Génocide des Tutsis au Rwanda : des militaires français réfutent des accusations « invraisemblables »

Des officiers de l’armée française, dont le chef de l’opération Turquoise au Rwanda en 1994, ont réfuté les accusations "invraisemblables" et "monstrueuses" de complicité de génocide portées par des associations parties civiles dans une enquête menée à Paris.

Lancée le 22 juin sous mandat de l’ONU, l’opération Turquoise « a protégé des centaines de milliers de personnes » et sauvé « des dizaines de milliers de vies tutsies », répondent mercredi 2 décembre Jacques Rosier, qui commandait les forces spéciales, et Marin Gillier, en charge d’un commando de fusiliers marins, dans un communiqué. La Fédération internationale et la Ligue des droits de l’homme (FIDH et LDH) et l’association Survie ont demandé le 24 novembre leur mise en en examen pour complicité de génocide.

« Nous avons toujours exprimé notre volonté de témoigner » dans l’enquête « pour mettre enfin un terme à des accusations aussi invraisemblables que monstrueuses de ‘complicité de génocide’ », ajoutent-ils dans un texte également signé par l’ancien chef de Turquoise, le général Jean-Claude Lafourcade.

Les militaires dénoncent « la reconstruction mensongère des faits, la dénaturation des pièces de la procédure pénale et l’articulation fallacieuse des témoignages contenus dans ces articles de presse ». « Nous réaffirmons notre fierté de ce que nous avons accompli au Rwanda lors de cette brève opération, alors que la France s’est trouvée seule à s’engager réellement pour mettre fin au génocide », ajoutent-ils.

Témoignages accablants

Révélés mardi 1er décembre par France Info et Mediapart, des documents déclassifiés et autres témoignages, recueillis par les magistrats parisiens en charge, depuis février 2005, d’une information judiciaire contre X pour « complicité de génocide » visant l’armée française, s’avèrent en effet accablants pour l’état-major de l’opération Turquoise.

Contrairement à la version officielle jusque-là défendue par les officiers français impliqués, ils établissent en effet que ces derniers se sont sciemment abstenus de se porter au secours de plusieurs centaines de rescapés tutsis pourchassés, sur les collines de Bisesero, par les miliciens et militaires hutus auteurs du génocide.

Massacre de Bisesero

Les juges français disposent du témoignage du lieutenant-colonel Jean-Rémy Duval, qui a assuré avoir effectué une reconnaissance le 27 avec une douzaine d’hommes puis avoir relayé ses craintes, à son retour à la base, par téléphone puis par fax. Il dit avoir rendu compte à son supérieur Jacques Rosier, qui nie.

Mais ce dernier a été confronté lors d’une audition chez le juge à une vidéo du 28 juin 1994 où un sous-officier lui fait état de blessés découverts « ‘hier dans le patelin’, dont certains avaient la chair qui pendait ». En outre, plusieurs documents à la procédure attestent que l’information sur Bisesero a circulé avant le 30 juin au sein de l’armée. JEUNE AFRIQUE




AFRIQUE-MONDE

logo article

En intégrant le Maroc, la CEDEAO deviendrait la 16e puissance mondiale devant la Turquie

26/02/2017 par :

(Agence Ecofin) - Le Maroc a présenté à Ellen Johnson Sirleaf, présidente en exercice de la CEDEAO, (...)

logo article

Infographie : comment se porte le commerce des armes en Afrique ?

21/02/2017 par :

Selon les données du Stockholm International Peace Research Institute (Sipri) portant sur ces (...)

logo article

Bénin : l’Etat récupère ses hôtels

21/02/2017 par :

Le gouvernement béninois a prononcé ce mercredi 16 février, la résolution des conventions de (...)

logo article

AFRIQUE : Le Président de l’Assemblée des Etats Parties se félicite de la décision de la Gambie de ne pas se retirer du Statut de Rome de la CPI

17/02/2017 par :

PAPA MEO DIOUF : Le 10 novembre 2016, la République islamique de Gambie a notifié sa décision de (...)

logo article

Tchad : Comment a été créée la garde présidentielle

15/02/2017 par :

Les exercices sont répétés en conditions réelles à N’Djamena. "L’entraînement est gourmand en (...)

logo article

Mali : l’opération Barkhane annonce avoir déjoué un projet d’attentat à Kidal

15/02/2017 par :

Informée par la population d’une attaque terroriste en préparation à Kidal, une trentaine de (...)

logo article

Sortie du Franc CFA : pour les panafricains, une autre monnaie est possible

13/02/2017 par :

PAR PAPA MEO DIOUF : Dakar, le 13 février 2017 - La nouvelle journée de mobilisation du Front (...)

logo article

RAPPORT : UN DÉPUTÉ FRANÇAIS ÉVOQUE LA "MALADIE" DU ROI DU MAROC, MOHAMMED VI

11/02/2017 par :

A l’occasion de la remise d’un rapport sur les relations entre l’Europe et le Maghreb, Jean (...)

logo article

Félix Tshisekedi : « Mon père appartient au patrimoine national de la RD Congo »

10/02/2017 par :

La mêlée politique congolaise ne connait pas de trêve. Depuis le décès d’Étienne Tshisekedi, et (...)

logo article

Exclusif – Présidence Commission africaine : Toute la vérité sur l’échec cuisant des adversaires du Tchadien, Moussa Faki Mahamat ?

08/02/2017 par :

Après plusieurs mois de campagne intense, les candidats au prestigieux poste de Président de la (...)

logo article

AFRIQUE : LE SPECTRE DE LA GUERRE PLANE DE NOUVEAU SUR LE MAGHREB

06/02/2017 par :

Après le sérieux revers qu’il vient d’essuyer suite à la validation du retour du Maroc au sein de (...)

DEPECHES

21 février 2017

FRANCE : Le siège du Front national à Nanterre a été perquisitionné, lundi, pour la seconde fois dans le cadre de l’affaire des soupçons d’emplois fictifs d’assistants au Parlement européen, a annoncé le FN, dénonçant "une opération médiatique".

21 février 2017

USA : Donald Trump a annoncé, lundi, la nomination du général H.R. McMaster comme nouveau conseiller à la sécurité nationale, en remplacement de Michael Flynn, au terme d’une difficile recherche qui a tenu Washington en haleine.

30 janvier 2017

AFRIQUE : Le Maroc réintègre l’Union africaine (officiel)

30 janvier 2017

Sommet de l’UA : le Tchadien Moussa Faki Mahamat élu à la tête de la Commission de l’Union africaine Il succède donc à la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma.

27 janvier 2017

POLITIQUE : La Conférence des leaders de Mànkoo Wattu Senegaal s’est réunie ce jeudi 26 janvier 2017 à la Permanence Nelson Mandela du Grand Parti. Examinant la question relative à l’invitation du Ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda DIALLO à participer « aux discussions sur le processus électoral » prévues avec le Président de la République, vendredi 27 janvier 2017 « au Palais présidentiel », le FDS / Mankoo Wattu demande à ses membres de ne pas prendre part à cette rencontre. Dans ce cadre, le FDS/ Mankoo Wattu invite la presse nationale et internationale à un point de presse qu’il tiendra vendredi 27 janvier 2017 à 15h30mn au siège du Grand Parti.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES