Exclusif : le chef d’état-major des armées veut "éviter tout affrontement

Sur France 24, le chef d’état-major des armées du Burkina Faso, le général Pingrenoma Zagre, a affirmé mardi vouloir "éviter tout affrontement". La Cédéao a appelé les putschistes du RSP à "déposer les armes".

Le chef d’état-major des armées du Burkina Faso, le général Pingrenoma Zagre, a lancé, mardi 22 septembre sur l’antenne de France 24, un message apaisant à l’endroit du Régiment de sécurité présidentielle (RSP), auteur du coup d’État du 17 septembre.

"Les éléments de l’armée n’ont jamais décidé d’attaquer qui que ce soit. C’est dans ces dispositions que nous sommes pour éviter tout affrontement, car ce serait stupide et ridicule d’en arriver là", a déclaré l’officier, précisant être en contact avec le chef des putschistes, le général Gilbert Diendéré.

"Chacun est bien disposé [...] Nous poursuivons les concertations et nous devons parvenir à une situation qui préserve les intérêts du Burkina Faso, l’unité et la cohésion nationales", a poursuivi le général Zagre, se disant "optimiste" sur une sortie de crise.

"L’armée est une famille, et dans une famille il n’y a pas lieu de s’affronter", a encore ajouté le général Zagre. "Nous voulons les rassurer qu’aucune hostilité n’est nourrie à leur encontre, et il faut que nous travaillions tous ensemble sous l’autorité du chef d’état-major des armées, afin de donner l’image d’une armée républicaine, qui sert la nation, et qui rassure la population", a-t-il déclaré.

Mardi dans la soirée, l’armée loyaliste a cependant sensiblement haussé le ton. Dans un communiqué, les "chefs de corps de l’armée" ont affirmé qu’ils avaient les "moyens" d’attaquer les putschistes. "Les forces armées nationales qui sont arrivées depuis hier à Ouagadougou auraient pu dès leur entrée dans la ville attaquer le Régiment de sécurité présidentielle et elles en avaient les capacités et les moyens", est-il écrit.

Arrivée dans la nuit de lundi à mardi dans la capitale burkinabè, l’armée loyaliste a gagné des casernes et demandé aux putschistes du RSP, dirigé par le général Diendéré, de déposer les armes. Celui-ci a d’abord refusé de désarmer, s’en remettant aux conclusions de la médiation des chefs d’État et de gouvernement de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cédéao), réunis en sommet extraordinaire au Nigeria.

Dans ce contexte d’extrême tension, l’organisation des États d’Afrique de l’Ouest "a appelé la garde présidentielle à déposer les armes et demandé aux autres unités de l’armée de ne pas faire usage de la force pour éviter des pertes en vies humaines", a déclaré son président Kadré Désiré Ouédraogo, à l’issue de la réunion. Une nouvelle médiation de chefs d’État a été envoyée mardi soir dans la capitale burkinabè pour "rétablir" dans ses fonctions le président Michel Kafando, renversé par le coup d’État militaire du 17 septembre.

Diendéré n’écarte pas la possibilité de se défendre

Auparavant, le général Diendéré s’était dit prêt à négocier et avait évoqué des "échanges très fructueux" avec les loyalistes, sans écarter toutefois la possibilité de se défendre. "Nous n’avons pas envie de nous battre mais nous nous défendrons éventuellement", a déclaré Diendéré mardi, au cours d’une conférence de presse.

Sur France 24, le chef putschiste, ancien bras droit de l’ex-président Blaise Comparé, renversé après 27 ans de pouvoir en octobre 2014, a également insisté sur la médiation de la Cédéao. Dans la soirée, l’organisation a appelé les putschistes à désarmer et l’armée à ne pas engager de combats.

Le projet d’accord de sortie de crise de la Cédéao prévoit notamment la restauration des autorités de transition au Burkina mais aussi l’amnistie des putschistes et la réintégration des partisans du président déchu Blaise Compaoré dans la compétition électorale en vue des élections présidentielle et législatives.

Ce projet d’accord a suscité la colère de la société civile qui accepte mal l’amnistie des putschistes proposée par la médiation.

Les violences qui ont accompagné le coup d’État militaire commis le 17 septembre au Burkina Faso ont fait au moins 10 morts et 113 blessés, selon une source hospitalière. FRANCE 24




AFRIQUE-MONDE

logo article

À compter du 19 janvier, Yahya Jammeh ne sera plus reconnu par l’UA comme président légitime de la Gambie

13/01/2017 par :

Le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine a indiqué vendredi qu’à partir du 19 janvier (...)

logo article

Côte d’Ivoire : après le mouvement d’humeur des militaires, des têtes tombent au sein des forces de défense

09/01/2017 par :

Trois jours après le mouvement de contestation au sein de l’armée, le chef d’état-major de l’armée, (...)

logo article

Côte d’Ivoire : Daniel Kablan Duncan a remis la démission de son gouvernement à Alassane Ouattara

09/01/2017 par :

Le Premier ministre Daniel Kablan Duncan a présenté la démission de son gouvernement au président (...)

logo article

Côte d’Ivoire : mouvement d’humeur d’hommes en armes à Bouaké, Daloa et Korhogo

06/01/2017 par :

Des tirs ont été entendus dans la nuit de jeudi à vendredi à Bouaké. Ce vendredi, des hommes en (...)

logo article

Bien mal acquis : le procès de Teodorín Obiang est reporté

04/01/2017 par :

Le procès du fils du président de Guinée équatoriale, soupçonné de s’être frauduleusement bâti un (...)

logo article

RD Congo : l’accord politique global et inclusif enfin adopté et signé à Kinshasa

01/01/2017 par :

Sous l’égide des évêques catholiques, les pourparlers directs entre les signataires de l’accord du (...)

logo article

OPINION : L’AFFAIRE DJIBRILL BASSOLE, UN CAS D’ACHARNEMENT JUDICIAIRE

01/01/2017 par :

Il est devenu difficile pour tout esprit bien pensant de rester insensible au traitement (...)

logo article

Cemac : les chefs d’État ouvrent la porte à des prêts du FMI mais écartent une dévaluation

23/12/2016 par :

Pris dans une croissance atone, les chefs d’État de la Communauté économique et monétaire des États (...)

logo article

Yves Aubin de La Messuzière : « Le malheur arabe se nourrit de conflits qui n’en finissent pas »

18/12/2016 par :

Observateur avisé du Maghreb et du Moyen-Orient depuis quarante ans, l’ex-ambassadeur français (...)

logo article

Du Nigeria à l’Espagne en passant par le Maroc, un projet de gazoduc offshore pharaonique

18/12/2016 par :

Rabat et Abuja vont construire un gazoduc géant qui longera toute la côte ouest-africaine. Un (...)

logo article

Présidentielle au Ghana : Nana Akufo-Addo proclamé vainqueur face au sortant John Mahama

09/12/2016 par :

Le chef de l’opposition ghanéenne Nana Akufo-Addo a remporté l’élection présidentielle avec plus de (...)

DEPECHES

9 janvier 2017

Côte d’Ivoire : Guillaume Soro largement réélu président de l’Assemblée nationale

9 janvier 2017

Gambie : Yahya Jammeh limoge 12 ambassadeurs ayant réclamé son départ

1er janvier 2017

Turquie : au moins 35 morts dans "l’attaque terroriste" contre la discothèque d’Istanbul

20 décembre 2016

TURQUIE : Le Ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’Extérieur, au nom du gouvernement du Sénégal, condamne avec force le lâche assassinat de l’ambassadeur de la Russie à Ankara, Monsieur Andreï Karlov, ce lundi 19 décembre 2016. Il s’agit là d’un acte terroriste. Le gouvernement du Sénégal présente ses condoléances et sa sympathie au gouvernement russe et réaffirme son engagement à renforcer la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent sous toutes leurs formes et manifestations.

9 décembre 2016

Ghana : le président Mahama reconnaît sa défaite auprès du chef de l’opposition Akufo-Addo

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES