Liberia : l’ex-footballeur George Weah se cramponne à ses ambitions politiques

Le Libérien George Weah a brillé sur les pelouses impeccables dans de grands stades, connu une riche carrière de footballeur puis est rentré dans son pays pour se lancer en politique. Chez lui, il taquine désormais le ballon sur des terrains de fortune et se cramponne à son rêve présidentiel.

Comme chaque samedi, celui que ses partisans appellent « Mister George » troque son costume d’opposant à la présidente Ellen Johnson Sirleaf contre un maillot de foot pour s’entraîner avec des amis à Paynesville, dans la périphérie de Monrovia, la capitale, avant de disputer un match chaque dimanche, quand il le peut.

Ce samedi, l’homme, crâne rasé, barbe poivre et sel, porte un maillot floqué « Weah », avec le numéro 18.

Au stade Willis D. Knuckles Jr où il s’entraîne, le décor et le public sont très loin de ce qu’il a connu lorsqu’il faisait les beaux jours de Monaco ou du Paris Saint-Germain (PSG) avant d’obtenir le Ballon d’or 1995 sous les couleurs du Milan AC : les spectateurs sont quelques dizaines, le sable remplace le gazon, les lignes blanches sont tracées à la craie…

« Nous venions ici pour regarder nos grands-frères jouer », affirme à l’AFP George Weah, 49 ans, après avoir fini sa partie et s’être changé, montrant le terrain. « Ces gamins qui sont ici pour nous regarder ne viennent pas seulement pour le foot, mais aussi pour l’école de la vie », estime-t-il.

L’ex-footballeur est très populaire dans son pays. En tant qu’opposant, il compte des détracteurs, bien sûr, mais on n’en croise pas dans ce quartier pauvre où il vient fréquemment.

Parmi les spectateurs figure Wilson Toba, un quinquagénaire visiblement ravi de voir George Weah s’échauffer et jouer. « C’est un gars du coin, il est parti d’ici », dit Toba. « Nous sommes des pauvres et nous le soutenons tous », assure-t-il, en référence au combat politique de l’opposant, chef du Congrès pour le changement démocratique (CDC).

Le 28 avril, George Weah s’est officiellement lancé dans la course pour l’élection présidentielle prévue en 2017 au Liberia, se présentant en candidat de « l’espoir » et se disant certain de l’emporter.

« Quand je vivais dans le ghetto à Gibraltar (bidonville de Monrovia où il a été élevé par sa grand-mère, ndlr), il n’y avait pas d’espoir, mais j’ai quand même gardé espoir », dit-il. « Peu importent les difficultés. J’ai voyagé pour avoir des opportunités (…) et ma vie a changé. Et je suis ici aujourd’hui pour aider les jeunes à avoir des occasions » de s’en sortir.

– ‘Je serai toujours ici’ –

George Weah avait déjà été candidat à la présidentielle de 2005, battu par Ellen Johnson Sirleaf, un résultat qu’il avait dans un premier temps contesté avant de renoncer à son recours. Il l’a de nouveau été en 2011 en tant que candidat à la vice-présidence sur un « ticket » présidentiel.

Mme Sirleaf ne pouvant se représenter en 2017, en raison de la limite constitutionnelle de deux mandats, il devrait retrouver sur sa route son vice-président, Joseph Boakai, 71 ans.

George Weah a remporté son premier mandat en décembre 2014 en devenant sénateur de la province de Montserrado (ouest, où est située Monrovia), distançant très largement Robert Sirleaf, un des fils de la présidente.

Au Liberia, les défis ne manquent pas mais l’ex-star du ballon rond se dit prêt à les relever, citant l’éducation et la santé parmi ses priorités.

En plus de la politique, George Weah est actif dans l’humanitaire libérien. Il a été ambassadeur de la paix pour faciliter le processus de paix après la sanglante guerre civile (1989-2003) ayant fait quelque 250.000 morts au Liberia.

Et en août 2014, il avait lancé une association pour recueillir des dons contre l’épidémie d’Ebola qui affectait alors le Liberia, la Guinée et la Sierra Leone.

Pour Jonah Sawieh, quadragénaire et ancien joueur de l’équipe nationale qui joue chaque semaine avec lui, le footballeur reconverti en homme politique n’a pas changé. « Il sera toujours le même, il viendra toujours jouer avec son peuple », soutient-il.

Et Weah d’assurer : « Même si je suis élu président du Liberia, on me verra jouer ici. Je serai toujours ici ». JEUNE AFRIQUE




AFRIQUE-MONDE

logo article

À compter du 19 janvier, Yahya Jammeh ne sera plus reconnu par l’UA comme président légitime de la Gambie

13/01/2017 par :

Le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine a indiqué vendredi qu’à partir du 19 janvier (...)

logo article

Côte d’Ivoire : après le mouvement d’humeur des militaires, des têtes tombent au sein des forces de défense

09/01/2017 par :

Trois jours après le mouvement de contestation au sein de l’armée, le chef d’état-major de l’armée, (...)

logo article

Côte d’Ivoire : Daniel Kablan Duncan a remis la démission de son gouvernement à Alassane Ouattara

09/01/2017 par :

Le Premier ministre Daniel Kablan Duncan a présenté la démission de son gouvernement au président (...)

logo article

Côte d’Ivoire : mouvement d’humeur d’hommes en armes à Bouaké, Daloa et Korhogo

06/01/2017 par :

Des tirs ont été entendus dans la nuit de jeudi à vendredi à Bouaké. Ce vendredi, des hommes en (...)

logo article

Bien mal acquis : le procès de Teodorín Obiang est reporté

04/01/2017 par :

Le procès du fils du président de Guinée équatoriale, soupçonné de s’être frauduleusement bâti un (...)

logo article

RD Congo : l’accord politique global et inclusif enfin adopté et signé à Kinshasa

01/01/2017 par :

Sous l’égide des évêques catholiques, les pourparlers directs entre les signataires de l’accord du (...)

logo article

OPINION : L’AFFAIRE DJIBRILL BASSOLE, UN CAS D’ACHARNEMENT JUDICIAIRE

01/01/2017 par :

Il est devenu difficile pour tout esprit bien pensant de rester insensible au traitement (...)

logo article

Cemac : les chefs d’État ouvrent la porte à des prêts du FMI mais écartent une dévaluation

23/12/2016 par :

Pris dans une croissance atone, les chefs d’État de la Communauté économique et monétaire des États (...)

logo article

Yves Aubin de La Messuzière : « Le malheur arabe se nourrit de conflits qui n’en finissent pas »

18/12/2016 par :

Observateur avisé du Maghreb et du Moyen-Orient depuis quarante ans, l’ex-ambassadeur français (...)

logo article

Du Nigeria à l’Espagne en passant par le Maroc, un projet de gazoduc offshore pharaonique

18/12/2016 par :

Rabat et Abuja vont construire un gazoduc géant qui longera toute la côte ouest-africaine. Un (...)

logo article

Présidentielle au Ghana : Nana Akufo-Addo proclamé vainqueur face au sortant John Mahama

09/12/2016 par :

Le chef de l’opposition ghanéenne Nana Akufo-Addo a remporté l’élection présidentielle avec plus de (...)

DEPECHES

9 janvier 2017

Côte d’Ivoire : Guillaume Soro largement réélu président de l’Assemblée nationale

9 janvier 2017

Gambie : Yahya Jammeh limoge 12 ambassadeurs ayant réclamé son départ

1er janvier 2017

Turquie : au moins 35 morts dans "l’attaque terroriste" contre la discothèque d’Istanbul

20 décembre 2016

TURQUIE : Le Ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’Extérieur, au nom du gouvernement du Sénégal, condamne avec force le lâche assassinat de l’ambassadeur de la Russie à Ankara, Monsieur Andreï Karlov, ce lundi 19 décembre 2016. Il s’agit là d’un acte terroriste. Le gouvernement du Sénégal présente ses condoléances et sa sympathie au gouvernement russe et réaffirme son engagement à renforcer la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent sous toutes leurs formes et manifestations.

9 décembre 2016

Ghana : le président Mahama reconnaît sa défaite auprès du chef de l’opposition Akufo-Addo

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES