L’instigateur : Macky, le fraudeur frondeur : Fada, le violeur voleur : Moustapha Niass

Les Bourreaux de la République !!!

Hélas, le peuple assiste désespérément à l’histoire de la Grenouille (Macky Sall) qui rêve d’être plus Gros que le Bœuf (Me Wade)
Le FMI vient de décerner au capitaine pédalo, Macky Sall, une place de choix dans le cercle très fermé des 25 pays les plus pauvres de la planète.
Son PSE est en mode immersion et Mr Macky sall, l’Ayatollah du rétropédalage, à tous les niveaux, vient de faire passer notre pays de la la lumière du grand visionnaire Wade à l’ombre de son incompétence Barbapapa Sall.

Quand à faire remarquer que Mr Macky Sall s’est placé dans l’alternative de devenir le plus grand escroc à l’égard de son peuple ou un maître chanteur à l’égard de l’opposition républicaine, voilà qui est téméraire dans le Sénégal médiatique à la sauce du Macky.

Notre démocratie est menacée par ce régime car depuis 1960, il n’y a jamais eu de réunion du bureau politique de l’assemblée nationale sans au préalable constituer les groupes parlementaires.
Macky Sall vient d’ordonner, ce que l’on peut qualifier de putsch institutionnel en ordonnant son ministre chargé de la destruction du PDS, le frondeur fraudeur, le petit Modou Diagne FADA de déposer frauduleusement une liste fictive alors qu’il n’avait ni le mandat, ni les prérogatives de la part de son parti d’alors.
On est passé d’un manque d’autorité de l’état, à l’autoritarisme. Ce système tant qu’il perdure, met en danger le pays
Ce qu’il y a de positif dans le règne de Macky c’est qu’il nous a fait voir les tares de nos institutions et notre façon malsaine de faire de la politique.
Ce n’est pas de la faute de Me Wade si FADA a passé 10 ans en Licence pour réclamer quelconque légitimité au sein du PDS. Pour la même période de ses carences de résultats académiques d’autres militants de sa génération, plus engagés que lui au PDS, ont eu à soutenir leur thèse de Doctorat de 3 éme cycle.
Donc l’argument de son inintelligence et échec académique ne peut être considéré comme gage de légitimité, car il doit se souvenir qu’il n’a jamais eu de métier de sa vie et Me Wade a fait de lui un homme et quelqu’un de fréquentable humainement et socialement.
Toutefois, le peuple souverain constate que vous êtes ,au même titre que SERIGNE Mbacké Ndiaye, les lobotomisés de Macky Sall et que vous lui obéissez au doigt et à l’œil, comme des « chiens » de PAVLOV, de ce sinistre président qui vient de parapher la souillure de nos institutions.
Le problème des groupes devrait être réglé en plénière, mais le violeur et grabataire Moustapha Niasse de notre auguste Assemblée Nationale, affligé par la saignée que lui inflige Malick Gakou , en a décidé autrement sur injection, naturellement, de Mr Macky Sall pour commettre une forfaiture institutionnelle au crépuscule de sa vie politique.
Tout ce qui intéresse Mr Niasse, c’est de passer ses derniers soupirs de politicien comateux dans les lambris d’orées de la république quitte à vendre son âme et son parti au diable Macky.
De quel droit Moustapha Niasse refuse-t-il la liberté du choix des députés libéraux ? De quel droit empêche-t-il la volonté du peuple de s’exprimer ?
De quel droit tord-il le bras aux parlementaires en refusant les débats de fond, en court-circuitant les procédures législatives, en confisquant la démocratie, en refusant d’authentifier la légalité des listes déposées ?
Les députés ne vous appartiennent pas, Monsieur Macky Sall et Mr Moustapha Niasse. Ils appartiennent aux Sénégalais qui les ont élus pour défendre leurs choix et qui sauront s’en souvenir lors des prochaines élections.

Ce mensonge qui ouvre une crise démocratique, Rien de moins.
Depuis presque 4 ans, la perte de crédit de Macky sall était déjà profonde et handicapait son action. Elle risque de devenir abyssale, paralysante pour notre pays. À la crise économique et sociale dans laquelle est plongée le Sénégal, au climat politique qui avait pris un tour délétère depuis peu, s’ajoute désormais une profonde crise démocratique, tant le plus élémentaire contrat de confiance entre le peuple et ses gouvernants est rompu.
Après avoir tant menti aux Sénégalais, Macky Sall ne peut se mentir à lui-même : depuis son élection, son mandat est déjà plus qu’un échec. Une faillite.
Maintenant, il se recycle sur le marché de l’industrie où il excelle, celle de la politique-spectacle et de la communication par rideau de fumée.

Dr Seck Mamadou
Cadre Libéral - Paris




AFRIQUE-MONDE

logo article

Gabon : Ali Bongo Ondimba en visite d’État en Chine

07/12/2016 par :

Six ans après sa dernière visite, le président du Gabon est en République populaire de Chine du 6 (...)

logo article

Élection présidentielle au Ghana : forte affluence des électeurs dans les bureaux de vote

07/12/2016 par :

Un peu plus de 15 millions de Ghanéens se sont rendus ce mercredi aux urnes pour élire leur (...)

logo article

SECURITE : L’armée libyenne reprend la ville de Syrte à l’EI

05/12/2016 par :

Le gouvernement d’union nationale a annoncé lundi la reprise totale de la ville de Syrte. (...)

logo article

Mali : les partisans de Sanogo venus en masse au premier jour de son procès

01/12/2016 par :

Les partisans d’Amadou Haya Sanogo ont pris leurs quartiers à Sikasso, où a débuté mercredi le (...)

logo article

De Rabat à Madagascar, comment Mohammed VI étend l’influence du Maroc sur tout le continent africain

29/11/2016 par :

Rwanda, Tanzanie, Sénégal, Éthiopie, Madagascar, et bientôt Nigeria et Zambie. Jamais Mohammed VI (...)

logo article

Burundi : le conseiller du président Nkurunziza, Willy Nyamitwe, aurait échappé à une tentative d’assassinat

29/11/2016 par :

Willy Nyamitwe, conseiller en communication du président burundais Pierre Nkurunziza aurait été (...)

logo article

Sommet de Madagascar : l’Arabie saoudite devra patienter avant d’adhérer à la Francophonie

26/11/2016 par :

Malgré le plaidoyer de certains chefs d’États africains en faveur d’une adhésion de l’Arabie (...)

logo article

AFRIQUE : Les 5 questions que vous vous posez sur le sommet de la francophonie à Madagascar

25/11/2016 par :

Une trentaine de chefs d’État et de gouvernement sont attendus à Antananarivo pour le XVIe sommet (...)

logo article

RDC – Interview exclusive de Matata Ponyo : « J’ai navigué dans des eaux infestées de crocodiles »

22/11/2016 par :

Le Premier ministre congolais sortant s’est confié en exclusivité à Jeune Afrique au sujet de ses (...)

logo article

OPINION : Pour une négociation politique tous azimuts au Burkina Faso

22/11/2016 par :

Affirmer qu’il règne une tension politique dans notre pays qui est à l’image de celle qui oppose le (...)

logo article

Pierre-Claver Mbonimpa : « Les présidents africains ont la même maladie »

20/11/2016 par :

De passage à Paris où il a été invité par Human Rights Watch pour recevoir le prix Alison Des Forges (...)

DEPECHES

7 décembre 2016

DEPECHE : Une forte délégation du Parti Démocratique Sénégalais (PDS) se rend ce jeudi 8 décembre 2016 à 15 heures à Tiouaouane. La délégation sera dirigée par le Secrétaire Général National Adjoint, Oumar SARR. Elle sera composée de membres du Comité Directeur et de la fédération PDS du département de Tiouaouane. A travers le porte parole, Serigne Abdoul Aziz SY Al Amine, la direction du parti transmettra un chaleureux message d’amitié et de fraternité du Président Abdoulaye WADE et de l’ensemble des militants à la famille de Seydi Elhadji Malick SY ainsi qu’à toute la Oumah islamique du Sénégal.

5 décembre 2016

GAMBIE : En Gambie, l’opposant Ousseynou Darboe sera bientôt libre. Son procès en appel a pris une dimension particulière après la victoire inattendue d’Adama Barrow à la présidentielle. Le leader du Parti démocratique unifié était l’un des principaux opposants au régime de Yahya Jammeh. Il avait été condamné en juillet à trois ans de détention, notamment pour manifestation illégale et son procès en appel s’est ouvert ce lundi. Les juges de la cour d’appel viennent d’annoncer sa remise en liberté provisoire

29 novembre 2016

URGENT : Un avion qui transportait une équipe de football brésilienne s’est écrasé près de la ville colombienne de Medellin. La police colombiennes annonce 76 morts

29 novembre 2016

HAITI : Jovenel Moïse a été déclaré vainqueur de la présidentielle haïtienne dès le premier tour, selon les résultats préliminaires annoncés ce mardi 29 novembre par le Conseil électoral provisoire (CEP). Le nouveau président a appelé les Haïtiens à s’unir pour relever le pays.

11 novembre 2016

DEPECHE/USA : Des milliers de personnes, pour la plupart des jeunes, ont à nouveau défilé dans la nuit de jeudi à vendredi dans les grandes villes américaines aux cris de « Pas mon président ! ». Des rassemblements parfois émaillés de violences comme à Portland. Trump accuse les média

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES