Guinée-Bissau : 14 députés du PAIGC exclus, le Premier ministre sur un siège éjectable

Quatorze députés du parti au pouvoir, le Parti africain pour l’indépendance de la Guinée-Bissau et du Cap-Vert (PAIGC), ont été exclus de leur formation politique jeudi 14 janvier.

Le 23 décembre dernier, ces 14 députés avaient voté contre la déclaration de politique générale du nouveau Premier ministre Carlos Correia, également vice-président du PAIGC. Conséquence, la motion de confiance sollicitée par le Premier ministre avait donc été rejetée (56 députés contre, 45 pour).

« Ils ont refusé d’obéir aux règles fixées par le PAIGC, le parti a donc décidé de les exclure », explique une source interne au parti, qui avance également que le PAIGC envisage de convoquer les suppléants de ces députés lors du prochain vote de l’Assemblée, prévu lundi 18 janvier.

Empêcher les députés de voter, une décision « inacceptable »

En mauvaise posture, Carlos Correia devrait en effet présenter une nouvelle feuille de route à l’Assemblée lundi prochain. Reste que face à la fronde des députés de son parti, l’issue du vote reste incertaine. « Nous serons à l’Assemblée », prévient Adja Satu Camara, vice-présidente du parti exclue du PAIGC. « La direction du PAIGC refuse la démocratie », déplore-t-elle.

Même son de cloche du côté de l’opposition. « S’ils empêchaient les 14 députés exclus d’aller voter, ce serait inacceptable », tonne Florentino Mendes Pereira, secrétaire général du Parti de la rénovation sociale (PRS), deuxième formation politique du pays. « Ce sont des députés de la nation, pas du PAIGC. Un député ne peut pas perdre son mandat pour cette raison, c’est contre la Constitution », poursuit Florentino Mendes, qui siège également à l’Assemblée.

Vers une nouvelle crise ?

L’issue du vote est donc très attendue. Car si les députés devaient une nouvelle fois refuser la confiance au Premier ministre, ce dernier devrait démissionner. « Le président José Mario Vaz devrait alors nommer un nouveau Premier ministre, mais selon les clarifications données cet été par la cour suprême, il devra consulter le parti majoritaire, le PAIGC », souligne Vincent Foucher, analyste à l’International Crisis Group.

Problème, les statuts du PAIGC sont très clairs : le poste de Premier ministre revient au chef du parti. Soit Domingos Simões Pereira, l’ancien Premier ministre destitué cet été par José Mario Vaz. Un scénario qui provoquerait donc un nouveau blocage à la tête de l’État. JEUNE AFRIQUE




AFRIQUE-MONDE

logo article

À compter du 19 janvier, Yahya Jammeh ne sera plus reconnu par l’UA comme président légitime de la Gambie

13/01/2017 par :

Le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine a indiqué vendredi qu’à partir du 19 janvier (...)

logo article

Côte d’Ivoire : après le mouvement d’humeur des militaires, des têtes tombent au sein des forces de défense

09/01/2017 par :

Trois jours après le mouvement de contestation au sein de l’armée, le chef d’état-major de l’armée, (...)

logo article

Côte d’Ivoire : Daniel Kablan Duncan a remis la démission de son gouvernement à Alassane Ouattara

09/01/2017 par :

Le Premier ministre Daniel Kablan Duncan a présenté la démission de son gouvernement au président (...)

logo article

Côte d’Ivoire : mouvement d’humeur d’hommes en armes à Bouaké, Daloa et Korhogo

06/01/2017 par :

Des tirs ont été entendus dans la nuit de jeudi à vendredi à Bouaké. Ce vendredi, des hommes en (...)

logo article

Bien mal acquis : le procès de Teodorín Obiang est reporté

04/01/2017 par :

Le procès du fils du président de Guinée équatoriale, soupçonné de s’être frauduleusement bâti un (...)

logo article

RD Congo : l’accord politique global et inclusif enfin adopté et signé à Kinshasa

01/01/2017 par :

Sous l’égide des évêques catholiques, les pourparlers directs entre les signataires de l’accord du (...)

logo article

OPINION : L’AFFAIRE DJIBRILL BASSOLE, UN CAS D’ACHARNEMENT JUDICIAIRE

01/01/2017 par :

Il est devenu difficile pour tout esprit bien pensant de rester insensible au traitement (...)

logo article

Cemac : les chefs d’État ouvrent la porte à des prêts du FMI mais écartent une dévaluation

23/12/2016 par :

Pris dans une croissance atone, les chefs d’État de la Communauté économique et monétaire des États (...)

logo article

Yves Aubin de La Messuzière : « Le malheur arabe se nourrit de conflits qui n’en finissent pas »

18/12/2016 par :

Observateur avisé du Maghreb et du Moyen-Orient depuis quarante ans, l’ex-ambassadeur français (...)

logo article

Du Nigeria à l’Espagne en passant par le Maroc, un projet de gazoduc offshore pharaonique

18/12/2016 par :

Rabat et Abuja vont construire un gazoduc géant qui longera toute la côte ouest-africaine. Un (...)

logo article

Présidentielle au Ghana : Nana Akufo-Addo proclamé vainqueur face au sortant John Mahama

09/12/2016 par :

Le chef de l’opposition ghanéenne Nana Akufo-Addo a remporté l’élection présidentielle avec plus de (...)

DEPECHES

9 janvier 2017

Côte d’Ivoire : Guillaume Soro largement réélu président de l’Assemblée nationale

9 janvier 2017

Gambie : Yahya Jammeh limoge 12 ambassadeurs ayant réclamé son départ

1er janvier 2017

Turquie : au moins 35 morts dans "l’attaque terroriste" contre la discothèque d’Istanbul

20 décembre 2016

TURQUIE : Le Ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’Extérieur, au nom du gouvernement du Sénégal, condamne avec force le lâche assassinat de l’ambassadeur de la Russie à Ankara, Monsieur Andreï Karlov, ce lundi 19 décembre 2016. Il s’agit là d’un acte terroriste. Le gouvernement du Sénégal présente ses condoléances et sa sympathie au gouvernement russe et réaffirme son engagement à renforcer la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent sous toutes leurs formes et manifestations.

9 décembre 2016

Ghana : le président Mahama reconnaît sa défaite auprès du chef de l’opposition Akufo-Addo

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES