Darfour : un rapport d’Amnesty dénonce l’utilisation d’armes chimiques contre des civils

Dans un rapport rendu public jeudi, Amnesty International accuse le gouvernement soudanais d’avoir utilisé des armes chimiques présumées contre la population de la région du Jebel Marra au Darfour au cours des huit derniers mois. "Le rapport d’Amnesty est incorrect", s’est contenté de répondre le régime.

L’ONG estime qu’entre 200 et 250 personnes, des enfants pour la plupart, pourraient avoir succombé après avoir été exposées à des substances chimiques, au cours d’au moins 30 attaques depuis janvier 2016. A cette époque, les forces gouvernementales soudanaises ont lancé une vaste campagne militaire dans le Jebel Marra, une région du Darfour, pour reprendre le contrôle de certaines positions tenues par l’Armée de Libération du Soudan, et mettre fin à la rébellion dans cette zone.

Le président soudanais Omar el-Béchir a pourtant annoncé au début du mois le retour de la paix au Darfour, malgré l’impasse quant au cessez-le-feu voulu par un accord de paix signé en juillet 2011 à Doha entre le régime soudanais et une alliance de mouvements rebelles. Un accord qui visait à mettre fin au conflit opposant depuis 2003 les forces de M. Béchir à des insurgés appartenant à des minorités ethniques, qui a fait 300 000 morts et quelque 2,5 millions de déplacés.

« Fumée empoisonnée »

Étant donné la situation sécuritaire sur place, les chercheurs d’Amnesty ont travaillé à distance, à partir d’interviews téléphoniques, de photographies et d’images satellites. Plusieurs témoignages attestent de l’utilisation d’une « fumée empoisonnée » durant des bombardements dans le Jebel Marra, causant immédiatement après des effets néfastes sur la peau, le système respiratoire et digestif. Une jeune femme de vingt ans citée dans le rapport raconte :

« Ma peau n’est pas normale. J’ai toujours des maux de tête, même après avoir pris des médicaments. Le bébé ne se remet pas, il a la peau enflée, il a des cloques et des lésions. Ils ont dit que son état s’arrangerait mais ça ne marche pas. »

Les photographies, elles, sont terrifiantes. On y voit des femmes et des enfants à la peau lésée, brûlés, aux membres atrophiés.

« On peut difficilement exagérer la cruauté des effets de ces substances chimiques lorsqu’elles entrent en contact avec la peau, explique Tirana Hassan, directrice du Programme de recherche sur les crises à Amnesty International. Les armes chimiques sont interdites depuis des décennies, car il est établi que le degré de souffrance qu’elles causent est injustifiable, quelles que soient les circonstances. »

Impossible cependant de déterminer la nature exacte de ces agents chimiques. Pour cela, il faudrait avoir la possibilité de conduire des tests sur place. Mais selon des experts interrogés par Amnesty sur les effets de ces substances, il pourrait s’agir de gaz moutarde, ou de composants de l’arsenic.

À LIRE AUSSI :Soudan : des dizaines de milliers de civils dans une situation désespérée, selon l’ONU
Attaques contre les civils

Le rapport accuse d’autre part directement les forces gouvernementales soudanaises d’avoir sciemment attaqué et bombardé ces civils, au mépris de toutes les lois internationales. Des faits qui s’apparentent, pour Amnesty, à des crimes de guerre. Selon les chercheurs, les forces loyales au président Omar El-Béchir auraient ainsi détruit des villages entiers et tué au moins 367 civils depuis le début de l’année.

L’ONG exhorte donc le Conseil de Sécurité des Nations unies à ouvrir une enquête pour vérifier ces allégations. Le président soudanais, Omar el-Béchir, est quant à lui sous le coup d’un mandat d’arrêt international de la CPI pour crimes de guerre, crimes contre l’humanité et génocide.

Le régime de Khartoum a néanmoins répliqué à la publication de ce rapport. Une réponse minimaliste : « le rapport d’Amnesty est incorrect », a simplement commenté Ahmed Khalifa al-Shami, le porte-parole de l’armée soudanaise. Selon lui, « la situation sur le terrain ne nécessite pas de bombardements intensifs dans la mesure où il n’y a plus de réelle présence des rebelles ». Ce qui explique, toujours selon Ahmed Khalifa al-Shami, que l’état-major aurait donné pour consigne de ne pas viser les rebelles quand ils se trouvent dans les villages, parmi les civils, a-t-il complété. JEUNE AFRIQUE




AFRIQUE-MONDE

logo article

Gabon : Ali Bongo Ondimba en visite d’État en Chine

07/12/2016 par :

Six ans après sa dernière visite, le président du Gabon est en République populaire de Chine du 6 (...)

logo article

Élection présidentielle au Ghana : forte affluence des électeurs dans les bureaux de vote

07/12/2016 par :

Un peu plus de 15 millions de Ghanéens se sont rendus ce mercredi aux urnes pour élire leur (...)

logo article

SECURITE : L’armée libyenne reprend la ville de Syrte à l’EI

05/12/2016 par :

Le gouvernement d’union nationale a annoncé lundi la reprise totale de la ville de Syrte. (...)

logo article

Mali : les partisans de Sanogo venus en masse au premier jour de son procès

01/12/2016 par :

Les partisans d’Amadou Haya Sanogo ont pris leurs quartiers à Sikasso, où a débuté mercredi le (...)

logo article

De Rabat à Madagascar, comment Mohammed VI étend l’influence du Maroc sur tout le continent africain

29/11/2016 par :

Rwanda, Tanzanie, Sénégal, Éthiopie, Madagascar, et bientôt Nigeria et Zambie. Jamais Mohammed VI (...)

logo article

Burundi : le conseiller du président Nkurunziza, Willy Nyamitwe, aurait échappé à une tentative d’assassinat

29/11/2016 par :

Willy Nyamitwe, conseiller en communication du président burundais Pierre Nkurunziza aurait été (...)

logo article

Sommet de Madagascar : l’Arabie saoudite devra patienter avant d’adhérer à la Francophonie

26/11/2016 par :

Malgré le plaidoyer de certains chefs d’États africains en faveur d’une adhésion de l’Arabie (...)

logo article

AFRIQUE : Les 5 questions que vous vous posez sur le sommet de la francophonie à Madagascar

25/11/2016 par :

Une trentaine de chefs d’État et de gouvernement sont attendus à Antananarivo pour le XVIe sommet (...)

logo article

RDC – Interview exclusive de Matata Ponyo : « J’ai navigué dans des eaux infestées de crocodiles »

22/11/2016 par :

Le Premier ministre congolais sortant s’est confié en exclusivité à Jeune Afrique au sujet de ses (...)

logo article

OPINION : Pour une négociation politique tous azimuts au Burkina Faso

22/11/2016 par :

Affirmer qu’il règne une tension politique dans notre pays qui est à l’image de celle qui oppose le (...)

logo article

Pierre-Claver Mbonimpa : « Les présidents africains ont la même maladie »

20/11/2016 par :

De passage à Paris où il a été invité par Human Rights Watch pour recevoir le prix Alison Des Forges (...)

DEPECHES

7 décembre 2016

DEPECHE : Une forte délégation du Parti Démocratique Sénégalais (PDS) se rend ce jeudi 8 décembre 2016 à 15 heures à Tiouaouane. La délégation sera dirigée par le Secrétaire Général National Adjoint, Oumar SARR. Elle sera composée de membres du Comité Directeur et de la fédération PDS du département de Tiouaouane. A travers le porte parole, Serigne Abdoul Aziz SY Al Amine, la direction du parti transmettra un chaleureux message d’amitié et de fraternité du Président Abdoulaye WADE et de l’ensemble des militants à la famille de Seydi Elhadji Malick SY ainsi qu’à toute la Oumah islamique du Sénégal.

5 décembre 2016

GAMBIE : En Gambie, l’opposant Ousseynou Darboe sera bientôt libre. Son procès en appel a pris une dimension particulière après la victoire inattendue d’Adama Barrow à la présidentielle. Le leader du Parti démocratique unifié était l’un des principaux opposants au régime de Yahya Jammeh. Il avait été condamné en juillet à trois ans de détention, notamment pour manifestation illégale et son procès en appel s’est ouvert ce lundi. Les juges de la cour d’appel viennent d’annoncer sa remise en liberté provisoire

29 novembre 2016

URGENT : Un avion qui transportait une équipe de football brésilienne s’est écrasé près de la ville colombienne de Medellin. La police colombiennes annonce 76 morts

29 novembre 2016

HAITI : Jovenel Moïse a été déclaré vainqueur de la présidentielle haïtienne dès le premier tour, selon les résultats préliminaires annoncés ce mardi 29 novembre par le Conseil électoral provisoire (CEP). Le nouveau président a appelé les Haïtiens à s’unir pour relever le pays.

11 novembre 2016

DEPECHE/USA : Des milliers de personnes, pour la plupart des jeunes, ont à nouveau défilé dans la nuit de jeudi à vendredi dans les grandes villes américaines aux cris de « Pas mon président ! ». Des rassemblements parfois émaillés de violences comme à Portland. Trump accuse les média

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES