MBAYE NGARAF, PRESIDENT DE « ASS » : « Si la défiance de Serigne Mbaye Thiam contre la Cour suprême passe, les magistrats ne doivent plus rendre des jugements »

L’affaire des 690 élèves-maître a poussé le mouvement « Alliance Sauver le Sénégal » à lancer une campagne de mobilisation pour le respect de la décision de la cour suprême. Il a dénoncé « cette tentative d’affaiblissement et de ridiculisation de nos institutions ». Il exige la démission des ministres Serigne Mbaye THIAM et Moustapha Diop et met en garde le Président Macky SALL.

Sur la dernière sortie du président de la République, soutenant le ministre de l’Education dans l’affaire des élèves-maîtres exclus pour fraude « supposée », Babacar MBAYE NGARAF n’a pas mâché ses mots.
« Si le Président Macky SALL cautionne l’attitude de Serigne Mbaye THIAM contre l’arrêt de la cour suprême, il doit être poursuivi pour parjure. Dans son serment constitutionnel, le Président de la République jure de défendre les institutions, mais aussi d’appliquer et de faire appliquer la loi », a soutenu le président du Mouvement citoyen « Alliance Sauver le Sénégal ».
« On assiste à une dépréciation du pouvoir judiciaire et, donc un affaissement de l’Etat de droit au Sénégal. Lorsque le Président du conseil supérieur de la magistrature apporte son soutien à un Ministre contre une décision de justice, c’est véritablement là le déclin de l’état de droit », ajoute-t-il.
Selon lui, cette situation inédite impose à toutes les organisations citoyennes, surtout l’Union des magistrats du Sénégal (UMS), de rompre avec tout attentisme coupable pour éviter que « la tyrannie ne prospère sur le lit sordide du complot, du silence. »
Enfonçant le clou, il déclare bille en tête : « Si la défiance de Serigne Mbaye Thiam contre la Cour suprême passe, les magistrats ne doivent plus rendre des jugements. »
Babacar Mbaye Ngaraf invite les magistrats à prendre leurs responsabilités. « Ils devront être gênés de voir des citoyens croupir en prison à cause de leurs décisions de justice pendant que nos dirigeants jettent à la poubelle ces mêmes décisions de justice lorsque celles-ci ne les arrangent pas », poursuit-il, dans une déclaration reçue hier à la rédaction.
Mieux, dira-t-il, les personnes détenues en prison devront aussi exiger leur libération puisque les autorités elles-mêmes refusent de respecter la décision de la Cour suprême. »
Mbaye Ngaraf se demande même s’il y avait fraude, « comment le régime peut cautionner et même agréer la fraude avérée à l’Assemblée nationale (groupe parlementaire de l’opposition) et condamnée une fraude supposée de ces élèves maitres ».
« Il y a une amputation progressive de la République. Le Législatif est dynamité, le Judiciaire vidé de son pouvoir », martèle le président du mouvement citoyen « Alliance Sauver le Sénégal ».
Toujours égal à lui, Babacar Mbaye Ngaraf affirme : « Lorsque dans un pays les députés représentants du peuple sont calomniés, injuriés, brutalisés dans l’exercice de leur fonction ; des Ministres (membres du pouvoir exécutif) humilient des organes de juridiction (pouvoir judiciaire) ; le président du conseil supérieur de la magistrature soutient publiquement, un ministre en guerre contre l’autorité de la chose jugée, après avoir promu un autre Ministre atteint d’outrage à magistrat dans l’exercice de ses fonctions (cas Moustapha DIOP) …, on est obligé d’accepter que ce pays ne peut plus être appelé république. »
Face à toutes ces dérives, il dit lancer un appel « aux patriotes pour sauver le Sénégal ».
En faisant un tel appel, il estime que c’est une manière pour lui d’inviter le peuple à se conformer à l’hymne national du Sénégal à travers ces deux mots qu’il constitue : « Sénégalais debout ! »
En tout cas, Babacar Mbaye Ngaraf déclare à qui veut l’entendre qu’« il soupçonne que ce régime veuille nous habituer au forcing et au non respect des décisions de justice (arrêt de la cour de justice de CDEAO sur l’affaire Karim Wade, l’avis du groupe de travail etc…) pour nous préparer psychologiquement à accepter demain une confiscation de la volonté populaire à l’occasion des prochaines élections. »
B. D. SADIO
SOURCE DIRECT INFO




AFRIQUE-MONDE

logo article

AFRIQUE : Le Président de l’Assemblée des Etats Parties se félicite de la décision de la Gambie de ne pas se retirer du Statut de Rome de la CPI

17/02/2017 par :

PAPA MEO DIOUF : Le 10 novembre 2016, la République islamique de Gambie a notifié sa décision de (...)

logo article

Tchad : Comment a été créée la garde présidentielle

15/02/2017 par :

Les exercices sont répétés en conditions réelles à N’Djamena. "L’entraînement est gourmand en (...)

logo article

Mali : l’opération Barkhane annonce avoir déjoué un projet d’attentat à Kidal

15/02/2017 par :

Informée par la population d’une attaque terroriste en préparation à Kidal, une trentaine de (...)

logo article

Sortie du Franc CFA : pour les panafricains, une autre monnaie est possible

13/02/2017 par :

PAR PAPA MEO DIOUF : Dakar, le 13 février 2017 - La nouvelle journée de mobilisation du Front (...)

logo article

RAPPORT : UN DÉPUTÉ FRANÇAIS ÉVOQUE LA "MALADIE" DU ROI DU MAROC, MOHAMMED VI

11/02/2017 par :

A l’occasion de la remise d’un rapport sur les relations entre l’Europe et le Maghreb, Jean (...)

logo article

Félix Tshisekedi : « Mon père appartient au patrimoine national de la RD Congo »

10/02/2017 par :

La mêlée politique congolaise ne connait pas de trêve. Depuis le décès d’Étienne Tshisekedi, et (...)

logo article

Exclusif – Présidence Commission africaine : Toute la vérité sur l’échec cuisant des adversaires du Tchadien, Moussa Faki Mahamat ?

08/02/2017 par :

Après plusieurs mois de campagne intense, les candidats au prestigieux poste de Président de la (...)

logo article

AFRIQUE : LE SPECTRE DE LA GUERRE PLANE DE NOUVEAU SUR LE MAGHREB

06/02/2017 par :

Après le sérieux revers qu’il vient d’essuyer suite à la validation du retour du Maroc au sein de (...)

logo article

Idriss Déby Itno : « Au lieu de nous donner des leçons, l’Occident devrait écouter notre avis »

06/02/2017 par :

Chaos en Libye, enjeux sécuritaires autour du lac Tchad, crise pétrolière ou encore franc CFA. Le (...)

logo article

USA : Obama dénonce à son tour le décret Trump et encourage les manifestants

30/01/2017 par :

L’ex-président américain ne s’est pas exprimé depuis qu’il a quitté la Maison-Blanche il y a dix (...)

logo article

28e sommet de l’UA : le Guinéen Alpha Condé prend la présidence tournante

30/01/2017 par :

A Addis-Abeba, la cérémonie d’ouverture du 28e sommet de l’Union africaine a démarré. Les dossiers (...)

DEPECHES

30 janvier 2017

AFRIQUE : Le Maroc réintègre l’Union africaine (officiel)

30 janvier 2017

Sommet de l’UA : le Tchadien Moussa Faki Mahamat élu à la tête de la Commission de l’Union africaine Il succède donc à la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma.

27 janvier 2017

POLITIQUE : La Conférence des leaders de Mànkoo Wattu Senegaal s’est réunie ce jeudi 26 janvier 2017 à la Permanence Nelson Mandela du Grand Parti. Examinant la question relative à l’invitation du Ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda DIALLO à participer « aux discussions sur le processus électoral » prévues avec le Président de la République, vendredi 27 janvier 2017 « au Palais présidentiel », le FDS / Mankoo Wattu demande à ses membres de ne pas prendre part à cette rencontre. Dans ce cadre, le FDS/ Mankoo Wattu invite la presse nationale et internationale à un point de presse qu’il tiendra vendredi 27 janvier 2017 à 15h30mn au siège du Grand Parti.

20 janvier 2017

DEPECHE : Le président de la commission de la Cédéao Marcel Alain de Souza a déclaré lors d’une conférence de presse à Dakar qu’une dernière tentative de médiation avec Yahya Jammeh allait être menée ce vendredi 20 janvier par le président guinéen Alpha Condé. Le président a jusqu’à demain midi pour accepter de quitter le pouvoir, sans quoi les militaires ouest-africains feront usage de la force, a précisé Marcel Alain de Souza. En attendant, l’intervention militaire ouest-africaine est suspendue.

19 janvier 2017

AFRIQUE : La cérémonie d’investiture du président gambien, élu à l’issue du scrutin présidentiel du 1er décembre, Adama Barrow, aura lieu jeudi 19 janvier, à 16h GMT, selon les déclarations du porte-parole du président élu recueillies par l’AFP.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES