Entre ambitions, prétentions légitimes, obsessions présidentielles : la décence et la pudeur républicaine

Après avoir manifesté son opposition au projet du Ministre du Renouveau, de l’Urbanité, de l’Habitat et du Cadre de Vie de faire des travaux d’aménagement sur la Place de l’ Indépendance et brandi des menaces, le Maire de la Ville a cette fois franchi le Rubicon. A une heure du matin, heure de crime, pendant que les honnêtes citoyens dormaient, le maire et sa bande, (des conseillers pour la plupart, maires de leurs communes, des nervis bien armés ) après avoir bien muri et planifié leurs funestes desseins, se sont rendus à bord de véhicules banalisés à la Place de l’Indépendance pour y démolir la clôture en bois de sécurité du chantier que des ouvriers, mandatés par le Ministre du Renouveau avaient commencé de poser autour de la Place de l’ Indépendance. Nullement inquiétés, ils rentrèrent tranquillement, non sans avoir promis de rééditer leur exploit et d’inviter la population à se joindre à eux à la Place de l’Indépendance. Nullement éprouvés par leur veillée nocturne, ils partirent tôt le matin chez le préfet pour lui signifier qu’avec ou sans son autorisation, ils allaient faire une marche à la Place de l’Indépendance. Leur procession a été finalement repoussée par les forces de l’ordre.
Le motif avanc par monsieur le maire pour justifier de tels actes est que son projet de construction d’un parking à la Place de l’ Indépendance, d’un cout de 4 milliards de FCFA était déjà ficelé et prêt à être déroulé. Le Ministre du Renouveau avait pour sa part soutenu le contraire. A l’appui de ses affirmations, il affirmait que jusqu’à preuve du contraire, ce projet dont il doute de l’existence n’a pas été budgétisé, car ne figurant pas dans le budget de la mairie de la ville au titre de l’exercice 2016. Que l’argument soutenu par le maire que le projet sera réalisé à partir d’un BOT (Building, Operate and Transfert) ne tient pas pour la simple raison que la durée des travaux sera au moins de cinq ans. La Place de l’ Indépendance, poursuit le Ministre relève du Domaine Public artificiel de l’Etat, et que sa gestion relève de l’Etat, que le maire n’a pas obtenu l’autorisation requise pour entreprendre ce projet.
Par de là les rapports conflictuels entre certains maires et l’Administration centrale savamment entretenus et alimentés par le Maire de Dakar depuis l’avènement de la Loi portant Acte 3 de la Décentralisation et qui soutient mordicus qu’elle a été créée pour le combattre, il y’a bien lieu de se poser des questions sur les mobiles réels qui se cachent derrière de telles actions.

Que le Maire de la Ville manifeste sa désapprobation et proteste contre les mesures prises par l’administration en son encontre est une chose, qu’on pourrait comprendre. Même s’il est sensé connaitre en tant que Premier magistrat de la Cite les voies juridiques appropriées pour faire valoir et respecter ses droits et pouvoirs devant la Justice. Mais que ces manifestations soient le prétexte de la part de ces derniers pour commettre des actes de vandalisme, de hooliganisme, de destruction de biens publics symboliques qui constituent des troubles à l’ordre de public est autre chose. Devant des faits aussi graves d’incitation à la violence et d’appel à un soulèvement populaire, à l’insurrection en ces moments de psychose de la menace terroriste, les sénégalais, très inquiets continuent toujours de s’interroger. D’abord comment expliquer face à tels actes criminels flagrants, pénalement répréhensibles dont les auteurs (certains sont coutumiers de tels faits) ont été bien identifiés, l’attitude fort curieuse d’indifférence, de fébrilité de l’Etat qui, pour des faits moins graves que ceux décrits et décriés avait engagé des poursuites et pris des sanctions sévères contre les coupables ? Ils se sont aussi demandé comment ces gens ont pu commettre leurs actes, à quelques pas du Commissariat central, de la gendarmerie Thiong dans un espace réduit, névralgique qu’est le Centre - ville, qui abrite les sièges des multinationales, les ambassades, consulats, ministères, directions, la Primature, le Palais de la République ?
Au vu de tout cela, l’Etat, en charge de nos droits et de notre sécurité devra d’abord sans hésiter un seul instant sanctionner les maires et élus, auteurs de ces faits odieux ainsi que leurs complices. Ces maires n’ayant eu de cesse de multiplier des actions de rébellion contre la tutelle, de refus d’application de la loi de l’Acte III de la Décentralisation, de blocage, d’entrave au fonctionnement normal de l’administration , l’ Etat devra d’urgence mettre leurs communes sous délégation spéciale. Le ministre de tutelle est interpellé d’autant plus que le maire de la ville est en train d’effectuer des tournées dans les communes de ses lieutenants, maires pour leur apporter son soutien dans le bras de fer qui oppose les populations au maire qui voudrait leur spolier de leurs terres avant que l’irréparable ne se produise
Concernant le conflit de compétence entre le maire de la ville et le Ministre du Renouveau Urbain, nous voudrions juste rappeler quelques dispositions consacrées par notre Constitution, norme suprême qui définit les règles de la séparation des pouvoirs, d’organisation, de fonctionnement de l’Etat, de ses démembrements, des rapports entre gouvernants et gouvernés.
L’article 5 de la Constitution dispose que "la capitale de la République du Sénégal est Dakar. Elle peut être transférée à tout autre lieu du territoire national."
Ce pouvoir relève il du maire ou du Président de la République ?

" Le Président de la République détermine la politique de la Nation. ( Article 42 de la Constitution, alinéa 4 "

"Le Gouvernement conduit et coordonne la politique de la Nation sous la direction du Premier Ministre". (Article 53 alinéa 2)

Dakar en tant que ville est-elle une partie du Sénégal ou un Etat à part entière dans le territoire national comme la Gambie ?

" Les collectivités locales constituent le cadre institutionnel de la participation des citoyens à la gestion des affaires publiques. Elles s’administrent librement par des assemblées élues.
Leur organisation, leur composition et leur fonctionnement sont déterminés par la loi." (Article103 de la Constitution alinéa 2).

Le terme " participation des citoyens à la gestion des affaires publiques serait-il synonyme de plénitude de pouvoir ? Dans l’affirmative, qu’est ce qui empêcherait alors le Tout puissant Maire de Dakar de s’arroger le pouvoir de l’administration, de l’entretien de tous les espaces et biens publics de la ville, y compris les bâtiments abritant les Ministères, la Place Soweto l’Assemblée Nationale, le Conseil Economique et Social et, pourquoi pas le Palais de la République ? Nous voudrions bien rappeler à monsieur le maire que la réalisation d’un projet de construction d’un ouvrage ne s’apprécie pas uniquement en termes de moyens financiers, encore moins en termes de rentabilité. D’autres critères et facteurs non moindres liés à la faisabilité, l’utilité, l’opportunité, les effets d’impact doivent bien être pris en compte. Est-il judicieux d’ériger sur le seul espace public de la ville qui a valeur de symbole historique et d’épicentre de la capitale un parking automobile souterrain ou aérien ( ?) avec une capacité de stationnement de mille véhicules par jour ? Le choix de La Place de l’Indépendance à notre humble avis pourrait créer plus de problèmes que de solutions à la mobilité, constituer des dangers de différentes natures, notamment les nuisances sonores, la pollution, l’odeur nocive et les gaz toxiques , la fumée émanant des véhicules confinés dans un espace réduit , exposant les populations à un danger certain. A l’heure où l’humanité entière est préoccupée par le réchauffement climatique qui constitue une menace universelle pour notre survie, le maire de notre ville et non moins Président Universel des Maires, pourtant grand présent aux sommets internationaux sur le climat ne semble guère se préoccuper des conclusions de la récente COP 21. Il s’y ajoute que les propriétaires de véhicules qui se rendent en ville constituent une petite minorité par rapport à la grande masse des usagers des véhicules de transport public.
Si tant ce projet qui lui tient vraiment à cœur au point de perturber sa sérénité était seulement guidé par son seul souci d’apporter le bien être à ses concitoyens, pourquoi n’avait il pas pensé d’abord à rénover, les marchés, les hôpitaux, centres de santé des communes de Grand Yoff, Grand Dakar, Khar Yalla,, Derkle, Biscuiterie Parcelles Assainies du département et de la ville de Dakar de la ville comme la Clinique Marc Sankalé, seul centre de référence en matière de traitement du diabète ? Cet établissement a du mal aujourd’hui à prendre en charge les milliers de malades très affectés. La réponse simple est que le cadeau, le plus approprié pour ces Casanova, grands soupirants devant l’éternel du fauteuil présidentiel devra être très attrayant. Un gigantesque parking et plus tard sans doute un tunnel pour bien aller ‘En Route vers le Sommet’ serait bien une dot substantielle pour "la mariée " et la belle-famille des millions de potentiels électeurs dakarois.
Les propos du maire des Parcelles Assainies à l’endroit du Ministre du Renouveau, qui l’invite à s’occuper plus tôt de son village et de leur laisser s’occuper de "leur Dakar’, par-delà même leur contenu offensant, constituent le trait d’union caractéristique de ce groupe de personnes qui ont en commun cette tare : l’exclusion, le mépris envers les non originaires de Dakar. À y voir de près, cet état d’esprit pathologique relève plus de la psychanalyse que de l’éthique et la morale. Ces adeptes inconscients de la doctrine fasciste, qui ne sont pas pourtant pour la plupart, natifs de Dakar, ou originaires depuis plus d’une génération font de la fixation sur Dakar Plateau et s’acharnent sur nos pauvres frères et sœurs venus de l’intérieur du pays, les " Kao Kao, ‘( pequenaud ) comme ils aiment bien les appeler, pour avoir des conditions de vie meilleure pour eux et leur famille. Le drame est que ces maires ont même exploité la situation des jeunes citadins, en en faisant des ‘Tontons Macoutes’, en les embarquant dans des expéditions punitives nocturnes dignes du Ku Klux Klan et de destruction, d’incendie, de vol des marchandises de ces malheureux. Monsieur le maire de la ville de Dakar aurait-il oublié que la capitale du Sénégal est Dakar et qu’elle appartient à tous les sénégalais ? Quelle peut être transférée en tout autre lieu du territoire national ? Les propos de monsieur le maire des Parcelles Assainies, entré tristement dans l’histoire pour avoir été l’initiateur de l’unique et inique loi de la délégation spéciale, sans que personne n’ose broncher, ni remuer le doigt à l’époque, qui porte son nom et qui avait mis en chômage son adversaire politique d’hier, alors maire de Grand Yoff, devenu aujourd’hui son nouveau mentor ne nous poussera jamais à remuer dans les poubelles de l’histoire et d’un passé récent. Monsieur le Ministre Diène Farba Sarr, notre condisciple de Rouen et lauréat de la prestigieuse Université Léopold Sedar Senghor d’Alexandrie ne saurait renier les siens, car n’ayant pas été éduqué à boire la soupe de madame Bovary. Il fait toujours sienne cette belle vérité d’un grand romancier Balzac : " La morale a ses ruisseaux où les gens déshonorés font tout pour faire rejaillir sur les autres la boue dans laquelle ils se noient." Ces derniers soutiennent qu’ils n’envisagent plus de rencontrer le ministre. Ho !Quel grand dommage pour eux de rater l’occasion de leur vie soigner tant soit peu leur carence intellectuelle, leur culture et leur ignorance chronique de la chose publique et de l’Etat avec un tel maitre. L’on se demande ce qu’ils seraient devenus sans la politique au regard du cursus scolaire et parcours professionnel de chacun d’entre eux, sans exception ? Que l’on nous sorte donc les cv, les vrais, qui ne souffrent d’aucun maquillage ! C’est vraiment faire preuve d’ingratitude pour ces maires que d’oublier qu’ils doivent leur poste de maire en 2009 au Président Macky Sall qui avait seul battu campagne, parcourant tout le pays sous la bannière de Benno Siguil Sénégal, au détriment de la coalition de son propre parti. De mémoire de sénégalais, l’on n’a jamais vu des maires, surtout de Ville s’illustrer de façon aussi singulière. L’actuel maire avait-il plus de vision et de conscience sacerdotale que ses illustres prédécesseurs, grands commis d’Etat formés à la bonne école, qui ont bien marqué leurs magistères pour les citer Lamine Diack, Mamadou Diop, Abdoulaye Makhtar DIOP, l’actuel Grand Serigne de Dakar ? Ces dignes descendants du fondateur de Dakar ont laissé à la postérité de grandes réalisations avec la bonne manière, dans l’humilité, sans bruit ni calcul politicien, au grand bonheur de leurs administrés. Ces Grands ont bien voulu préserver, perpétuer l’héritage humaniste de leur ascendance qui accueillait ceux venus d’autres coins du Sénégal et d’ailleurs pour leur donner gite et même leurs filles en mariage. Les dignitaires de la communauté Lebou ayant bien voix au chapitre, ne sauraient ne pas intervenir pour mettre fin à ces actes désolants qui menacent même l’unité, la cohésion nationale, que le civisme et l’esprit fraternel ne sauraient tolérer !
Nous mettons en garde certains responsables de notre parti dont leur allégeance vis à vis du maire de la ville est bien connue de tous. Que l’on cesse par conséquent de tenter de nous divertir en déplaçant le débat vers Karim WADE ! Qu’on nous épargne le mi - figue mi-raisin ! Dans cette affaire, soit on est dans le camp du ministre qui entend défendre les principes républicains, soit dans celui du maire et de sa bande qui veulent faire de ses projets un fonds de commerce politique et un trésor de guerre pour les prochaines électorales, à travers de sombres montages financiers comme les opérations d’acquisition des terrains en 2009 pour sédentariser les marchands ambulants. Y’aurait-il en fait sous sous sol, pardon anguille sous roche ?
En vérité, le débat qui devrait interpeller chaque citoyen est le suivant. Est-il concevable de voir le maire d’une ville, de surcroit membre d’un parti appartenant à une coalition qui gouverne et dispose d’une vingtaine de députés à l’Assemblée nationale, des ministres, dont un, Conseiller Spécial du Président de la République en la personne de leur Secrétaire Général de parti qui puisse se comporter de la sorte ?
La solidarité au sein du gouvernement qui conduit et coordonne la politique de la Nation au sein de la Coalition Benno Book Yaakkaar devrait-elle toujours être en sens unique, exclusivement au profit du parti socialiste, au point de faire voter par les députés de notre majorité même une résolution en faveur d’un ministre issu de leur parti ?
Pourtant, pour moins que ce qu’a fait ce ministre, le Président a remercié des ministres et un Premier ministre, responsables de notre parti, lors des dernières élections locales. Au même moment des ministres socialistes qui ont perdu leurs localités avaient été maintenus à leur poste. Ces esprits arrogants prennent la générosité excessive de Monsieur le Président de la République pour de la faiblesse et la crainte de perdre un allié dont la loyauté est plus que douteuse. D’où notre invite à monsieur Président Macky SALL de renouer avec sa famille libérale, de se retrouver avec le Président Abdoulaye WADE. Qu’il invite aussi ses frères messieurs Idrissa Seck , Abdoulaye Balde, Pape Diop, Souleymane Ndene Ndiaye, et autres . Pour le cas de monsieur Karim WADE, après trois ans de détention qui ont valeur de pédagogie, nous en appelons à sa sa clémence. Aux cœurs de pierre , nous disons que ce qu’on lui reproche n’est pas plus grave que les actes quotidiens perpétrés depuis des décennies par des bandits armés, soit disant rebelles qui violent, volent agressent, tuent nos braves soldats, des innocents, des enfants, des femmes et qui circulent librement en toute impunité, se payant même le luxe de s’opposer aux travaux de construction d’infrastructures, aux opérations de déminage de l’Etat dans leur zone d’évolution. Que le Président n’écoute pas les revanchards et haineux de tout bord qui agitent l’argument de ‘la demande sociale’ n‘ayant jamais pu digérer les corrections bien méritées que le Président WADE leur avait infligées. Ces gens n’auraient pas les mêmes attitudes si Karim était leur proche parent. Nous prions donc qu’il écoute plutôt la voix du peuple, qui se confond avec celle de nos illustres et vénérés guides religieux, chefs coutumiers : Le Pardon, La Réconciliation pour un Sénégal de paix et d’émergence.

Le maire de la ville peut bien se présenter candidat aux élections présidentielles comme le lui permet la Constitution. Mais nous voudrions bien lui rappeler cette fois les conditions d’exercice de ce droit : "Il est interdit à un parti de s’identifier à une race, à une ethnie, à un sexe, à une religion, à une secte, à une langue ou à une région’. ( l’article 4 de la Constitution.)

"Tout acte de discrimination raciale, ethnique ou religieuse, de même que toute propagande régionaliste pouvant porter atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat ou à l’intégrité du territoire de la République sont punis par la loi". Article 5 de la Constitution.

Alors, à bon entendeur patron ou souteneur de Taxawu Ndakaaru (la plus grande escroquerie politique de l’histoire) ou Taxawu SENEGAL, Salut ! Nous invitons les citoyens de ne point être des dindons de farce cette fois. Ils ont élu ces maires sous la bannière de mouvements citoyens. Une fois élus, ces derniers comme le loup du chaperon rouge jettent le manteau et affichent leur identité socialiste .

Nous osons croire que monsieur le maire de la ville suivra bien l’exemple du Président Macky SAII, qui avait démissionné de son parti, de toutes ses fonctions étatiques et électives pour aller à la conquête de la confiance des sénégalais.
Au nom de la décence et de la pudeur républicaine.
.
Maitre Djibril WAR
Directeur de l’Ecole du Parti -APR. wardjibril@yahoo.fr




AFRIQUE-MONDE

logo article

Mali : Al-Mourabitoune dévoile l’auteur de l’attaque de Gao

19/01/2017 par :

ALAKHBAR (Nouakchott)- Abdel Hadi Al-Foulani de la Katiba Al-Mourabitoune relevant d’Al-Qaïda au (...)

logo article

AFRIQUE : La Gambie suspendue à l’investiture d’Adama Barrow

19/01/2017 par :

La Gambie est suspendue à la cérémonie d’investiture du président élu, Adama Barrow, prévue ce jeudi (...)

logo article

AFRIQUE : Des troupes sénégalaises "prêtes à intervenir" à la frontière gambienne

18/01/2017 par :

Des troupes sénégalaises sont positionnées à la frontière gambienne et se disent prêtes à intervenir (...)

logo article

Gambie : Yahya Jammeh décrète l’état d’urgence à deux jours de l’investiture d’Adama Barrow

17/01/2017 par :

À deux jours de l’investiture du nouveau président Adama Barrow, Yahya Jammeh a déclaré l’état (...)

logo article

À compter du 19 janvier, Yahya Jammeh ne sera plus reconnu par l’UA comme président légitime de la Gambie

13/01/2017 par :

Le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine a indiqué vendredi qu’à partir du 19 janvier (...)

logo article

Côte d’Ivoire : après le mouvement d’humeur des militaires, des têtes tombent au sein des forces de défense

09/01/2017 par :

Trois jours après le mouvement de contestation au sein de l’armée, le chef d’état-major de l’armée, (...)

logo article

Côte d’Ivoire : Daniel Kablan Duncan a remis la démission de son gouvernement à Alassane Ouattara

09/01/2017 par :

Le Premier ministre Daniel Kablan Duncan a présenté la démission de son gouvernement au président (...)

logo article

Côte d’Ivoire : mouvement d’humeur d’hommes en armes à Bouaké, Daloa et Korhogo

06/01/2017 par :

Des tirs ont été entendus dans la nuit de jeudi à vendredi à Bouaké. Ce vendredi, des hommes en (...)

logo article

Bien mal acquis : le procès de Teodorín Obiang est reporté

04/01/2017 par :

Le procès du fils du président de Guinée équatoriale, soupçonné de s’être frauduleusement bâti un (...)

logo article

RD Congo : l’accord politique global et inclusif enfin adopté et signé à Kinshasa

01/01/2017 par :

Sous l’égide des évêques catholiques, les pourparlers directs entre les signataires de l’accord du (...)

logo article

OPINION : L’AFFAIRE DJIBRILL BASSOLE, UN CAS D’ACHARNEMENT JUDICIAIRE

01/01/2017 par :

Il est devenu difficile pour tout esprit bien pensant de rester insensible au traitement (...)

DEPECHES

19 janvier 2017

AFRIQUE : La cérémonie d’investiture du président gambien, élu à l’issue du scrutin présidentiel du 1er décembre, Adama Barrow, aura lieu jeudi 19 janvier, à 16h GMT, selon les déclarations du porte-parole du président élu recueillies par l’AFP.

9 janvier 2017

Côte d’Ivoire : Guillaume Soro largement réélu président de l’Assemblée nationale

9 janvier 2017

Gambie : Yahya Jammeh limoge 12 ambassadeurs ayant réclamé son départ

1er janvier 2017

Turquie : au moins 35 morts dans "l’attaque terroriste" contre la discothèque d’Istanbul

20 décembre 2016

TURQUIE : Le Ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’Extérieur, au nom du gouvernement du Sénégal, condamne avec force le lâche assassinat de l’ambassadeur de la Russie à Ankara, Monsieur Andreï Karlov, ce lundi 19 décembre 2016. Il s’agit là d’un acte terroriste. Le gouvernement du Sénégal présente ses condoléances et sa sympathie au gouvernement russe et réaffirme son engagement à renforcer la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent sous toutes leurs formes et manifestations.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES