Climat : « Les pays africains ne seront pas de simples figurants à la COP21 »

À quelques semaines de l’ouverture de la COP21, la dernière ligne droite des négociations climatiques a commencé. Les délégations des 195 pays sont réunies dans la ville allemande de Bonn depuis lundi 19 octobre. Ils ont jusqu’au 23 octobre pour s’entendre sur un projet d’accord. Objectif : parvenir à limiter le réchauffement climatique à deux degrés.

COP21 : ce qu’il faut savoir des engagements africains pour le climat
COP21 - Fatima Denton : « Le fonds vert de l’ONU pour le climat n’est pas suffisant »
Les négociations s’annoncent serrées. Le projet d’accord devrait en effet s’appuyer sur un texte très critiqué par le groupe Afrique et les pays en développement qui dénoncent notamment un « apartheid » sur les dispositions qui les concernent. Le sous-secrétaire général de l’ONU aux Changements climatiques, Janos Pasztor, a expliqué à Jeune Afrique les enjeux de la COP21 pour les États africains.

Jeune Afrique : Avez-vous bon espoir de voir la COP21 aboutir à un accord pour limiter le réchauffement climatique à deux degrés ?

Janos Pasztor : J’ai toujours été de nature optimiste. Et je le suis particulièrement pour Paris. Il y a encore énormément de travail, mais nous sommes bien partis. Presque tous les gouvernements veulent un accord, car beaucoup d’entre eux sont déjà confrontés aux effets du changement climatique. Le secteur privé n’a par ailleurs jamais été aussi investi. Il reste bien sûr quelques réticences, principalement l’industrie du charbon et, dans une moindre mesure, le secteur du pétrole et du gaz. Mais quand on regarde l’ensemble, et quand on assiste aux discussions informelles des ministres, on voit une convergence politique sur le sujet.

De nombreuses ONG ont critiqué le document qui sert de base pour les négociations de Bonn, qui ont débutées le 19 octobre. Certaines ont fustigé un manque d’ambition, d’autres ont assuré que le dispositif de financement n’était pas adapté aux problématiques des États africains pour s’adapter aux conséquences du changement climatique…

Je suis d’accord avec les ONG : ce texte manque d’ambition. Cela dit, je suis convaincu que certains pays viennent à Bonn avec l’objectif de le rendre plus ambitieux – tandis que d’autres tenteront l’inverse.

Beaucoup de pays africains se sont engagés à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. Ils étaient plutôt attendus sur des objectifs pour s’adapter au changement climatique. Comment l’expliquez-vous ?

L’Afrique a compris que combattre le réchauffement climatique n’est pas un frein au développement, mais au contraire une opportunité, grâce notamment aux nouveaux secteurs industriels comme les énergies renouvelables. Il y a aussi derrière ces engagements une stratégie financière, à travers les fonds qui seront disponibles pour aider à atteindre les objectifs proposés.

L’Éthiopie a chiffré son projet à 150 milliards de dollars, la République du Congo à 55 milliards… des estimations jugées raisonnables par les experts. Mais les montants laissent perplexes : la communauté internationale est-elle capable de réunir ces fonds ?

Il ne faudra pas compter uniquement sur les États, mais aussi sur le secteur privé, car la transformation du monde nécessite des milliers de milliards par an. Mais nous en sommes capables. Regardez : dans le cadre du Fonds vert, les pays développés ont promis de mettre 100 milliards de dollars par an pour l’atténuation et l’adaptation au changement climatique. Selon l’OCDE, 62 milliards ont été récoltés pour 2015, et l’année n’est pas finie. Nous pouvons y arriver.

Le Nigeria, premier pays producteur de pétrole du continent, mais aussi première économie et démographie d’Afrique, est resté silencieux. Allez-vous le convaincre de s’engager ?

Nous venons de regarder les pays qui n’avaient pas rendu leurs contributions, et nous allons essayer de comprendre pourquoi. Certains manquent de moyens techniques pour les rendre. Nous allons donc travailler avec eux pour les accompagner. Le Nigeria n’est pas dans cette situation. Je ne peux pas expliquer son absence. Tout ce que je peux dire, c’est qu’un déjeuner a eu lieu entre notamment le secrétaire général de l’ONU (Ban Ki-moon, NDLR), François Hollande et Muhammadu Buhari, à New York le 27 septembre, sur le thème de la COP21.

Certains pays africains demandent à bénéficier d’une réparation, et que la notion des « pertes et dommages » soit inclue dans les négociations. De quoi s’agit-il ?

Beaucoup de pays pauvres sont déjà touchés par le réchauffement climatique et vont continuer à l’être. Ils réclament donc un dédommagement.

Cette demande est légitime selon vous ?

Absolument.

Les pays industrialisés semblent s’y opposer farouchement…

Bien sûr ! Car cette notion peut être sans limite, et c’est là tout le problème. Certains pays riches ne s’y montrent pas totalement opposés, mais ils veulent que ce soit encadré. Il y a une certaine convergence pour dire que que la question sera discutée, mais qu’elle ne sera pas tranchée à Paris.

Lors des premiers amendements au texte discuté actuellement à Bonn, l’ambassadrice sud-africaine a parlé lundi 19 octobre « d’apartheid », pour dénoncer certaines notions supprimées du texte d’origine, et qui concernent les pays émergents, soit 134 États et 80% de la population… Faute de moyens, ces pays, et en particuliers les pays africains, ne sont-ils pas de simples figurants ?

Ce monde n’est certes pas équitable, mais les pays africains sont très structurés et relativement unis. Ils peuvent peser dans les négociations comme ils l’ont déjà fait par le passé. Je sais que ce sera difficile, mais ils peuvent faire la différence.




AFRIQUE-MONDE

logo article

Gabon : Ali Bongo Ondimba en visite d’État en Chine

07/12/2016 par :

Six ans après sa dernière visite, le président du Gabon est en République populaire de Chine du 6 (...)

logo article

Élection présidentielle au Ghana : forte affluence des électeurs dans les bureaux de vote

07/12/2016 par :

Un peu plus de 15 millions de Ghanéens se sont rendus ce mercredi aux urnes pour élire leur (...)

logo article

SECURITE : L’armée libyenne reprend la ville de Syrte à l’EI

05/12/2016 par :

Le gouvernement d’union nationale a annoncé lundi la reprise totale de la ville de Syrte. (...)

logo article

Mali : les partisans de Sanogo venus en masse au premier jour de son procès

01/12/2016 par :

Les partisans d’Amadou Haya Sanogo ont pris leurs quartiers à Sikasso, où a débuté mercredi le (...)

logo article

De Rabat à Madagascar, comment Mohammed VI étend l’influence du Maroc sur tout le continent africain

29/11/2016 par :

Rwanda, Tanzanie, Sénégal, Éthiopie, Madagascar, et bientôt Nigeria et Zambie. Jamais Mohammed VI (...)

logo article

Burundi : le conseiller du président Nkurunziza, Willy Nyamitwe, aurait échappé à une tentative d’assassinat

29/11/2016 par :

Willy Nyamitwe, conseiller en communication du président burundais Pierre Nkurunziza aurait été (...)

logo article

Sommet de Madagascar : l’Arabie saoudite devra patienter avant d’adhérer à la Francophonie

26/11/2016 par :

Malgré le plaidoyer de certains chefs d’États africains en faveur d’une adhésion de l’Arabie (...)

logo article

AFRIQUE : Les 5 questions que vous vous posez sur le sommet de la francophonie à Madagascar

25/11/2016 par :

Une trentaine de chefs d’État et de gouvernement sont attendus à Antananarivo pour le XVIe sommet (...)

logo article

RDC – Interview exclusive de Matata Ponyo : « J’ai navigué dans des eaux infestées de crocodiles »

22/11/2016 par :

Le Premier ministre congolais sortant s’est confié en exclusivité à Jeune Afrique au sujet de ses (...)

logo article

OPINION : Pour une négociation politique tous azimuts au Burkina Faso

22/11/2016 par :

Affirmer qu’il règne une tension politique dans notre pays qui est à l’image de celle qui oppose le (...)

logo article

Pierre-Claver Mbonimpa : « Les présidents africains ont la même maladie »

20/11/2016 par :

De passage à Paris où il a été invité par Human Rights Watch pour recevoir le prix Alison Des Forges (...)

DEPECHES

7 décembre 2016

DEPECHE : Une forte délégation du Parti Démocratique Sénégalais (PDS) se rend ce jeudi 8 décembre 2016 à 15 heures à Tiouaouane. La délégation sera dirigée par le Secrétaire Général National Adjoint, Oumar SARR. Elle sera composée de membres du Comité Directeur et de la fédération PDS du département de Tiouaouane. A travers le porte parole, Serigne Abdoul Aziz SY Al Amine, la direction du parti transmettra un chaleureux message d’amitié et de fraternité du Président Abdoulaye WADE et de l’ensemble des militants à la famille de Seydi Elhadji Malick SY ainsi qu’à toute la Oumah islamique du Sénégal.

5 décembre 2016

GAMBIE : En Gambie, l’opposant Ousseynou Darboe sera bientôt libre. Son procès en appel a pris une dimension particulière après la victoire inattendue d’Adama Barrow à la présidentielle. Le leader du Parti démocratique unifié était l’un des principaux opposants au régime de Yahya Jammeh. Il avait été condamné en juillet à trois ans de détention, notamment pour manifestation illégale et son procès en appel s’est ouvert ce lundi. Les juges de la cour d’appel viennent d’annoncer sa remise en liberté provisoire

29 novembre 2016

URGENT : Un avion qui transportait une équipe de football brésilienne s’est écrasé près de la ville colombienne de Medellin. La police colombiennes annonce 76 morts

29 novembre 2016

HAITI : Jovenel Moïse a été déclaré vainqueur de la présidentielle haïtienne dès le premier tour, selon les résultats préliminaires annoncés ce mardi 29 novembre par le Conseil électoral provisoire (CEP). Le nouveau président a appelé les Haïtiens à s’unir pour relever le pays.

11 novembre 2016

DEPECHE/USA : Des milliers de personnes, pour la plupart des jeunes, ont à nouveau défilé dans la nuit de jeudi à vendredi dans les grandes villes américaines aux cris de « Pas mon président ! ». Des rassemblements parfois émaillés de violences comme à Portland. Trump accuse les média

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES