LA GOUVERNANCE MACKY SALL : La grande éclipse de la démocratie sénégalaise

« La démocratie est d’abord un état d’esprit » disait Pierre Mendès-France : il n’y a pas de meilleure formule pour dire l’incapacité du régime de Macky Sall à s’accommoder aux principes et exigences de la démocratie pluraliste. Avec l’arrestation de Oumar Sarr, après celle de Toussaint Manga et d’autres jeunes du PDS pour des raisons plus qu’occultes, le gouvernement de Macky Sall vient de prouver encore sa nature dictatoriale. La pente du totalitarisme est toujours empruntée par les régimes imposteurs : or celui-ci en un. Combien de millions de Soviétiques Staline a exécutés sous le prétexte de diffusion de fausses nouvelles et de menace à la sécurité nationale ? Combien de centaines de Congolais Mobutu a sacrifiés sur l’autel des intuitions (déifiées selon les humeurs du prince) ? Saintes institutions ! Toutes les fois qu’un dictateur a voulu légitimer ses crimes et forfaits, il a évoqué les INSTITUTIONS ou le PEUPLE. Tous les tyrans ont chéri ces notions, car la meilleure façon de se débarrasser d’un adversaire gênant c’est de le faire passer pour l’ennemi du peuple ou de bravade contre la stabilité des institutions.

Il faut remarquer que depuis l’avènement de Macky Sall les mots « loi » « justice », « traque », « fossoyeurs », « pilleurs de deniers publics », etc. sont plus usités dans le lexique politique que les notions de développement, de paix, et de respect. On dirait qu’avant Macky Sall, il n’y avait ni loi, ni justice, ni même république : un Messie est doc sorti de la cuisse de Jupiter pour refaire le Sénégal et les Sénégalais par le glaive. Ce ton belliqueux du discours de nos gouvernants traduit en réalité un état d’esprit : l’inaptitude à supporter la différence et les joutes démocratiques. Il s’agit d’une rhétorique de la médiocrité et de l’imposture qui exprime, de façon sournoise, une volonté de brimer toute altérité.

Car c’est une marque de grandeur d’âme et d’ouverture d’esprit que d’avoir du respect pour ses adversaires : sans fair-play la politique est pire que la guerre ; sans intelligence, elle est la proie du mal et le théâtre de l’invective ; sans respect des principes de la démocratie, la politique n’est que violence symbolique, physique ou verbale ; sans vision elle n’est qu’atermoiements et gesticulations puériles et stériles. La vitalité et la grandeur d’une démocratie se mesurent par le nombre quasi nul de détenus politiques : au Sénégal la prison est devenue l’alternative de la transhumance politique. Entrez dans les rangs ou allez en prison : telle est le choix étriqué laissé aux hommes politiques sénégalais sous l’ère Macky Sall.

En trois ans Macky Sall a envoyé en prison plus que son prédécesseur en douze ans ! Ousmane Ngom a été arrêté et transféré manu militari à Dakar, Bara Gaye a été emprisonné pour rien, Karim Wade, Aïda Ndiongue et ses co-accusés pour une raison pour laquelle tous les Sénégalais pourraient être emprisonnés, Me El Hadji Amadou Sall pour offense au chef de l’État, Toussaint Manga et ses frères de parti pour des raisons qu’aucun sénégalais ne sait, d’anciens ministres ont été arbitrairement interdits de sortie du territoire, des députés dépouillés injustement de leur immunité parlementaire, des journalistes constamment intimidés, les manifestations de l’opposition systématiquement interdites… Quel dictateur a fait pire ? La « funeste et sinistre superstition des prêtres et demi-prêtres de la vertu » et de la bonne gouvernance (pour emprunter à Nietzsche son style sarcastique) a donné libre cours à toutes sortes d’exactions.

A ce rythme, il faudra construire, encore construire et toujours construire des prisons, car c’est une très grande illusion de croire que les Sénégalais sont prêts à abdiquer leur liberté. Nous ne sommes plus en régime démocratique, car les piliers de la démocratie sont affaiblis aujourd’hui par un régime qui illustre sa médiocrité par une innommable frilosité. On a aboli la démocratie en divinisant une chimère qu’on appelle PSE : au nom de ce slogan il n’y a plus de place pour l’opposition, il n’y a plus de place pour la citoyenneté parce que nous devons en être les adeptes.

Ce à quoi nous assistons n’est rien d’autre qu’un complot contre la démocratie-complot dont les principaux acteurs sont les intellectuels sans foi, les politiques et quelques hommes de médias. Ce complot consiste à apprivoiser les citoyens par des procédés qui parodient la démocratie au lieu d’en être l’expression :
On instrumentalise la justice dans le seul but de réduire au silence toute voix discordante ;
On feint d’organiser, dans certains groupes de presse, des débats libres mais c’est généralement pour étouffer les affaires gênantes pour le régime ;
On rappelle les mauvaises pratiques d’autres fois pour édulcorer les tares et les crimes démocratiques de l’actuel régime à défaut de les légitimer ;
On a institué un clergé d’intellectuels extrêmement industrieux en matière de fabrique d’opinion pour brouiller les pistes des crimes constamment commis par ce régime.

Nous ne sommes plus en démocratie et la seule alternative qui reste aux patriotes est : soit être, comme Oumar Sarr, libres dans les prisons de Macky Sall ; soit être des Oumar Sarr libres de celles-ci, mais prisonniers de l’indignité et de la lâcheté.

Alassane K. KITANE, professeur au Lycée Serigne Ahmadou Ndack Seck de Thiès




AFRIQUE-MONDE

logo article

Mali : les partisans de Sanogo venus en masse au premier jour de son procès

01/12/2016 par :

Les partisans d’Amadou Haya Sanogo ont pris leurs quartiers à Sikasso, où a débuté mercredi le (...)

logo article

De Rabat à Madagascar, comment Mohammed VI étend l’influence du Maroc sur tout le continent africain

29/11/2016 par :

Rwanda, Tanzanie, Sénégal, Éthiopie, Madagascar, et bientôt Nigeria et Zambie. Jamais Mohammed VI (...)

logo article

Burundi : le conseiller du président Nkurunziza, Willy Nyamitwe, aurait échappé à une tentative d’assassinat

29/11/2016 par :

Willy Nyamitwe, conseiller en communication du président burundais Pierre Nkurunziza aurait été (...)

logo article

Sommet de Madagascar : l’Arabie saoudite devra patienter avant d’adhérer à la Francophonie

26/11/2016 par :

Malgré le plaidoyer de certains chefs d’États africains en faveur d’une adhésion de l’Arabie (...)

logo article

AFRIQUE : Les 5 questions que vous vous posez sur le sommet de la francophonie à Madagascar

25/11/2016 par :

Une trentaine de chefs d’État et de gouvernement sont attendus à Antananarivo pour le XVIe sommet (...)

logo article

RDC – Interview exclusive de Matata Ponyo : « J’ai navigué dans des eaux infestées de crocodiles »

22/11/2016 par :

Le Premier ministre congolais sortant s’est confié en exclusivité à Jeune Afrique au sujet de ses (...)

logo article

OPINION : Pour une négociation politique tous azimuts au Burkina Faso

22/11/2016 par :

Affirmer qu’il règne une tension politique dans notre pays qui est à l’image de celle qui oppose le (...)

logo article

Pierre-Claver Mbonimpa : « Les présidents africains ont la même maladie »

20/11/2016 par :

De passage à Paris où il a été invité par Human Rights Watch pour recevoir le prix Alison Des Forges (...)

logo article

Maroc – UA : Mohammed VI sollicite l’intervention d’Idriss Déby Itno et reporte sa visite en Éthiopie

16/11/2016 par :

Le roi du Maroc a demandé au président tchadien ce lundi d’intervenir auprès de la présidente de la (...)

logo article

États-Unis : Trump promet d’expulser jusqu’à 3 millions d’immigrés clandestins

13/11/2016 par :

Le nouveau président élu des États-Unis Donald Trump a promis d’expulser jusqu’à 3 millions (...)

logo article

L’état d’urgence « devrait être prolongé jusqu’à l’élection présidentielle »

13/11/2016 par :

LE SCAN POLITIQUE/VIDÉO - Le premier ministre souhaite que les mesures d’exceptions restent en (...)

DEPECHES

29 novembre 2016

URGENT : Un avion qui transportait une équipe de football brésilienne s’est écrasé près de la ville colombienne de Medellin. La police colombiennes annonce 76 morts

29 novembre 2016

HAITI : Jovenel Moïse a été déclaré vainqueur de la présidentielle haïtienne dès le premier tour, selon les résultats préliminaires annoncés ce mardi 29 novembre par le Conseil électoral provisoire (CEP). Le nouveau président a appelé les Haïtiens à s’unir pour relever le pays.

11 novembre 2016

DEPECHE/USA : Des milliers de personnes, pour la plupart des jeunes, ont à nouveau défilé dans la nuit de jeudi à vendredi dans les grandes villes américaines aux cris de « Pas mon président ! ». Des rassemblements parfois émaillés de violences comme à Portland. Trump accuse les média

7 novembre 2016

DEPECHE : Monsieur Macky SALL, Président de la République, et Sa Majesté Mohammed VI Roi du Maroc présideront la signature d’un Protocole d’accord pour la création d’un Centre de Formation dédié à l’Entreprenariat, ce mardi 08 novembre 2016 à 13 heures au Palais de la République. Après cette cérémonie, les deux Chefs d’Etat sont attendus à l’Hôpital Principal de Dakar pour procéder à la remise solennelle de médicaments offerts par la Fondation Mohammed V pour la Solidarité au Ministère de la Santé. Sa Majesté Mohammed VI, Roi du Maroc visitera, à cette occasion, le Pavillon Boufflers (Maladies infectieuses) ainsi que la Maternité de l’Hôpital. Son Excellence Monsieur Macky SALL, Président de la République souhaite la bienvenue et un agréable séjour au Sénégal à son illustre hôte.

29 octobre 2016

ACTUALITE : Monsieur Gorgui Ndong, Spécialiste en Gestion des Ressources humaines, précédemment membre du Collège du Fonds de Développement du Service Universel des Télécommunications (FDSUT), est nommé Ministre délégué auprès du Ministre du Renouveau urbain, de l’Habitat et du Cadre de vie, chargé de la Restructuration et de la Requalification des banlieues, en remplacement de Madame Fatou Tambédou.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES