Ex Détenus de Guantanamo au Sénégal : Décryptage

Le Sénégal va accueillir deux ex détenus présumés terroristes de Guantanamo. Il s’agit de Omar Khalifa Mohammad Abu Bakr,et Salem Abdul Salem Ghereby .Eu égard aux interrogations et craintes légitimes des uns et des autres, il est utile de visiter leur parcours terroriste , le contexte de leur arrestation et de se faire une idée des conclusions de l’évaluation des services compétents Américains les concernant. Il faut aussi s’interroger sur le pourquoi de l’implication d’Amnesty International dans ce transfert et sur les risques que pose cette opération sur la sécurité nationale.
- Parcours terroriste d’Omar et Salem.
Les deux Libyens ont fait partie d’une organisation Islamique Libyenne affiliée à Al Qaeda dénommée Groupe Islamique Combattant Libyen dont l’objectif était de défaire Kadhafi en Lybie. Ils ont été formateurs, propagandistes et experts en maniement d’explosifs. Ils ont longtemps côtoyé le premier cercle d’Usama Ben Laden et D’Ayman Al Zawari et ont participé à beaucoup de camps d’entrainement d’Al Qaeda.
Omar a été arrêté par les forces de sécurité Pakistanaises en Mars 2002 lors d’un assaut contre une maison d’hôte supposée à l’époque liée à Al Qaeda dans la localité de Faisalabad. Quand a Salem il a été capturé par les mêmes forces Pakistanaises en Décembre 2001 avec un groupe de personnes supposées avoir fui les montagnes après la bataille de Tora-Bora.
- Contexte de leur arrestation
Les deux ont été arrêtés dans le cadre de la stratégie Américaine de lutte contre le terrorisme post 11 Septembre 2011 (sous Bush fils) appelée « Global War on Terror » GWOT en sigle, ou Guerre Globale contre le Terrorisme qui renvoyait a une guerre totale contre le terrorisme sans aucune prise en compte de la dimension juridique, humanitaire de la guerre et a fortiori des droits de l’homme avec comme conséquence toutes les dérives, tortures, sévices et maltraitance maintenant connues de tous. Les prisons de Guantanamo, d’Abu Graib et autres en sont des exemples plus qu’éloquents.
Cette stratégie du GWOT a été écartée par Obama dès son arrivée au pouvoir et remplacée par une autre dénommée « Overseas Contingengy Operations » OCO en sigle, ou Operations Extérieures d’Urgence, qui se veut moins totalitaire et plus respectueuse des droits de l’homme. C’est dans ce cadre qu’il faut situer la volonté de fermeture de Guantanamo par l’administration Obama et les transferts de ses prisonniers vers d’autres pays. A cet effet, une task force composée principalement de six administrations américaines différentes a été mise en place pour analyser et évaluer le degré de dangerosité des pensionnaires de Guantanamo sous l’égide du Ministre de la Justice ou Attorney General.

- Conclusions et recommandations de la task- force concernant Omar et Salem.
Si l’on en croit le « Long War Journal ‘ » et le « New York Times » du 4 avril 2016, pour Omar la task force a d’abord estimée en Janvier 2010 « qu’il était trop dangereux pour être transféré…… » avant d’évoluer dans son évaluation en Aout 2015 en déclarant que « sa détention n’était plus nécessaire comme protection contre une menace sécuritaire significative contre les Etats Unis » Plus loin dans le même document , la task force déclare prendre acte « du passé et des connexions terroristes » d’Omar , mais trouve que le « risque qu’il présente pourrait être mitigé par son état de santé significativement compromis , son adhérence a la discipline de la prison et son engagement pris avec sa famille de s’amender positivement »
En outre, la décision américaine de transférer Omar recommande aux autorités du pays qui le recevra de prêter une attention spéciale à la menace qu’Omar « peut poser en termes de propagande, recrutement et de formation pour les autres ».
En ce qui concerne Salem son transfert a été approuvé il y a déjà de cela six ans. Ce combattant djihadiste avéré est un expert formateur en explosifs qui a côtoyé le premier cercle de Ben Laden et a participé à plusieurs camps d’entrainement. Cette proximité avec les explosifs lui aurait couté un œil et quelques doigts. Il est jugé apparemment moins dangereux qu’Oumar.
Des deux, il y en donc au moins un dont la présence au Sénégal reste une menace pour la sécurité nationale selon les experts américains eux-mêmes. Malgré ce qui précède, le Sénégal a accepté de les recevoir sur son sol « pour des raisons humanitaires » avec la bénédiction des organisations de Droits de l’Homme.
Droits de l’Homme versus Sécurité nationale ?
En déclarant urbi et orbi que ces deux personnages ne présentent aucun danger, la vice –présidente d’Amnesty international Afrique de l’ouest n’est pas dans son rôle. L’intérêt des activistes des Droits de l’Homme pour opération ne se comprend que dans leur volonté manifeste et louable de mettre fin aux procédures d’exception et prisons américaines nées de la stratégie GWOT initiée et mise en œuvre par l’Administration Bush. Cette croisade avait fait long feu avec le trio, Rumsfeld, Cheney et C. Rice qui ont fait prévaloir la Sécurité Nationale US au détriment des droits de l’homme. On peut se poser la question de savoir si l’administration Obama fait mieux avec ce que d’aucuns appellent les « exécutions extra-judiciaires » commises avec l’utilisation de drones qui frappent et tuent (avec forcement des dommages collatéraux) des cibles identifiées ou profilées par des techniciens de la Sécurité et du Renseignement puis soumis à l’Exécutif pour validation.
Le Sénégal a adopté une démarche a contrario en acceptant au nom de ces mêmes droits de l’homme et « pour des raisons humanitaires » d’accueillir des personnes jugées toujours dangereuses par les services de sécurité Américains.
La décision est souveraine, et a été certainement bien étudiée, mais elle met sur la table la délicate problématique de l’équilibre à trouver entre la Sécurité Nationale et les Droits de l’Homme en matière de terrorisme.
On peut légitimement se demander si les gains diplomatiques et le confort psychologique que procure l’image d’un Sénégal bon Samaritain, respectueux des droits de l’homme, marque de fabrique de cette opération, valent notre sécurité à nous tous. La vigilance s’impose à nos services de sécurité pour la surveillance de ces hôtes assez spéciaux. Désengagés du terrorisme de façon coercitive ils le sont, mais cela ne veut pas dire pour autant qu’ils sont dé- radicalisés, d’où la nécessité de factoriser le risque de récidive dans la gestion de cette opération.


Mamadou Diouf. Diouf1@un.org.
Expert Conseiller en Sécurité / Nations Unies -RCA




AFRIQUE-MONDE

logo article

Infographie : comment se porte le commerce des armes en Afrique ?

21/02/2017 par :

Selon les données du Stockholm International Peace Research Institute (Sipri) portant sur ces (...)

logo article

Bénin : l’Etat récupère ses hôtels

21/02/2017 par :

Le gouvernement béninois a prononcé ce mercredi 16 février, la résolution des conventions de (...)

logo article

AFRIQUE : Le Président de l’Assemblée des Etats Parties se félicite de la décision de la Gambie de ne pas se retirer du Statut de Rome de la CPI

17/02/2017 par :

PAPA MEO DIOUF : Le 10 novembre 2016, la République islamique de Gambie a notifié sa décision de (...)

logo article

Tchad : Comment a été créée la garde présidentielle

15/02/2017 par :

Les exercices sont répétés en conditions réelles à N’Djamena. "L’entraînement est gourmand en (...)

logo article

Mali : l’opération Barkhane annonce avoir déjoué un projet d’attentat à Kidal

15/02/2017 par :

Informée par la population d’une attaque terroriste en préparation à Kidal, une trentaine de (...)

logo article

Sortie du Franc CFA : pour les panafricains, une autre monnaie est possible

13/02/2017 par :

PAR PAPA MEO DIOUF : Dakar, le 13 février 2017 - La nouvelle journée de mobilisation du Front (...)

logo article

RAPPORT : UN DÉPUTÉ FRANÇAIS ÉVOQUE LA "MALADIE" DU ROI DU MAROC, MOHAMMED VI

11/02/2017 par :

A l’occasion de la remise d’un rapport sur les relations entre l’Europe et le Maghreb, Jean (...)

logo article

Félix Tshisekedi : « Mon père appartient au patrimoine national de la RD Congo »

10/02/2017 par :

La mêlée politique congolaise ne connait pas de trêve. Depuis le décès d’Étienne Tshisekedi, et (...)

logo article

Exclusif – Présidence Commission africaine : Toute la vérité sur l’échec cuisant des adversaires du Tchadien, Moussa Faki Mahamat ?

08/02/2017 par :

Après plusieurs mois de campagne intense, les candidats au prestigieux poste de Président de la (...)

logo article

AFRIQUE : LE SPECTRE DE LA GUERRE PLANE DE NOUVEAU SUR LE MAGHREB

06/02/2017 par :

Après le sérieux revers qu’il vient d’essuyer suite à la validation du retour du Maroc au sein de (...)

logo article

Idriss Déby Itno : « Au lieu de nous donner des leçons, l’Occident devrait écouter notre avis »

06/02/2017 par :

Chaos en Libye, enjeux sécuritaires autour du lac Tchad, crise pétrolière ou encore franc CFA. Le (...)

DEPECHES

21 février 2017

FRANCE : Le siège du Front national à Nanterre a été perquisitionné, lundi, pour la seconde fois dans le cadre de l’affaire des soupçons d’emplois fictifs d’assistants au Parlement européen, a annoncé le FN, dénonçant "une opération médiatique".

21 février 2017

USA : Donald Trump a annoncé, lundi, la nomination du général H.R. McMaster comme nouveau conseiller à la sécurité nationale, en remplacement de Michael Flynn, au terme d’une difficile recherche qui a tenu Washington en haleine.

30 janvier 2017

AFRIQUE : Le Maroc réintègre l’Union africaine (officiel)

30 janvier 2017

Sommet de l’UA : le Tchadien Moussa Faki Mahamat élu à la tête de la Commission de l’Union africaine Il succède donc à la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma.

27 janvier 2017

POLITIQUE : La Conférence des leaders de Mànkoo Wattu Senegaal s’est réunie ce jeudi 26 janvier 2017 à la Permanence Nelson Mandela du Grand Parti. Examinant la question relative à l’invitation du Ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda DIALLO à participer « aux discussions sur le processus électoral » prévues avec le Président de la République, vendredi 27 janvier 2017 « au Palais présidentiel », le FDS / Mankoo Wattu demande à ses membres de ne pas prendre part à cette rencontre. Dans ce cadre, le FDS/ Mankoo Wattu invite la presse nationale et internationale à un point de presse qu’il tiendra vendredi 27 janvier 2017 à 15h30mn au siège du Grand Parti.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES