Lydienne Yen Eyoum et Karim Wade : pourquoi une remise de peine est, à long terme, une défaite morale

Deux décisions importantes prises par décret de remise de peine par les présidents des Républiques du Sénégal et Cameroun ont permis à deux français d’origine africaine de retrouver la liberté : Karim Wade et Lydienne Yen Eyoum.

La remise de peine accordée à Lydienne Yen Eyoum et à Karim Wade a pour signification douloureuse le maintien de la condamnation. L’acte politique posé répond à la mobilisation de tous les réseaux d’influence et diplomatique.

Il convient de saluer cette noble mobilisation et exprimer la profonde reconnaissance que l’on doit à ceux qui luttent contre l’indifférence, la discrimination.

Effacer la condamnation

Quand un détenu obtient que sa condamnation est survenue en violation du droit et qu’il doit être libéré, il est indispensable d’effacer la condamnation que n’aurait jamais dû intervenir.

C’est ce que disent en substance les avis du Groupe de travail sur la détention arbitraire des Nations unies, concernant ces deux cas et d’autres.

La remise de peine, en maintenant la condamnation dans l’histoire personnelle du détenu libéré, ne se conforme pas au respect de la dignité humaine. La dignité humaine n’est pas une notion abstraite qui est chez Kant : « la valeur de ce qui n’a pas de prix ».

« L’humanité elle-même est une dignité : l’homme ne peut être utilisé par aucun homme, ni par autrui, ni par lui-même, simplement comme moyen, mais doit toujours être traité en même temps comme fin. »

La remise de peine est à moyen et long terme une défaite morale de celui qui a déjà été privé de la jouissance de ses droits
Toute libération demeure une fête, une immense joie, mais un combat digne doit persévérer sans discontinuité, sans relâche pour expurger, élaguer, les vices rédhibitoires nés d’une longue privation de liberté. La remise de peine est à moyen et long terme une défaite morale de celui qui a déjà été privé de la jouissance de ses droits : réputation, réinsertion sociale, réparation, réhabilitation, nettoyage du casier judiciaire, séquelles et taches de la condamnation, tout cela n’est pas inclus dans la remise de peine. La jouissance plénière de la vraie liberté est celle qui s’exerce dans l’action, volonté, esprit, raison, et déploiement de son génie pour le bien de sa famille, ses amis et relations.

Le combat mené au temps de la détention par les groupes de pressions, les réseaux diplomatiques et médiatiques, ne doit pas subir les affres du zapping de l’actualité, hyper sensibilisée et rapide.

Les lanceurs d’alerte doivent maintenir la noblesse de leur action sans faiblir, sans s’affadir, car accompagner l’être meurtri après le court, immédiat temps, instant de la libération, c’est lui éviter une subtile et solitaire reddition des comptes imposées à sa conscience.

La question de la réinsertion

Ne pas s’en préoccuper ou feindre de ne pas voir cette douloureuse réalité, c’est infliger à la conscience meurtrie une double, voire une éternité de peine, qui devient in fine une véritable épine, une prison à ciel ouvert, dans le clair-obscur de nos cités prétendument devenues par le miracle de la révolution numérique des villages planétaires.

Pire encore, en mouvementant la justice, instrument indispensable de toute société démocratique, un certain relativisme des consciences donnerait l’impression qu’aucune vérité n’est absolue, « il n’y a pas de fumée sans feu… » dit l’adage populaire.

C’est ainsi créer un nivellement vers le bas qui paralyse durablement les efforts de réinsertion qui se répercutent comme des secousses tectoniques dans la conscience de celui qui veut reprendre naturellement sa place perdue dans la société.

Il est urgent qu’une mission d’information parlementaire soit mise sur pied en France, pour définir concrètement le statut des victimes et leur indispensable accompagnement dans leur retour à la société, et le juste bénéfice du droit à l’image réparé.

Au bout de ce processus, il y a la paix, qui est aujourd’hui terriblement menacée par les groupes extrémistes, les nationalistes de mauvais aloi, les vendeurs d’illusions, le désenchantement intérieur, la résignation en lutte avec les acquis de la résilience opérée en détention… Pascal, dans ses Pensées, le démontre avec force : « Ne pouvant faire qu’il soit force d’obéir à la justice, on a fait qu’il soit juste d’obéir à la force. Ne pouvant fortifier la justice, on a justifié la force, afin que le juste et le fort fussent ensemble, et que la paix fût, qui est le souverain bien. » JEUNE AFRIQUE




AFRIQUE-MONDE

logo article

Mali : les partisans de Sanogo venus en masse au premier jour de son procès

01/12/2016 par :

Les partisans d’Amadou Haya Sanogo ont pris leurs quartiers à Sikasso, où a débuté mercredi le (...)

logo article

De Rabat à Madagascar, comment Mohammed VI étend l’influence du Maroc sur tout le continent africain

29/11/2016 par :

Rwanda, Tanzanie, Sénégal, Éthiopie, Madagascar, et bientôt Nigeria et Zambie. Jamais Mohammed VI (...)

logo article

Burundi : le conseiller du président Nkurunziza, Willy Nyamitwe, aurait échappé à une tentative d’assassinat

29/11/2016 par :

Willy Nyamitwe, conseiller en communication du président burundais Pierre Nkurunziza aurait été (...)

logo article

Sommet de Madagascar : l’Arabie saoudite devra patienter avant d’adhérer à la Francophonie

26/11/2016 par :

Malgré le plaidoyer de certains chefs d’États africains en faveur d’une adhésion de l’Arabie (...)

logo article

AFRIQUE : Les 5 questions que vous vous posez sur le sommet de la francophonie à Madagascar

25/11/2016 par :

Une trentaine de chefs d’État et de gouvernement sont attendus à Antananarivo pour le XVIe sommet (...)

logo article

RDC – Interview exclusive de Matata Ponyo : « J’ai navigué dans des eaux infestées de crocodiles »

22/11/2016 par :

Le Premier ministre congolais sortant s’est confié en exclusivité à Jeune Afrique au sujet de ses (...)

logo article

OPINION : Pour une négociation politique tous azimuts au Burkina Faso

22/11/2016 par :

Affirmer qu’il règne une tension politique dans notre pays qui est à l’image de celle qui oppose le (...)

logo article

Pierre-Claver Mbonimpa : « Les présidents africains ont la même maladie »

20/11/2016 par :

De passage à Paris où il a été invité par Human Rights Watch pour recevoir le prix Alison Des Forges (...)

logo article

Maroc – UA : Mohammed VI sollicite l’intervention d’Idriss Déby Itno et reporte sa visite en Éthiopie

16/11/2016 par :

Le roi du Maroc a demandé au président tchadien ce lundi d’intervenir auprès de la présidente de la (...)

logo article

États-Unis : Trump promet d’expulser jusqu’à 3 millions d’immigrés clandestins

13/11/2016 par :

Le nouveau président élu des États-Unis Donald Trump a promis d’expulser jusqu’à 3 millions (...)

logo article

L’état d’urgence « devrait être prolongé jusqu’à l’élection présidentielle »

13/11/2016 par :

LE SCAN POLITIQUE/VIDÉO - Le premier ministre souhaite que les mesures d’exceptions restent en (...)

DEPECHES

29 novembre 2016

URGENT : Un avion qui transportait une équipe de football brésilienne s’est écrasé près de la ville colombienne de Medellin. La police colombiennes annonce 76 morts

29 novembre 2016

HAITI : Jovenel Moïse a été déclaré vainqueur de la présidentielle haïtienne dès le premier tour, selon les résultats préliminaires annoncés ce mardi 29 novembre par le Conseil électoral provisoire (CEP). Le nouveau président a appelé les Haïtiens à s’unir pour relever le pays.

11 novembre 2016

DEPECHE/USA : Des milliers de personnes, pour la plupart des jeunes, ont à nouveau défilé dans la nuit de jeudi à vendredi dans les grandes villes américaines aux cris de « Pas mon président ! ». Des rassemblements parfois émaillés de violences comme à Portland. Trump accuse les média

7 novembre 2016

DEPECHE : Monsieur Macky SALL, Président de la République, et Sa Majesté Mohammed VI Roi du Maroc présideront la signature d’un Protocole d’accord pour la création d’un Centre de Formation dédié à l’Entreprenariat, ce mardi 08 novembre 2016 à 13 heures au Palais de la République. Après cette cérémonie, les deux Chefs d’Etat sont attendus à l’Hôpital Principal de Dakar pour procéder à la remise solennelle de médicaments offerts par la Fondation Mohammed V pour la Solidarité au Ministère de la Santé. Sa Majesté Mohammed VI, Roi du Maroc visitera, à cette occasion, le Pavillon Boufflers (Maladies infectieuses) ainsi que la Maternité de l’Hôpital. Son Excellence Monsieur Macky SALL, Président de la République souhaite la bienvenue et un agréable séjour au Sénégal à son illustre hôte.

29 octobre 2016

ACTUALITE : Monsieur Gorgui Ndong, Spécialiste en Gestion des Ressources humaines, précédemment membre du Collège du Fonds de Développement du Service Universel des Télécommunications (FDSUT), est nommé Ministre délégué auprès du Ministre du Renouveau urbain, de l’Habitat et du Cadre de vie, chargé de la Restructuration et de la Requalification des banlieues, en remplacement de Madame Fatou Tambédou.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES