’est cet que l’argent russe fait au Sénégal ? » Ces questions sont celles qui devraient être posées, selon l’avocat.
DAKARACTU




AFRIQUE-MONDE

logo article

À Ceuta, 400 migrants forcent la frontière entre le Maroc et l’Espagne

09/12/2016 par :

La barrière entourant l’enclave autonome espagnole de Ceuta, à la frontière marocaine, a été forcée (...)

logo article

Gabon : Ali Bongo Ondimba en visite d’État en Chine

07/12/2016 par :

Six ans après sa dernière visite, le président du Gabon est en République populaire de Chine du 6 (...)

logo article

Élection présidentielle au Ghana : forte affluence des électeurs dans les bureaux de vote

07/12/2016 par :

Un peu plus de 15 millions de Ghanéens se sont rendus ce mercredi aux urnes pour élire leur (...)

logo article

SECURITE : L’armée libyenne reprend la ville de Syrte à l’EI

05/12/2016 par :

Le gouvernement d’union nationale a annoncé lundi la reprise totale de la ville de Syrte. (...)

logo article

Mali : les partisans de Sanogo venus en masse au premier jour de son procès

01/12/2016 par :

Les partisans d’Amadou Haya Sanogo ont pris leurs quartiers à Sikasso, où a débuté mercredi le (...)

logo article

De Rabat à Madagascar, comment Mohammed VI étend l’influence du Maroc sur tout le continent africain

29/11/2016 par :

Rwanda, Tanzanie, Sénégal, Éthiopie, Madagascar, et bientôt Nigeria et Zambie. Jamais Mohammed VI (...)

logo article

Burundi : le conseiller du président Nkurunziza, Willy Nyamitwe, aurait échappé à une tentative d’assassinat

29/11/2016 par :

Willy Nyamitwe, conseiller en communication du président burundais Pierre Nkurunziza aurait été (...)

logo article

Sommet de Madagascar : l’Arabie saoudite devra patienter avant d’adhérer à la Francophonie

26/11/2016 par :

Malgré le plaidoyer de certains chefs d’États africains en faveur d’une adhésion de l’Arabie (...)

logo article

AFRIQUE : Les 5 questions que vous vous posez sur le sommet de la francophonie à Madagascar

25/11/2016 par :

Une trentaine de chefs d’État et de gouvernement sont attendus à Antananarivo pour le XVIe sommet (...)

logo article

RDC – Interview exclusive de Matata Ponyo : « J’ai navigué dans des eaux infestées de crocodiles »

22/11/2016 par :

Le Premier ministre congolais sortant s’est confié en exclusivité à Jeune Afrique au sujet de ses (...)

logo article

OPINION : Pour une négociation politique tous azimuts au Burkina Faso

22/11/2016 par :

Affirmer qu’il règne une tension politique dans notre pays qui est à l’image de celle qui oppose le (...)

DEPECHES

7 décembre 2016

DEPECHE : Une forte délégation du Parti Démocratique Sénégalais (PDS) se rend ce jeudi 8 décembre 2016 à 15 heures à Tiouaouane. La délégation sera dirigée par le Secrétaire Général National Adjoint, Oumar SARR. Elle sera composée de membres du Comité Directeur et de la fédération PDS du département de Tiouaouane. A travers le porte parole, Serigne Abdoul Aziz SY Al Amine, la direction du parti transmettra un chaleureux message d’amitié et de fraternité du Président Abdoulaye WADE et de l’ensemble des militants à la famille de Seydi Elhadji Malick SY ainsi qu’à toute la Oumah islamique du Sénégal.

5 décembre 2016

GAMBIE : En Gambie, l’opposant Ousseynou Darboe sera bientôt libre. Son procès en appel a pris une dimension particulière après la victoire inattendue d’Adama Barrow à la présidentielle. Le leader du Parti démocratique unifié était l’un des principaux opposants au régime de Yahya Jammeh. Il avait été condamné en juillet à trois ans de détention, notamment pour manifestation illégale et son procès en appel s’est ouvert ce lundi. Les juges de la cour d’appel viennent d’annoncer sa remise en liberté provisoire

29 novembre 2016

URGENT : Un avion qui transportait une équipe de football brésilienne s’est écrasé près de la ville colombienne de Medellin. La police colombiennes annonce 76 morts

29 novembre 2016

HAITI : Jovenel Moïse a été déclaré vainqueur de la présidentielle haïtienne dès le premier tour, selon les résultats préliminaires annoncés ce mardi 29 novembre par le Conseil électoral provisoire (CEP). Le nouveau président a appelé les Haïtiens à s’unir pour relever le pays.

11 novembre 2016

DEPECHE/USA : Des milliers de personnes, pour la plupart des jeunes, ont à nouveau défilé dans la nuit de jeudi à vendredi dans les grandes villes américaines aux cris de « Pas mon président ! ». Des rassemblements parfois émaillés de violences comme à Portland. Trump accuse les média

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES