M. Issoufou : je veux m’attaquer à « la pauvreté qui chasse les Africains de leur pays »

Le président nigérien Issoufou Mahamadou n’est pas venu les mains vides au Sommet de La Vallette sur la crise migratoire. Il a soumis à ses partenaires européens une liste de propositions pour le Niger : renforcement des capacités des forces de sécurité du pays pour lutter contre les trafics, mais aussi divers projets de développement local pour inciter les Nigériens à rester au pays. Pour les détailler, il a répondu aux questions de notre envoyé spécial Léonard Vincent.

Le Niger est particulièrement concerné par la question migratoire. Ce sommet à La Valette doit être particulièrement important et attendu par vous ?

Issoufou Mahamadou : Oui, tout à fait. Le Niger est particulièrement concerné par ce sommet, parce que le Niger est un pays de transit pour les migrants qui vont vers l’Europe, mais le Niger aussi est un pays d’origine des migrations vers le Maghreb et en particulier vers la Libye. Donc, le Niger est doublement concerné. Les différents partenaires des différents pays, qu’ils soient de destination, d’origine ou de transit, doivent avoir une responsabilité commune, avoir un programme de coopération pour faire face au grave problème que connaît aujourd’hui la migration, avec tout le cortège de morts qu’on constate dans le désert nigérien, libyen ou bien en Méditerranée. Il faut donc que ces différents pays s’attaquent aux causes profondes de la migration. Et ces causes profondes sont le déficit de la démocratie, l’insécurité, la pauvreté, les inégalités. Et pour faire face, il y a deux solutions. Il y a une solution à court terme qui est sécuritaire, il y a une solution à long terme, structurelle, qui porte sur le développement économique et social.

Vous êtes venu ici à La Valette avec des propositions. Quelles sont-elles ?

Alors nous sommes venus avec des propositions, avec un programme précis. Il y a d’abord des propositions concernant la solution à court terme, c’est-à-dire la solution sécuritaire. Ce que nous proposons, c’est que l’Europe nous aide à renforcer les capacités opérationnelles de nos forces de défense et de sécurité, que l’Europe nous aide à mettre en place des forces spéciales dédiées à la lutte contre la migration clandestine. Et également, nous proposons, toujours sur le plan légal, qu’il y ait une organisation de la migration légale. Nous sommes d’accord également sur les propositions qui sont faites en ce qui concerne les réadmissions, le retour des migrants dans leur pays d’origine. Mais tout ça, c’est des solutions à court terme. Sur le long terme, c’est le développement, parce qu’il faut s’attaquer à la pauvreté qui chasse les Africains de leur pays d’origine. Il me semble que l’aide publique au développement ne suffira pas. C’est vrai que l’Union européenne propose la création d’un fonds fiduciaire de 1,8 milliards d’euros. Cela ne suffira pas. Les besoins sont énormes. C’est pour cela que dans nos propositions, nous avons estimé qu’il faut monter un véritable plan Marshall pour faire face à ce phénomène migratoire, et au-delà. Je pense que ce, à quoi il faut penser, c’est à la réforme de la gouvernance économique mondiale. Il faut que le commerce entre les pays du Nord et les pays du Sud soient plus équitables. Il faut que les termes de l’échange soient justes. Et il faut davantage d’investissements vers les pays africains. Cela a un double avantage pour les pays européens. Le premier avantage, c’est que ça permet de fixer les migrants dans le pays d’origine. Le deuxième avantage, c’est que, en développant les pays absolument sous-développés, l’Europe va avoir des marchés qui contribueront à la relance de l’économie sur le continent européen.

Vos propositions sont très détaillées pour ce qui concerne votre pays. Il est question de plusieurs initiatives locales. Est-ce que vous pouvez nous détailler un peu quelques projets phares ?

Nous avons des propositions précises portant sur la mise en place des centres d’accueil pour les migrants. Il s’agit ici d’accueillir les migrants, de les protéger, de respecter leurs droits et éventuellement de créer les conditions de leur retour dans leur pays d’origine. Ça, c’est un premier aspect. Le deuxième aspect porte sur le développement et en particulier pour le développement de l’agriculture, parce que l’agriculture crée beaucoup d’emplois. Dans notre pays, ça permet de retenir les Nigériens qui sont tentés d’aller en migration vers les pays du Maghreb, notamment vers la Libye parce que nous, on ne peut pas arrêter le flux des migrants subsahariens qui passent par notre pays, sans arrêter le flux des Nigériens qui vont vers la Libye par exemple. Donc il faut les retenir sur place. Nous avons prévu des projets de développement de l’agriculture, des projets de développement du tourisme par exemple. Si vous prenez le cas de la région d’Agadez, c’est une région de tourisme par excellence et cela permettra de reconvertir ceux qui s’adonnent au trafic des migrants vers d’autres activités.

Vous avez chiffré les projets que vous proposez ?

Absolument. Nous avons chiffré les projets, c’est à peu près 700 millions d’euros qu’il nous faut pour faire face aux solutions que nous préconisons.

A la fin de votre discours, vous avez cité Montesquieu. Est-ce que vous pouvez dire ce que vous avez dit ?

Ce que j’ai dit, c’est que le problème migratoire, c’est un problème qui concerne toute l’humanité puisque ça ne concerne pas que l’Afrique. Ça concerne aussi le Moyen-Orient, la Syrie, l’Irak, ça concerne les pays d’Amérique latine. Allez-y à la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis, vous verrez les mêmes drames qu’on voit dans le désert nigérien ou sur la Méditerranée. Donc ça concerne toute l’humanité. Par conséquent, il faut que nous, dirigeants, nous évitons de nous replier sur nos frontières, de nous replier sur nos patries, et Montesquieu disait : « Quand on doit choisir entre sa patrie et l’humanité, il faut choisir l’humanité ». RFI




AFRIQUE-MONDE

logo article

SECURITE : L’armée libyenne reprend la ville de Syrte à l’EI

05/12/2016 par :

Le gouvernement d’union nationale a annoncé lundi la reprise totale de la ville de Syrte. (...)

logo article

Mali : les partisans de Sanogo venus en masse au premier jour de son procès

01/12/2016 par :

Les partisans d’Amadou Haya Sanogo ont pris leurs quartiers à Sikasso, où a débuté mercredi le (...)

logo article

De Rabat à Madagascar, comment Mohammed VI étend l’influence du Maroc sur tout le continent africain

29/11/2016 par :

Rwanda, Tanzanie, Sénégal, Éthiopie, Madagascar, et bientôt Nigeria et Zambie. Jamais Mohammed VI (...)

logo article

Burundi : le conseiller du président Nkurunziza, Willy Nyamitwe, aurait échappé à une tentative d’assassinat

29/11/2016 par :

Willy Nyamitwe, conseiller en communication du président burundais Pierre Nkurunziza aurait été (...)

logo article

Sommet de Madagascar : l’Arabie saoudite devra patienter avant d’adhérer à la Francophonie

26/11/2016 par :

Malgré le plaidoyer de certains chefs d’États africains en faveur d’une adhésion de l’Arabie (...)

logo article

AFRIQUE : Les 5 questions que vous vous posez sur le sommet de la francophonie à Madagascar

25/11/2016 par :

Une trentaine de chefs d’État et de gouvernement sont attendus à Antananarivo pour le XVIe sommet (...)

logo article

RDC – Interview exclusive de Matata Ponyo : « J’ai navigué dans des eaux infestées de crocodiles »

22/11/2016 par :

Le Premier ministre congolais sortant s’est confié en exclusivité à Jeune Afrique au sujet de ses (...)

logo article

OPINION : Pour une négociation politique tous azimuts au Burkina Faso

22/11/2016 par :

Affirmer qu’il règne une tension politique dans notre pays qui est à l’image de celle qui oppose le (...)

logo article

Pierre-Claver Mbonimpa : « Les présidents africains ont la même maladie »

20/11/2016 par :

De passage à Paris où il a été invité par Human Rights Watch pour recevoir le prix Alison Des Forges (...)

logo article

Maroc – UA : Mohammed VI sollicite l’intervention d’Idriss Déby Itno et reporte sa visite en Éthiopie

16/11/2016 par :

Le roi du Maroc a demandé au président tchadien ce lundi d’intervenir auprès de la présidente de la (...)

logo article

États-Unis : Trump promet d’expulser jusqu’à 3 millions d’immigrés clandestins

13/11/2016 par :

Le nouveau président élu des États-Unis Donald Trump a promis d’expulser jusqu’à 3 millions (...)

DEPECHES

5 décembre 2016

GAMBIE : En Gambie, l’opposant Ousseynou Darboe sera bientôt libre. Son procès en appel a pris une dimension particulière après la victoire inattendue d’Adama Barrow à la présidentielle. Le leader du Parti démocratique unifié était l’un des principaux opposants au régime de Yahya Jammeh. Il avait été condamné en juillet à trois ans de détention, notamment pour manifestation illégale et son procès en appel s’est ouvert ce lundi. Les juges de la cour d’appel viennent d’annoncer sa remise en liberté provisoire

29 novembre 2016

URGENT : Un avion qui transportait une équipe de football brésilienne s’est écrasé près de la ville colombienne de Medellin. La police colombiennes annonce 76 morts

29 novembre 2016

HAITI : Jovenel Moïse a été déclaré vainqueur de la présidentielle haïtienne dès le premier tour, selon les résultats préliminaires annoncés ce mardi 29 novembre par le Conseil électoral provisoire (CEP). Le nouveau président a appelé les Haïtiens à s’unir pour relever le pays.

11 novembre 2016

DEPECHE/USA : Des milliers de personnes, pour la plupart des jeunes, ont à nouveau défilé dans la nuit de jeudi à vendredi dans les grandes villes américaines aux cris de « Pas mon président ! ». Des rassemblements parfois émaillés de violences comme à Portland. Trump accuse les média

7 novembre 2016

DEPECHE : Monsieur Macky SALL, Président de la République, et Sa Majesté Mohammed VI Roi du Maroc présideront la signature d’un Protocole d’accord pour la création d’un Centre de Formation dédié à l’Entreprenariat, ce mardi 08 novembre 2016 à 13 heures au Palais de la République. Après cette cérémonie, les deux Chefs d’Etat sont attendus à l’Hôpital Principal de Dakar pour procéder à la remise solennelle de médicaments offerts par la Fondation Mohammed V pour la Solidarité au Ministère de la Santé. Sa Majesté Mohammed VI, Roi du Maroc visitera, à cette occasion, le Pavillon Boufflers (Maladies infectieuses) ainsi que la Maternité de l’Hôpital. Son Excellence Monsieur Macky SALL, Président de la République souhaite la bienvenue et un agréable séjour au Sénégal à son illustre hôte.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES