Hollande, Déby, Issoufou : réactions face aux évènements au Burkina

Depuis la capitale du Niger, le président Mahamadou Issoufou et son homologue tchadien Idriss Déby ont appelé les putschistes burkinabè du RSP à déposer les armes, regagner leurs casernes et laisser la transition finir sa mission. Lundi, l’armée burkinabè a convergé vers la capitale pour obtenir cette reddition. Face à l’évolution de la situation, la présidence française se montre également plus pressante, alors que ce mardi, la Cédéao est censée étudier les modalités de sortie de crise présentées à Ouagadougou ce week-end.

Après un communiqué laconique jeudi dernier, appelant à la libération des personnalités retenues par les putschistes, ainsi qu’au retour de la transition, la présidence française a haussé le ton ce lundi 21 septembre en soirée. Dans un nouveau communiqué, l’Elysée indique que le chef de l’Etat François Hollande s’est entretenu au téléphone ce lundi avec Macky Sall, son homologue sénégalais qui a conduit la médiation avec les putschistes à Ouagadougou ce week-end.

Le président français remercie Macky Sall pour son « investissement personnel » et réitère sa condamnation la plus ferme du coup d’Etat. « François Hollande a indiqué que la France soutiendrait pleinement la Cédéao pour parvenir à des élections équitables et transparentes dans les meilleurs délais », peut-on lire dans le communiqué. Mais l’Elysée durcit également le ton, évoquant d’éventuelles sanctions « contre ceux qui s’opposeraient à la tenue d’élections régulières ».

Et le communiqué devient même menaçant lorsque l’Elysée appelle « les forces impliquées dans le putsch à déposer les armes et à rendre le pouvoir aux autorités légitimes, faute de quoi elles devraient en assumer toutes les conséquences ». La présidence rappelle que la France a d’ores et déjà suspendu sa coopération civile, financière et militaire avec le Burkina Faso « jusqu’à la reprise effective de la transition sous autorité civile ».

Idriss Déby et Mahamadou Issoufou s’expriment

Déposer les armes, tel est le message unanime envoyé depuis l’étranger aux putschistes du Régiment de sécurité présidentielle (RSP) lundi, alors que les chefs d’Etat de la Cédéao sont réunis en sommet extraordinaire à Abuja (Nigeria) ce mardi 22 septembre pour évoquer la crise. Depuis Niamey, les présidents tchadien et nigérien ont par exemple lancé un appel à l’unisson.

« Le Régiment de sécurité présidentielle, ce sont des soldats, mais ce sont aussi des enfants du Burkina, a souligné Idriss Déby. Je leur demanderais fraternellement de ne pas être à contre-courant en prenant en otage tout un peuple. Si ce sont des soldats, qu’ils déposent les armes et qu’ils regagnent les casernes ; qu’ils laissent la transition aboutir conformément au programme qui a été déjà établi sans qu’il y ait encore des interférences. »

« Nous sommes très préoccupés par l’évolution de la situation dans ce pays, confirme Mahamadou Issoufou. Le Niger est d’autant plus préoccupé que nous avons des menaces sur d’autres frontières. Nous avons la situation en Libye, nous avons également les menaces sur notre frontière avec le Mali. On vient de parler des menaces de Boko Haram du côté de notre frontière avec le Nigeria. Alors nous ne souhaitons pas qu’il y ait une quatrième frontière du Niger qui puisse entrainer encore notre zone dans l’insécurité. »

« Ce que nous voulons, ce que nous souhaitons, c’est que le peuple burkinabè soit entendu, soit écouté, insiste le président nigérien. Il n’y a pas de solution durable au Burkina en dehors des réponses aux aspirations du peuple burkinabè. Et je pense que c’est cela qui servira de boussole, c’est cela qui servira de fil conducteur à la Cédéao afin d’apporter une réponse à la crise qui sévit aujourd’hui dans le pays. »

La Cédéao dans une situation délicate

Ce mardi à Abuja, après avoir passé leur week-end à Ouagadougou, les présidents sénégalais et béninois Macky Sall et Thomas Boni Yayi devraient dresser une sorte d’état des lieux de la situation burkinabè à leurs homologues de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao), puis leur présenter la proposition d’accord qu’il ont soumise ce week-end au gouvernement de la transition, aux putschistes et à la société civile du Faso. Leur objectif étant de faire adopter ce projet par la voie du consensus.

Les réactions ont été plutôt mitigées jusqu’ici. A Ouagadougou, ce projet suscite l’indignation de la société civile et d’une partie de la population, qui rejette les propositions d’amnistie pour les putschistes et la participation de candidats du parti de Blaise Compaoré aux prochaines élections. A cela s’ajoute le scepticisme des parties directement concernées par cet accord, à l’image de Michel Kafando, président de la transition, qui s’est dit sur RFI « très réservé sur ce projet d’accord », expliquant que « tous les problèmes qui ont été abordés ne peuvent pas être résolus ».

En l’absence de ce dernier, qui se trouve à la résidence de France à Ouagadougou, les chefs d’Etat de la Cédéao devront donc débattre des points abordés dans ce texte. Les questions sensibles, telles l’avenir du RSP ou l’inclusion des partisans de l’ancien président Compaoré aux prochains scrutins, devraient faire l’objet de débats à huis clos, lors d’une session express prévue à cet effet, de 10h à 14h, heure locale. A l’image du président Issoufou, certains dirigeants ouest-africains semblent réservés sur cette démarche. « A travers l’amnistie des putschistes, ce texte risque de faire régner l’impunité », résume un expert. RFI




AFRIQUE-MONDE

logo article

Mali : les partisans de Sanogo venus en masse au premier jour de son procès

01/12/2016 par :

Les partisans d’Amadou Haya Sanogo ont pris leurs quartiers à Sikasso, où a débuté mercredi le (...)

logo article

De Rabat à Madagascar, comment Mohammed VI étend l’influence du Maroc sur tout le continent africain

29/11/2016 par :

Rwanda, Tanzanie, Sénégal, Éthiopie, Madagascar, et bientôt Nigeria et Zambie. Jamais Mohammed VI (...)

logo article

Burundi : le conseiller du président Nkurunziza, Willy Nyamitwe, aurait échappé à une tentative d’assassinat

29/11/2016 par :

Willy Nyamitwe, conseiller en communication du président burundais Pierre Nkurunziza aurait été (...)

logo article

Sommet de Madagascar : l’Arabie saoudite devra patienter avant d’adhérer à la Francophonie

26/11/2016 par :

Malgré le plaidoyer de certains chefs d’États africains en faveur d’une adhésion de l’Arabie (...)

logo article

AFRIQUE : Les 5 questions que vous vous posez sur le sommet de la francophonie à Madagascar

25/11/2016 par :

Une trentaine de chefs d’État et de gouvernement sont attendus à Antananarivo pour le XVIe sommet (...)

logo article

RDC – Interview exclusive de Matata Ponyo : « J’ai navigué dans des eaux infestées de crocodiles »

22/11/2016 par :

Le Premier ministre congolais sortant s’est confié en exclusivité à Jeune Afrique au sujet de ses (...)

logo article

OPINION : Pour une négociation politique tous azimuts au Burkina Faso

22/11/2016 par :

Affirmer qu’il règne une tension politique dans notre pays qui est à l’image de celle qui oppose le (...)

logo article

Pierre-Claver Mbonimpa : « Les présidents africains ont la même maladie »

20/11/2016 par :

De passage à Paris où il a été invité par Human Rights Watch pour recevoir le prix Alison Des Forges (...)

logo article

Maroc – UA : Mohammed VI sollicite l’intervention d’Idriss Déby Itno et reporte sa visite en Éthiopie

16/11/2016 par :

Le roi du Maroc a demandé au président tchadien ce lundi d’intervenir auprès de la présidente de la (...)

logo article

États-Unis : Trump promet d’expulser jusqu’à 3 millions d’immigrés clandestins

13/11/2016 par :

Le nouveau président élu des États-Unis Donald Trump a promis d’expulser jusqu’à 3 millions (...)

logo article

L’état d’urgence « devrait être prolongé jusqu’à l’élection présidentielle »

13/11/2016 par :

LE SCAN POLITIQUE/VIDÉO - Le premier ministre souhaite que les mesures d’exceptions restent en (...)

DEPECHES

29 novembre 2016

URGENT : Un avion qui transportait une équipe de football brésilienne s’est écrasé près de la ville colombienne de Medellin. La police colombiennes annonce 76 morts

29 novembre 2016

HAITI : Jovenel Moïse a été déclaré vainqueur de la présidentielle haïtienne dès le premier tour, selon les résultats préliminaires annoncés ce mardi 29 novembre par le Conseil électoral provisoire (CEP). Le nouveau président a appelé les Haïtiens à s’unir pour relever le pays.

11 novembre 2016

DEPECHE/USA : Des milliers de personnes, pour la plupart des jeunes, ont à nouveau défilé dans la nuit de jeudi à vendredi dans les grandes villes américaines aux cris de « Pas mon président ! ». Des rassemblements parfois émaillés de violences comme à Portland. Trump accuse les média

7 novembre 2016

DEPECHE : Monsieur Macky SALL, Président de la République, et Sa Majesté Mohammed VI Roi du Maroc présideront la signature d’un Protocole d’accord pour la création d’un Centre de Formation dédié à l’Entreprenariat, ce mardi 08 novembre 2016 à 13 heures au Palais de la République. Après cette cérémonie, les deux Chefs d’Etat sont attendus à l’Hôpital Principal de Dakar pour procéder à la remise solennelle de médicaments offerts par la Fondation Mohammed V pour la Solidarité au Ministère de la Santé. Sa Majesté Mohammed VI, Roi du Maroc visitera, à cette occasion, le Pavillon Boufflers (Maladies infectieuses) ainsi que la Maternité de l’Hôpital. Son Excellence Monsieur Macky SALL, Président de la République souhaite la bienvenue et un agréable séjour au Sénégal à son illustre hôte.

29 octobre 2016

ACTUALITE : Monsieur Gorgui Ndong, Spécialiste en Gestion des Ressources humaines, précédemment membre du Collège du Fonds de Développement du Service Universel des Télécommunications (FDSUT), est nommé Ministre délégué auprès du Ministre du Renouveau urbain, de l’Habitat et du Cadre de vie, chargé de la Restructuration et de la Requalification des banlieues, en remplacement de Madame Fatou Tambédou.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES