Esplanade des Mosquées : Israël convoque l’ambassadeur de France

Israël a convoqué lundi l’ambassadeur de France au ministère des Affaire étrangères. La veille, l’État hébreu n’avait pas apprécié la proposition de Paris d’une présence internationale sur le site sensible de l’esplanade des Mosquées, à Jérusalem.

L’ambassadeur de France en Israël, Patrick Maisonnave, a été "convoqué" lundi 19 octobre au ministère israélien des Affaires étrangères. Le diplomate était attendu dans la matinée, a indiqué à l’AFP un porte-parole du ministère, sans donner de raison officielle à cette assignation. Tout laisse à croire que cette convocation fait suite à la proposition de la France d’une présence internationale sur le site ultra-sensible de l’esplanade des Mosquées à Jérusalem.

Une proposition qui a provoqué l’ire du pays, l’État hébreu allant même jusqu’à accuser Paris de "récompenser le terrorisme". "En reprenant à son compte les fausses accusations lancées par les dirigeants palestiniens sur le changement du statu quo sur le mont du Temple [le nom donné par les juifs à l’esplanade des Mosquées, NDLR], le texte proposé par la France récompense le terrorisme que les Palestiniens ont initié", a affirmé dans un communiqué le ministère israélien des Affaires étrangères.

Rencontre Netanyahou-Kerry

Sur le terrain, les violences ne cessent pas. Dimanche, un Palestinien armé d’un couteau et d’une arme à feu a tué un militaire israëlien dans la gare routière de Beersheba, au sud du pays, avant d’être lui même abattu. Au cours de cette même attaque, un Érythréen a trouvé la mort. Il avait d’abord été atteint par balles par un agent de sécurité israélien qui l’avait pris par erreur pour un assaillant, avant d’être frappé à mort par la foule en colère alors qu’il se trouvait au sol.

Depuis le 1er octobre, les violences qui s’enchaînent sur un rythme quotidien en Israël et dans les Territoires ont entraîné la mort de huit Israéliens et d’au moins 41 Palestiniens, dont plusieurs auteurs d’attaques au couteau et à l’arme à feu.

Les efforts diplomatiques pour endiguer ces violences et éviter le déclenchement d’une nouvelle intifada se mettent timidement en place. Cette semaine, le secrétaire d’État américain John Kerry a confirmé qu’il rencontrerait en Allemagne le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou, puis qu’il se rendrait au Proche-Orient pour s’entretenir avec le président palestinien Mahmoud Abbas.

Un mur à Jérusalem-Est

La vague d’attaques à l’arme blanche et à l’arme à feu sème l’anxiété et parfois la panique chez les Israéliens. Des lieux publics habituellement fréquentés sont restés largement déserts dimanche à Jérusalem et les forces de sécurité ont été déployées en masse.

CONSTRUCTION D’UN MUR DANS LE QUARTIER PALESTINIEN DE JABEL MOUKABER

À Jérusalem-Est, la partie palestinienne de la Ville sainte annexée par Israël, la police israélienne a entamé dimanche la mise en place d’un mur, présenté comme temporaire, censé protéger un quartier de colonisation d’attaques lancées depuis un quartier palestinien voisin, selon un photographe de l’AFP. Le mur, qui doit atteindre 300 mètres de long, selon une porte-parole municipale, porte des inscriptions en hébreu indiquant "barrière de police temporaire et mobile".

À Tel-Aviv, la municipalité a interdit l’accès des écoles aux employés chargés de l’entretien et du nettoyage pendant les heures où les élèves sont présents, par crainte des attentats. La mesure concerne "aussi bien les (employés) juifs que les arabes", a indiqué un porte-parole. Les Arabes israéliens (17,5 % de la population), citoyens israéliens largement solidaires des Palestiniens, représentent une bonne part du personnel non-enseignant.

"Grande inquiétude"

La communauté internationale, comme les responsables israéliens et palestiniens, a paru largement impuissante face à un mouvement principalement conduit par de jeunes Palestiniens exaspérés par l’occupation et la colonisation. Dimanche, le pape François a dit suivre "avec une grande inquiétude la situation de tension et de violence qui afflige la Terre sainte".

Les Palestiniens accusent Israël de vouloir modifier les règles régissant l’esplanade, troisième lieu saint de l’islam également vénéré par les juifs. Ce "statu quo" autorise les juifs à se rendre sur l’esplanade à certaines heures, mais leur interdit d’y prier. Les musulmans peuvent y prier à toute heure, mais sont régulièrement soumis aux restrictions de la part des Israéliens qui contrôlent l’accès à l’esplanade.

Les Palestiniens accusent Israël de vouloir modifier le "statu quo", ce dont Benyamin Netanyahou s’est encore défendu dimanche.

À Paris, plusieurs milliers de personnes se sont réunies dimanche à l’appel de l’Union des étudiants juifs de France (UEJF) pour soutenir Israël et son "droit à se défendre" face aux attaques "terroristes" palestiniennes.

Avec AFP




AFRIQUE-MONDE

logo article

Présidentielle au Ghana : Nana Akufo-Addo proclamé vainqueur face au sortant John Mahama

09/12/2016 par :

Le chef de l’opposition ghanéenne Nana Akufo-Addo a remporté l’élection présidentielle avec plus de (...)

logo article

Rapport McLaren : le sport russe sous le signe du dopage

09/12/2016 par :

Près de cinq mois après les premières révélations du rapport McLaren sur le « système de dopage (...)

logo article

À Ceuta, 400 migrants forcent la frontière entre le Maroc et l’Espagne

09/12/2016 par :

La barrière entourant l’enclave autonome espagnole de Ceuta, à la frontière marocaine, a été forcée (...)

logo article

Gabon : Ali Bongo Ondimba en visite d’État en Chine

07/12/2016 par :

Six ans après sa dernière visite, le président du Gabon est en République populaire de Chine du 6 (...)

logo article

Élection présidentielle au Ghana : forte affluence des électeurs dans les bureaux de vote

07/12/2016 par :

Un peu plus de 15 millions de Ghanéens se sont rendus ce mercredi aux urnes pour élire leur (...)

logo article

SECURITE : L’armée libyenne reprend la ville de Syrte à l’EI

05/12/2016 par :

Le gouvernement d’union nationale a annoncé lundi la reprise totale de la ville de Syrte. (...)

logo article

Mali : les partisans de Sanogo venus en masse au premier jour de son procès

01/12/2016 par :

Les partisans d’Amadou Haya Sanogo ont pris leurs quartiers à Sikasso, où a débuté mercredi le (...)

logo article

De Rabat à Madagascar, comment Mohammed VI étend l’influence du Maroc sur tout le continent africain

29/11/2016 par :

Rwanda, Tanzanie, Sénégal, Éthiopie, Madagascar, et bientôt Nigeria et Zambie. Jamais Mohammed VI (...)

logo article

Burundi : le conseiller du président Nkurunziza, Willy Nyamitwe, aurait échappé à une tentative d’assassinat

29/11/2016 par :

Willy Nyamitwe, conseiller en communication du président burundais Pierre Nkurunziza aurait été (...)

logo article

Sommet de Madagascar : l’Arabie saoudite devra patienter avant d’adhérer à la Francophonie

26/11/2016 par :

Malgré le plaidoyer de certains chefs d’États africains en faveur d’une adhésion de l’Arabie (...)

logo article

AFRIQUE : Les 5 questions que vous vous posez sur le sommet de la francophonie à Madagascar

25/11/2016 par :

Une trentaine de chefs d’État et de gouvernement sont attendus à Antananarivo pour le XVIe sommet (...)

DEPECHES

9 décembre 2016

Ghana : le président Mahama reconnaît sa défaite auprès du chef de l’opposition Akufo-Addo

7 décembre 2016

DEPECHE : Une forte délégation du Parti Démocratique Sénégalais (PDS) se rend ce jeudi 8 décembre 2016 à 15 heures à Tiouaouane. La délégation sera dirigée par le Secrétaire Général National Adjoint, Oumar SARR. Elle sera composée de membres du Comité Directeur et de la fédération PDS du département de Tiouaouane. A travers le porte parole, Serigne Abdoul Aziz SY Al Amine, la direction du parti transmettra un chaleureux message d’amitié et de fraternité du Président Abdoulaye WADE et de l’ensemble des militants à la famille de Seydi Elhadji Malick SY ainsi qu’à toute la Oumah islamique du Sénégal.

5 décembre 2016

GAMBIE : En Gambie, l’opposant Ousseynou Darboe sera bientôt libre. Son procès en appel a pris une dimension particulière après la victoire inattendue d’Adama Barrow à la présidentielle. Le leader du Parti démocratique unifié était l’un des principaux opposants au régime de Yahya Jammeh. Il avait été condamné en juillet à trois ans de détention, notamment pour manifestation illégale et son procès en appel s’est ouvert ce lundi. Les juges de la cour d’appel viennent d’annoncer sa remise en liberté provisoire

29 novembre 2016

URGENT : Un avion qui transportait une équipe de football brésilienne s’est écrasé près de la ville colombienne de Medellin. La police colombiennes annonce 76 morts

29 novembre 2016

HAITI : Jovenel Moïse a été déclaré vainqueur de la présidentielle haïtienne dès le premier tour, selon les résultats préliminaires annoncés ce mardi 29 novembre par le Conseil électoral provisoire (CEP). Le nouveau président a appelé les Haïtiens à s’unir pour relever le pays.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES