DIFFICULTES STRUCTURELLES ET DEFICIT DE TRESORERIE : Quand Senelec se cache derrière « ses dettes sociales »

La Senelec est dans tous ses états. Elle accuse ses abonnés mauvais payeurs d’être la source de tous ses maux et leur coupe le jus, quelle que soit la condition sociale. Senelec est même allée jusqu’à menacer des structures hospitalières. Mais les dettes sociales peuvent-elles réellement faire couler la boîte ? Que cache cette nouvelle politique de recouvrement « sauvage » et d’agression médiatique ? La société d’électricité ne peut-elle plus faire face à ses charges de production ? Senelec n’est-elle pas rattrapée par ses difficultés conjoncturelles et structurelles ?

La société nationale de production et de distribution de l’électricité est dans une « bien » mauvaise passe. Senelec a en effet entrepris une vaste campagne de recouvrement de ses créances sur fond de communication agressive. Cette nouvelle orientation, selon les autorités de la boîte et les syndicalistes qui voguent sur les mêmes vagues que la tutelle, vise à faire face au déficit de trésorerie afin de pouvoir continuer à assurer correctement la distribution du courant.
Le Secrétaire général adjoint du Syndicat unique des travailleurs de l’électricité (Sutelec), Habib Aïdara, a dit dans les médias ces jours derniers « qu’un retour des délestages n’est pas exclu car, Senelec n’a qu’une seule source de revenus, en l’occurrence la vente de l’énergie. Maintenant, si elle produit et qu’elle n’est pas payée, elle n’arrivera pas à payer le fuel. Dans ce cas, les machines ne marcheront pas et les délestages reviendront de plus belle ». Mais la réalité est tout autre et une analyse fouillée de la situation de l’entreprise montre que la société d’électricité n’a pas les moyens de sa politique. Mouhamadou Makhtar Cissé, Directeur général de Senelec, lors de sa passation de service le 26 juin passé, arguait que l’accès à l’électricité devrait être un droit au même titre que l’éducation. Or, c’est un secret de Polichinelle que Senelec, au-delà de ces difficultés con­jonc­­turelles, a des problèmes structurels très pointus qui demandent des mesures fortes. Le Directeur de l’Energie, M. Ibrahima Niane, déclarait vers la fin du mois de novembre dernier, qu’au niveau de la Senelec, en termes de restructuration, des mesures opérationnelles et financières ont été identifiées. Dans la restructuration opérationnelle, il est prévu de faire en sorte que les sources d’énergie les moins chères puissent être au cœur du système de production. D’après lui, pour que les coûts de production puissent baisser et pour qu’on puisse protéger la production d’électricité, il est prévu de faire recours à des sources de production, comme le charbon minéral, le gaz naturel, les énergies renouvelables. Passer donc au Mix énergétique qui semble être un vœu pieux. Car sur ce point précis, la diversification des sources d’énergie tarde à devenir une réalité

Subvention tacite pour les hôpitaux

Dans sa volonté de se décharger sur les clients, Senelec a menacé de couper le jus aux structures hospitalières et est passée à l’action pour certaines. Faisant fi de la subvention tacite entre l’Etat et les hôpitaux. Ce qui a fait réagir Mballo Dia Thiam, Secrétaire général du Sutsas : « si on coupe le courant à l’hôpital Le Dantec, avec ses innombrables services, si on coupe aussi à Fann qui regroupe en son sein plusieurs unités, parce que l’hôpital Albert Royer pour enfants est là-bas, sa clinique de chirurgie cardiaque, vous voyez ce que ça fait comme dégâts. Ce serait vraiment la catastrophe. Les hôpitaux ont toujours considéré que la question de l’électricité était plus ou moins une subvention tacite de l’Etat. Parce que ces hôpitaux ne peuvent pas payer cette électricité ».

Quand Senelec se défausse sur les populations

Senelec tape aussi sur les populations qu’elle accuse de fraude massive et de mauvais payeurs car étant toujours dans une logique de trouver des faux-fuyants pour ne faire face à ses propres problèmes.
C’est dans ce registre qu’il faut mettre la « grave crise de Grand Médine » de l’année dernière et les récentes accusations de mauvais payeurs à l’endroit de Touba Mosquée. Des accusations vite démontées par le représentant du Khalife des mourides à Dakar, Mbakiyou Faye. « Le khalife qui avait assisté l’État à hauteur d’un milliard FCfa, quand il était en difficulté (lors des inondations en 2012), ne va pas se permettre de traîner une telle dette envers la Senelec. Serigne Sidy Makhtar Mbacké a d’ailleurs payé sa dernière facture. Et aucune des structures qui sont sous son autorité ne doit de l’argent à la Senelec. Il ne faut pas confondre Commune de Touba et Touba mosquée qui concerne seulement la Grande mosquée, la Bibliothèque, la résidence Khadim Rassoul, et l’Université Cheikh Ahmadou Bamba. Ces infrastructures sont gérées par Serigne Cheikh Sidy Makhtar Mbacké lui-même. Et à ce jour, il ne doit aucun centime à la Senelec. Il a même payé sa dernière facture qui est de 9,128 millions FCfa », a martelé M. Faye.

Senelec doit dégraisser le mammouth
A l’heure de l’orthodoxie dans la gestion financière, les autorités de Senelec doivent aussi penser à balayer devant leur porte en s’attaquant aux nombreux privilèges dont jouissent tous les travailleurs de la boîte notamment au niveau de la gratuité de l’électricité. Des cadres grassement payés par la société et qui ne paient pas en retour le courant. Rien que ces gratuités que rien n’explique pouvaient compenser les factures des structures hospitalières. Mouhamadou Makhtar Cissé devrait aujourd’hui penser à dégraisser le mammouth comme le préconisait Claude Allègre ministre français de l’Éducation nationale en 1997
Senelec un mauvais payeur aussi
Il faut aussi relever que dans le contexte actuel des cris d’orfraie de Senelec, il y a un air de voleur qui crie au voleur. Car si la société d’électricité avant qu’elle n’est pas correctement payée par ses usagers, les collectivités territoriales décentralisées lui court derrière pour des dettes estimées à des centaines de millions de Francs Cfa. Si la Senelec est en droit d’exiger aux collectivités le paiement des factures pour l’éclairage public, ces dernières lui demandent aussi de payer des taxes relatives à la redevance sur l’électricité. Et à ce titre, la société d’électricité doit aujourd’hui des dizaines de milliards aux municipalités. Un système de croisement des dettes et ou un arbitrage sérieux de l’Etat s’impose.

Aliou MBAYE DIRECT INFO




AFRIQUE-MONDE

logo article

Gabon : Ali Bongo Ondimba en visite d’État en Chine

07/12/2016 par :

Six ans après sa dernière visite, le président du Gabon est en République populaire de Chine du 6 (...)

logo article

Élection présidentielle au Ghana : forte affluence des électeurs dans les bureaux de vote

07/12/2016 par :

Un peu plus de 15 millions de Ghanéens se sont rendus ce mercredi aux urnes pour élire leur (...)

logo article

SECURITE : L’armée libyenne reprend la ville de Syrte à l’EI

05/12/2016 par :

Le gouvernement d’union nationale a annoncé lundi la reprise totale de la ville de Syrte. (...)

logo article

Mali : les partisans de Sanogo venus en masse au premier jour de son procès

01/12/2016 par :

Les partisans d’Amadou Haya Sanogo ont pris leurs quartiers à Sikasso, où a débuté mercredi le (...)

logo article

De Rabat à Madagascar, comment Mohammed VI étend l’influence du Maroc sur tout le continent africain

29/11/2016 par :

Rwanda, Tanzanie, Sénégal, Éthiopie, Madagascar, et bientôt Nigeria et Zambie. Jamais Mohammed VI (...)

logo article

Burundi : le conseiller du président Nkurunziza, Willy Nyamitwe, aurait échappé à une tentative d’assassinat

29/11/2016 par :

Willy Nyamitwe, conseiller en communication du président burundais Pierre Nkurunziza aurait été (...)

logo article

Sommet de Madagascar : l’Arabie saoudite devra patienter avant d’adhérer à la Francophonie

26/11/2016 par :

Malgré le plaidoyer de certains chefs d’États africains en faveur d’une adhésion de l’Arabie (...)

logo article

AFRIQUE : Les 5 questions que vous vous posez sur le sommet de la francophonie à Madagascar

25/11/2016 par :

Une trentaine de chefs d’État et de gouvernement sont attendus à Antananarivo pour le XVIe sommet (...)

logo article

RDC – Interview exclusive de Matata Ponyo : « J’ai navigué dans des eaux infestées de crocodiles »

22/11/2016 par :

Le Premier ministre congolais sortant s’est confié en exclusivité à Jeune Afrique au sujet de ses (...)

logo article

OPINION : Pour une négociation politique tous azimuts au Burkina Faso

22/11/2016 par :

Affirmer qu’il règne une tension politique dans notre pays qui est à l’image de celle qui oppose le (...)

logo article

Pierre-Claver Mbonimpa : « Les présidents africains ont la même maladie »

20/11/2016 par :

De passage à Paris où il a été invité par Human Rights Watch pour recevoir le prix Alison Des Forges (...)

DEPECHES

7 décembre 2016

DEPECHE : Une forte délégation du Parti Démocratique Sénégalais (PDS) se rend ce jeudi 8 décembre 2016 à 15 heures à Tiouaouane. La délégation sera dirigée par le Secrétaire Général National Adjoint, Oumar SARR. Elle sera composée de membres du Comité Directeur et de la fédération PDS du département de Tiouaouane. A travers le porte parole, Serigne Abdoul Aziz SY Al Amine, la direction du parti transmettra un chaleureux message d’amitié et de fraternité du Président Abdoulaye WADE et de l’ensemble des militants à la famille de Seydi Elhadji Malick SY ainsi qu’à toute la Oumah islamique du Sénégal.

5 décembre 2016

GAMBIE : En Gambie, l’opposant Ousseynou Darboe sera bientôt libre. Son procès en appel a pris une dimension particulière après la victoire inattendue d’Adama Barrow à la présidentielle. Le leader du Parti démocratique unifié était l’un des principaux opposants au régime de Yahya Jammeh. Il avait été condamné en juillet à trois ans de détention, notamment pour manifestation illégale et son procès en appel s’est ouvert ce lundi. Les juges de la cour d’appel viennent d’annoncer sa remise en liberté provisoire

29 novembre 2016

URGENT : Un avion qui transportait une équipe de football brésilienne s’est écrasé près de la ville colombienne de Medellin. La police colombiennes annonce 76 morts

29 novembre 2016

HAITI : Jovenel Moïse a été déclaré vainqueur de la présidentielle haïtienne dès le premier tour, selon les résultats préliminaires annoncés ce mardi 29 novembre par le Conseil électoral provisoire (CEP). Le nouveau président a appelé les Haïtiens à s’unir pour relever le pays.

11 novembre 2016

DEPECHE/USA : Des milliers de personnes, pour la plupart des jeunes, ont à nouveau défilé dans la nuit de jeudi à vendredi dans les grandes villes américaines aux cris de « Pas mon président ! ». Des rassemblements parfois émaillés de violences comme à Portland. Trump accuse les média

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES