Leçon de géopolitique : Le succès de la CPI se nourrit de l’échec de nos institutions africaines.

Selon que vous soyez puissant ou misérable, la Justice vous rendra innocent ou coupable, disait Victor Hugo. Cette phrase, divinement inspirée que l’on est tenté de tropicaliser en disant selon que vous soyez africain et noir, les jugements de la CPI vous rendront coupable et condamnable. C’est du moins ce que pense l’africain lambda, parce que plus de 15 ans après sa création, la Cour Pénale Internationale (CPI) n’a jusqu’ici poursuivi et juger que des africains et pour en rajouter disons même des justiciables noirs. Et pourtant, tout est en place sur le plan juridique pour poursuivre tout présumé coupable, quelque soit sa nationalité, sa race, son continent, sa religion et sa fortune. La CPI s’intéressera t-elle un jour aux criminels politiques qui mettent à feu et à sang notre monde pour le gouverner par la terreur ?

La CPI est la première juridiction pénale permanente et internationale censée connaitre les crimes les plus graves touchant l’humanité au rang desquels citons : le génocide, les crimes contre l’humanité et les crimes de guerre (Rationae materiae). Régi par le Traité de Rome entré en vigueur le 1er juillet 2002, la Cour ne peut connaitre que des crimes graves ayant été commis à partir de cette date. Sa compétence temporelle ou Rationae Temporis n’est nullement rétroactive. Les graves crimes que juge la CPI devront être commis sur le territoire d’un Etat partie. Il s’agit de la compétence Rationae loci. La Cour peut être saisie par des Etats parties ayant signé et ratifié le Traité de Rome et par le Conseil de Sécurité des Nations-Unies. Elle peut également s’autosaisir d’un dossier déterminé si les infractions commises rentrent dans son champ de compétence. Tous ces modes de saisine sont subordonnés au principe de subsidiarité selon lequel, la CPI ne peut connaitre d’un dossier que dans les cas où l’Etat sur le territoire duquel les crimes graves ont été commis ne peut ou ne veut faire prendre en charge ledit dossier par ses juridictions nationales compétentes à cause, soit, d’un contexte sécuritaire fragile dû à une guerre civile, soit pour des raisons politiques. Mais il peut arriver que des crimes graves perpétrés sur le territoire d’un Etat non partie puissent être pris en charge par la Cour. Dans ce cas, l’Etat signifie son acceptation à la Cour. Ce fut le cas notamment de la Côte d’Ivoire où au lendemain de la chute de Laurent Gbagbo, à une époque où le pays n’était pas membre de la CPI, les nouvelles autorités confièrent la prise en charge des graves crimes commis sur le territoire ivoirien à la Cour à cause d’un contexte sociopolitique plus que fragile. C’est ainsi qu’aujourd’hui, Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé se retrouvent à la barre de la CPI. Enfin, le Rationae personae selon lequel, peuvent tomber dans le champ d’application de la CPI, les ressortissants des Etats partie suspectés ou les ressortissants des Etats non partie mais dont les faits incriminés se seraient déroulés sur le territoire d’un Etat partie.

Les Africains sont-ils les seuls à commettre des atrocités dans ce monde ici bas ?

C’est lors de la saisine que les choses se compliquent. Sur le plan de la géopolitique, l’on peut comprendre qu’un Etat africain et faible ne puisse pas porter plainte contre une puissance occidentale au risque de s’exposer à des représailles commerciales et financières. Le Conseil de Sécurité des Nations-Unies peut saisir la Cour mais les membres permanents du Conseil opposeront leur veto. Seul espoir donc, s’il en est, c’est l’auto saisine que la CPI peut exercer, en tout lieu, à tout moment, pourvu que les compétences Rationae loci, Rationae materiae, Rationae Temporis et Rationae personae soient respectées. Pourquoi donc ne pas poursuivre George W. Bush pour sa fausse guerre en Irak ou encore Tony Blair ? Pourquoi pas Nicolas Sarkozy pour sa guerre en Lybie, et pourquoi Vladimir Poutine ou encore Bachar Al Assad ne sont pas inquiétés ? Sont-ils moins coupables que Laurent Gbagbo, Jean-Pierre Mbemba, Charles Taylor ou encore le touareg malien Abou Tourab ? La Justice n’est donc plus ce grand bâton qui doit frapper sans discrimination aucune ? Mais au-delà, la vraie question que l’on peut se poser reste la suivante : peut-on réellement assurer une bonne Justice sur le plan international lorsque l’on sait que la puissance géopolitique, diplomatique et des ressources est la seule règle d’or ?

Utopie ! Serait-on tenté de crier. Seule alternative, c’est la création d’une juridiction pénale africaine pouvant connaitre, poursuivre, juger ou acquitter des africains. C’est la seule solution pour ne plus voir des blancs de la CPI juger des noirs de l’Afrique. Le succès de la CPI, aujourd’hui, se nourrit de l’échec de nos institutions africaines.

Ahmed M. Thiam



AFRIQUE-MONDE

logo article

Maroc : Saadeddine El Othmani parvient à former sa coalition

26/03/2017 par :

Fin du blocage politique ! Le nouveau chef de gouvernement a annoncé samedi une nouvelle (...)

logo article

CPI : Jean-Pierre Bemba condamné à un an de prison pour subornation de témoins

22/03/2017 par :

L’ancien vice-président congolais Jean-Pierre Bemba, reconnu coupable par la Cour pénale (...)

logo article

ACTUALITE : Entretien de Bachar el-Assad avec Europe1 et TF1

15/03/2017 par :

Fabien Namias : Bonjour M. le Président. Bachar el-Assad : Bonjour. Fabien Namias : Une (...)

logo article

« L’ART DE LA GUERRE » : Bruxelles prolongera-t-il la stratégie nucléaire du Pentagone ?

15/03/2017 par :

Dans le cas où l’administration Trump respecterait le Traité de non-prolifération, elle retirerait (...)

logo article

Tunisie : un policier tué dans une attaque jihadiste à Kebili

13/03/2017 par :

Un policier tunisien a été tué et un autre blessé dans une attaque terroriste nocturne contre une (...)

logo article

Maroc : les ambassadeurs économiques de Mohammed VI en Afrique

10/03/2017 par :

Ils accompagnent le roi Mohammed VI dans ses voyages à travers le continent pour signer des (...)

logo article

RD Congo : évincé du Rassemblement, Katebe Katoto conteste la sanction

07/03/2017 par :

Raphaël Katebe Katoto a été définitivement radié mardi du regroupement politique Alternance pour la (...)

logo article

Côte d’Ivoire : les syndicats de la fonction publique pourraient appeler à la reprise de la grève

06/03/2017 par :

Après avoir suspendu le 27 janvier leur mouvement social pour une durée d’un mois, les syndicats (...)

logo article

ACTUALITE : Interview avec Dr. Ramdani Fatima Zohra, Lauréate du Prix Mandela du Leadership Féminin 2016

02/03/2017 par :

Le jeudi, 22 décembre 2016, Dr. Ramdani Fatima Zohra a été désignée Lauréate du « Prix Mandela du (...)

logo article

FRANCE : Bientôt inculpé, Fillon reste candidat à l’élection

01/03/2017 par :

Le candidat de la droite à la présidentielle française François Fillon a confirmé mercredi qu’il a (...)

logo article

En intégrant le Maroc, la CEDEAO deviendrait la 16e puissance mondiale devant la Turquie

26/02/2017 par :

(Agence Ecofin) - Le Maroc a présenté à Ellen Johnson Sirleaf, présidente en exercice de la CEDEAO, (...)

DEPECHES

28 mars 2017

DERNIERE MINUTE : Le Juge vient d’accorder une liberté provisoire au Maire de la Médina Bamba FALL et Cie

7 mars 2017

AUDITION DE KHALIFA SALL : Le DAF Mbaye Touré finalement placé sous mandat de dépôt

21 février 2017

FRANCE : Le siège du Front national à Nanterre a été perquisitionné, lundi, pour la seconde fois dans le cadre de l’affaire des soupçons d’emplois fictifs d’assistants au Parlement européen, a annoncé le FN, dénonçant "une opération médiatique".

21 février 2017

USA : Donald Trump a annoncé, lundi, la nomination du général H.R. McMaster comme nouveau conseiller à la sécurité nationale, en remplacement de Michael Flynn, au terme d’une difficile recherche qui a tenu Washington en haleine.

30 janvier 2017

AFRIQUE : Le Maroc réintègre l’Union africaine (officiel)

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES