Hollande, Obama, Xi, Poutine... ce qu’ont dit les chefs d’État à la COP21

Plus de 150 chefs d’État et de gouvernement réunis au Bourget, près de Paris, ont donné le coup d’envoi de la COP21 en soulignant l’urgence de trouver un accord pour contrer le réchauffement climatique. Retour sur les principales déclarations.

C’est dans un parc des expositions du Bourget, au nord de Paris, transformé en forteresse en raison des attentats du 13 novembre que plus de 150 chefs d’État et de gouvernement ont donné le coup d’envoi, lundi 30 novembre, de la 21e conférence climatique de l’ONU (COP21). Pour ce sommet hors normes qui se tiendra jusqu’au 11 décembre, l’objectif est "d’aboutir à un accord universel contre un réchauffement planétaire qui risque de mener à la destruction de la planète".

Dès 10 heures (heure de Paris), les dirigeants du monde entier se sont succédé à la tribune de la COP21 pour souligner l’urgence de répondre à ce défi majeur posé à l’avenir de la planète. "Nous devons [à nos enfants] une planète préservée des catastrophes", a ainsi insisté le président français, François Hollande, soulignant que la COP21 est "un immense espoir que nous n’avons pas le droit de décevoir". Et d’ajouter : "Les bons sentiments, les déclarations d’intention ne suffiront pas. Nous sommes au bord d’un point de rupture".

Le chef de l’État hôte du sommet a ensuite présenté les trois conditions qui, selon lui, permettront de faire de la COP21 un succès : tracer une trajectoire crédible permettant de contenir le réchauffement climatique "en dessous des 2°C ou même 1,5 si c’est possible" ; apporter "au défi climatique une réponse solidaire, aucun territoire ne doit pouvoir être laissé seul face au dérèglement climatique" et faire en sorte "que toutes nos sociétés, dans leur grande pluralité, diversité, se mettent en mouvement".

"Une mission dont l’ensemble de l’humanité doit se saisir"

De leur côté, les présidents américain et chinois, dont les pays sont les deux plus gros pollueurs de la planète, ont indiqué qu’il était de leur "responsabilité d’agir", "Les États-Unis reconnaissent leur rôle dans la genèse du problème" du réchauffement climatique et "assument leur responsabilité pour le régler", a déclaré Barack Obama. "Nous sommes en mesure de changer l’avenir ici et maintenant, mais ce ne sera possible que si nous sommes à la hauteur des enjeux […] Nous avons prouvé qu’une croissance économique forte et un environnement plus sain n’étaient pas forcément en conflit."

"Lutter contre le changement climatique, c’est une mission dont l’ensemble de l’humanité doit se saisir", a pour sa part fait savoir le dirigeant chinois, Xi Jinping. Les pays développés doivent "être à la hauteur de leurs engagements" en parvenant d’ici à 2020 à mobiliser 100 milliards de dollars par an pour financer des projets climat dans les pays du Sud, a-t-il pousuivi, tout en appelant les pays riches à "apporter un appui financier accru" au-delà de 2020 aux pays en voie de développement pour les aider à lutter contre le réchauffement climatique.

Arrivé peu après l’ouverture du sommet, Vladimir Poutine s’est dit "favorable à ce que l’on trouve un accord où on limite l’augmentation du réchauffement climatique à 2°C" et a plaidé pour "un accord global, efficace et surtout équilibré et égalitaire". "Nous pouvons accorder toute l’attention à notre croissance économique tout en nous préoccupant du sort de la nature", a ajouté le président russe.

Peu avant, la chancelière allemande, Angela Merkel, a elle aussi exhorté ses pairs à trouver un accord. "À Paris, nous devons tenir les promesses que nous avions faites à Copenhague et nous devons obtenir des résultats concrets d’ici 2020, à savoir le déblocage de 100 milliards de dollars annuellement".

"Les dégâts passés" dus au changement climatique "sont une responsabilité qui nous incombe", a-t-elle souligné. La conférence de Paris est "une occasion de faire de nos belles théories une réalité en réduisant les températures et en évitant qu’elles dépassent 2°C", a-t-elle ajouté. Avant de préciser : "Nous savons que les petits États insulaires risquent de dire ‘ça ne suffit pas’".

Avant la tenue de la COP21, 184 pays sur 195 avaient publié des plans de réduction de leurs émissions, une participation inespérée qui place cependant encore le monde sur une trajectoire de + 3°C. Les négociations s’annoncent ardues car tous les pays ont leur propre "ligne rouge", qu’ils ne voudront pas franchir.

Les pays développés doivent "assumer plus de responsabilités" que les pays en voie de développement et ceux-ci doivent être "autorisés à se développer", a ainsi prévenu dans une tribune du "Financial Times" le Premier ministre indien, Narendra Modi, dont l’intervention à la tribune est l’une des plus attendues.

Le confilt syrien s’invite à la COP21

Cette journée devrait aussi être rythmée par de nombreuses rencontres bilatérales qui vont au-delà de la question du climat. Sur fond de conflit syrien, le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a dit vouloir rencontrer Vladimir Poutine, après que l’aviation turque a abattu mardi un bombardier russe. Une invitation que le chef de l’État russe a décliné, a indiqué le Kremlin.

Barack Obama a quant à lui rencontré Vladimir Poutine et devait également s’entretenir avec Xi Jinping et Narendra Modi, tandis que François Hollande devait rencontrer les présidents palestinien Mahmoud Abbas et égyptien Abdel Fattah al-Sissi.

En raison de la présence à Paris de la plupart des dirigeants du monde entier, la capitale française est surveillée par 6 300 membres des forces de l’ordre et soumise à des restrictions de circulation. Le rassemblement de 152 chefs d’État et de gouvernement en un même lieu, le même jour, est d’autant plus exceptionnel qu’il intervient après les attentats du 13 novembre à Paris, auxquels les orateurs ont pratiquement tous fait référence.

Avant de prendre l’un après l’autre la parole, ils ont observé une minute de silence à la mémoire des 130 personnes tuées lors de ces attentats. "Ces événements tragiques nous affligent mais en même temps nous obligent, a affirmé François Hollande. Je n’oppose pas la lutte contre le terrorisme à la lutte contre le réchauffement climatique. Ce sont deux grands défis mondiaux que nous devons relever." FRANCE 24




AFRIQUE-MONDE

logo article

SECURITE : L’armée libyenne reprend la ville de Syrte à l’EI

05/12/2016 par :

Le gouvernement d’union nationale a annoncé lundi la reprise totale de la ville de Syrte. (...)

logo article

Mali : les partisans de Sanogo venus en masse au premier jour de son procès

01/12/2016 par :

Les partisans d’Amadou Haya Sanogo ont pris leurs quartiers à Sikasso, où a débuté mercredi le (...)

logo article

De Rabat à Madagascar, comment Mohammed VI étend l’influence du Maroc sur tout le continent africain

29/11/2016 par :

Rwanda, Tanzanie, Sénégal, Éthiopie, Madagascar, et bientôt Nigeria et Zambie. Jamais Mohammed VI (...)

logo article

Burundi : le conseiller du président Nkurunziza, Willy Nyamitwe, aurait échappé à une tentative d’assassinat

29/11/2016 par :

Willy Nyamitwe, conseiller en communication du président burundais Pierre Nkurunziza aurait été (...)

logo article

Sommet de Madagascar : l’Arabie saoudite devra patienter avant d’adhérer à la Francophonie

26/11/2016 par :

Malgré le plaidoyer de certains chefs d’États africains en faveur d’une adhésion de l’Arabie (...)

logo article

AFRIQUE : Les 5 questions que vous vous posez sur le sommet de la francophonie à Madagascar

25/11/2016 par :

Une trentaine de chefs d’État et de gouvernement sont attendus à Antananarivo pour le XVIe sommet (...)

logo article

RDC – Interview exclusive de Matata Ponyo : « J’ai navigué dans des eaux infestées de crocodiles »

22/11/2016 par :

Le Premier ministre congolais sortant s’est confié en exclusivité à Jeune Afrique au sujet de ses (...)

logo article

OPINION : Pour une négociation politique tous azimuts au Burkina Faso

22/11/2016 par :

Affirmer qu’il règne une tension politique dans notre pays qui est à l’image de celle qui oppose le (...)

logo article

Pierre-Claver Mbonimpa : « Les présidents africains ont la même maladie »

20/11/2016 par :

De passage à Paris où il a été invité par Human Rights Watch pour recevoir le prix Alison Des Forges (...)

logo article

Maroc – UA : Mohammed VI sollicite l’intervention d’Idriss Déby Itno et reporte sa visite en Éthiopie

16/11/2016 par :

Le roi du Maroc a demandé au président tchadien ce lundi d’intervenir auprès de la présidente de la (...)

logo article

États-Unis : Trump promet d’expulser jusqu’à 3 millions d’immigrés clandestins

13/11/2016 par :

Le nouveau président élu des États-Unis Donald Trump a promis d’expulser jusqu’à 3 millions (...)

DEPECHES

5 décembre 2016

GAMBIE : En Gambie, l’opposant Ousseynou Darboe sera bientôt libre. Son procès en appel a pris une dimension particulière après la victoire inattendue d’Adama Barrow à la présidentielle. Le leader du Parti démocratique unifié était l’un des principaux opposants au régime de Yahya Jammeh. Il avait été condamné en juillet à trois ans de détention, notamment pour manifestation illégale et son procès en appel s’est ouvert ce lundi. Les juges de la cour d’appel viennent d’annoncer sa remise en liberté provisoire

29 novembre 2016

URGENT : Un avion qui transportait une équipe de football brésilienne s’est écrasé près de la ville colombienne de Medellin. La police colombiennes annonce 76 morts

29 novembre 2016

HAITI : Jovenel Moïse a été déclaré vainqueur de la présidentielle haïtienne dès le premier tour, selon les résultats préliminaires annoncés ce mardi 29 novembre par le Conseil électoral provisoire (CEP). Le nouveau président a appelé les Haïtiens à s’unir pour relever le pays.

11 novembre 2016

DEPECHE/USA : Des milliers de personnes, pour la plupart des jeunes, ont à nouveau défilé dans la nuit de jeudi à vendredi dans les grandes villes américaines aux cris de « Pas mon président ! ». Des rassemblements parfois émaillés de violences comme à Portland. Trump accuse les média

7 novembre 2016

DEPECHE : Monsieur Macky SALL, Président de la République, et Sa Majesté Mohammed VI Roi du Maroc présideront la signature d’un Protocole d’accord pour la création d’un Centre de Formation dédié à l’Entreprenariat, ce mardi 08 novembre 2016 à 13 heures au Palais de la République. Après cette cérémonie, les deux Chefs d’Etat sont attendus à l’Hôpital Principal de Dakar pour procéder à la remise solennelle de médicaments offerts par la Fondation Mohammed V pour la Solidarité au Ministère de la Santé. Sa Majesté Mohammed VI, Roi du Maroc visitera, à cette occasion, le Pavillon Boufflers (Maladies infectieuses) ainsi que la Maternité de l’Hôpital. Son Excellence Monsieur Macky SALL, Président de la République souhaite la bienvenue et un agréable séjour au Sénégal à son illustre hôte.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES