Darfour : un rapport d’Amnesty dénonce l’utilisation d’armes chimiques contre des civils

Dans un rapport rendu public jeudi, Amnesty International accuse le gouvernement soudanais d’avoir utilisé des armes chimiques présumées contre la population de la région du Jebel Marra au Darfour au cours des huit derniers mois. "Le rapport d’Amnesty est incorrect", s’est contenté de répondre le régime.

L’ONG estime qu’entre 200 et 250 personnes, des enfants pour la plupart, pourraient avoir succombé après avoir été exposées à des substances chimiques, au cours d’au moins 30 attaques depuis janvier 2016. A cette époque, les forces gouvernementales soudanaises ont lancé une vaste campagne militaire dans le Jebel Marra, une région du Darfour, pour reprendre le contrôle de certaines positions tenues par l’Armée de Libération du Soudan, et mettre fin à la rébellion dans cette zone.

Le président soudanais Omar el-Béchir a pourtant annoncé au début du mois le retour de la paix au Darfour, malgré l’impasse quant au cessez-le-feu voulu par un accord de paix signé en juillet 2011 à Doha entre le régime soudanais et une alliance de mouvements rebelles. Un accord qui visait à mettre fin au conflit opposant depuis 2003 les forces de M. Béchir à des insurgés appartenant à des minorités ethniques, qui a fait 300 000 morts et quelque 2,5 millions de déplacés.

« Fumée empoisonnée »

Étant donné la situation sécuritaire sur place, les chercheurs d’Amnesty ont travaillé à distance, à partir d’interviews téléphoniques, de photographies et d’images satellites. Plusieurs témoignages attestent de l’utilisation d’une « fumée empoisonnée » durant des bombardements dans le Jebel Marra, causant immédiatement après des effets néfastes sur la peau, le système respiratoire et digestif. Une jeune femme de vingt ans citée dans le rapport raconte :

« Ma peau n’est pas normale. J’ai toujours des maux de tête, même après avoir pris des médicaments. Le bébé ne se remet pas, il a la peau enflée, il a des cloques et des lésions. Ils ont dit que son état s’arrangerait mais ça ne marche pas. »

Les photographies, elles, sont terrifiantes. On y voit des femmes et des enfants à la peau lésée, brûlés, aux membres atrophiés.

« On peut difficilement exagérer la cruauté des effets de ces substances chimiques lorsqu’elles entrent en contact avec la peau, explique Tirana Hassan, directrice du Programme de recherche sur les crises à Amnesty International. Les armes chimiques sont interdites depuis des décennies, car il est établi que le degré de souffrance qu’elles causent est injustifiable, quelles que soient les circonstances. »

Impossible cependant de déterminer la nature exacte de ces agents chimiques. Pour cela, il faudrait avoir la possibilité de conduire des tests sur place. Mais selon des experts interrogés par Amnesty sur les effets de ces substances, il pourrait s’agir de gaz moutarde, ou de composants de l’arsenic.

À LIRE AUSSI :Soudan : des dizaines de milliers de civils dans une situation désespérée, selon l’ONU
Attaques contre les civils

Le rapport accuse d’autre part directement les forces gouvernementales soudanaises d’avoir sciemment attaqué et bombardé ces civils, au mépris de toutes les lois internationales. Des faits qui s’apparentent, pour Amnesty, à des crimes de guerre. Selon les chercheurs, les forces loyales au président Omar El-Béchir auraient ainsi détruit des villages entiers et tué au moins 367 civils depuis le début de l’année.

L’ONG exhorte donc le Conseil de Sécurité des Nations unies à ouvrir une enquête pour vérifier ces allégations. Le président soudanais, Omar el-Béchir, est quant à lui sous le coup d’un mandat d’arrêt international de la CPI pour crimes de guerre, crimes contre l’humanité et génocide.

Le régime de Khartoum a néanmoins répliqué à la publication de ce rapport. Une réponse minimaliste : « le rapport d’Amnesty est incorrect », a simplement commenté Ahmed Khalifa al-Shami, le porte-parole de l’armée soudanaise. Selon lui, « la situation sur le terrain ne nécessite pas de bombardements intensifs dans la mesure où il n’y a plus de réelle présence des rebelles ». Ce qui explique, toujours selon Ahmed Khalifa al-Shami, que l’état-major aurait donné pour consigne de ne pas viser les rebelles quand ils se trouvent dans les villages, parmi les civils, a-t-il complété. JEUNE AFRIQUE




AFRIQUE-MONDE

logo article

AFRIQUE : Le Président de l’Assemblée des Etats Parties se félicite de la décision de la Gambie de ne pas se retirer du Statut de Rome de la CPI

17/02/2017 par :

PAPA MEO DIOUF : Le 10 novembre 2016, la République islamique de Gambie a notifié sa décision de (...)

logo article

Tchad : Comment a été créée la garde présidentielle

15/02/2017 par :

Les exercices sont répétés en conditions réelles à N’Djamena. "L’entraînement est gourmand en (...)

logo article

Mali : l’opération Barkhane annonce avoir déjoué un projet d’attentat à Kidal

15/02/2017 par :

Informée par la population d’une attaque terroriste en préparation à Kidal, une trentaine de (...)

logo article

Sortie du Franc CFA : pour les panafricains, une autre monnaie est possible

13/02/2017 par :

PAR PAPA MEO DIOUF : Dakar, le 13 février 2017 - La nouvelle journée de mobilisation du Front (...)

logo article

RAPPORT : UN DÉPUTÉ FRANÇAIS ÉVOQUE LA "MALADIE" DU ROI DU MAROC, MOHAMMED VI

11/02/2017 par :

A l’occasion de la remise d’un rapport sur les relations entre l’Europe et le Maghreb, Jean (...)

logo article

Félix Tshisekedi : « Mon père appartient au patrimoine national de la RD Congo »

10/02/2017 par :

La mêlée politique congolaise ne connait pas de trêve. Depuis le décès d’Étienne Tshisekedi, et (...)

logo article

Exclusif – Présidence Commission africaine : Toute la vérité sur l’échec cuisant des adversaires du Tchadien, Moussa Faki Mahamat ?

08/02/2017 par :

Après plusieurs mois de campagne intense, les candidats au prestigieux poste de Président de la (...)

logo article

AFRIQUE : LE SPECTRE DE LA GUERRE PLANE DE NOUVEAU SUR LE MAGHREB

06/02/2017 par :

Après le sérieux revers qu’il vient d’essuyer suite à la validation du retour du Maroc au sein de (...)

logo article

Idriss Déby Itno : « Au lieu de nous donner des leçons, l’Occident devrait écouter notre avis »

06/02/2017 par :

Chaos en Libye, enjeux sécuritaires autour du lac Tchad, crise pétrolière ou encore franc CFA. Le (...)

logo article

USA : Obama dénonce à son tour le décret Trump et encourage les manifestants

30/01/2017 par :

L’ex-président américain ne s’est pas exprimé depuis qu’il a quitté la Maison-Blanche il y a dix (...)

logo article

28e sommet de l’UA : le Guinéen Alpha Condé prend la présidence tournante

30/01/2017 par :

A Addis-Abeba, la cérémonie d’ouverture du 28e sommet de l’Union africaine a démarré. Les dossiers (...)

DEPECHES

30 janvier 2017

AFRIQUE : Le Maroc réintègre l’Union africaine (officiel)

30 janvier 2017

Sommet de l’UA : le Tchadien Moussa Faki Mahamat élu à la tête de la Commission de l’Union africaine Il succède donc à la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma.

27 janvier 2017

POLITIQUE : La Conférence des leaders de Mànkoo Wattu Senegaal s’est réunie ce jeudi 26 janvier 2017 à la Permanence Nelson Mandela du Grand Parti. Examinant la question relative à l’invitation du Ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda DIALLO à participer « aux discussions sur le processus électoral » prévues avec le Président de la République, vendredi 27 janvier 2017 « au Palais présidentiel », le FDS / Mankoo Wattu demande à ses membres de ne pas prendre part à cette rencontre. Dans ce cadre, le FDS/ Mankoo Wattu invite la presse nationale et internationale à un point de presse qu’il tiendra vendredi 27 janvier 2017 à 15h30mn au siège du Grand Parti.

20 janvier 2017

DEPECHE : Le président de la commission de la Cédéao Marcel Alain de Souza a déclaré lors d’une conférence de presse à Dakar qu’une dernière tentative de médiation avec Yahya Jammeh allait être menée ce vendredi 20 janvier par le président guinéen Alpha Condé. Le président a jusqu’à demain midi pour accepter de quitter le pouvoir, sans quoi les militaires ouest-africains feront usage de la force, a précisé Marcel Alain de Souza. En attendant, l’intervention militaire ouest-africaine est suspendue.

19 janvier 2017

AFRIQUE : La cérémonie d’investiture du président gambien, élu à l’issue du scrutin présidentiel du 1er décembre, Adama Barrow, aura lieu jeudi 19 janvier, à 16h GMT, selon les déclarations du porte-parole du président élu recueillies par l’AFP.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES