Le drapeau palestinien flotte à l’ONU, la crise au Proche-Orient reste dans l’impasse

Le drapeau palestinien a été hissé mercredi 30 septembre pour la première fois au fronton de l’ONU, un événement symbolique qui n’a pu occulter l’impasse dans laquelle se trouve la crise israélo-palestinienne. Mahmoud Abbas a sonné l’alarme.

La Palestine n’est pas une priorité à l’Assemblée générale de l’ONU. Les débats à New York se sont concentrés sur la Syrie et la lutte contre l’organisation de l’État islamique (EI). Mais le président de l’autorité palestinienne a su remobiliser la communauté internationale, mercredi soir, par une simple petite phrase : "Nous déclarons que nous ne pouvons pas continuer à être liés par ces accords [accords d’Oslo]", a-t-il lancé.

Réelle menace ou effet d’annonce ? Souvent agitée par les responsables palestiniens, la rupture des accords d’Oslo impliquerait de facto la dissolution de l’Autorité palestinienne créée en 1994 pour pouvoir les appliquer. Selon les Conventions de Genève, Israël devrait alors prendre totalement en charge les affaires civiles de la population des territoires occupés.

Si Mahmoud Abbas, 80 ans, n’a pas annoncé sa démission, il a répété ce qu’il martèle depuis des années : ces accords ne peuvent pas s’appliquer tant qu’Israël ne les respecte pas, notamment en soutenant les colonies de peuplement en Cisjordanie et en refusant de libérer les prisonniers palestiniens. "Israël doit assumer pleinement toutes ses responsabilités de puissance occupante, parce que le statu quo ne peut pas continuer", a asséné Abbas. Et d’ajouter : "Nous ne serons pas les seuls à être liés par ces accords alors qu’Israël continue de les violer".

La solution de paix à deux États, une chimère ?

Alors que ni Barack Obama ni François Hollande n’ont eu un mot pour la Palestine dans leur discours respectif, Mahmoud Abbas a appelé l’ONU "à mettre fin à l’injustice" et à la "souffrance" des Palestiniens, dressant un bilan désastreux de la situation au Proche-Orient.

Le contexte ne saurait le faire mentir : le processus de paix tourne à vide depuis l’échec d’une médiation américaine au printemps 2014, la situation humanitaire s’aggrave avec le blocus de la bande de Gaza, les territoires palestiniens sont sous haute tension et les tensions sont ravivées à Jérusalem-Est, sur l’esplanade des Mosquées, où des heurts entre Palestiniens et policiers israéliens se multiplient depuis plusieurs semaines.

Chaque jour qui passe, la solution prônée par la communauté internationale de deux États, un Israélien et un Palestinien, vivant côte à côte dans la paix et la sécurité, apparaît un peu plus comme une chimère. "La Palestine mérite d’être reconnue comme un État à part entière", a ajouté M. Abbas, appelant tous les pays européens "qui ne l’ont pas encore fait" à reconnaître son État.

À Jérusalem, le discours de Mahmoud Abbas a été rejeté par le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, qui l’a qualifié de "mensonger" et a estimé qu’il incitait "à la destruction au Moyen-Orient".

Le drapeau palestinien sur l’ONU, un symbole

Consolation symbolique. Le drapeau palestinien a été hissé mercredi pour la première fois au fronton de l’ONU. Quelques applaudissements et youyous ont éclaté lorsque le drapeau rouge, noir, blanc et vert a flotté sur son mât. Il sera ensuite installé aux côtés des 193 bannières des États membres de l’ONU et de celle du Vatican qui, comme la Palestine, a un statut d’État non membre.
"Aujourd’hui est un jour de fierté pour le peuple palestinien", a solennellement déclaré Mahmoud Abbas, peu avant le lever des couleurs dans la roseraie de l’ONU, lors d’une cérémonie sans ferveur à laquelle ont assisté quelques centaines de personnes, en majorité des journalistes.

Cette sobriété reflétait le pessimisme entourant le conflit israélo-palestinien, et l’absence d’horizon pour la création d’un État palestinien indépendant au côté d’Israël. "Les symboles sont importants. Ils peuvent mener à l’action", a cependant estimé le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon, tout en ajoutant : "nous ne pouvons en aucun cas nous imaginer que cette cérémonie marque la fin du parcours".

Avec AFP et Reuters




AFRIQUE-MONDE

logo article

Infographie : comment se porte le commerce des armes en Afrique ?

21/02/2017 par :

Selon les données du Stockholm International Peace Research Institute (Sipri) portant sur ces (...)

logo article

Bénin : l’Etat récupère ses hôtels

21/02/2017 par :

Le gouvernement béninois a prononcé ce mercredi 16 février, la résolution des conventions de (...)

logo article

AFRIQUE : Le Président de l’Assemblée des Etats Parties se félicite de la décision de la Gambie de ne pas se retirer du Statut de Rome de la CPI

17/02/2017 par :

PAPA MEO DIOUF : Le 10 novembre 2016, la République islamique de Gambie a notifié sa décision de (...)

logo article

Tchad : Comment a été créée la garde présidentielle

15/02/2017 par :

Les exercices sont répétés en conditions réelles à N’Djamena. "L’entraînement est gourmand en (...)

logo article

Mali : l’opération Barkhane annonce avoir déjoué un projet d’attentat à Kidal

15/02/2017 par :

Informée par la population d’une attaque terroriste en préparation à Kidal, une trentaine de (...)

logo article

Sortie du Franc CFA : pour les panafricains, une autre monnaie est possible

13/02/2017 par :

PAR PAPA MEO DIOUF : Dakar, le 13 février 2017 - La nouvelle journée de mobilisation du Front (...)

logo article

RAPPORT : UN DÉPUTÉ FRANÇAIS ÉVOQUE LA "MALADIE" DU ROI DU MAROC, MOHAMMED VI

11/02/2017 par :

A l’occasion de la remise d’un rapport sur les relations entre l’Europe et le Maghreb, Jean (...)

logo article

Félix Tshisekedi : « Mon père appartient au patrimoine national de la RD Congo »

10/02/2017 par :

La mêlée politique congolaise ne connait pas de trêve. Depuis le décès d’Étienne Tshisekedi, et (...)

logo article

Exclusif – Présidence Commission africaine : Toute la vérité sur l’échec cuisant des adversaires du Tchadien, Moussa Faki Mahamat ?

08/02/2017 par :

Après plusieurs mois de campagne intense, les candidats au prestigieux poste de Président de la (...)

logo article

AFRIQUE : LE SPECTRE DE LA GUERRE PLANE DE NOUVEAU SUR LE MAGHREB

06/02/2017 par :

Après le sérieux revers qu’il vient d’essuyer suite à la validation du retour du Maroc au sein de (...)

logo article

Idriss Déby Itno : « Au lieu de nous donner des leçons, l’Occident devrait écouter notre avis »

06/02/2017 par :

Chaos en Libye, enjeux sécuritaires autour du lac Tchad, crise pétrolière ou encore franc CFA. Le (...)

DEPECHES

21 février 2017

FRANCE : Le siège du Front national à Nanterre a été perquisitionné, lundi, pour la seconde fois dans le cadre de l’affaire des soupçons d’emplois fictifs d’assistants au Parlement européen, a annoncé le FN, dénonçant "une opération médiatique".

21 février 2017

USA : Donald Trump a annoncé, lundi, la nomination du général H.R. McMaster comme nouveau conseiller à la sécurité nationale, en remplacement de Michael Flynn, au terme d’une difficile recherche qui a tenu Washington en haleine.

30 janvier 2017

AFRIQUE : Le Maroc réintègre l’Union africaine (officiel)

30 janvier 2017

Sommet de l’UA : le Tchadien Moussa Faki Mahamat élu à la tête de la Commission de l’Union africaine Il succède donc à la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma.

27 janvier 2017

POLITIQUE : La Conférence des leaders de Mànkoo Wattu Senegaal s’est réunie ce jeudi 26 janvier 2017 à la Permanence Nelson Mandela du Grand Parti. Examinant la question relative à l’invitation du Ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda DIALLO à participer « aux discussions sur le processus électoral » prévues avec le Président de la République, vendredi 27 janvier 2017 « au Palais présidentiel », le FDS / Mankoo Wattu demande à ses membres de ne pas prendre part à cette rencontre. Dans ce cadre, le FDS/ Mankoo Wattu invite la presse nationale et internationale à un point de presse qu’il tiendra vendredi 27 janvier 2017 à 15h30mn au siège du Grand Parti.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES