FAUSSE AFFAIRE DE L’AVION PRESIDENTIEL GABONAIS : Aboubakar Takou présente ses excuses à Maixent Acrombessi

Le vrai courage est parfois de reconnaitre ses erreurs et de présenter publiquement ses excuses à ceux à qui on a fait du tort. Même si cet acte de contrition ne répare pas totalement le mal qui avait été fait ; il témoigne d’un sursaut moral digne d’éloge.
C’est pourquoi l’acte posé par le journaliste béninois Aboubakar Takou mérite d’être salué.
En effet il a présenté publiquement ses excuses à M. Maixent Acrombessi, directeur de cabinet du président Ali Bongo Ondimba et à tous les gabonais pour avoir écrit des articles diffamatoires sur la base de fausses informations qui ont semé doute et trouble dans les esprits ; il y a plus de trois ans maintenant. C’était dans le journal : « Le Béninois Libéré » des 14,15 et 16 Novembre 2011.
On pourrait dire que cette affaire est oubliée et qu’elle a été enfouie dans les poubelles de la petite histoire. C’est sans doute vrai ; mais comme le disait le tristement célèbre Goebbels : « calomniez, calomniez ; il en restera toujours quelque chose. » D’où l’importance de la décision de Aboubakar Takou d’édifier tout le monde et de soulager, par là-même, sa conscience.
Il se libère ainsi d’un poids très lourd qui rongeait comme un cancer son honneur d’homme. Et piétinait toutes les valeurs morales et la déontologie que son métier de journaliste met sur un piédestal, sur l’Olympe de la vertu.
La haute portée axiologique de la sortie médiatique de Aboubakar Takou est à souligner car de nombreux jeunes journalistes africains et autres tombent souvent dans la facilité et/ou dans des pièges pour salir des hommes et des femmes totalement innocents. Une fois le mal fait ; des séquelles terrifiantes parce que touchant à l’honorabilité vont perdurer et prolonger une douleur profonde et pernicieuse.
Il y a plus de trois ans, en Novembre 2011, les articles au vitriol de celui qui signait « Aboubakar Sidikou » avaient gravement accusé Maixent Acrombessi de « transporter toutes sortes de choses illicites » dans l’avion présidentiel gabonais alors en escale à l’aéroport de Cotonou. Il s’en était suivi un tollé général qui avait conduit au limogeage du commissaire Nazaire Hounoukpe de la police de l’air et des frontières.
Heureusement que tout rentra dans l’ordre en moins d’une semaine avec la dissipation de tout malentendu éventuel entre Cotonou et Libreville. Le commissaire Nazaire Hounoukpe fut réhabilité et nommé directeur adjoint de la police nationale du Bénin.
Toutefois d’aucuns pouvaient penser que tout cela s’était arrangé grâce à la « raison d’Etat ».Faute d’éclaircissement de la part de l’auteur des articles. Aujourd’hui le doute n’est plus permis : Aboubakar Takou a confessé et reconnu qu’il avait été l’objet d’une manipulation à laquelle il ne comprend toujours rien.
Au moins a-t-il soulagé sa conscience et dessiller les yeux des béninois et des gabonais, mais aussi de tous ceux qui avaient suivi cette affaire rocambolesque.
Pour Maixent Acrombessi c’est assurément une nouvelle qui le renforce dans son action rigoureuse et fidèle dans les fonctions qui lui sont confiées par le chef de l’Etat gabonais.
Jusqu’ici il a été la cible de calomnies multiples et elles ont toutes été mises à nu et identifiées comme telles c’est-à-dire des mensonges propagés par des jaloux et des aigris.
A cet égard la confession de Aboubacar Takou éclaire d’un jour nouveau le machiavélisme de ses adversaires embusqués dont les plans les plus diaboliques finissent toujours par être éventés. Parce que les fausses accusations seules peuvent rarement prospérer à long terme.
Le président Ali Bongo, homme d’Etat d’envergure dont l’expérience est avérée connait ses collaborateurs et accorde sa confiance en toute connaissance de cause.
Frustration et jalousie existeront tant qu’il y aura des hommes. Elles sont des forces destructrices qui échouent finalement sur le mur de la vérité et de la rigueur.
En soulageant sa conscience Aboubacar Takou réintègre la communauté des hommes vertueux et mérite d’être accueilli à bras ouverts.
Ce n’est pas un hasard si aux Etats-Unis d’Amérique le mensonge est un délit d’une gravité extrême qu’il peut entrainer la destitution du président de la république.
Mais dans ce pays aussi lorsque quelqu’un présente ses excuses et demande publiquement pardon ; il est toujours pardonné. « Tout le monde mérite une seconde chance » disent-ils.
Ils ont raison. Aboubacar Takou a mis du temps pour faire amende honorable.
Mieux vaut tard que jamais.




AFRIQUE-MONDE

logo article

AFRIQUE : Le Président de l’Assemblée des Etats Parties se félicite de la décision de la Gambie de ne pas se retirer du Statut de Rome de la CPI

17/02/2017 par :

PAPA MEO DIOUF : Le 10 novembre 2016, la République islamique de Gambie a notifié sa décision de (...)

logo article

Tchad : Comment a été créée la garde présidentielle

15/02/2017 par :

Les exercices sont répétés en conditions réelles à N’Djamena. "L’entraînement est gourmand en (...)

logo article

Mali : l’opération Barkhane annonce avoir déjoué un projet d’attentat à Kidal

15/02/2017 par :

Informée par la population d’une attaque terroriste en préparation à Kidal, une trentaine de (...)

logo article

Sortie du Franc CFA : pour les panafricains, une autre monnaie est possible

13/02/2017 par :

PAR PAPA MEO DIOUF : Dakar, le 13 février 2017 - La nouvelle journée de mobilisation du Front (...)

logo article

RAPPORT : UN DÉPUTÉ FRANÇAIS ÉVOQUE LA "MALADIE" DU ROI DU MAROC, MOHAMMED VI

11/02/2017 par :

A l’occasion de la remise d’un rapport sur les relations entre l’Europe et le Maghreb, Jean (...)

logo article

Félix Tshisekedi : « Mon père appartient au patrimoine national de la RD Congo »

10/02/2017 par :

La mêlée politique congolaise ne connait pas de trêve. Depuis le décès d’Étienne Tshisekedi, et (...)

logo article

Exclusif – Présidence Commission africaine : Toute la vérité sur l’échec cuisant des adversaires du Tchadien, Moussa Faki Mahamat ?

08/02/2017 par :

Après plusieurs mois de campagne intense, les candidats au prestigieux poste de Président de la (...)

logo article

AFRIQUE : LE SPECTRE DE LA GUERRE PLANE DE NOUVEAU SUR LE MAGHREB

06/02/2017 par :

Après le sérieux revers qu’il vient d’essuyer suite à la validation du retour du Maroc au sein de (...)

logo article

Idriss Déby Itno : « Au lieu de nous donner des leçons, l’Occident devrait écouter notre avis »

06/02/2017 par :

Chaos en Libye, enjeux sécuritaires autour du lac Tchad, crise pétrolière ou encore franc CFA. Le (...)

logo article

USA : Obama dénonce à son tour le décret Trump et encourage les manifestants

30/01/2017 par :

L’ex-président américain ne s’est pas exprimé depuis qu’il a quitté la Maison-Blanche il y a dix (...)

logo article

28e sommet de l’UA : le Guinéen Alpha Condé prend la présidence tournante

30/01/2017 par :

A Addis-Abeba, la cérémonie d’ouverture du 28e sommet de l’Union africaine a démarré. Les dossiers (...)

DEPECHES

30 janvier 2017

AFRIQUE : Le Maroc réintègre l’Union africaine (officiel)

30 janvier 2017

Sommet de l’UA : le Tchadien Moussa Faki Mahamat élu à la tête de la Commission de l’Union africaine Il succède donc à la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma.

27 janvier 2017

POLITIQUE : La Conférence des leaders de Mànkoo Wattu Senegaal s’est réunie ce jeudi 26 janvier 2017 à la Permanence Nelson Mandela du Grand Parti. Examinant la question relative à l’invitation du Ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda DIALLO à participer « aux discussions sur le processus électoral » prévues avec le Président de la République, vendredi 27 janvier 2017 « au Palais présidentiel », le FDS / Mankoo Wattu demande à ses membres de ne pas prendre part à cette rencontre. Dans ce cadre, le FDS/ Mankoo Wattu invite la presse nationale et internationale à un point de presse qu’il tiendra vendredi 27 janvier 2017 à 15h30mn au siège du Grand Parti.

20 janvier 2017

DEPECHE : Le président de la commission de la Cédéao Marcel Alain de Souza a déclaré lors d’une conférence de presse à Dakar qu’une dernière tentative de médiation avec Yahya Jammeh allait être menée ce vendredi 20 janvier par le président guinéen Alpha Condé. Le président a jusqu’à demain midi pour accepter de quitter le pouvoir, sans quoi les militaires ouest-africains feront usage de la force, a précisé Marcel Alain de Souza. En attendant, l’intervention militaire ouest-africaine est suspendue.

19 janvier 2017

AFRIQUE : La cérémonie d’investiture du président gambien, élu à l’issue du scrutin présidentiel du 1er décembre, Adama Barrow, aura lieu jeudi 19 janvier, à 16h GMT, selon les déclarations du porte-parole du président élu recueillies par l’AFP.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES