Esplanade des Mosquées : Israël convoque l’ambassadeur de France

Israël a convoqué lundi l’ambassadeur de France au ministère des Affaire étrangères. La veille, l’État hébreu n’avait pas apprécié la proposition de Paris d’une présence internationale sur le site sensible de l’esplanade des Mosquées, à Jérusalem.

L’ambassadeur de France en Israël, Patrick Maisonnave, a été "convoqué" lundi 19 octobre au ministère israélien des Affaires étrangères. Le diplomate était attendu dans la matinée, a indiqué à l’AFP un porte-parole du ministère, sans donner de raison officielle à cette assignation. Tout laisse à croire que cette convocation fait suite à la proposition de la France d’une présence internationale sur le site ultra-sensible de l’esplanade des Mosquées à Jérusalem.

Une proposition qui a provoqué l’ire du pays, l’État hébreu allant même jusqu’à accuser Paris de "récompenser le terrorisme". "En reprenant à son compte les fausses accusations lancées par les dirigeants palestiniens sur le changement du statu quo sur le mont du Temple [le nom donné par les juifs à l’esplanade des Mosquées, NDLR], le texte proposé par la France récompense le terrorisme que les Palestiniens ont initié", a affirmé dans un communiqué le ministère israélien des Affaires étrangères.

Rencontre Netanyahou-Kerry

Sur le terrain, les violences ne cessent pas. Dimanche, un Palestinien armé d’un couteau et d’une arme à feu a tué un militaire israëlien dans la gare routière de Beersheba, au sud du pays, avant d’être lui même abattu. Au cours de cette même attaque, un Érythréen a trouvé la mort. Il avait d’abord été atteint par balles par un agent de sécurité israélien qui l’avait pris par erreur pour un assaillant, avant d’être frappé à mort par la foule en colère alors qu’il se trouvait au sol.

Depuis le 1er octobre, les violences qui s’enchaînent sur un rythme quotidien en Israël et dans les Territoires ont entraîné la mort de huit Israéliens et d’au moins 41 Palestiniens, dont plusieurs auteurs d’attaques au couteau et à l’arme à feu.

Les efforts diplomatiques pour endiguer ces violences et éviter le déclenchement d’une nouvelle intifada se mettent timidement en place. Cette semaine, le secrétaire d’État américain John Kerry a confirmé qu’il rencontrerait en Allemagne le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou, puis qu’il se rendrait au Proche-Orient pour s’entretenir avec le président palestinien Mahmoud Abbas.

Un mur à Jérusalem-Est

La vague d’attaques à l’arme blanche et à l’arme à feu sème l’anxiété et parfois la panique chez les Israéliens. Des lieux publics habituellement fréquentés sont restés largement déserts dimanche à Jérusalem et les forces de sécurité ont été déployées en masse.

CONSTRUCTION D’UN MUR DANS LE QUARTIER PALESTINIEN DE JABEL MOUKABER

À Jérusalem-Est, la partie palestinienne de la Ville sainte annexée par Israël, la police israélienne a entamé dimanche la mise en place d’un mur, présenté comme temporaire, censé protéger un quartier de colonisation d’attaques lancées depuis un quartier palestinien voisin, selon un photographe de l’AFP. Le mur, qui doit atteindre 300 mètres de long, selon une porte-parole municipale, porte des inscriptions en hébreu indiquant "barrière de police temporaire et mobile".

À Tel-Aviv, la municipalité a interdit l’accès des écoles aux employés chargés de l’entretien et du nettoyage pendant les heures où les élèves sont présents, par crainte des attentats. La mesure concerne "aussi bien les (employés) juifs que les arabes", a indiqué un porte-parole. Les Arabes israéliens (17,5 % de la population), citoyens israéliens largement solidaires des Palestiniens, représentent une bonne part du personnel non-enseignant.

"Grande inquiétude"

La communauté internationale, comme les responsables israéliens et palestiniens, a paru largement impuissante face à un mouvement principalement conduit par de jeunes Palestiniens exaspérés par l’occupation et la colonisation. Dimanche, le pape François a dit suivre "avec une grande inquiétude la situation de tension et de violence qui afflige la Terre sainte".

Les Palestiniens accusent Israël de vouloir modifier les règles régissant l’esplanade, troisième lieu saint de l’islam également vénéré par les juifs. Ce "statu quo" autorise les juifs à se rendre sur l’esplanade à certaines heures, mais leur interdit d’y prier. Les musulmans peuvent y prier à toute heure, mais sont régulièrement soumis aux restrictions de la part des Israéliens qui contrôlent l’accès à l’esplanade.

Les Palestiniens accusent Israël de vouloir modifier le "statu quo", ce dont Benyamin Netanyahou s’est encore défendu dimanche.

À Paris, plusieurs milliers de personnes se sont réunies dimanche à l’appel de l’Union des étudiants juifs de France (UEJF) pour soutenir Israël et son "droit à se défendre" face aux attaques "terroristes" palestiniennes.

Avec AFP




AFRIQUE-MONDE

logo article

Infographie : comment se porte le commerce des armes en Afrique ?

21/02/2017 par :

Selon les données du Stockholm International Peace Research Institute (Sipri) portant sur ces (...)

logo article

Bénin : l’Etat récupère ses hôtels

21/02/2017 par :

Le gouvernement béninois a prononcé ce mercredi 16 février, la résolution des conventions de (...)

logo article

AFRIQUE : Le Président de l’Assemblée des Etats Parties se félicite de la décision de la Gambie de ne pas se retirer du Statut de Rome de la CPI

17/02/2017 par :

PAPA MEO DIOUF : Le 10 novembre 2016, la République islamique de Gambie a notifié sa décision de (...)

logo article

Tchad : Comment a été créée la garde présidentielle

15/02/2017 par :

Les exercices sont répétés en conditions réelles à N’Djamena. "L’entraînement est gourmand en (...)

logo article

Mali : l’opération Barkhane annonce avoir déjoué un projet d’attentat à Kidal

15/02/2017 par :

Informée par la population d’une attaque terroriste en préparation à Kidal, une trentaine de (...)

logo article

Sortie du Franc CFA : pour les panafricains, une autre monnaie est possible

13/02/2017 par :

PAR PAPA MEO DIOUF : Dakar, le 13 février 2017 - La nouvelle journée de mobilisation du Front (...)

logo article

RAPPORT : UN DÉPUTÉ FRANÇAIS ÉVOQUE LA "MALADIE" DU ROI DU MAROC, MOHAMMED VI

11/02/2017 par :

A l’occasion de la remise d’un rapport sur les relations entre l’Europe et le Maghreb, Jean (...)

logo article

Félix Tshisekedi : « Mon père appartient au patrimoine national de la RD Congo »

10/02/2017 par :

La mêlée politique congolaise ne connait pas de trêve. Depuis le décès d’Étienne Tshisekedi, et (...)

logo article

Exclusif – Présidence Commission africaine : Toute la vérité sur l’échec cuisant des adversaires du Tchadien, Moussa Faki Mahamat ?

08/02/2017 par :

Après plusieurs mois de campagne intense, les candidats au prestigieux poste de Président de la (...)

logo article

AFRIQUE : LE SPECTRE DE LA GUERRE PLANE DE NOUVEAU SUR LE MAGHREB

06/02/2017 par :

Après le sérieux revers qu’il vient d’essuyer suite à la validation du retour du Maroc au sein de (...)

logo article

Idriss Déby Itno : « Au lieu de nous donner des leçons, l’Occident devrait écouter notre avis »

06/02/2017 par :

Chaos en Libye, enjeux sécuritaires autour du lac Tchad, crise pétrolière ou encore franc CFA. Le (...)

DEPECHES

21 février 2017

FRANCE : Le siège du Front national à Nanterre a été perquisitionné, lundi, pour la seconde fois dans le cadre de l’affaire des soupçons d’emplois fictifs d’assistants au Parlement européen, a annoncé le FN, dénonçant "une opération médiatique".

21 février 2017

USA : Donald Trump a annoncé, lundi, la nomination du général H.R. McMaster comme nouveau conseiller à la sécurité nationale, en remplacement de Michael Flynn, au terme d’une difficile recherche qui a tenu Washington en haleine.

30 janvier 2017

AFRIQUE : Le Maroc réintègre l’Union africaine (officiel)

30 janvier 2017

Sommet de l’UA : le Tchadien Moussa Faki Mahamat élu à la tête de la Commission de l’Union africaine Il succède donc à la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma.

27 janvier 2017

POLITIQUE : La Conférence des leaders de Mànkoo Wattu Senegaal s’est réunie ce jeudi 26 janvier 2017 à la Permanence Nelson Mandela du Grand Parti. Examinant la question relative à l’invitation du Ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda DIALLO à participer « aux discussions sur le processus électoral » prévues avec le Président de la République, vendredi 27 janvier 2017 « au Palais présidentiel », le FDS / Mankoo Wattu demande à ses membres de ne pas prendre part à cette rencontre. Dans ce cadre, le FDS/ Mankoo Wattu invite la presse nationale et internationale à un point de presse qu’il tiendra vendredi 27 janvier 2017 à 15h30mn au siège du Grand Parti.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES