L’attentat de Bamako réveille le spectre de "l’insaisissable" Mokhtar Belmokhtar

Fortement suspecté d’avoir commandité la prise d’otages sanglante à l’hôtel Radisson de Bamako, le jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar, plusieurs fois annoncé mort, fait montre de sa capacité de nuisance dans la région du Sahel.

Depuis le 20 novembre, l’ombre de Mokhtar Belmokhtar plane de nouveau sur le Sahel. Ce vendredi-là, alors qu’une prise d’otages meurtrière est en cours à l’hôtel Radisson Blu de la capitale malienne Bamako, un groupe affilié à Al-Qaïda affirme avoir commandité l’attaque. Il s’agit d’Al-Mourabitoune, l’organisation créée et dirigée par le jihadiste algérien. "Nous les Mourabitoune, avec la participation de nos frères [...] d’Al-Qaïda au Maghreb islamique [Aqmi], revendiquons l’opération de prise d’otages à l’hôtel Radisson", indique la voix d’un homme dans un document sonore diffusé dans la soirée de vendredi par la chaîne d’informations qatarie Al-Jazira.

Peu de temps avant, le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, indiquait sur TF1 que Mokhtar Belmokhtar était "sans doute à l’origine" de l’attentat. L’opération terroriste menée au cœur de Bamako porte en effet la marque de cette figure clé de l’insurrection jihadiste en Afrique du Nord et dans la région du Sahel-Sahara : attaquer un établissement fréquenté par les dignitaires maliens et de nombreux hommes d’affaires étrangers en plein milieu de la capitale d’un pays où la France est engagée militairement depuis près de trois ans.

Le 7 mars dernier, Al-Mourabitoune avait déjà revendiqué le premier attentat visant des Occidentaux à Bamako, au bar-restaurant La Terrasse. Bilan : cinq morts, parmi lesquels trois Maliens, un Français et un Belge. Le même groupe s’était attribué la responsabilité de l’attaque sanglante menée en août contre un hôtel de Sévaré, à quelque 600 kilomètres au nord-est de Bamako, qui avait fait 17 morts.

De l’Afghanistan au Sahel

Mais le plus grand coup d’éclat de Mokhtar Belmokhtar remonte au 16 janvier 2013 lorsque ses hommes, alors regroupés au sein d’une unité appelée les "Signataires par le sang", avaient pénétré sur le site du complexe gazier d’In Amenas, à quelque 1 300 km au sud-est d’Alger, et capturé des centaines d’Algériens et d’étrangers, en représailles à l’intervention française au Mali. Au total, 40 employés de 10 nationalités différentes et 29 assaillants avaient péri.

Capture d’écran de Mokhtar Belmokhtar non datée fournie par l’agence de presse de Mauritanie. © ANI/AFP/Archives
Depuis, celui que l’on surnomme "le Borgne" ou encore "Mister Malboro" - en raison ses activités présumées dans la contrebande de cigarettes - a été annoncé mort plusieurs fois, notamment en juin dernier et en avril 2013. Chaque fois, son décès a été démenti.

De tous les sobriquets dont Mokhtar Belmokhtar est affublé, "l’insaisissable" résume le mieux son pouvoir de nuisance. Aujourd’hui partisan d’une grande coalition avec les jihadistes du Niger, du Tchad et de Libye, ce quadragénaire algérien s’est imposé comme l’un des chefs fondamentalistes les plus redoutés du Sahel. De fait, l’homme "traîne une triste réputation de jihadiste violent et cruel, acquise dans le maquis algérien", soulignait en 2013 l’hebdomadaire "Jeune Afrique".

Après avoir été formé en Afghanistan où il a été gravement blessé à l’œil droit, d’où son surnom "le Borgne", Mokhtar Belmokhtar a en effet participé à la guerre civile en Algérie dans les années 1990. Au fil des ans, il est devenu une figure de la contrebande, du trafic d’armes et des insurrections dans la région, notamment au Mali où, en 2012, il s’allie avec Aqmi pour s’emparer, avec la rébellion touareg, des régions du nord du pays avant de fondre sur Bamako. Une offensive qui a motivé le déclenchement de l’opération Serval de l’armée française en janvier 2013.

Recherché par l’EI

Longtemps associé à l’ancien GSPC algérien (Groupe salafiste pour la prédication et le combat), qui a prêté allégeance à Al-Qaïda en janvier 2007 pour devenir Aqmi, Mokhtar Belmokhtar a créé à l’hiver 2012-2013 son propre groupe, les "Signataires par le sang", tout en restant lié à la nébuleuse du défunt Oussama Ben Laden.

À l’époque, comme le rappelle "Le Monde", un porte-parole de Mokhtar Belmokhtar avait expliqué la démarche à l’agence Associated Press : "Il nous est plus facile d’opérer sur le terrain en ayant quitté formellement Aqmi, qui demeure lié à l’appellation ’Maghreb’. Nous voulons élargir notre zone d’opérations à travers tout le Sahara, allant du Niger au Tchad, y compris au Burkina Faso."

Courant 2013, Mokhtar Belmokhtar a ensuite fondé Al-Mourabitoune, fruit d’une fusion entre son organisation et le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao). En mai dernier, il a réaffirmé la loyauté de son groupe à Al-Qaïda et démenti l’allégeance à l’organisation État islamique (EI) proclamée par un autre dirigeant des Al-Mourabitoune.

La concurrence à laquelle se livrent les deux mouvements est telle qu’en août, la section libyenne de l’EI diffuse, via les réseaux sociaux, un avis de recherche contre Mokhtar Belmokhtar, qui se serait réfugié à Derna, dans l’est de la Libye. Un appel qui témoigne du "combat sans merci pour le leadership du jihad mondial", estimait alors sur RFI Romain Caillet, chercheur sur les mouvements jihadistes. La prise d’otages sanglante perpétrée vendredi à Bamako en est la tragique illustration. FRANCE24




AFRIQUE-MONDE

logo article

À compter du 19 janvier, Yahya Jammeh ne sera plus reconnu par l’UA comme président légitime de la Gambie

13/01/2017 par :

Le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine a indiqué vendredi qu’à partir du 19 janvier (...)

logo article

Côte d’Ivoire : après le mouvement d’humeur des militaires, des têtes tombent au sein des forces de défense

09/01/2017 par :

Trois jours après le mouvement de contestation au sein de l’armée, le chef d’état-major de l’armée, (...)

logo article

Côte d’Ivoire : Daniel Kablan Duncan a remis la démission de son gouvernement à Alassane Ouattara

09/01/2017 par :

Le Premier ministre Daniel Kablan Duncan a présenté la démission de son gouvernement au président (...)

logo article

Côte d’Ivoire : mouvement d’humeur d’hommes en armes à Bouaké, Daloa et Korhogo

06/01/2017 par :

Des tirs ont été entendus dans la nuit de jeudi à vendredi à Bouaké. Ce vendredi, des hommes en (...)

logo article

Bien mal acquis : le procès de Teodorín Obiang est reporté

04/01/2017 par :

Le procès du fils du président de Guinée équatoriale, soupçonné de s’être frauduleusement bâti un (...)

logo article

RD Congo : l’accord politique global et inclusif enfin adopté et signé à Kinshasa

01/01/2017 par :

Sous l’égide des évêques catholiques, les pourparlers directs entre les signataires de l’accord du (...)

logo article

OPINION : L’AFFAIRE DJIBRILL BASSOLE, UN CAS D’ACHARNEMENT JUDICIAIRE

01/01/2017 par :

Il est devenu difficile pour tout esprit bien pensant de rester insensible au traitement (...)

logo article

Cemac : les chefs d’État ouvrent la porte à des prêts du FMI mais écartent une dévaluation

23/12/2016 par :

Pris dans une croissance atone, les chefs d’État de la Communauté économique et monétaire des États (...)

logo article

Yves Aubin de La Messuzière : « Le malheur arabe se nourrit de conflits qui n’en finissent pas »

18/12/2016 par :

Observateur avisé du Maghreb et du Moyen-Orient depuis quarante ans, l’ex-ambassadeur français (...)

logo article

Du Nigeria à l’Espagne en passant par le Maroc, un projet de gazoduc offshore pharaonique

18/12/2016 par :

Rabat et Abuja vont construire un gazoduc géant qui longera toute la côte ouest-africaine. Un (...)

logo article

Présidentielle au Ghana : Nana Akufo-Addo proclamé vainqueur face au sortant John Mahama

09/12/2016 par :

Le chef de l’opposition ghanéenne Nana Akufo-Addo a remporté l’élection présidentielle avec plus de (...)

DEPECHES

9 janvier 2017

Côte d’Ivoire : Guillaume Soro largement réélu président de l’Assemblée nationale

9 janvier 2017

Gambie : Yahya Jammeh limoge 12 ambassadeurs ayant réclamé son départ

1er janvier 2017

Turquie : au moins 35 morts dans "l’attaque terroriste" contre la discothèque d’Istanbul

20 décembre 2016

TURQUIE : Le Ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’Extérieur, au nom du gouvernement du Sénégal, condamne avec force le lâche assassinat de l’ambassadeur de la Russie à Ankara, Monsieur Andreï Karlov, ce lundi 19 décembre 2016. Il s’agit là d’un acte terroriste. Le gouvernement du Sénégal présente ses condoléances et sa sympathie au gouvernement russe et réaffirme son engagement à renforcer la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent sous toutes leurs formes et manifestations.

9 décembre 2016

Ghana : le président Mahama reconnaît sa défaite auprès du chef de l’opposition Akufo-Addo

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES