[DIRECT] Ouagadougou : l’assaut des forces spéciales est terminé

L’assaut, donné par les forces spéciales au Splendid Hôtel et au restaurant Le Capuccino attaqués par des hommes armés depuis vendredi soir, est terminé. Une opération de sécurisation est en revanche toujours en cours dans un second hôtel. Le premier bilan officiel fourni par les autorités burkinabè fait pour le moment état d’une dizaine de corps retrouvés sur la terrasse du restaurant en face de l’hôtel, lui aussi pris pour cible par les tireurs. Les attaques ont été revendiquées par Aqmi.
Article régulièrement mis à jour - Cliquer ici pour rafraîchir

Le ministère de l’Intérieur a annoncé la fin de l’assaut au Splendid Hôtel, l’un des principaux établissements de Ouagadougou, la capitale burkinabè. Au même moment, l’opération s’est également terminée au café-restaurant Le Cappuccino, situé en face de l’hôtel et lui aussi ciblé par les tireurs.

C’est sur la terrasse de ce dernier qu’ont été retrouvés une dizaine de corps par les sapeurs-pompiers. Il s’agit là du premier bilan officiel fourni par les autorités burkinabè. Il n’y a pour le moment pas de chiffre concernant l’hôtel, mais selon des témoignages recueillis par le directeur du principal hôpital de Ouagadougou, il y aurait au moins « une vingtaine de morts ».

Des opérations se poursuivent en revanche dans un hôtel voisin, le Yibi, a affirmé le ministre de la Sécurité, Simon Compaoré.

Pour l’heure, 126 personnes ont été libérées et 33 blessés ont été évacués selon le ministère de l’Intérieur. Il a également confirmé la mort de trois jihadistes, tués au cours des opérations.

Vendredi soir, à 19h30 TU, des tirs multiples et des détonations retentissent. Des véhicules garés devant l’établissement explosent et plusieurs hommes cagoulés, arrivés à bord de 4X4, font irruption dans l’hôtel, situé sur l’avenue Kwame Nkruma.

Le groupe al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) a revendiqué l’attaque, selon SITE, le centre américain de surveillance des sites islamistes.

Un Conseil des ministres extraordinaire aura lieu ce samedi matin avec le président Roch Marc Christian Kaboré.

L’assaut a duré plus de sept heures

Les assaillants, dont on ignore toujours le nombre exact - 3 ou 4 selon des témoins - s’étaient retranchés dans l’hôtel avec des otages. « Le quartier est bouclé et les dispositions sont prises pour lancer l’assaut et libérer les otages », expliquait vers 22h TU Alpha Barry, le ministre des Affaires étrangères burkinabè.

L’assaut a finalement été donné aux alentours d’1h30 (heure locale et TU). La nuit et la configuration du quartier, en construction, ont rendu difficile une intervention rapide, les forces de sécurité avançant lentement vers l’hôtel.

« L’assaut a commencé », avait également indiqué l’ambassadeur de France, Gilles Thibault, sur Twitter. « Les différentes composantes des forces armées et de sécurité se sont réparti les missions », a-t-il affirmé.

Des forces spéciales françaises sont stationnées en banlieue de Ouagadougou dans le cadre de la lutte antijihadiste dans le Sahel. Les Etats-Unis, qui disposent également de 75 militaires dans le pays, ont indiqué apporter un soutien aux forces françaises autour de l’hôtel.

L’ambassade de France a mis en place une cellule de crise pour ses 3 500 ressortissants qui vivent dans le pays. Le président François Hollande a dénoncé une « odieuse et lâche attaque », confirmant par ailleurs le soutien des forces françaises aux forces burkinabè.

J’ai vu trois ou quatre individus cagoulés et armés qui se sont introduits dans l’hôtel et après ça s’est mis à tirer, et les gens ont commencé à crier et à fuir

Fréquenté par des Occidentaux

Concernant le déroulé de l’attaque, selon un journaliste joint sur place par RFI, deux véhicules ont explosé devant l’hôtel, à 19h30 TU. Il dit avoir vu deux pick-up prendre feu. Ces deux explosions ont ensuite enflammé une dizaine d’autres véhicules, selon l’AFP.

Le Splendid Hôtel est l’un des principaux hôtels du centre de Ouagadougou, prisé par les Occidentaux et le personnel des agences onusiennes. L’aéroport est tout proche. Des séminaires y ont régulièrement lieu.

On ne sait pas combien de clients et de membres du personnels se trouvaient à l’intérieur au moment de l’attaque.

Qui sont les assaillants ?

Selon les premières informations, trois ou quatre hommes armés et encagoulés se sont ensuite engoufrés dans l’établissement.

Le groupe jihadiste al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) a revendiqué l’attaque, selon SITE, une organisation américaine qui surveille les sites internet islamistes. Selon SITE, Aqmi a posté un message sur la messagerie Telegram, attribuant l’attaque au groupe islamiste al-Mourabitoune qui a
récemment rejoint ses rangs.

Le restaurant Cappuccino également visé

Outre le Splendid Hôtel, un café-restaurant situé juste en face et également fréquenté par une clientèle étrangère, le Cappuccino, a également été la cible des tireurs. Un employé du restaurant, cité par l’AFP, évoque « plusieurs morts ». Le ministre burkinabè de l’Intérieur fait état d’une dizaine de corps retrouvés sur la terrasse du restaurant.

Le Burkina jusque là épargné

Cette attaque est inédite dans la capitale burkinabè, même si le pays, membre du G5 Sahel consacré notamment à la lutte antiterroriste et « point d’appui permanent » de l’opération française Barkhane, a déjà été la cible d’opérations jihadistes.

Elle survient plus de deux mois après un assaut de jihadistes contre l’hôtel Radisson de Bamako, le 20 novembre, au Mali. La prise d’otage avait fait au moins 21 morts, dont deux assaillants. Elle avait été revendiquée par deux groupes jihadistes : al-Mourabitoune de l’Algérien Mokhtar Belmokhtar et le Front de Libération du Macina. Pendant plusieurs heures, les assaillants avaient retenu en otage quelque 150 clients et employés. Les forces maliennes, appuyées par des forces spéciales françaises et américaines et des agents de l’ONU avaient réussi à exfiltrer 133 personnes.

Cette attaque survient dans un contexte que certains habitants décrivent comme étant pourtant calme. Depuis la mise en place du nouveau gouvernement, la vie reprenait son cours, comme l’explique cette résidente française.

Tout le monde reprenait son train de vie quotidien, on recommençait à apprécier les lieux de vie nocturnes, que ce soit les maquis, les restaurants, les salles de spectacle, les théâtres etc. Et c’est vrai que là je suis meurtrie dans mon corps.

Une attaque à la frontière malienne

Par ailleurs, un communiqué de l’armée burkinabè a indiqué qu’une attaque contre un convoi de gendarmerie avait fait deux morts plus tôt vendredi après-midi, dans le nord à la frontière avec le Mali.
Cliquez ici http://www.rfi.fr/afrique/2min/2016...

RFI




AFRIQUE-MONDE

logo article

En intégrant le Maroc, la CEDEAO deviendrait la 16e puissance mondiale devant la Turquie

26/02/2017 par :

(Agence Ecofin) - Le Maroc a présenté à Ellen Johnson Sirleaf, présidente en exercice de la CEDEAO, (...)

logo article

Infographie : comment se porte le commerce des armes en Afrique ?

21/02/2017 par :

Selon les données du Stockholm International Peace Research Institute (Sipri) portant sur ces (...)

logo article

Bénin : l’Etat récupère ses hôtels

21/02/2017 par :

Le gouvernement béninois a prononcé ce mercredi 16 février, la résolution des conventions de (...)

logo article

AFRIQUE : Le Président de l’Assemblée des Etats Parties se félicite de la décision de la Gambie de ne pas se retirer du Statut de Rome de la CPI

17/02/2017 par :

PAPA MEO DIOUF : Le 10 novembre 2016, la République islamique de Gambie a notifié sa décision de (...)

logo article

Tchad : Comment a été créée la garde présidentielle

15/02/2017 par :

Les exercices sont répétés en conditions réelles à N’Djamena. "L’entraînement est gourmand en (...)

logo article

Mali : l’opération Barkhane annonce avoir déjoué un projet d’attentat à Kidal

15/02/2017 par :

Informée par la population d’une attaque terroriste en préparation à Kidal, une trentaine de (...)

logo article

Sortie du Franc CFA : pour les panafricains, une autre monnaie est possible

13/02/2017 par :

PAR PAPA MEO DIOUF : Dakar, le 13 février 2017 - La nouvelle journée de mobilisation du Front (...)

logo article

RAPPORT : UN DÉPUTÉ FRANÇAIS ÉVOQUE LA "MALADIE" DU ROI DU MAROC, MOHAMMED VI

11/02/2017 par :

A l’occasion de la remise d’un rapport sur les relations entre l’Europe et le Maghreb, Jean (...)

logo article

Félix Tshisekedi : « Mon père appartient au patrimoine national de la RD Congo »

10/02/2017 par :

La mêlée politique congolaise ne connait pas de trêve. Depuis le décès d’Étienne Tshisekedi, et (...)

logo article

Exclusif – Présidence Commission africaine : Toute la vérité sur l’échec cuisant des adversaires du Tchadien, Moussa Faki Mahamat ?

08/02/2017 par :

Après plusieurs mois de campagne intense, les candidats au prestigieux poste de Président de la (...)

logo article

AFRIQUE : LE SPECTRE DE LA GUERRE PLANE DE NOUVEAU SUR LE MAGHREB

06/02/2017 par :

Après le sérieux revers qu’il vient d’essuyer suite à la validation du retour du Maroc au sein de (...)

DEPECHES

21 février 2017

FRANCE : Le siège du Front national à Nanterre a été perquisitionné, lundi, pour la seconde fois dans le cadre de l’affaire des soupçons d’emplois fictifs d’assistants au Parlement européen, a annoncé le FN, dénonçant "une opération médiatique".

21 février 2017

USA : Donald Trump a annoncé, lundi, la nomination du général H.R. McMaster comme nouveau conseiller à la sécurité nationale, en remplacement de Michael Flynn, au terme d’une difficile recherche qui a tenu Washington en haleine.

30 janvier 2017

AFRIQUE : Le Maroc réintègre l’Union africaine (officiel)

30 janvier 2017

Sommet de l’UA : le Tchadien Moussa Faki Mahamat élu à la tête de la Commission de l’Union africaine Il succède donc à la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma.

27 janvier 2017

POLITIQUE : La Conférence des leaders de Mànkoo Wattu Senegaal s’est réunie ce jeudi 26 janvier 2017 à la Permanence Nelson Mandela du Grand Parti. Examinant la question relative à l’invitation du Ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda DIALLO à participer « aux discussions sur le processus électoral » prévues avec le Président de la République, vendredi 27 janvier 2017 « au Palais présidentiel », le FDS / Mankoo Wattu demande à ses membres de ne pas prendre part à cette rencontre. Dans ce cadre, le FDS/ Mankoo Wattu invite la presse nationale et internationale à un point de presse qu’il tiendra vendredi 27 janvier 2017 à 15h30mn au siège du Grand Parti.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES