La démocratie sénégalaise : le même spectacle que dans un ring de catch

L’analogie entre la politique et le catch est tellement féconde qu’on ne peut s’empêcher de l’explorer chaque fois qu’on a besoin d’expliquer certaines combines de nos hommes politiques. Le catch est un divertissement sportif, une activité physique et mentale dans laquelle le sport et le spectacle sont indissociables. Les hommes politiques agissent exactement comme des catcheurs professionnels :

- Les règles du jeu politique sont aussi aléatoires que celles du catch et même les arbitres ne sont pas épargnés des coups de gladiateur. En politique également on ne se gêne pas de changer les règles du jeu courant. C’est sous ce rapport qu’il faut comprendre les tentatives des autorités actuelles de réformer la CREI. Les intellectuels déviants justifient une telle manœuvre en donnant l’exemple du football dont les règles changent constamment. Oui, mais personne n’a jamais vu l’UEFA ou la FIFA changer les règles du football en plein championnat d’Europe ou en pleine coupe du monde.

- Dans les deux sphères les « arbitres » s’immiscent dans les joutes. Les arbitres du jeu politique sont les juges et les contre-pouvoirs, mais il leur arrive de s’immiscer astucieusement dans le jeu politique et faussent ainsi le cours de celui-ci. Dans une démocratie où les juges et les contre-pouvoirs ne sont pas impartiaux, la démocratie n’est qu’un cirque collectif où le dindon de la farce est le peuple. Les démocraties occidentales se contentent de regarder ce spectacle démocratique avec amusement et désinvolture tant que leurs intérêts ne sont pas menacés.

- Dans le catch, le spectacle l’emporte parfois sur le sport et c’est pourquoi le « you can’t see me » d’un Cena, le « RKO » d’un Orton et le « pedigree » d’un « Triple H » sont passivement encaissés par leurs adversaires dans le souci de déclencher les émotions du public. Car ce sont précisément ces émotions qui sont la source qui irrigue la vie de rêve de ces catcheurs professionnels. Les hommes politiques ont la même philosophie : crier, vociférer, calomnier ses adversaires exactement comme le catcheur fait son show.

- « Le catch se définit comme un combat-spectacle où les rôles du vainqueur et du perdant sont décidés à l’avance. Il met l’accent sur une dramatique particulière dont le spectateur est partie prenante, appelé à manifester son enthousiasme, son inquiétude ou son soutien pour le bon lutteur au style orthodoxe et loyal, et à conspuer le lutteur méchant, lâche, brutal et forcément tricheur ». Cette définition du catch rappelle étrangement les péripéties des dernières joutes présidentielles que notre pays a connues. La campagne électorale comme les résultats des élections étaient « truqués » d’avance et le peuple a été sommairement embarqué dans une large supercherie politique. Le peuple est censé être l’acteur principal de la démocratie, mais il ne fait que jouer un rôle que des officines occultes ont voulu bien lui faire jouer.

- Le catch, comme la politique, est un jeu dangereux où les protagonistes sont obligés des prendre parfois des risques extrêmes pour s’attirer la sympathie du public. C’est en exécutant des prises spectaculaires que les catcheurs égayent le public ; c’est en faisant le saltimbanque que les politiciens de métier distraient le peuple et détournent son attention des vrais problèmes. Les lanceurs de pierre, les brûleurs de pneus et les casseurs de véhicule d’hier sont aujourd’hui récompensés pour leur témérité, et les corrupteurs sont décorés par leur partenaire du crime collectif contre notre démocratie

- Le catch et la politique sont les seuls jeux où la tricherie est légale et fait même partie de l’essence du jeu : il arrive très souvent qu’un catcheur en mauvaise posture utilise un subterfuge pour détourner l’attention de l’arbitre (lequel tombe curieusement presque toujours dans le piège) et commettre un forfait afin de battre un adversaire plus fort. En politique c’est le même stratagème qui est employé par les politiciens. Quand le vent souffle au gré de son navire politique on se présente comme chef de parti, un Zorro dont la finesse et l’habileté politique sont au-dessus de la moyenne. En revanche lorsque le vent ne tourne pas au gré de son navire, on se cache derrière le masque de l’institution qu’on incarne pour envoyer ses adversaires à l’abattoir.

- Dans le catch, il arrive que des adversaires se liguent parfois contre un autre par des complots ourdis aux alentours du ring (il y en a même qui se faufilent dans le public) et exécutés de façon quasi parfaite pour se défaire d’un autre adversaire. Dans le complot politique de 2012, des politiques se sont ligués à des éditeurs, des diffuseurs, des producteurs culturels, des chefs religieux, des entrepreneurs et ont réussi à utiliser le peuple pour assouvir des desseins nullement populaires. Ce qui se passe à l’assemblée nationale est aussi à ranger dans ce registre. La composition du syndicat politique qu’on appelle « BENNO BOKK YAKAAR » en est également une parfaite illustration.

- Dans la politique sénégalaise comme dans le catch, la notion de catégorie n’existe pas : un piètre catcheur peut faire beaucoup plus de buzz que celui qui est plus performant. Gueuler, tricher, exposer son adversaire à la vindicte populaire, affabuler, etc. : tous les moyens sont licites pourvu qu’ils confèrent la célébrité. Cette absence de catégorisation explique largement la prolifération des partis politiques dans notre pays. Les plus insignifiants sont logés à la même tribune d’honneur que les ténors : les partis et les hommes politiques les plus faibles ont le même traitement médiatique que les grands partis politiques.

Alassane K. KITANE, professeur au Lycée Serigne Ahmadou Ndack Seck




AFRIQUE-MONDE

logo article

Gabon : Ali Bongo Ondimba en visite d’État en Chine

07/12/2016 par :

Six ans après sa dernière visite, le président du Gabon est en République populaire de Chine du 6 (...)

logo article

Élection présidentielle au Ghana : forte affluence des électeurs dans les bureaux de vote

07/12/2016 par :

Un peu plus de 15 millions de Ghanéens se sont rendus ce mercredi aux urnes pour élire leur (...)

logo article

SECURITE : L’armée libyenne reprend la ville de Syrte à l’EI

05/12/2016 par :

Le gouvernement d’union nationale a annoncé lundi la reprise totale de la ville de Syrte. (...)

logo article

Mali : les partisans de Sanogo venus en masse au premier jour de son procès

01/12/2016 par :

Les partisans d’Amadou Haya Sanogo ont pris leurs quartiers à Sikasso, où a débuté mercredi le (...)

logo article

De Rabat à Madagascar, comment Mohammed VI étend l’influence du Maroc sur tout le continent africain

29/11/2016 par :

Rwanda, Tanzanie, Sénégal, Éthiopie, Madagascar, et bientôt Nigeria et Zambie. Jamais Mohammed VI (...)

logo article

Burundi : le conseiller du président Nkurunziza, Willy Nyamitwe, aurait échappé à une tentative d’assassinat

29/11/2016 par :

Willy Nyamitwe, conseiller en communication du président burundais Pierre Nkurunziza aurait été (...)

logo article

Sommet de Madagascar : l’Arabie saoudite devra patienter avant d’adhérer à la Francophonie

26/11/2016 par :

Malgré le plaidoyer de certains chefs d’États africains en faveur d’une adhésion de l’Arabie (...)

logo article

AFRIQUE : Les 5 questions que vous vous posez sur le sommet de la francophonie à Madagascar

25/11/2016 par :

Une trentaine de chefs d’État et de gouvernement sont attendus à Antananarivo pour le XVIe sommet (...)

logo article

RDC – Interview exclusive de Matata Ponyo : « J’ai navigué dans des eaux infestées de crocodiles »

22/11/2016 par :

Le Premier ministre congolais sortant s’est confié en exclusivité à Jeune Afrique au sujet de ses (...)

logo article

OPINION : Pour une négociation politique tous azimuts au Burkina Faso

22/11/2016 par :

Affirmer qu’il règne une tension politique dans notre pays qui est à l’image de celle qui oppose le (...)

logo article

Pierre-Claver Mbonimpa : « Les présidents africains ont la même maladie »

20/11/2016 par :

De passage à Paris où il a été invité par Human Rights Watch pour recevoir le prix Alison Des Forges (...)

DEPECHES

7 décembre 2016

DEPECHE : Une forte délégation du Parti Démocratique Sénégalais (PDS) se rend ce jeudi 8 décembre 2016 à 15 heures à Tiouaouane. La délégation sera dirigée par le Secrétaire Général National Adjoint, Oumar SARR. Elle sera composée de membres du Comité Directeur et de la fédération PDS du département de Tiouaouane. A travers le porte parole, Serigne Abdoul Aziz SY Al Amine, la direction du parti transmettra un chaleureux message d’amitié et de fraternité du Président Abdoulaye WADE et de l’ensemble des militants à la famille de Seydi Elhadji Malick SY ainsi qu’à toute la Oumah islamique du Sénégal.

5 décembre 2016

GAMBIE : En Gambie, l’opposant Ousseynou Darboe sera bientôt libre. Son procès en appel a pris une dimension particulière après la victoire inattendue d’Adama Barrow à la présidentielle. Le leader du Parti démocratique unifié était l’un des principaux opposants au régime de Yahya Jammeh. Il avait été condamné en juillet à trois ans de détention, notamment pour manifestation illégale et son procès en appel s’est ouvert ce lundi. Les juges de la cour d’appel viennent d’annoncer sa remise en liberté provisoire

29 novembre 2016

URGENT : Un avion qui transportait une équipe de football brésilienne s’est écrasé près de la ville colombienne de Medellin. La police colombiennes annonce 76 morts

29 novembre 2016

HAITI : Jovenel Moïse a été déclaré vainqueur de la présidentielle haïtienne dès le premier tour, selon les résultats préliminaires annoncés ce mardi 29 novembre par le Conseil électoral provisoire (CEP). Le nouveau président a appelé les Haïtiens à s’unir pour relever le pays.

11 novembre 2016

DEPECHE/USA : Des milliers de personnes, pour la plupart des jeunes, ont à nouveau défilé dans la nuit de jeudi à vendredi dans les grandes villes américaines aux cris de « Pas mon président ! ». Des rassemblements parfois émaillés de violences comme à Portland. Trump accuse les média

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES