Hollande, Obama, Xi, Poutine... ce qu’ont dit les chefs d’État à la COP21

Plus de 150 chefs d’État et de gouvernement réunis au Bourget, près de Paris, ont donné le coup d’envoi de la COP21 en soulignant l’urgence de trouver un accord pour contrer le réchauffement climatique. Retour sur les principales déclarations.

C’est dans un parc des expositions du Bourget, au nord de Paris, transformé en forteresse en raison des attentats du 13 novembre que plus de 150 chefs d’État et de gouvernement ont donné le coup d’envoi, lundi 30 novembre, de la 21e conférence climatique de l’ONU (COP21). Pour ce sommet hors normes qui se tiendra jusqu’au 11 décembre, l’objectif est "d’aboutir à un accord universel contre un réchauffement planétaire qui risque de mener à la destruction de la planète".

Dès 10 heures (heure de Paris), les dirigeants du monde entier se sont succédé à la tribune de la COP21 pour souligner l’urgence de répondre à ce défi majeur posé à l’avenir de la planète. "Nous devons [à nos enfants] une planète préservée des catastrophes", a ainsi insisté le président français, François Hollande, soulignant que la COP21 est "un immense espoir que nous n’avons pas le droit de décevoir". Et d’ajouter : "Les bons sentiments, les déclarations d’intention ne suffiront pas. Nous sommes au bord d’un point de rupture".

Le chef de l’État hôte du sommet a ensuite présenté les trois conditions qui, selon lui, permettront de faire de la COP21 un succès : tracer une trajectoire crédible permettant de contenir le réchauffement climatique "en dessous des 2°C ou même 1,5 si c’est possible" ; apporter "au défi climatique une réponse solidaire, aucun territoire ne doit pouvoir être laissé seul face au dérèglement climatique" et faire en sorte "que toutes nos sociétés, dans leur grande pluralité, diversité, se mettent en mouvement".

"Une mission dont l’ensemble de l’humanité doit se saisir"

De leur côté, les présidents américain et chinois, dont les pays sont les deux plus gros pollueurs de la planète, ont indiqué qu’il était de leur "responsabilité d’agir", "Les États-Unis reconnaissent leur rôle dans la genèse du problème" du réchauffement climatique et "assument leur responsabilité pour le régler", a déclaré Barack Obama. "Nous sommes en mesure de changer l’avenir ici et maintenant, mais ce ne sera possible que si nous sommes à la hauteur des enjeux […] Nous avons prouvé qu’une croissance économique forte et un environnement plus sain n’étaient pas forcément en conflit."

"Lutter contre le changement climatique, c’est une mission dont l’ensemble de l’humanité doit se saisir", a pour sa part fait savoir le dirigeant chinois, Xi Jinping. Les pays développés doivent "être à la hauteur de leurs engagements" en parvenant d’ici à 2020 à mobiliser 100 milliards de dollars par an pour financer des projets climat dans les pays du Sud, a-t-il pousuivi, tout en appelant les pays riches à "apporter un appui financier accru" au-delà de 2020 aux pays en voie de développement pour les aider à lutter contre le réchauffement climatique.

Arrivé peu après l’ouverture du sommet, Vladimir Poutine s’est dit "favorable à ce que l’on trouve un accord où on limite l’augmentation du réchauffement climatique à 2°C" et a plaidé pour "un accord global, efficace et surtout équilibré et égalitaire". "Nous pouvons accorder toute l’attention à notre croissance économique tout en nous préoccupant du sort de la nature", a ajouté le président russe.

Peu avant, la chancelière allemande, Angela Merkel, a elle aussi exhorté ses pairs à trouver un accord. "À Paris, nous devons tenir les promesses que nous avions faites à Copenhague et nous devons obtenir des résultats concrets d’ici 2020, à savoir le déblocage de 100 milliards de dollars annuellement".

"Les dégâts passés" dus au changement climatique "sont une responsabilité qui nous incombe", a-t-elle souligné. La conférence de Paris est "une occasion de faire de nos belles théories une réalité en réduisant les températures et en évitant qu’elles dépassent 2°C", a-t-elle ajouté. Avant de préciser : "Nous savons que les petits États insulaires risquent de dire ‘ça ne suffit pas’".

Avant la tenue de la COP21, 184 pays sur 195 avaient publié des plans de réduction de leurs émissions, une participation inespérée qui place cependant encore le monde sur une trajectoire de + 3°C. Les négociations s’annoncent ardues car tous les pays ont leur propre "ligne rouge", qu’ils ne voudront pas franchir.

Les pays développés doivent "assumer plus de responsabilités" que les pays en voie de développement et ceux-ci doivent être "autorisés à se développer", a ainsi prévenu dans une tribune du "Financial Times" le Premier ministre indien, Narendra Modi, dont l’intervention à la tribune est l’une des plus attendues.

Le confilt syrien s’invite à la COP21

Cette journée devrait aussi être rythmée par de nombreuses rencontres bilatérales qui vont au-delà de la question du climat. Sur fond de conflit syrien, le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a dit vouloir rencontrer Vladimir Poutine, après que l’aviation turque a abattu mardi un bombardier russe. Une invitation que le chef de l’État russe a décliné, a indiqué le Kremlin.

Barack Obama a quant à lui rencontré Vladimir Poutine et devait également s’entretenir avec Xi Jinping et Narendra Modi, tandis que François Hollande devait rencontrer les présidents palestinien Mahmoud Abbas et égyptien Abdel Fattah al-Sissi.

En raison de la présence à Paris de la plupart des dirigeants du monde entier, la capitale française est surveillée par 6 300 membres des forces de l’ordre et soumise à des restrictions de circulation. Le rassemblement de 152 chefs d’État et de gouvernement en un même lieu, le même jour, est d’autant plus exceptionnel qu’il intervient après les attentats du 13 novembre à Paris, auxquels les orateurs ont pratiquement tous fait référence.

Avant de prendre l’un après l’autre la parole, ils ont observé une minute de silence à la mémoire des 130 personnes tuées lors de ces attentats. "Ces événements tragiques nous affligent mais en même temps nous obligent, a affirmé François Hollande. Je n’oppose pas la lutte contre le terrorisme à la lutte contre le réchauffement climatique. Ce sont deux grands défis mondiaux que nous devons relever." FRANCE 24




AFRIQUE-MONDE

logo article

À compter du 19 janvier, Yahya Jammeh ne sera plus reconnu par l’UA comme président légitime de la Gambie

13/01/2017 par :

Le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine a indiqué vendredi qu’à partir du 19 janvier (...)

logo article

Côte d’Ivoire : après le mouvement d’humeur des militaires, des têtes tombent au sein des forces de défense

09/01/2017 par :

Trois jours après le mouvement de contestation au sein de l’armée, le chef d’état-major de l’armée, (...)

logo article

Côte d’Ivoire : Daniel Kablan Duncan a remis la démission de son gouvernement à Alassane Ouattara

09/01/2017 par :

Le Premier ministre Daniel Kablan Duncan a présenté la démission de son gouvernement au président (...)

logo article

Côte d’Ivoire : mouvement d’humeur d’hommes en armes à Bouaké, Daloa et Korhogo

06/01/2017 par :

Des tirs ont été entendus dans la nuit de jeudi à vendredi à Bouaké. Ce vendredi, des hommes en (...)

logo article

Bien mal acquis : le procès de Teodorín Obiang est reporté

04/01/2017 par :

Le procès du fils du président de Guinée équatoriale, soupçonné de s’être frauduleusement bâti un (...)

logo article

RD Congo : l’accord politique global et inclusif enfin adopté et signé à Kinshasa

01/01/2017 par :

Sous l’égide des évêques catholiques, les pourparlers directs entre les signataires de l’accord du (...)

logo article

OPINION : L’AFFAIRE DJIBRILL BASSOLE, UN CAS D’ACHARNEMENT JUDICIAIRE

01/01/2017 par :

Il est devenu difficile pour tout esprit bien pensant de rester insensible au traitement (...)

logo article

Cemac : les chefs d’État ouvrent la porte à des prêts du FMI mais écartent une dévaluation

23/12/2016 par :

Pris dans une croissance atone, les chefs d’État de la Communauté économique et monétaire des États (...)

logo article

Yves Aubin de La Messuzière : « Le malheur arabe se nourrit de conflits qui n’en finissent pas »

18/12/2016 par :

Observateur avisé du Maghreb et du Moyen-Orient depuis quarante ans, l’ex-ambassadeur français (...)

logo article

Du Nigeria à l’Espagne en passant par le Maroc, un projet de gazoduc offshore pharaonique

18/12/2016 par :

Rabat et Abuja vont construire un gazoduc géant qui longera toute la côte ouest-africaine. Un (...)

logo article

Présidentielle au Ghana : Nana Akufo-Addo proclamé vainqueur face au sortant John Mahama

09/12/2016 par :

Le chef de l’opposition ghanéenne Nana Akufo-Addo a remporté l’élection présidentielle avec plus de (...)

DEPECHES

9 janvier 2017

Côte d’Ivoire : Guillaume Soro largement réélu président de l’Assemblée nationale

9 janvier 2017

Gambie : Yahya Jammeh limoge 12 ambassadeurs ayant réclamé son départ

1er janvier 2017

Turquie : au moins 35 morts dans "l’attaque terroriste" contre la discothèque d’Istanbul

20 décembre 2016

TURQUIE : Le Ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’Extérieur, au nom du gouvernement du Sénégal, condamne avec force le lâche assassinat de l’ambassadeur de la Russie à Ankara, Monsieur Andreï Karlov, ce lundi 19 décembre 2016. Il s’agit là d’un acte terroriste. Le gouvernement du Sénégal présente ses condoléances et sa sympathie au gouvernement russe et réaffirme son engagement à renforcer la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent sous toutes leurs formes et manifestations.

9 décembre 2016

Ghana : le président Mahama reconnaît sa défaite auprès du chef de l’opposition Akufo-Addo

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES