Cynthia Ohayon : « La Cedeao a perdu du crédit à vouloir précipiter un règlement de la crise burkinabè »

Alors que la tension est à son comble à Ouagadougou entre militaires loyalistes à la transition burkinabè et putschistes menés par Gilbert Diendéré, Cynthia Ohayon, analyste à l’International Crisis Group (ICG), revient sur les négociations en cours sous l’égide de la Cedeao. Interview.

Au lendemain de la présentation, dimanche soir, par le président sénégalais Macky Sall, d’une feuille de route adoptée sous l’égide de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cedeao), les troupes régulières de l’armée burkinabè ont convergé vers Ouagadougou, lundi 21 septembre, et ont adressé un ultimatum aux putschistes du RSP afin qu’ils déposent les armes. Celui-ci devait expirer ce mardi à 10 h GMT.

Pour Cynthia Ohayon, analyste à l’International Crisis Group (ICG), à Dakar, et spécialiste du Burkina-Faso, l’empressement de la Cedeao à imposer un règlement faisant la part belle aux putschistes a servi d’accélérateur à l’intervention de l’armée.

Jeune Afrique : La position de l’armée burkinabè face au coup de force du RSP était relativement indéchiffrable depuis le début de la crise. Disposiez-vous d’éléments sur ses intentions ?

Cynthia Ohayon : Ce n’était pas très clair car jusqu’à samedi après-midi, il n’y avait pas de communication officielle. Dans un texte publié vendredi soir, ICG évoquait deux scénarios possibles : une solidarité corporatiste entre l’armée et le RSP, comme on l’avait vu en juillet lorsque celle-ci s’est jointe à l’exigence du RSP d’obtenir la démission du Premier ministre ; ou bien voir passer au premier plan les frustrations des forces régulières face à ce régiment d’élite de quelque 1 300 hommes qui bénéficie de nombreux avantages matériels.

Il faut aussi avoir en tête le clivage générationnel, dans les rangs de l’armée comme du RSP, entre les jeunes militaires du rang, aux revendications relativement proches de celles du peuple et dont l’attachement au régime Compaoré est moindre, et une hiérarchie qui a davantage de privilèges à préserver.

Ce qu’on pouvait craindre, c’est une division en son sein entre loyalistes et pro-putschistes
Samedi, l’armée est sortie de son silence…

Oui, elle a diffusé un communiqué condamnant les exactions à l’encontre des populations civiles. Implicitement, il s’agissait d’un désaveu de l’action du RSP, ce qui pouvait préfigurer qu’elle ne se rallierait pas à Diendéré. Ce qu’on pouvait craindre, c’est une division en son sein entre loyalistes et pro-putschistes.

L’intervention de l’armée est survenue au lendemain de l’annonce, par le président sénégalais Macky Sall, d’une feuille de route controversée qui fait la part belle aux revendications du RSP. Faut-il y voir un déclencheur ?

Je pense que ça a forcément joué. Cette feuille de route de la Cedeao n’a pas été acceptée une seule seconde par les organisations de la société civile. En particulier, la loi d’amnistie au bénéfice des putschistes a été jugée inacceptable alors que la crise n’est pas réglée et que des Burkinabè sont encore pris pour cibles. Ces mesures, vues comme unilatérales, ont renforcé le sentiment au sein de la société civile, des partis et de la population que la Cedeao était favorable à l’ancien président, donc aux putschistes. Une conviction alimentée par le profil de Kadré Désiré Ouedraogo, le président de la Commission de la Cedeao, considéré comme un proche de Blaise Compaoré.

La satisfaction affichée par les médiateurs sénégalais et béninois était donc prématurée ?

À vouloir précipiter un règlement de la crise sans prendre le temps de le faire accepter, on a sans doute provoqué une accélération du processus. J’ai du mal à comprendre ce manque de vision à long terme de la médiation. Les discussions ont débuté vendredi. Pourquoi fallait-il annoncer à tout prix un accord dès samedi soir ? Certes, la pression était importante, et la situation à Ouagadougou devenait intenable. Mais n’aurait-il pas mieux valu se concentrer sur l’arrêt des violences et le départ du général Diendéré ? En s’y prenant ainsi, la Cedeao y a perdu du crédit. JEUNE AFRIQUE




AFRIQUE-MONDE

logo article

Mali : les partisans de Sanogo venus en masse au premier jour de son procès

01/12/2016 par :

Les partisans d’Amadou Haya Sanogo ont pris leurs quartiers à Sikasso, où a débuté mercredi le (...)

logo article

De Rabat à Madagascar, comment Mohammed VI étend l’influence du Maroc sur tout le continent africain

29/11/2016 par :

Rwanda, Tanzanie, Sénégal, Éthiopie, Madagascar, et bientôt Nigeria et Zambie. Jamais Mohammed VI (...)

logo article

Burundi : le conseiller du président Nkurunziza, Willy Nyamitwe, aurait échappé à une tentative d’assassinat

29/11/2016 par :

Willy Nyamitwe, conseiller en communication du président burundais Pierre Nkurunziza aurait été (...)

logo article

Sommet de Madagascar : l’Arabie saoudite devra patienter avant d’adhérer à la Francophonie

26/11/2016 par :

Malgré le plaidoyer de certains chefs d’États africains en faveur d’une adhésion de l’Arabie (...)

logo article

AFRIQUE : Les 5 questions que vous vous posez sur le sommet de la francophonie à Madagascar

25/11/2016 par :

Une trentaine de chefs d’État et de gouvernement sont attendus à Antananarivo pour le XVIe sommet (...)

logo article

RDC – Interview exclusive de Matata Ponyo : « J’ai navigué dans des eaux infestées de crocodiles »

22/11/2016 par :

Le Premier ministre congolais sortant s’est confié en exclusivité à Jeune Afrique au sujet de ses (...)

logo article

OPINION : Pour une négociation politique tous azimuts au Burkina Faso

22/11/2016 par :

Affirmer qu’il règne une tension politique dans notre pays qui est à l’image de celle qui oppose le (...)

logo article

Pierre-Claver Mbonimpa : « Les présidents africains ont la même maladie »

20/11/2016 par :

De passage à Paris où il a été invité par Human Rights Watch pour recevoir le prix Alison Des Forges (...)

logo article

Maroc – UA : Mohammed VI sollicite l’intervention d’Idriss Déby Itno et reporte sa visite en Éthiopie

16/11/2016 par :

Le roi du Maroc a demandé au président tchadien ce lundi d’intervenir auprès de la présidente de la (...)

logo article

États-Unis : Trump promet d’expulser jusqu’à 3 millions d’immigrés clandestins

13/11/2016 par :

Le nouveau président élu des États-Unis Donald Trump a promis d’expulser jusqu’à 3 millions (...)

logo article

L’état d’urgence « devrait être prolongé jusqu’à l’élection présidentielle »

13/11/2016 par :

LE SCAN POLITIQUE/VIDÉO - Le premier ministre souhaite que les mesures d’exceptions restent en (...)

DEPECHES

29 novembre 2016

URGENT : Un avion qui transportait une équipe de football brésilienne s’est écrasé près de la ville colombienne de Medellin. La police colombiennes annonce 76 morts

29 novembre 2016

HAITI : Jovenel Moïse a été déclaré vainqueur de la présidentielle haïtienne dès le premier tour, selon les résultats préliminaires annoncés ce mardi 29 novembre par le Conseil électoral provisoire (CEP). Le nouveau président a appelé les Haïtiens à s’unir pour relever le pays.

11 novembre 2016

DEPECHE/USA : Des milliers de personnes, pour la plupart des jeunes, ont à nouveau défilé dans la nuit de jeudi à vendredi dans les grandes villes américaines aux cris de « Pas mon président ! ». Des rassemblements parfois émaillés de violences comme à Portland. Trump accuse les média

7 novembre 2016

DEPECHE : Monsieur Macky SALL, Président de la République, et Sa Majesté Mohammed VI Roi du Maroc présideront la signature d’un Protocole d’accord pour la création d’un Centre de Formation dédié à l’Entreprenariat, ce mardi 08 novembre 2016 à 13 heures au Palais de la République. Après cette cérémonie, les deux Chefs d’Etat sont attendus à l’Hôpital Principal de Dakar pour procéder à la remise solennelle de médicaments offerts par la Fondation Mohammed V pour la Solidarité au Ministère de la Santé. Sa Majesté Mohammed VI, Roi du Maroc visitera, à cette occasion, le Pavillon Boufflers (Maladies infectieuses) ainsi que la Maternité de l’Hôpital. Son Excellence Monsieur Macky SALL, Président de la République souhaite la bienvenue et un agréable séjour au Sénégal à son illustre hôte.

29 octobre 2016

ACTUALITE : Monsieur Gorgui Ndong, Spécialiste en Gestion des Ressources humaines, précédemment membre du Collège du Fonds de Développement du Service Universel des Télécommunications (FDSUT), est nommé Ministre délégué auprès du Ministre du Renouveau urbain, de l’Habitat et du Cadre de vie, chargé de la Restructuration et de la Requalification des banlieues, en remplacement de Madame Fatou Tambédou.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES