Le Sénégal, une démocratie en otage…On tabasse des députés tout en violant la liberté de la presse

Le triste spectacle servi aux Sénégalais dans la deuxième institution de la République invite à réfléchir sur l’état de notre démocratie. Les violences verbales et physiques sont récurrentes au sein des Parlements dans les grandes démocraties. Dans l’histoire de notre AN aussi de cas de violences verbales et physiques y sont souvent notés. Pour les plus récents, on peut citer l’agression de Me El Hadji par Famara Senghor et la violence exercée par Doudou Wade sur Aliou Sow. Toutefois, la violence dont est victime Omar Sarr est inédite. Il est agressé par beaucoup de ses collègues. C’est honteux. C’est lâche. Pour ce sale boulot, il fallait violer la liberté de la presse en cette journée symbolique pour cette corporation.
Pourtant le peuple pouvait bien être épargné de cette comédie parlementaire de mauvais goût. Il fallait tout simplement dire le DROIT. Tous les juristes et intellectuels sérieux savent que M. Modou Diagne Fada n’a ni la légitimité, ni la légalité de diriger le groupe des « Libéraux et Démocrates ». D’ailleurs, ceux qui tentent de défendre Fada critiquent la méthode Wade et évitent subtilement d’évoquer la dimension juridique de la crise. Ce que Fada a fait est un putsch parlementaire. Ce hold up ne saurait réussir sans l’onction de la majorité présidentielle. Rappelons qu’en 2013 et 2014, la majorité parlementaire a empêché au parti Rewmi de former un groupe parlementaire à en croire Moustapha Cissé LO (http://www.leral.net/Audio-Cisse-Lo-Nous-ferons-tout-pour-empecher-Rewmi-d-avoir-un-groupe-parlementaire_a96389.html). Comment ne pas encore voir la main du régime derrière ce putsch parlementaire de Fada. Ce dernier est vivement soutenu et félicité par Benno Siggil Sénégal, membre de la coalition présidentielle (http://www.seneplus.com/politique/benno-siggil-senegal-felicite-modou-diagne-fada). Et Moustapha Cissé Lo avait aussi prévenu sur les ondes de la RFM le 12 octobre « cette opposition doit faire peur (…) c’est nous qui devons prendre nos responsabilités, prendre notre courage à deux mains pour faire face » (http://www.sudonline.sn/-cette-opposition-doit-faire-peur-parce-qu-elle_a_26663.html).
Pourtant, la satisfaction du bonheur de la majorité des citoyens sénégalais serait la meilleure manière de rendre inaudible cette opposition et non de faire déshonneur à cette démocratie bâtie par des générations au prix de leur sang et de leur vie. La consolidation de la démocratie sénégalaise était l’une des aspirations du peuple en sanctionnant Wade en 2012. À l’analyse des faits, force est de constater que ce régime est TROP allergique à la critique et semble être tenté par l’instauration de la pensée unique. Des opposants sont embastillés sur la base du délit liberticide d’offense au chef de l’Etat, le travail de la presse en ligne est remis en cause et les commentaires sont devenus gênants. La revue de presse est qualifiée de « dictat sur les Sénégalais », des manifestations de l’opposition sont interdites et un terrorisme intellectuel est exercé sur toute voix discordante. Des grandes gueules sont servies pour qu’elles la ferme et des organismes internationaux sont vertement critiqués quand leurs rapports ne conviennent pas aux goûts du régime, etc. Cette comédie parlementaire de mauvais goût n’est, en réalité, que l’expression d’une allergie des autorités actuelles aux emmerdements de la démocratie.
Cependant, dans un état de droit, tout différend doit être réglé devant le juge. Ceci dit, le cadre de l’opposition devrait saisir la juridiction compétente pour entrer dans ses droits. Dans une République, toutes les voies de recours légales sont bien définies. Cette « absence » de saisine de la justice, mécanisme moderne de régulation sociale et politique, peut révéler la méfiance de certains citoyens à l’endroit de l’institution judiciaire sur des questions ayant des relents politiques. Ceci ne peut-être une excuse pour l’opposition de ne pas saisir la justice, mettre les juges devant leur responsabilité et éviter au pays cette comédie.

Adama SADIO ADO
Chercheur en Sciences Politiques
adosadio@yahoo.fr




AFRIQUE-MONDE

logo article

Infographie : comment se porte le commerce des armes en Afrique ?

21/02/2017 par :

Selon les données du Stockholm International Peace Research Institute (Sipri) portant sur ces (...)

logo article

Bénin : l’Etat récupère ses hôtels

21/02/2017 par :

Le gouvernement béninois a prononcé ce mercredi 16 février, la résolution des conventions de (...)

logo article

AFRIQUE : Le Président de l’Assemblée des Etats Parties se félicite de la décision de la Gambie de ne pas se retirer du Statut de Rome de la CPI

17/02/2017 par :

PAPA MEO DIOUF : Le 10 novembre 2016, la République islamique de Gambie a notifié sa décision de (...)

logo article

Tchad : Comment a été créée la garde présidentielle

15/02/2017 par :

Les exercices sont répétés en conditions réelles à N’Djamena. "L’entraînement est gourmand en (...)

logo article

Mali : l’opération Barkhane annonce avoir déjoué un projet d’attentat à Kidal

15/02/2017 par :

Informée par la population d’une attaque terroriste en préparation à Kidal, une trentaine de (...)

logo article

Sortie du Franc CFA : pour les panafricains, une autre monnaie est possible

13/02/2017 par :

PAR PAPA MEO DIOUF : Dakar, le 13 février 2017 - La nouvelle journée de mobilisation du Front (...)

logo article

RAPPORT : UN DÉPUTÉ FRANÇAIS ÉVOQUE LA "MALADIE" DU ROI DU MAROC, MOHAMMED VI

11/02/2017 par :

A l’occasion de la remise d’un rapport sur les relations entre l’Europe et le Maghreb, Jean (...)

logo article

Félix Tshisekedi : « Mon père appartient au patrimoine national de la RD Congo »

10/02/2017 par :

La mêlée politique congolaise ne connait pas de trêve. Depuis le décès d’Étienne Tshisekedi, et (...)

logo article

Exclusif – Présidence Commission africaine : Toute la vérité sur l’échec cuisant des adversaires du Tchadien, Moussa Faki Mahamat ?

08/02/2017 par :

Après plusieurs mois de campagne intense, les candidats au prestigieux poste de Président de la (...)

logo article

AFRIQUE : LE SPECTRE DE LA GUERRE PLANE DE NOUVEAU SUR LE MAGHREB

06/02/2017 par :

Après le sérieux revers qu’il vient d’essuyer suite à la validation du retour du Maroc au sein de (...)

logo article

Idriss Déby Itno : « Au lieu de nous donner des leçons, l’Occident devrait écouter notre avis »

06/02/2017 par :

Chaos en Libye, enjeux sécuritaires autour du lac Tchad, crise pétrolière ou encore franc CFA. Le (...)

DEPECHES

21 février 2017

FRANCE : Le siège du Front national à Nanterre a été perquisitionné, lundi, pour la seconde fois dans le cadre de l’affaire des soupçons d’emplois fictifs d’assistants au Parlement européen, a annoncé le FN, dénonçant "une opération médiatique".

21 février 2017

USA : Donald Trump a annoncé, lundi, la nomination du général H.R. McMaster comme nouveau conseiller à la sécurité nationale, en remplacement de Michael Flynn, au terme d’une difficile recherche qui a tenu Washington en haleine.

30 janvier 2017

AFRIQUE : Le Maroc réintègre l’Union africaine (officiel)

30 janvier 2017

Sommet de l’UA : le Tchadien Moussa Faki Mahamat élu à la tête de la Commission de l’Union africaine Il succède donc à la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma.

27 janvier 2017

POLITIQUE : La Conférence des leaders de Mànkoo Wattu Senegaal s’est réunie ce jeudi 26 janvier 2017 à la Permanence Nelson Mandela du Grand Parti. Examinant la question relative à l’invitation du Ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda DIALLO à participer « aux discussions sur le processus électoral » prévues avec le Président de la République, vendredi 27 janvier 2017 « au Palais présidentiel », le FDS / Mankoo Wattu demande à ses membres de ne pas prendre part à cette rencontre. Dans ce cadre, le FDS/ Mankoo Wattu invite la presse nationale et internationale à un point de presse qu’il tiendra vendredi 27 janvier 2017 à 15h30mn au siège du Grand Parti.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES