Entre ambitions, prétentions légitimes, obsessions présidentielles, la décence et la pudeur républicaine ! Par Djibril War

L’actualité de ces derniers jours a été marquée par la confrontation entre les maires socialistes, celui de la ville de Dakar et des communes et les forces de l’ordre dans la journée d’ hier. Après avoir manifesté son opposition au projet du Ministre du Renouveau de l’Urbanité de l’Habitat et du Cadre de Vie de faire des travaux d’aménagement de la Place de l’ Indépendance et brandi des menaces le Maire de la Ville et ceux de son propre camp, accompagnés de leurs partisans ont joint l’acte à la parole. Il nous aurait été rapporté par la presse que le maire de Dakar, à la tête d’une équipe d’adjoints et de maires de commune de la ville et plusieurs jeunes de son camp, a démoli, hier nuit, vers une heure du matin, les panneaux en bois que des ouvriers, mandatés par le Ministre du Renouveau avaient commence autour de la Place de l’ Indépendance. Ragaillardis dans leur témérité, ils sont rentrés tranquillement non sans avoir promis de remettre cela et d’inviter la population de se joindre à eux le lendemain à la place de l’Indépendance.
Selon le Maire de la Ville, son projet d’aménagement de la Place de l’ Indépendance d’un montant de 4 milliards de FCFA était ficelé et prêt à être déroulé. Le Ministre du Renouveau soutient le contraire. A l’appui de ses allégations il soutient que jusqu’à preuve du contraire ce projet dont il doute de l’existence n’a pas été budgétisé, car ne figurant pas dans le budget de la mairie de la ville de 2016. Que l’argument soutenu par le maire que le projet sera réalisé à partir d’un BOT (Building, Operate and Transfert) ne tient pas pour la simple raison que la durée des travaux sera au moins de cinq ans. La Place de l’ Indépendance, poursuit le Ministre "relève du Domaine Public artificiel de l’Etat, et que sa gestion relève de l’Etat, que le maire n’a pas obtenu l’autorisation requise pour entreprendre ce projet.
Par delà les rapports conflictuels entre certains maires et l’Administration centrale savamment entretenus et alimentés par le Maire de Dakar depuis l’avènement de la Loi Acte 3 de la Décentralisation première pomme de discorde dont ce dernier soutient qu’elle a été votée pour l’affaiblir. A voir la tournure des événements il y’a lieu de se poser des questions sur les mobiles réels qui se cachent derrière leurs actions. Pendant que les honnêtes citoyens éprouvés par une longue journée dormaient du sommeil des justes, le maire de la ville, des conseillers dont certains dont maires, accompagnés de nervis vers une heure du matin, ayant savamment mûri leurs funestes dessins, armés jusqu’aux dents, ont embarqué à bord de véhicules se sont dirigés à la Place de l’Indépendance. Arrivés sur les lieux, ils se sont livrés à des actes inqualifiables de hooliganisme, et comme des éléphants dans un magasin de porcelaine ont détruit les clôtures devant abriter le chantier du ministère. Ne s’arrêtant pas en "si bon chemin", la bande se rendit très tôt le matin à la préfecture pour signifier au préfet qu’avec ou sans autorisation ils vont faire leur marche, avec ou sans autorisation. Pour boucler la boucle le Maire invite tous les élus locaux de faire un attroupement à la Place de l’ Indépendance.

Que le Maire de la Ville et ses affidés manifestent leurs désapprobations et protestent contre les mesures prises par l" Administration est une chose, qu’on peut comprendre. Même s’il a pris l’option délibérée d’exercer un recours devant les juridictions pour faire valoir et respecter ses droits et pouvoirs. Mais que ces manifestations soient le prétexte de la part de ces derniers pour commettre des actes de vandalisme de destruction de biens publics symboliques qui constituent des troubles à l’ordre de public, il y’a bien lieu de se poser des questions. Devant des faits aussi graves d’incitation à la violence et d’atteinte à la sûreté de l’Etat pénalement répréhensibles. Beaucoup de citoyens n’ont pu s’empêcher de se poser des questions. D’abord comment expliquer devant de tels actes criminels aussi graves dont les auteurs (certains sont coutumiers de tels faits) ont été identifiés l’attitude curieuse d’indifférence de l’Etat qui pour des choses moins graves ont engagé des actions à la hauteur de ces odieux actes ? L’on s’est demandé aussi comment ces gens ont pu commettre ces actes à quelques pas du Commissariat central, de la gendarmerie Thiong à quelques pas des zones névralgiques comme les ministères, directions, la Primature, le Palais de la République ?
De ce qui précède l’Etat devra sanctionner les maires et élus auteurs de ces faits odieux, leurs complices et mettre leurs commune sous délégation spéciale.
Concernant le conflit de compétence entre le maire de la ville et le Ministre du Renouveau Urbain, nous voudrions juste rappeler quelques dispositions consacrées par notre Constitution, norme suprême qui définit les règles de la séparation des pouvoirs, d’organisation, de fonctionnement de l’Etat, de ses démembrements, des rapports entre gouvernants et gouvernés.
L’article 5 de la Constitution dispose que "la capitale de la République du Sénégal est Dakar. Elle peut être transférée à tout autre lieu du territoire national."
Ce pouvoir relève t’il du maire ou du Président de la République ?
" Le Président de la République détermine la politique de la Nation. ( Article 5 de la Constitution."
"Le Gouvernement conduit et coordonne la politique de la Nation sous la direction du Premier Ministre". (Article 5)

" Les collectivités locales constituent le cadre institutionnel de la participation des citoyens à la gestion des affaires publiques. Elles s’administrent librement par des assemblées élues.
Leur organisation, leur composition et leur fonctionnement sont déterminés par la loi."
Le terme " participation des citoyens à la gestion des affaires publiques serait-il synonyme de plénitude de pouvoir ?dans l’affirmative qu’est ce qui empêcherait alors le Tout puissant Maire de Dakar de s’arroger le pouvoir exclusif de l’administration, de l’entretien de tous les espaces et biens publics de la ville, y compris les bâtiments abritant les Ministères, et pourquoi pas le Palais de la République ? Nous voudrions bien rappeler à monsieur maire que la réalisation d’un projet de construction d’un ouvrage ne s’apprécie pas uniquement en termes de moyens financiers, encore moins en termes de rentabilité ou d’emplois crées. D’autres critères et facteurs non moindres liés à la faisabilité, l’utilité, l’opportunité, les effets d’impact doivent bien être pris en compte. Est-il judicieux d’ériger sur le seul espace public de la ville qui a valeur de symbole historique et d’épicentre de la capitale un parking souterrain ou aérien pour stationnement de plus de mille véhicules par jour ? La Place de l’Indépendance à notre humble avis pourrait causer plus de problèmes que de solutions à la mobilité constituer des dangers de différentes natures, notamment les nuisances sonores, la pollution l’odeur nocive et les gaz toxiques , la fumée émanant des véhicules confinés dans un espace réduit , exposant les populations à un danger certain. A l’heure où l’humanité entière est préoccupée par le réchauffement climatique qui constitue une menace universelle pour notre servie, notre cher Maire d’une grande ville, grand présent des sommets internationaux sur le climat ne semble pas tirer les conclusions de la récente COP 21. Il s’ajoute qu’à Dakar les propriétaires de véhicules qui se rendent en ville constituent une large minorité par rapport aux usagers des véhicules de transport public qui constituent la grande masse.
Si tant ce projet qui lui tient à cœur au point de perturber sa sérénité qu’on lui reconnaissait à juste raison était uniquement guidée par son souci d’apporter le bien être aux citoyens, pourquoi n’avait il pas pensé d’abord à rénover les hôpitaux, centre de santé des communes de la ville comme la Clinique Marc Sankalé, seul centre de référence de traitement du diabète qui a du mal à prendre en charge les milliers de malades très affectés ? La réponse simple est que le cadeau plus approprié pour ces Casanova, grands soupirants devant l’éternel, malheureusement sans charme ni galanterie républicaine de la " Belle demoiselle", pour lui enfiler l’anneau présidentiel doit être très attrayant. Un gigantesque parking le seul en Afrique serait bien le cadeau idéal pour "la belle famille "constituée par les millions d’électeurs dakarois.
Les propos du maire des Parcelles Assainies à l’endroit du Ministre du Renouveau,
L’invitant à s’occuper plus tôt de son village et de leur laisser s’occuper de "leur Dakar "par delà même leur contenu offensant constituent est le trait d’union de ce groupe qui ont en commun cette tare : l’exclusion, le mépris envers les non originaires de Dakar. À y voir de près cet état d’esprit pathologique relève plus de la psychanalyse de l’éthique, de la morale. Car à y voir de près, ces adeptes inconscients de la doctrine fasciste, nazi ne sont pas pour la plupart nés à Dakar ou originaires depuis plus d’une génération. Ce qui explique leur fixation sur le Dakar Centre ville et leur attitude inhumaine envers les pauvres compatriotes venus de l’intérieur du pays, les " Kao Kao" venus chercher dignement et honnêtement une condition de vie meilleure pour eux et leur famille. Le drame est qu’ils ont même exploité la situation des jeunes en les embarquant la nuit dans des expéditions punitives dignes du Ku Klux Klan de destruction, d’incendie, de vols des marchandises de ces malheureux. Monsieur le maire de la ville de Dakar aurait il oublié que la capitale du Sénégal est Dakar. Elle peut être transférée en tout autre lieu du territoire national. Monsieur le maire des Parcelles Assainies rentré tristement dans l’histoire pour avoir été l’initiateur de l’unique et inique loi de la délégation spéciale qui porte son nom qui avait mis en chômage son mentor et maire de Dakar ne nous poussera jamais à remuer dans les poubelles de l’histoire et d’un passé récent. Monsieur le Ministre Diène Farba, notre condisciple et lauréat de l’IAE de Rouen et de la prestigieuse Université d’Alexandrie Léopold Sedar Senghor ne saurait renier les siens, n’étant pas éduqué à boire la soupe de madame Bovary. Il fait sienne cette belle vérité d’un grand romancier Balzac : " La morale a ses ruisseaux où les gens déshonorés font tout pour faire rejaillir sur les autres la boue dans la quelle ils se noient." De mémoire de sénégalais l’on n’a jamais vu des maires, surtout de Ville s’illustrer de façon aussi singulière. Est ce à dire que l’actuel maire avait plus de vision et de conscience sacerdotale que ses illustres prédécesseurs, grands commis d’Etat formés à la bonne école qui ont bien marqué leurs magistères pour les citer Lamine Diack, Mamadou Diop, Abdoulaye Makhtar DIOP, l’actuel Grand Serigne de Dakar, descendants du fondateur de Dakar qui ont laissé à la postérité de grandes réalisations dans l’humilité, sans bruit ni calcul politicien au grand bonheur de leurs administres. Ces grands ont bien voulu entretenir l’héritage humaniste de leur ascendance qui accueillait ceux venus d’autres coins pour leur donner gite et même leurs filles en mariage. Les dignitaires de la communauté Lebou ayant bien voix au chapitre ne sauraient ne pas intervenir pour mettre fin à ces actes que le civisme et l’esprit fraternel ne sauraient tolérer.
Nous mettons en garde ceux d’ entre nous, très proches du Président Macky SALL dont leur allégeance vis à vis de leur bienfaiteur, le maire de la ville est bien connu. Que l’on cesse par conséquent de tenter de nous divertir en orientant le débat sur Karim WADE !
Le débat qui devrait interpeller chaque citoyen est le suivant. Est-il concevable de voir, le maire d’une ville, de surcroit membre d’un parti appartenant à une coalition qui gouverne et dispose d’une vingtaine de députés à l’Assemblée nationale, de ministres, dont un, Conseiller Spécial du Président de la République en la personne de leur Secrétaire Général de parti puisse se comporter de la sorte ?
La solidarité au sein du gouvernement qui conduit et coordonne la politique de la Nation au sein de la Coalition Benno Book Yaakkaar devrait elle toujours être en sens unique exclusivement au profit du parti socialiste au point de faire voter par les députés de notre majorité même une résolution en faveur d’un ministre issu de leur parti ?
Pourtant, pour moins que ce qu’a fait ce ministre, le Président a remercié des ministres et un Premier ministre, responsables de notre parti, au motif d’avoir vaincus lors des dernières élections locales.
Certains esprits arrogants prendraient ils la générosité excessive de Monsieur le Président de la République pour de la faiblesse et la peur de perdre un allié dont la loyauté est douteuse.
Avec tout le respect que nous vous accordons au Président, nous pensons que la coupe est pleine.
Le maire de la ville peut bien piétiner les règles non écrites pour se présenter candidat aux élections présidentielles comme le lui permet la Constitution. Mais nous voudrions bien lui rappeler cette fois les limites de ce droit : "Il est interdit à un parti de s’identifier à une race, à une ethnie, à un sexe, à une religion, à une secte, à une langue ou à une religion". Extrait de l’article 4 de la Constitution.
"Tout acte de discrimination raciale, ethnique ou religieuse, de même que toute propagande régionaliste pouvant porter atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat ou à l’intégrité du territoire de la République sont punis par la loi". Article 5 de la Constitution.
Donc à bon patron ou souteneur de Taxawu Ndakaaru (la plus grande escroquerie politique de l’histoire) ou Taxawu SENEGAL, salut !
Ainsi,nous saluons "le courage" de monsieur le maire de Dakar de nourrir une noble ambition de présider aux destinées de notre cher Sénégal.
Mais nous ne souhaiterions qu’il fasse moins que d’autres patriotes qui avaient pris leur responsabilité, notamment ses ainés de parti messieurs les honorables Moustapha Niasse, Djibo Ka, les anciens premiers ministres Idrissa Seck, et Macky SAII, qui avaient démissionné de leur parti, renonçant à toutes leurs fonctions étatiques et électives pour aller à la conquête du pouvoir.
Au nom de la décence et de la pudeur républicaine.

Maitre Djibril WAR
Directeur de l’Ecole du Parti -APR. wardjibril@yahoo.fr




AFRIQUE-MONDE

logo article

Gabon : Ali Bongo Ondimba en visite d’État en Chine

07/12/2016 par :

Six ans après sa dernière visite, le président du Gabon est en République populaire de Chine du 6 (...)

logo article

Élection présidentielle au Ghana : forte affluence des électeurs dans les bureaux de vote

07/12/2016 par :

Un peu plus de 15 millions de Ghanéens se sont rendus ce mercredi aux urnes pour élire leur (...)

logo article

SECURITE : L’armée libyenne reprend la ville de Syrte à l’EI

05/12/2016 par :

Le gouvernement d’union nationale a annoncé lundi la reprise totale de la ville de Syrte. (...)

logo article

Mali : les partisans de Sanogo venus en masse au premier jour de son procès

01/12/2016 par :

Les partisans d’Amadou Haya Sanogo ont pris leurs quartiers à Sikasso, où a débuté mercredi le (...)

logo article

De Rabat à Madagascar, comment Mohammed VI étend l’influence du Maroc sur tout le continent africain

29/11/2016 par :

Rwanda, Tanzanie, Sénégal, Éthiopie, Madagascar, et bientôt Nigeria et Zambie. Jamais Mohammed VI (...)

logo article

Burundi : le conseiller du président Nkurunziza, Willy Nyamitwe, aurait échappé à une tentative d’assassinat

29/11/2016 par :

Willy Nyamitwe, conseiller en communication du président burundais Pierre Nkurunziza aurait été (...)

logo article

Sommet de Madagascar : l’Arabie saoudite devra patienter avant d’adhérer à la Francophonie

26/11/2016 par :

Malgré le plaidoyer de certains chefs d’États africains en faveur d’une adhésion de l’Arabie (...)

logo article

AFRIQUE : Les 5 questions que vous vous posez sur le sommet de la francophonie à Madagascar

25/11/2016 par :

Une trentaine de chefs d’État et de gouvernement sont attendus à Antananarivo pour le XVIe sommet (...)

logo article

RDC – Interview exclusive de Matata Ponyo : « J’ai navigué dans des eaux infestées de crocodiles »

22/11/2016 par :

Le Premier ministre congolais sortant s’est confié en exclusivité à Jeune Afrique au sujet de ses (...)

logo article

OPINION : Pour une négociation politique tous azimuts au Burkina Faso

22/11/2016 par :

Affirmer qu’il règne une tension politique dans notre pays qui est à l’image de celle qui oppose le (...)

logo article

Pierre-Claver Mbonimpa : « Les présidents africains ont la même maladie »

20/11/2016 par :

De passage à Paris où il a été invité par Human Rights Watch pour recevoir le prix Alison Des Forges (...)

DEPECHES

7 décembre 2016

DEPECHE : Une forte délégation du Parti Démocratique Sénégalais (PDS) se rend ce jeudi 8 décembre 2016 à 15 heures à Tiouaouane. La délégation sera dirigée par le Secrétaire Général National Adjoint, Oumar SARR. Elle sera composée de membres du Comité Directeur et de la fédération PDS du département de Tiouaouane. A travers le porte parole, Serigne Abdoul Aziz SY Al Amine, la direction du parti transmettra un chaleureux message d’amitié et de fraternité du Président Abdoulaye WADE et de l’ensemble des militants à la famille de Seydi Elhadji Malick SY ainsi qu’à toute la Oumah islamique du Sénégal.

5 décembre 2016

GAMBIE : En Gambie, l’opposant Ousseynou Darboe sera bientôt libre. Son procès en appel a pris une dimension particulière après la victoire inattendue d’Adama Barrow à la présidentielle. Le leader du Parti démocratique unifié était l’un des principaux opposants au régime de Yahya Jammeh. Il avait été condamné en juillet à trois ans de détention, notamment pour manifestation illégale et son procès en appel s’est ouvert ce lundi. Les juges de la cour d’appel viennent d’annoncer sa remise en liberté provisoire

29 novembre 2016

URGENT : Un avion qui transportait une équipe de football brésilienne s’est écrasé près de la ville colombienne de Medellin. La police colombiennes annonce 76 morts

29 novembre 2016

HAITI : Jovenel Moïse a été déclaré vainqueur de la présidentielle haïtienne dès le premier tour, selon les résultats préliminaires annoncés ce mardi 29 novembre par le Conseil électoral provisoire (CEP). Le nouveau président a appelé les Haïtiens à s’unir pour relever le pays.

11 novembre 2016

DEPECHE/USA : Des milliers de personnes, pour la plupart des jeunes, ont à nouveau défilé dans la nuit de jeudi à vendredi dans les grandes villes américaines aux cris de « Pas mon président ! ». Des rassemblements parfois émaillés de violences comme à Portland. Trump accuse les média

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES