KARIM WADE, OUMAR SARR, TOUSSAINT MANGA ET VICTOR DIOUF DETENUS : Le Pds en prison

Wade forcé de rentrer à Dakar

En mettant en prison tous les responsables de premier plan du Parti démocratique sénégalais (Pds), le régime en place confirme les libéraux qui avancent que le Président Macky Sall a des comptes personnels à régler avec son ex-parti.

Les responsables du Parti démocratique sénégalais engagés dans la lutte pour la survie de leur formation politique « dans la guerre farouche que leur mène le Président Macky Sall », ont coutume de dire que leur ancien frère de parti a pris sur lui l’engagement de réduire le parti libéral à sa plus simple expression. Ils ajoutent que Macky Sall, au cours d’un déplacement aux Etats Unis, aurait déclaré qu’il a des comptes personnels à régler avec les gens du Pds. De toute façon, les emprisonnements en série de responsables de premier plan du Pds confirment-ils pas ces accusations ?

Article 80, offense au chef de l’Etat

Karim Wade, Oumar Sarr, Bara Gaye, Aïda Ndiongue, Alioune Aidara Sylla, Samuel Sarr, Moïse Rampino, Abdoul Aziz Diop, Mamadou Lamine Massaly, Bathie Seras, Aminata Nguirane Thiam, Toussaint Manga,Victor Saliou Ciss, Cheikh Ahmadou Bamba Bâ… , tous responsables du Parti démocratique sénégalais (Pds) sont en prison ou ont été en prison, depuis l’accession de Macky Sall au pouvoir. Les raisons généralement évoquées pour les embastiller varient entre l’offense au chef de l’Etat et l’atteinte à la sureté de l’Etat. « Des motifs légers qui cachent le désir de combattre des opposants et qui prouvent si besoin en est que la justice est au service de l’Exécutif », comme le dit Me Amadou Sall et dénoncent en chœur les responsables de l’opposition regroupés au sein du Front patriotique pour la défense de la République (Fpdr).

Le Pds décapité

Le candidat du Pds pour la prochaine présidentielle, Karim Wade est passé à la trappe avec la traque des biens mal acquis, il est au gnouf pour 6 ans. Le Secrétaire général adjoint du parti, Oumar Sarr trébuche sur un communiqué du comité directeur à la suite des aveux de Lamine Diack sur le financement de la campagne de 2012 avec des capitaux russes blanchis et passe le Gamou au frais. Son arrestation très spectaculaire (il a été pris dans son lit vers 5 heures du matin), son inculpation et sa détention, défraient la chronique actuellement. Le patron des jeunesses travaillistes libérales, Dr Toussaint Manga croupit à Rebeuss depuis plus de 6 mois pour de supposées velléités de troubles à l’ordre public. Le responsable des élèves et étudiants du parti Victor Saliou Ciss est également avec certains de ses frères en prison pour les mêmes raisons.

D’autres membres du parti appartenant à l’instance de décision (le comité directeur ) ont fini de purger des peines allant de 6 mois à 1 an ou sont en sursis dans l’attente d’un hypothétique procès ou bien sont frappés d’interdiction de sortie du territoire national. Il s’agit de Bara Gaye, de Me Amadou Sall, de Samuel Sarr, de Aida Ndiongue, de Mamadou Lamine Massaly, de Alioune Aidara Sylla, Me Madické Niang etc…

Pds : première force politique d’opposition
L’acharnement du pouvoir sur le Parti démocratique sénégalais n’est pas anodin. C’est le premier parti d’opposition et le capital sympathie dont jouit son Secrétaire général national au niveau des masses populaires, ne s’est pas encore estompé. De surcroît, la condamnation de Karim Wade par une Cour de répression de l’enrichissement illicite qui n’a pas véritablement convaincu les populations sur les cas de détournements de deniers et qui n’a pas sorti les milliers de milliards annoncés par le camp du pouvoir pour légitimer la traque des biens mal acquis, a créé un mythe autour du candidat du Pds et renforcé son aura. Même en prison, les réseaux et les mouvements de soutien se densifient autour de la personne de Karim Wade.

Le Parti démocratique sénégalais vit des heures sombres avec ses responsables en prison ou en sursis et son projet de société compromis par une pression policière et politique qui a fini de le réduire à sa plus simple expression. Mais, le mammouth politique qui a créé ce parti et survécu à toutes les manœuvres politiciennes, à toutes sortes de pressions et de tentatives de liquidations (même physique) est toujours là et serait, d’après nos informations, au top de sa forme. Les rumeurs annoncent le retour imminent de Me Abdoulaye Wade dans la capitale. Mais face à ce pouvoir déterminé à anéantir le Pds, on ne pense pas que Wade va revenir en Père Noël…. Le retour de Wade rime certainement avec la mobilisation des troupes libérales qui semblent être sur le pied de guerre. Avec la psychose installée par la menace terroriste, le Président de la République devrait appeler à un dialogue politique pour tempérer les ardeurs débordantes des uns et des autres. Il y va de la stabilité de notre pays.
Aliou MBAYE




AFRIQUE-MONDE

logo article

Infographie : comment se porte le commerce des armes en Afrique ?

21/02/2017 par :

Selon les données du Stockholm International Peace Research Institute (Sipri) portant sur ces (...)

logo article

Bénin : l’Etat récupère ses hôtels

21/02/2017 par :

Le gouvernement béninois a prononcé ce mercredi 16 février, la résolution des conventions de (...)

logo article

AFRIQUE : Le Président de l’Assemblée des Etats Parties se félicite de la décision de la Gambie de ne pas se retirer du Statut de Rome de la CPI

17/02/2017 par :

PAPA MEO DIOUF : Le 10 novembre 2016, la République islamique de Gambie a notifié sa décision de (...)

logo article

Tchad : Comment a été créée la garde présidentielle

15/02/2017 par :

Les exercices sont répétés en conditions réelles à N’Djamena. "L’entraînement est gourmand en (...)

logo article

Mali : l’opération Barkhane annonce avoir déjoué un projet d’attentat à Kidal

15/02/2017 par :

Informée par la population d’une attaque terroriste en préparation à Kidal, une trentaine de (...)

logo article

Sortie du Franc CFA : pour les panafricains, une autre monnaie est possible

13/02/2017 par :

PAR PAPA MEO DIOUF : Dakar, le 13 février 2017 - La nouvelle journée de mobilisation du Front (...)

logo article

RAPPORT : UN DÉPUTÉ FRANÇAIS ÉVOQUE LA "MALADIE" DU ROI DU MAROC, MOHAMMED VI

11/02/2017 par :

A l’occasion de la remise d’un rapport sur les relations entre l’Europe et le Maghreb, Jean (...)

logo article

Félix Tshisekedi : « Mon père appartient au patrimoine national de la RD Congo »

10/02/2017 par :

La mêlée politique congolaise ne connait pas de trêve. Depuis le décès d’Étienne Tshisekedi, et (...)

logo article

Exclusif – Présidence Commission africaine : Toute la vérité sur l’échec cuisant des adversaires du Tchadien, Moussa Faki Mahamat ?

08/02/2017 par :

Après plusieurs mois de campagne intense, les candidats au prestigieux poste de Président de la (...)

logo article

AFRIQUE : LE SPECTRE DE LA GUERRE PLANE DE NOUVEAU SUR LE MAGHREB

06/02/2017 par :

Après le sérieux revers qu’il vient d’essuyer suite à la validation du retour du Maroc au sein de (...)

logo article

Idriss Déby Itno : « Au lieu de nous donner des leçons, l’Occident devrait écouter notre avis »

06/02/2017 par :

Chaos en Libye, enjeux sécuritaires autour du lac Tchad, crise pétrolière ou encore franc CFA. Le (...)

DEPECHES

21 février 2017

FRANCE : Le siège du Front national à Nanterre a été perquisitionné, lundi, pour la seconde fois dans le cadre de l’affaire des soupçons d’emplois fictifs d’assistants au Parlement européen, a annoncé le FN, dénonçant "une opération médiatique".

21 février 2017

USA : Donald Trump a annoncé, lundi, la nomination du général H.R. McMaster comme nouveau conseiller à la sécurité nationale, en remplacement de Michael Flynn, au terme d’une difficile recherche qui a tenu Washington en haleine.

30 janvier 2017

AFRIQUE : Le Maroc réintègre l’Union africaine (officiel)

30 janvier 2017

Sommet de l’UA : le Tchadien Moussa Faki Mahamat élu à la tête de la Commission de l’Union africaine Il succède donc à la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma.

27 janvier 2017

POLITIQUE : La Conférence des leaders de Mànkoo Wattu Senegaal s’est réunie ce jeudi 26 janvier 2017 à la Permanence Nelson Mandela du Grand Parti. Examinant la question relative à l’invitation du Ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda DIALLO à participer « aux discussions sur le processus électoral » prévues avec le Président de la République, vendredi 27 janvier 2017 « au Palais présidentiel », le FDS / Mankoo Wattu demande à ses membres de ne pas prendre part à cette rencontre. Dans ce cadre, le FDS/ Mankoo Wattu invite la presse nationale et internationale à un point de presse qu’il tiendra vendredi 27 janvier 2017 à 15h30mn au siège du Grand Parti.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES