ECONOMIE : La Bceao évalue les poids des migrants à 1 902,5 milliards

Après le rapport publié dernièrement par la direction de la Monnaie et du Crédit du ministère de l’Economie, des Finances et du Plan, qui évaluait le poids des migrants dans l’économie nationale à 936 milliards de Fcfa, la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Bceao) a rendu public un rapport intitulé : « Impacts macroéconomiques des transferts de fonds des migrants dans les pays de l’Uemoa ».

Ce document note que la part du Sénégal, dans les transferts de fonds en Afrique subsaharienne, est à 43,7 % sur un montant global de 1 902,5 milliards de Fcfa pour la région. En effet, l’étude renseigne que 81 % des transferts d’argent dans la zone de l’Union économique monétaire ouest africaine (Uemoa) sont captés par le Sénégal, le Mali et la Côte-d’Ivoire. Elle précise que ces trois pays captent 81,7 % de ces fonds dans les proportions respectives de 43,7 % - 17,5 % et 11,2 % sur la période sous revue. Selon le rapport, sur la période 1994-2013, l’évolution du flux des transferts de fonds des migrants a connu une croissance à tendance exponentielle dans les pays de l’Uemoa. Ainsi, d’un montant de 224,3 milliards en 1994, ils ont atteint 1 902,5 milliards de Fcfa en 2013. L’étude justifie le cas du Sénégal par sa forte colonie installée à l’étranger. Cette dernière, indique-t-on, se distingue par sa propension à envoyer de l’argent au pays. La part de ces fonds dans le financement extérieur représentait en moyenne 25,5 % contre 18 % et 56,5 % respectivement pour les investissements directs étrangers et l’aide publique au développement. Ils servent essentiellement, d’après les résultats de l’étude, à la consommation des ménages (54,6 %), à l’investissement dans le secteur de l’immobilier (15,8 %), aux dépenses d’éducation et de santé (6,4 % et 3,4 % respectivement), ainsi qu’aux autres investissements (5,5 %). De même, les événements familiaux et religieux mobilisent 8,7 % des transferts de fonds des travailleurs migrants. Par contre, les transferts émis servent aux dépenses de consommation courante à hauteur de 40,4 %, à l’éducation 22,3 % et à l’investissement immobilier avec 16,5 %. Sur la période 1994-2013, le crédit bancaire à l’économie se situe à 16,2 % du Produit intérieur brut (Pib) en moyenne par an. Et les envois de fonds des migrants rapportés à ces crédits ont été de 16,7 %. Une performance liée aux conditions macroéconomiques des pays d’accueil En outre, le rapport souligne que de meilleures conditions macroéconomiques dans le pays d’accueil du migrant influent à la hausse les montants transférés. Dans le cas contraire, ces montants enregistreraient un ralentissement. Ainsi, en raison de la crise financière de 2007, qui a mis en difficulté l’activité économique dans la plupart des pays d’accueil des émigrants ressortissants de l’Uemoa, les envois de flux ont diminué de 6,6 %. Ils sont passés de 1 223,5 milliards à 1 143,2 milliards de francs Cfa entre 2008 et 2009. Cette tendance s’est ressentie au Bénin où la chute a été de 35,2 % en 2009 contre une hausse de 15,2 % en 2007. En Côte d’Ivoire, le recul a été de 48,0 % contre une augmentation de 8,3 % en 2007. Enfin, le Sénégal a enregistré un repli de 4,1 % contre un accroissement de 16,4 % en 2005. Par ailleurs, le document indique que les envois de fonds rapportés aux dépenses de consommation privée et d’investissement privé ont respectivement atteint 10,3 % et 25,8 % sur la période 1994-2013. Au cours des six dernières années de la même période, leur part en termes de dépenses de consommation privée a augmenté en passant de 26,7 % en 2008 à 32,6 % en 2013 et de 23,9 % à 25,7 % par rapport aux investissements privés. De ce fait, il peut être déduit que dans l’Uemoa, lorsque les envois de fonds augmentent, les familles réceptrices ont tendance à intensifier les dépenses de consommation et d’investissement. Ils pourraient donc apporter un soutien substantiel à la production domestique, lorsqu’ils sont consacrés à l’acquisition des biens produits localement. La forte progression du ratio des transferts sur les dépenses de consommation privées entre 2007 et 2008 caractérise l’épisode de la crise alimentaire mondiale avec la hausse des prix. Ainsi, le secours des transferts a permis de soutenir la consommation de la famille restée dans le pays d’origine.

Adama COULIBALY




AFRIQUE-MONDE

logo article

Gambie : les forces ouest-africaines suspendent leur intervention militaire pour une dernière tentative de médiation

20/01/2017 par :

Le président de la commission de la Cédéao Marcel Alain de Souza a déclaré lors d’une conférence de (...)

logo article

Mali : Al-Mourabitoune dévoile l’auteur de l’attaque de Gao

19/01/2017 par :

ALAKHBAR (Nouakchott)- Abdel Hadi Al-Foulani de la Katiba Al-Mourabitoune relevant d’Al-Qaïda au (...)

logo article

AFRIQUE : La Gambie suspendue à l’investiture d’Adama Barrow

19/01/2017 par :

La Gambie est suspendue à la cérémonie d’investiture du président élu, Adama Barrow, prévue ce jeudi (...)

logo article

AFRIQUE : Des troupes sénégalaises "prêtes à intervenir" à la frontière gambienne

18/01/2017 par :

Des troupes sénégalaises sont positionnées à la frontière gambienne et se disent prêtes à intervenir (...)

logo article

Gambie : Yahya Jammeh décrète l’état d’urgence à deux jours de l’investiture d’Adama Barrow

17/01/2017 par :

À deux jours de l’investiture du nouveau président Adama Barrow, Yahya Jammeh a déclaré l’état (...)

logo article

À compter du 19 janvier, Yahya Jammeh ne sera plus reconnu par l’UA comme président légitime de la Gambie

13/01/2017 par :

Le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine a indiqué vendredi qu’à partir du 19 janvier (...)

logo article

Côte d’Ivoire : après le mouvement d’humeur des militaires, des têtes tombent au sein des forces de défense

09/01/2017 par :

Trois jours après le mouvement de contestation au sein de l’armée, le chef d’état-major de l’armée, (...)

logo article

Côte d’Ivoire : Daniel Kablan Duncan a remis la démission de son gouvernement à Alassane Ouattara

09/01/2017 par :

Le Premier ministre Daniel Kablan Duncan a présenté la démission de son gouvernement au président (...)

logo article

Côte d’Ivoire : mouvement d’humeur d’hommes en armes à Bouaké, Daloa et Korhogo

06/01/2017 par :

Des tirs ont été entendus dans la nuit de jeudi à vendredi à Bouaké. Ce vendredi, des hommes en (...)

logo article

Bien mal acquis : le procès de Teodorín Obiang est reporté

04/01/2017 par :

Le procès du fils du président de Guinée équatoriale, soupçonné de s’être frauduleusement bâti un (...)

logo article

RD Congo : l’accord politique global et inclusif enfin adopté et signé à Kinshasa

01/01/2017 par :

Sous l’égide des évêques catholiques, les pourparlers directs entre les signataires de l’accord du (...)

DEPECHES

20 janvier 2017

DEPECHE : Le président de la commission de la Cédéao Marcel Alain de Souza a déclaré lors d’une conférence de presse à Dakar qu’une dernière tentative de médiation avec Yahya Jammeh allait être menée ce vendredi 20 janvier par le président guinéen Alpha Condé. Le président a jusqu’à demain midi pour accepter de quitter le pouvoir, sans quoi les militaires ouest-africains feront usage de la force, a précisé Marcel Alain de Souza. En attendant, l’intervention militaire ouest-africaine est suspendue.

19 janvier 2017

AFRIQUE : La cérémonie d’investiture du président gambien, élu à l’issue du scrutin présidentiel du 1er décembre, Adama Barrow, aura lieu jeudi 19 janvier, à 16h GMT, selon les déclarations du porte-parole du président élu recueillies par l’AFP.

9 janvier 2017

Côte d’Ivoire : Guillaume Soro largement réélu président de l’Assemblée nationale

9 janvier 2017

Gambie : Yahya Jammeh limoge 12 ambassadeurs ayant réclamé son départ

1er janvier 2017

Turquie : au moins 35 morts dans "l’attaque terroriste" contre la discothèque d’Istanbul

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES